HS 7244


46390416. sy475

 

Auteur : Lorraine Letournel Laloue
Titre : HS 7244
Version :  numérique – 233 pages (Epub Kobo) – Edition Belfond
ISBN: 9782714482143
Lien Livraddict

 

4eme de couverture

Lorsque Marius se réveille dans cette cellule froide et puante, ses derniers souvenirs sont ceux d’une soirée arrosée et joyeuse avec Camille, l’amour de sa vie. Après Saint-Pétersbourg et Moscou, leur voyage à travers la Russie les avait conduits dans un petit bar de Grozny. Des vacances en amoureux, cela avait commencé comme ça…

Aujourd’hui, Marius est enfermé, il a tout perdu, à commencer par ses droits. Il entend des hurlements, des hommes sont torturés. On les accuse d’être malades, contagieux. Dans cette prison non officielle, ils font l’objet d’expériences médicales, menées par ceux qui veulent trouver l’origine de leur mal et surtout un remède à ce fléau.

Avec l’histoire de Marius, inspirée d’un drame qui a choqué le monde entier, Lorraine Letournel Laloue embarque le lecteur pour un aller simple en enfer.

Les gens heureux lisent et boivent du café


22698783

 

Auteur : Agnès Martin-Lugand
Titre : Les gens heureux lisent et boivent du café
Version :  Pocket – 187 pages
ISBN: 9782266243537

 

La Rouennaise Agnès Martin-Lugand dédicace à l’Armitière

 

 

Psychologue de formation, Agnès Martin-Lugand s’est tournée vers l’écriture et a publié un premier roman Les gens heureux lisent et boivent du café en auto-édition sur la plate-forme Kindle d’Amazon.com, le 25 décembre 2012.

Vite repérée par des blogueurs littéraires proches du milieu de l’auto-édition, elle a été abordée par Florian Lafani, responsable du développement numérique des éditions Michel Lafon, avec une proposition de rejoindre l’édition traditionnelle. Le roman est entré au catalogue Michel Lafon et a fait l’objet d’un engouement immédiat dans le monde entier : Les gens heureux lisent et boivent du café est traduit en 33 langues.

 

 

 

4eme de couverture

« Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. […] J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux.»

Diane a brusquement perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. A fin d’échapper á son entourage, elle décide de s’exiler en Irlande, seule.

Mais, á fuir avec acharnement la vie, elle finit par vous rattraper…

Entre « Le Journal de Bridget Jones » et « Love Story », l’histoire de Diane nous fait passer par toutes les émotions. Impossible de rester insensible au parcours tantôt dramatique tantôt drôle de cette jeune femme à qui la vie a tout donné puis tout repris, et qui n’a pas d’autre choix que de faire avec.

 

Mon résumé : 

Diane, a brutalement perdu son mari et sa fille, dans un tragique accident de voiture. Dès lors pour elle, toute la vie bascule, la vie ne semble plus avoir de sens.  De plus toute le monde semble vouloir la rabaisser, en lui répétant sans cesse que de toute façon, elle ne pourra jamais rien faire toute seule. Comment continuer a vivre de cette manière ?

Pour elle c’est décidé, elle doit partir, quitter cette vie qui n’a pas de sens à ses yeux, elle compte partir s’exiler en Irlande, seule.

C’est une nouvelle vie qui commence pour elle. Elle arrive dans un monde inconnu, ou tout semble beaucoup plus calme. Elle va pouvoir se reposer et repenser a sa vie calmement, sans toute cette agitation de sa vie parisienne, qu’elle compte bien laisser au large. Seul réconfort de son ancienne vie, Felix, qu’elle contacte régulièrement, pour se remonter le moral. Même en Irlande, loin de ceux qui la connaisse, elle rencontre des passages a vide, et Felix sait comment lui remonter le moral et reste la pour l’écouter.

Apres quelques temps elle commence a prendre ses marques dans son cottage, et la vie est sereine en Irlande. Du moins c’est sans compter sur Edward, son voisin, qui semble se faire un malin plaisir a jouer le rôle de l’acariâtre. Du moins, c’est ce qu’elle  pense au départ, avant de le connaitre un peu mieux….

Et si sa vie devait se poursuivre en Irlande ?

 

Mon avis

Il arrive parfois que la couverture d’un livre fasse tilt et aide au choix d’un livre, moi pour cette fois c’est le titre qui m’a donné envie de lire ce livre. Et ce ceux même sans connaitre l’histoire ou savoir de quel genre littéraire il s’agissait. Une personne que je connais sachant ça, m’a proposé de me le prêter, j’ai sauté sur l’occasion et j’ai accepté. A un moment du roman (près de 60% je dirais) j’ai vite vu le vent tourné et j’ai tout de suite compris a quel genre de roman j’avais affaire : un livre que je classe dans la case romance / roman à l’eau de rose. Oui je sais c’est peut-être un peu exagéré mais je dois pas en être bien loin, tout de même.

Malgré cela, ce fut une lecture agréable, qui se lit vite et qui m’a permis de sortir de ma zone de confort.

L’ombre de la baleine


 

NetGalley

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Camilla Grebe
Titre : L’ombre de la baleine
ISBN : 9782702165744 – Calman Levy Noir– EPUB

Lien livraddict

 

 

4eme de couverture

LA NOUVELLE STAR DU POLAR SUÉDOIS
NOUS PLONGE DANS DES EAUX BIEN SOMBRES…  Quand des cadavres de jeunes hommes échouent sur les côtes de l’archipel de Stockholm, la jeune flic Malin et son supérieur, Manfred, sont missionnés pour résoudre ce sombre mystère. Hélas, chacun est plus vulnérable que d’habitude : Malin est très enceinte, et Manfred meurtri par le terrible accident qui a plongé sa petite fille dans le coma.
En parallèle, nous rencontrons Samuel, adolescent rebelle, dealer à mi-temps, élevé par une mère célibataire aussi stricte que dévote. Sa vie bascule quand celle-ci jette à la poubelle des échantillons de cocaïne que le baron de la drogue de Stockholm lui a confiés.
Alors que Samuel trouve une planque idéale sur la petite île de Marholmen, où il est embauché par la jolie Rachel pour devenir l’auxiliaire de vie de son fils Jonas, Malin et Manfred font fausse route. Mais toute leur enquête change de cap le jour où la mère de Samuel signale enfin sa disparition…
Une triple narration redoutable qui confirme à nouveau le talent exceptionnel de Camilla Grebe pour tisser des intrigues complexes. Fausses pistes et retournements incroyables côtoient une réflexion passionnante sur la fragilité de l’adolescence et de la filiation. Un grand cru, pour une grande dame du polar, désormais couronnée du très prestigieux Glass Key Award.

 

 

Mon résumé

Samuel est un dealer et a caché des paquets de drogue chez sa mère. Cette dernière va le découvrir par hasard, et pour protéger son fils, va les jeter à la poubelle. Pendant ce temps, les patrons pour qui travaille Samuel, vont chercher a récupérer leur argent et la drogue.

Samuel va vouloir se faire oublier et va trouver refuge sur l’île de Marholmen, etc’est Rachel qui va le recueillir et lui proposer un travail comme auxiliaire de vie, auprès de son fils jonas, très fortement handicapé. La mère de Samuel, qui avait mit son fils a la porte va finir, après quelques jours sans nouvelles, par déclarer sa disparition.

On va voir deux enquêtes menées de front, par une femme flic, enceinte et un supérieur, qui s’inquiète pour sa fille qui se bat dans un coma.

 

 

Bande annonce :

 

 

Mon avis

Mon dernier roman de Camilla Grebe, remonte a quelques temps maintenant, précisément février 2018 et j’avais beaucoup aimé. Il est donc normal que je souhaite découvrir son dernier ouvrage. Si au début j’ai eu du mal a entrer dans l’histoire, une fois que les faits ont commencés à se poser, j’ai pu prendre du bon temps et j’ai apprécié suivre le personnage principal dans son parcours : Samuel. Non pas que ce soit lié au fait qu’il porte le même prénom que moi mais surtout qu’il cherche a sauver sa peau et que bien malgré lui la personne en qui il commençait à avoir confiance et bien plus encore va bien vite changer son fusil d’épaule et se révéler une ennemie redoutable.

Un vrai bon thriller agrémenté de beaucoup de suspense.

 

Inexorable


41021592

Auteur : Claire Favan
Titre : Inexorable
ISBN :9782221217092
369 pages –  La bete Noire
Lien livraddict

 

Résultat de recherche d'images pour "Claire Favan"

 

Claire Favan, née le 12 avril 1976 à Paris, est une femme de lettres française, auteure de roman policier.

Claire Favan vit à Paris et exerce dans la finance. Elle écrit ses romans durant ses loisirs. En 2010, elle publie son premier roman, Le Tueur intime, premier volume d’un diptyque consacré au tueur en série Will Edwards. Avec ce roman, elle est lauréate du grand prix VSD du polar 2010 et du prix Sang pour Sang Polar en 2011.

Elle participe à l’écriture d’un cadavre exquis, Les Aventures du Concierge masqué, publié en 2013. Avec le collectif Les Auteurs du noir, elle publie deux nouvelles dans les recueils Santé et Irradié.

 

Source : wikipedia

 

 

4eme de couverture

Vous ne rentrez pas dans le moule ? Ils sauront vous broyer.

Inexorables, les conséquences des mauvais choix d’un père.
Inexorable, le combat d’une mère pour protéger son fils.
Inexorable, le soupçon qui vous désigne comme l’éternel coupable.
Inexorable, la volonté de briser enfin l’engrenage…
Ils graissent les rouages de la société avec les larmes de nos enfants.

« Claire Favan franchit un cap avec cette histoire qui touchera inexorablement votre âme. » Yvan Fauth, blog EmOtionS.
« À l’enfant qui est en vous, ce livre peut raviver des douleurs. À l’adulte que vous êtes devenu, il vous bousculera dans vos certitudes. » Caroline Vallat, libraire Fnac Rosny 2

 

A la base il devait s’agir d’un service presse NetGalley, mais comme il a jamais été validé, j’ai du me rabattre sur une nouveauté de la bibliothèque municipale

 

 

Mon résumé

Tout d’abord, je vais commencer par vous expliquer les conditions qui m’ont amené a la lecture de ce livre, mais surtout la galère que ça a été de pouvoir lire ce livre. J’avais vu ce livre sur de nombreux blog que je suis et j’en ai par ailleurs entendu beaucoup de bien, il était donc naturel que je veuille lire ce livre. Etant membre de NetGalley, j’ai eu l’agréable surprise de voir que ce livre était proposé en service presse, aussi j’ai sauté sur l’occasion. Lorsque 2 semaines après je n’avais toujours aucun retour de NetGalley et de La bête noire, éditeur du livre, je me suis permis de leur envoyer un mail. Réponse bateau au mail, beaucoup de demandes donc ça peut prendre du temps ! Certes mais ça m’empêche que je n’ai finalement eu aucun retour.

Suite a cette deception, je me suis fait à l’idée de ne jamais lire ce livre….a moins de me decider à l’acheter, mais j’ai jamais sauté le pas.

Lorsque lors du dernier café des lecteurs organisé par la bibliothèque de la roseraie j’ai vu le livre en exposition parmi tant d’autres livres, je me suis dis qu’il ne fallait pas que je le rate cette fois et je m’en suis aussitôt emparé. Voila comment vous allez enfin avoir mon avis sur ce thriller signé Claire Favan.

Commençons par la couverture. Oui, je sais j’ai pas pour habitude de parler de la couverture mais vous comprendrez par la suite le pourquoi du comment. La première chose qui m’a interpolé est pourquoi cette image sur la couverture pour un thriller, va-t-on entrer dans une histoire qui se passe dans le monde de l’industrie ? Non pas vraiment, mais quand on cite le mot de ce que représente l’image a haute voie et qu’on le fait alors qu’on a déjà lu près de 1/4 du livre alors l’image prend tout son sens  : Engrenage.

L’histoire : Alexandra, la maman de Milo se bat pour protéger son fils qui, depuis l’arrestation de son père, va mal et enchaîne des comportements violents en classe. Victor, son père sera donc arrêté de façon violente devant son fils et sa femme en pleine nuit. Victor, adulé par son fils se verra condamné à le délaisser et à le faire souffrir. L’amour qu’il porte pour son petit Milo est pourtant bien présent mais ne pourra lui dire. Les conséquences de cette arrestation vont être dramatiques. Le père de milo va se faire tuer durant son incarcération. Face a cette dure étape, Milo va aller de mal en pis, et Alexandra, va tout faire pour que son fils revienne a la raison mais c’est peine presque perdu face a son fils qui devient tyrannique.

Alexandra ne veut surtout pas que son fils suive le même chemin que son père. Cela elle ne le veut à aucun prix !! Pourtant son fils va finir par être accusé d’un meurtre, bien malgré lui….

 

Mon avis

Mon premier livre de Claire Favan, et je dois dire que même si j’ai mis du temps a le lire (sortie en octobre 2018 et lu en mars 2019) cela a été une belle découverte. J’ai eu beaucoup de mal a lâcher le bouquin. Vous connaissez peut-être le slogan de tout bon lecteur : « encore un chapitre et j’arrête » . Ici, beaucoup d’émotion. On a de la tristesse pour Milo qui a perdu son père, a la fois parce qu’il est en prison puis ensuite face a son décès, mais également de la tristesse face a l’acharnement de Alexandra qui veut coûte que coûte pouvoir élever son fils sereinement. Saura-t-elle affronter cela toute seule ? C’est ce que vous saurez en lisant ce livre

Le douzième chapitre


 

41740555NetGalley

 

Auteur : Jerôme Loubry
Titre :  Le douzième chapitre
ISBN : 9791091211901
247 pages – Format numérique sécurisé acsm – Edition Calmann Levy Noir

 

Merci à NetGalley et aux editions Calmann Levy pour leur confiance

 

 

4eme de couverture :

Les souvenirs sont parfois meurtriers

Été 1986. David et Samuel ont 12 ans. Comme chaque année, ils séjournent au bord de l’océan, dans le centre de vacances appartenant à l’employeur de leurs parents. Ils font la connaissance de Julie, une fillette de leur âge, et les trois enfants deviennent inséparables.

Mais une ombre plane sur la station balnéaire et les adultes deviennent de plus en plus mystérieux et taciturnes. Puis alors que la semaine se termine, Julie disparaît.

30 ans plus tard, David est devenu écrivain, Samuel est son éditeur. Depuis le drame, ils n’ont jamais reparlé de Julie. Un jour, chacun reçoit une enveloppe. À l’intérieur, un manuscrit énigmatique relate les événements de cet été tragique, apportant un tout nouvel éclairage sur l’affaire.

 

 

 

Mon résumé

Apres un premier roman, Les chiens de Detroit, dont l’action se déroulait aux états-unis, Jerôme Loubry récidive avec un nouveau roman qui se déroule cette fois-ci en France.

On est en été de l’année 1986, et sera le dernier que passeront ,Samuel et David, à Saint Hilaire de Riez, avant de voir la fermeture de l’usine dans laquelle travaillent leurs parents.
30 ans plus tard, nous sommes en Août 2017. Samuel et David reçoivent un manuscrit étrange, qui va revenir sur les souvenirs vécus ensemble 30 ans plus tot.
Samuel et David se sont toujours connu. Une grande amitié s’est nouée entre eux deux. Si bien que 30 ans plus tard, l’un est devenu écrivain (David) tandis que l’autre est devenu son éditeur (Samuel).

 

Je revoyais ses cheveux blonds battus par le vent marin, que je n’osais observer que du coin de l’œil. Leurs mouvements saccadés m’avaient fait penser à la voile déchirée d’un navire en perdition, cela aussi était gravé dans ma mémoire.

 

Ils reçoivent tous les deux ce manuscrit qui comprend 12 chapitres, envoyé avec la note suivante :
« L’un n’a pas entendu le chant de l’Amour : il est le sourd
L’autre a vu, mais a eu peur : il est le muet
Le dernier a abandonné alors que la solution se trouvait sous ses yeux : il est aveugle »

 

 

Mon avis

L’auteur joue avec brio avec les mots. Il nous fait replonger nous meme en enfance et revivre ce que nous meme nous avez vecu et ce que nous aurions pu vivre a la place de Samuel et David. A l’intérieur de ses passages d’insouciance on rentre au fuir et a mesure dans une sombre enquête et on finir par comprendre le pourquoi de ce manuscrit mystérieux.

L’échange


L'Échange

Auteur : Rebecca Fleet
Titre :  L’échange
ISBN: 9782221216248
343 pages – Edition Marabout

Résultat de recherche d'images pour "Rebecca Fleet"

 

Nationalité : Royaume-Uni

Biographie : Rebecca Fleet a fait ses études à Oxford et travaille dans le marketing à Londres.

« L’Échange » (The House Swap, 2018) est son premier roman.

 

 

 

4eme de couverture

« Personne ne vit ainsi… à moins d’avoir quelque chose à cacher. »

Quand Caroline et Francis reçoivent une offre pour échanger leur appartement de Leeds contre une maison en banlieue londonienne, ils sautent sur l’occasion de passer une semaine loin de chez eux, déterminés à recoller les morceaux de leur mariage. Mais une fois sur place, la maison leur paraît étonnamment vide et sinistre. Difficile d’imaginer que quelqu’un puisse y habiter.
Peu à peu, Caroline remarque des signes de vie, ou plutôt des signes de sa vie. Les fleurs dans la salle de bains, la musique dans le lecteur CD, tout cela peut paraître innocent aux yeux de son mari, mais pas aux siens. Manifestement, la personne chez qui ils logent connaît bien Caroline, ainsi que les secrets qu’elle aurait préféré garder enfouis.
Et à présent, cette personne se trouve chez elle…
Le premier roman explosif d’un nouveau talent du thriller, dans la lignée du Secret du mari de Liane Moriarty et du Couple d’à côté de Shari Lapena. 
« Du pur thriller domestique, plein de tension et de rebondissements. J’ai adoré ! » Lee Child

 

 

 

 

 

Mon résumé

Comme bien souvent, j’ai été séduit par la 4eme de couverture. J’étais plus que convaincu, que par rapport a ce qui se dit sur la toile, j’allais trouver mon compte dans ce roman.

L’histoire n’est pas pour sortir du lot, puisqu’il s’agit d’une situation que peux croiser n’importe ou de nos jours, notamment avec  le Air B & B. Il s’agit ni plus ni moins de l’échange de logements. C’est a quoi ont pensé Caroline et Francis afin de redonner du pep’s dans leur couple qui à tendance à battre de l’aile.  Ils acceptent donc durant une semaine, d’échanger leur appartement contre un appartement non loin de Londres, espérant ainsi repartir sur de bonnes bases.

Hors, lors de leur arrivée sur les lieux, ils sont plus que surpris de trouver une maison totalement vide, aucune personnalisation, aucun elements qui traîneraient laissant supposer que des personnes vivent habituellement cette maison (des photos, du dentifrice sur le bord du lavabo, une brosse a dents qui traînerait).

A peine arrivé que caroline se fait aborder par la voisine, qui je trouve voudrait faire amie-amie avec Caroline alors qu’elle ne la connait pas. J’ai trouvé cette voisine un peu trop envahissante et qui voudrait donner des lecons de vie alors qu’elle meme a eu une vie bien chamboulée, et puis son fils…..n’en parlons pas.

 

Mon avis

Je pensais qu’on se pencherait un peu plus sur le couple de Francis et Caroline mais bon…..et puis coté thriller j’ai eu l’impression de m’ennuyer un chouilla. On tourne les pages parce qu’on veut savoir ce qui va se passer mais finalement j’ai trouvé que s’attardait trop sur les histoires extra conjugales de Caroline. Et le mari dis semble dit oui a tout mais qu’au finale est un peu trop en retrait.

Bref !! depuis quelques temps j’ai l’impression de faire fausse routes dans mes selections de romans.

Dans la cave


Résultat de recherche d'images pour "dans la cave minette walters"

 

Auteur : Minette Walters
Titre : Dans la cave
ISBN: 9782221191958
241 pages – Edition Robert Laffont
Livre emprunté à la bibliothèque municipale

Résultat de recherche d'images pour "Minette Walters"

 

Minette Walters, née Minette Caroline Mary Jebb le 26 septembre 1949 à Bishop’s Stortford dans le comté d’Hertfordshire, est une romancière anglaise, auteur de romans policiers.
Elle travaille comme rédactrice et éditrice pour différents magazines et complète ses revenus en écrivant des histoires courtes et des séries pour la presse. Elle publie un premier roman en 1992 intitulé The Ice House qui est un succès critique et commercial et qui lance sa carrière.

 

 

4eme de couverture

En apparence, une famille bourgeoise sans histoire, émigrée en Angleterre depuis un pays africain : la mère, le père et les deux fils. Mais les Songoli cachent un secret : Muna, quatorze ans, orpheline. Elle dort à la cave, vit recluse, sans que personne de l’extérieur ne soupçonne son existence, et sert d’esclave à toute la famille.
Puis un jour, le plus jeune des deux fils ne revient pas de l’école. Scotland Yard investit la maison afin d’enquêter sur sa disparition. Face à la police, le couple Songoli est obligé de donner le change et de traiter Muna comme sa fille. Mais ce que ses tortionnaires n’ont pas deviné, c’est que Muna est extrêmement intelligente… Manipulatrice de génie, elle organise méticuleusement sa vengeance.
Une plongée oppressante dans la psyché d’une adolescente criminelle. Si vraisemblable, si proche de ce qu’on peut lire à la page des faits-divers, qu’on ne peut s’en détacher, fasciné.

 

Mon résumé

Mina, est une petite émigrée de 14 ans qui à été recueillie par la Famille Songolie. Les Songolis, est une famille d’émigrés qui sont venus d’Afrique, pour s’installer dans la banlieue Londonienne.

Muna dort sur un simple matelas jeté au sol dans la cave, et n’est pas autorisée à sortir. Elle exécute toutes les tâches ménagères et elle est le souffre-douleur des deux enfants et de Yetunde. Pour la famille, cette situation est normale, car après tout il l’on recueilli , aussi elle doit le leur rendre à leur manière.

La famille poursuit son petit bonhomme de chemin, jusqu’à ce que Abiola le cadet de la famille disparaisse. Une chance pour Mina, qui va enfin pouvoir sortir de l’ombre. La Police ayant investi la maison, la famille n’a plus d’autre choix que de la considérer comme leur fille et la mettre au meme niveau que leur 2 autres enfants. Du moins en apparence, car les deux parents la font passer aux yeux de la police comme une handicapée mentale.

Une aubaine pour Muna, qui prend la situation à son avantage et va en profiter pour se venger de tout ses sévices qu’elle à subit durant ses 6 longues années de captivité dans la cave.

 

 

Mon avis 

Cette histoire tant à montrer les outrages et les sévices commis sur certains enfants, devenus esclave de leur propre famille. Une histoire qu’ont pourrait facilement découvrir en lisant les journaux ou faire l’objet de la rubrique fait divers.

Cette histoire m’a fais un peu penser au dernier livre de Karine Giebel mais à un niveau moindre. Theme bien trop souvent laissé de coté et dont on voudrait oublier pour ne pas dévoiler les atrocités qui persistent dans notre société de nos jours.