Publié dans Policier / Polar, Thriller

Par accident


Couverture Par accident

Auteur : Harlan Coben
Titre : Par accident
Version : Numérique – Edition Belfond Noir
Date de parution : 4 octobre 2018
ISBN: 9782714479167
Lien livraddict

 

 

4eme de couverture

Il y a quinze ans, la vie de Nap Dumas a basculé : dernière année de lycée, son frère jumeau et la petite amie de celui-ci ont été retrouvés morts sur la voie ferrée.
Double suicide d’amoureux ?
Nap n’y a jamais cru.
Désormais flic, Nap voit ressurgir le passé : Rex, leur ami d’enfance, vient d’être sauvagement assassiné. Sur les lieux du crime, les empreintes d’une femme que Nap pensait disparue : Maura, son amour de jeunesse, dont il était sans nouvelles depuis quinze ans.
Le choc est total pour le policier. Celle qu’il aimait serait-elle une dangereuse psychopathe ? Où est Maura ? Et s’il était le prochain sur sa liste ?
La vérité est proche. Si proche. Bien plus terrible et dangereuse que tout ce que Nap imagine…
Puisant dans les légendes urbaines de la ville où il a grandi, le boss du thriller livre un jeu de fausses pistes effroyable.

 

 

Mon résumé

L’inspecteur Napoléon « Nap' » Dumas trouve devant sa porte, un beau matin, deux enquêteurs qui viennent lui poser des questions sur Rex Canton, un policier qui vient d’être retrouvé mort. Et sur la scène de crime, on retrouve également les empreintes de Maura Wells qui a disparu de la circulation, il y a une quinzaine d’année.
Toutes ces informations font remontés à l’esprit de Nap’ de douloureux souvenirs : la mort de son frère jumeau Léo et de la petite amie de ce dernier, pour laquelle Nap’ n’a jamais adhéré à la thèse du suicide.

Ellie a sorti pour Nap le trombinoscope de leurs années de collège. Le jumeau du policier faisait partie d’un Club des conspirateurs, comptant quelques jeunes. Rex et Maura en étaient également. Ils s’interrogeaient sur l’ancienne base militaire implantée à Westbridge, disposant de puissants missiles au temps de la Guerre Froide. La zone n’était pas si secrète, mais interdite d’accès, avant d’être reconvertie en unité de recherches pour l’agriculture.

 

 

Mon avis

Si vous ne connaissez pas encore les romans de l’auteur, ce ne serait pas celui-la que je conseillerais pour debuter. Faut dire que ce n’est pas celui que j’ai preferé. L’intrigue est efficace mais n’est pas d’une folle originalité et la fin, sympathique, n’est pas non plus renversante. Sans plus.

A vous de vous faire votre avis.

 

Publié dans Thriller

Le patient 127


Le patient 127 eBook by Gilbert Gallerne

Auteur : Gilbert Gallerne
Titre : Le patient 127
Version : Numérique
Date de parution : 11 décembre 2014
ISBN: 9791091981590
Lien livraddict
Lien kobo

 

Description de cette image, également commentée ci-après

Gilbert Gallerne, né en 1954, est un écrivain français de roman policier, lauréat du prix du Quai des Orfèvres 2010. Banquier de profession, il a été critique littéraire et a traduit plusieurs best-sellers américains.

Gilbert Gallerne, né en 1954, est un écrivain français de roman policier, lauréat du prix du Quai des Orfèvres 2010. Banquier de profession, il a été critique littéraire et a traduit plusieurs best-sellers américains.
Ayant pratiquement appris à lire dans les Bob Morane, c’est tout naturellement que le fantastique est devenu son domaine de prédilection lorsqu’il s’est mis à écrire. Sous le pseudonyme (transparent) de Gilles Bergal, il a publié de nombreuses nouvelles, et deux romans d’horreur au Fleuve noir (Cauchemar à Staten Island et Camping Sauvage), et sous le nom de Milan, a signé dans la collection « Anticipation » du Fleuve Noir deux ouvrages constituant un cycle, Le Clone Triste, et Le Rire du Klone.

En 1992, il décide d’abandonner les pseudonymes pour signer de son nom deux ouvrages de criminologie : Edward Gein le Psycho et Sacrifices Humains à Matamoros au Fleuve noir dans la collection « Crime story ». Il change de genre à partir de cette date : il passe du fantastique au thriller. Ses œuvres principales qui ont la caractéristique de se dérouler en France sont : Teddy est revenu (Lefrancq, 1997), La Mort au soleil (Flammarion, 2000), Le Prix de l’angoisse (Belfond, 2002), Le Patient 127 (Belfond, 2004).

 

4eme de couverture

Hôpital de Cressac. Vingt-deux heures. Service des urgences. Plongé dans un coma profond, un homme impossible à identifier est conduit chambre 127. Pas de papiers, plus d’empreintes, un visage modifié par la chirurgie esthétique. La police soupçonne un cas de grand banditisme, et la presse s’empare de l’affaire… Carole Masson, l’infirmière en charge du mystérieux « patient 127 », est intriguée. Sorti de sa léthargie, le blessé affirme être amnésique… Jusqu’au jour où il lui fait cette confidence : sur l’écran de télévision il s’est reconnu en la personne de Luigi Belladone, un chanteur de variétés oublié du public. La ressemblance est frappante, mais Carole ne sait que penser. Tandis que la police piétine, la jeune femme décide de résoudre le mystère et se lance dans une enquête qui la mène directement à… Luigi Belladone. Et bientôt, les cadavres s’additionnent, car dans l’ombre rôde un assassin qui ne veut pas voir la vérité éclater et n’hésite pas à recourir au meurtre pour éliminer les témoins. « 127 » est-il fou, ou bien cherche-t-il à manipuler Carole ? Peut-elle vraiment se fier à cet inconnu qui, s’il l’attire irrésistiblement, pourrait se révéler très dangereux ? Entre cet homme et le policier qui enquête, son cœur balance. Va-t-elle trouver l’amour ou bien la mort entre les mains d’un fou criminel ? Car, crime après crime, le meurtrier se rapproche d’elle. Saura-t-elle l’arrêter avant d’en être la victime ? Dans ce roman policier en trompe l’œil où les personnages se dédoublent, Gilbert Gallerne distille savamment fausses pistes, séduction amoureuse et conflits d’intérêts jusqu’à faire culminer une indicible angoisse.

Par l’auteur de « Teddy est revenu », « Le prix de l’angoisse », « L’ombre de Claudia » et « Au pays des ombres » (Prix du Quai des Orfèvres 2010).

 

Mon résumé

IL s’agit la d’un roman que je n’aurais pas forcement pris si j’avais du l’acheter, aussi vu que la je ne l’ai pas payer je n’allais pas faire la fine bouche. Merci à kobo pour proposer de bon roman gratuit de temps en temps.

L’histoire commence lorsque qu’un homme est découvert lors d’un accident de voiture. Il se retrouve à l’hôpital de Cressac au service des urgences. Il se trouve dans un profond coma et on ne sait rien de lui. Aucun papiers retrouvés sur lui, plus d’empreintes digitales et un visage modifié par la chirurgie esthétique. Pour le corps médical, il est un parfait inconnu.

Voila qu’au bout de 3 semaines de coma, il semble revenir à lui. Cette résurrection, ne va pas pour autant aider les médecins à savoir qui il est et ce qui a pu lui arriver. D’autant plus lorsque la police débarque et semble se faire présente et insistante pour savoir qui il est. LA seule personne qui semble compréhensif face a ce patient mystérieux, c’est Carole l’infirmière, qui est tous les jours a son chevet.

c’est elle, qui, de façon discrète, va l’aide a se souvenir. Ce que fait Carole va finir pas se savoir au sein de sa hiérarchie….

 

Mon avis

Si l’auteur a fait bien d’autres roman, il s’agit ici, pour ma part de mon premier roman. Avant cette lecture je ne connaissais pas Gilbert Gallerne. J’avais certes entendu parler d’un des romans qu’il a fait : Teddy est revenu mais sans avoir jamais lu aucun roman.  JE découvre même qu’il a écrit sous différents pseudonyme.

Et vous, connaissez vous cet auteur ? avez vous déjà lu des livres ? dites- moi tout.

Publié dans Thriller

La maison


43825288. sy475

Auteur : Vanessa Savage
Titre : La maison
Version : Numérique – Edition de la martiniere
ISBN: 9782732486277
Lien livraddict

 

 

 

Vanessa Savage est graphiste et illustratrice.

« La Maison » (The Murder House, 2019) est son premier roman.
Elle vit dans le sud du Pays de Galles avec son mari et ses deux filles.
Twitter

 

 

 

4eme de couverture

Toutes les maisons portent en elles une histoire.
Celle-ci est cauchemardesque.

La maison où Patrick a passé toute sa jeunesse n’est pas une demeure comme les autres. Quinze ans plus tôt, elle a été le théâtre d’un drame inconcevable : toute une famille y a été retrouvée, massacrée. Patrick garde pourtant des souvenirs irremplaçables dans ces lieux, comme seule l’enfance sait en créer. Il décide de la racheter. Sa femme, Sarah, et leurs deux enfants s’y installent à contrecœur. Le délabrement, l’atmosphère sinistre qui colle à la maison oppressent Sarah. Ses psychoses reprennent, de plus en plus sombres. Des voisins épient chacun de ses mouvements. La tension monte.
​Dans ce roman tortueux, imprévisible, Vanessa Savage braque la lumière sur chacun des personnages, tour à tour. Patrick, Sarah – et le lecteur – sauront-ils résister à cette infernale spirale du doute et de l’enfermement ? Et jusqu’où les entraînera-t-elle ?

 

 

Mon résumé

Et voila, enfin je me décide ! JE sors enfin un livre de ma PAL. Il faudrait que je fasse ça un livre sur deux. Tout d’abord ce qui m’avais interpellé c’est le résumé. En lisant le résumé, je me suis dis que j’allais adorer la lecture et puis en lisant les premières pages j’ai commencé a douter. LE couple qui veut racheter la maison familiale 15 ans pour changer de vie j’ai commencé a le sentir moyen.

Apres 2-3 chapitres ca a commencé à s’accélérer et tout de suite j’ai commencé a changer d’avis et c’est a partir de la que j’ai commencé a ne plus pouvoir le lâcher : avant de partir au boulot pendant le café lecture, dans le bus et train lecture …

Des la possession des lieux le mari, qui a vécu dans cette maison une bonne partie de son enfance change du tout au tout. Il commence par vouloir tout refaire dans cette maison, et lorsqu’il va pour demander un prêt à la banque pour faire la cuisine aménagée c’est la douche froide !! Il va devenir agressif envers sa femme, il va s’immiscer dans sa vie et vouloir savoir ce qu’elle fait, avec qui et quand. Elle doit jouer le rôle de la femme d’intérieur parfaite !!!

Tout cela ne va bien sur par être de son gout et va vouloir sortir un peu pour avoir des activités qui lui permette de décompresser du quotidien.

 

Mon avis

J’ai pris un vrai plaisir a lire ce livre et aussi a découvrir cette auteure que je ne connaissais pas. Peut-être est-ce un premier roman, ce qui expliquerais peut-être que je ne la connaissais pas auparavant. En tout cas si vous vouloir passer un bon moment je vous le recommande.

Publié dans littérature anglaise, Policier / Polar

Jamais deux sans trois


 

Couverture Agatha Raisin enquête, tome 16 : Jamais deux sans trois

Auteur : M.C. Beaton
Titre : Jamais deux sans trois
Version : Broché – Albin Michel – 303 pages
ISBN: 9782226435644
Lien Livraddict

M C Beaton: The most borrowed adult British author in UK ...

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Glasgow , 1936

Marion Chesney Gibbons, née Marion McChesney, est écrivain depuis 1979.
Elle est auteur de nombreux romans policiers, romans d’amours et récits historiques sous son nom et sous de nombreux pseudonymes.
Elle a commencé à travailler comme libraire au département fiction de John Smith & Sons Ltd. Le Scottish Daily Mail lui propose à la même période d’écrire des critiques de théâtre : elle accepte et diversifie peu à peu ses articles pour eux.

 

 

4eme de couverture

Lasse de courir après des chats et des chiens égarés, Agatha accepte la sollicitation d’un certain Robert Smedley : cet homme fortuné est persuadé que son épouse le trompe. Rien de plus tentant pour notre extravagante Agatha que de coincer la jeune, jolie et très dévote Mrs Smedley, un peu trop parfaite pour être honnête. Mais c’était compter sans une autre affaire de disparition qui lui tombe sur le coin du nez. Jamais deux sans trois ?

Titre original : Agatha Raisin, book 16: And the Perfect Paragon (2005)

 

Mon résumé

C’est le premier vrai roman de l’auteure que je lis. le précédent était une nouvelle assez courte que j’avais eu gratuitement sur le site de kobo : Le Noel de Agatha Raisin.  JE ne commence pas forcement de la bonne manière pour découvrir le caractère du personnage, mais qu’importe cela reste tout de même des livres qui somme toute sont facile a lire et me change de ce à quoi j’ai l’habitude.

Dans ce tome on retrouve Agatha Raisin à la tête de son agence de détectives privés, elle mène ses enquêtes avec toujours autant d’audace et d’intuition… elle a recruté de nouveaux partenaires mais se sent seule et vieille… pourtant tellement habile dans son style…

En commençant ce roman, j’avais l’intention de commencer une période de duo. Je m’explique je voulais lire d’affilé 2 roman du même auteur, aussi depuis cette chronique on retrouvera non une mais 2 chronique du même auteur à suivre.

 

Mon avis

Mon avis ne sera pas forcement objectif vu que ce n’est que mon 2eme roman de l’auteur et qu’il s’agit du dernier sorti. Cependant je trouve ce genre de lecture rafraîchissante, sans prise de tete et parfois cocasse dans les situations. Si vous voulez d’un roman policier facile à lire, n’hésitez pas c’est la lecture qu’il vous faut.

 

 

Publié dans Anticipation, Policier / Polar, Suspense, Thriller

La chambre des murmures


44181384. sy475

Auteur : Dean Koontz
Titre : La chambre des murmures
Version :  Broché – 442 pages – Edition l’archipel
ISBN: 9782266243537
Lien livraddict
Il s’agit d’un emprunt de la bibliothèque d’Angers

 

 

4eme de couverture

Jane Hawk face à la confrérie secrète
« Il n’est plus temps d’attendre… »
Tels sont les mots qui résonnent dans l’esprit de Cora Gundersun, une enseignante appréciée de tous, au matin du « grand jour ». Juste avant qu’elle commette un attentat-suicide au volant de son 4×4 bourré de jerrycans d’essence.
« Accomplis la mission qui t’incombe… »
L’effroyable contenu du journal intime de Cora corrobore l’hypothèse de la démence. Lorsque de nouveaux cas surviennent, Jane Hawk, inspectrice du FBI en disponibilité, comprend que chaque seconde compte. À jamais marquée par le deuil de son mari, un marine qui s’est mystérieusement donné la mort, elle sait qu’elle n’a plus rien à perdre.
« … et tu seras célèbre et adulée ! »
Sa traque va conduire Jane sur la piste d’une confrérie secrète dont les membres se croient au-dessus des lois. Une quête de justice à la mesure de sa soif de vengeance…

 

 

Mon résumé

Cora Gunders est une jeune enseignante, dynamique et aimée de tous jusqu’au jour fatal où elle commet un attentat suicide. C’est plus qu’inexplicable et personne ne comprend ce qui a pu se passer dans sa tête. Le shérif Luther Tillman se pose des questions et pense qu’il faut creuser l’affaire. Mais les fédéraux ne l’entendent pas de cette oreille et le mettent à part presqu’en devenant menaçants. Comme Luther est un gars vraiment bien, plus il sent que les « officiels » veulent étouffer ce qui s’est passé, plus il essaie de comprendre. Bien sûr, rien ne sera simple, il va être courcircuité, surveillé, traqué….mais il n’a pas envie de lâcher et il essaie d’avancer….

Une autre personne que cet acte interroge, c’est Jane Hawk. Elle fait le parallèle entre le suicide incompréhensible de son mari et la tuerie hors norme provoquée par Cora. Elle ne comprend pas que des citoyens bien sous tous rapports aient pu basculer du jour au lendemain dans des situations ne leur correspondant pas. Elle n’est pas en odeur de sainteté chez ses patrons du FBI et tout cela va bien la gêner car elle dérange au point qu’il vaudrait mieux qu’elle disparaisse, comme par accident (ben voyons). Comme le shérif, c’est quelqu’un avec un caractère fort, prête à aller jusqu’au bout, à prendre des risques pour faire éclater la vérité. Il va s’agir d’une course contre la montre pour essayer d’enrayer ce qui est en train de se mettre en place….

 

Mon avis : 

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de livres de Dean Koontz. D’ailleurs si vous faites une recherche sur le blog vous constaterez que ma dernière chronique sur l’auteur remonte tout de même en 2014. Lorsque j’ai vu ce livre dans les nouveautés de la bibliothèque, je me suis dis que c’était l’occasion de replonger dans l’univers de l’auteur. Si la première partie du roman, lorsqu’il est question de l’attentat m’a bien plus et m’a motivé a continuer la lecture, la seconde partie en revanche a refréné la cadence, j’ai eu l’impression d’arriver à un péage après avoir fais 300 km a 130 km/h. J’en attendais un peu mieux tout de même, les notions de sectes secrètes n’est pas spécialement ma tasse de thé.

Dean Koontz m’avais habitué a mieux…mais, bon !

 

Publié dans Policier / Polar, Suspense, Thriller

Inexorable


41021592

Auteur : Claire Favan
Titre : Inexorable
ISBN :9782221217092
369 pages –  La bete Noire
Lien livraddict

 

Résultat de recherche d'images pour "Claire Favan"

 

Claire Favan, née le 12 avril 1976 à Paris, est une femme de lettres française, auteure de roman policier.

Claire Favan vit à Paris et exerce dans la finance. Elle écrit ses romans durant ses loisirs. En 2010, elle publie son premier roman, Le Tueur intime, premier volume d’un diptyque consacré au tueur en série Will Edwards. Avec ce roman, elle est lauréate du grand prix VSD du polar 2010 et du prix Sang pour Sang Polar en 2011.

Elle participe à l’écriture d’un cadavre exquis, Les Aventures du Concierge masqué, publié en 2013. Avec le collectif Les Auteurs du noir, elle publie deux nouvelles dans les recueils Santé et Irradié.

 

Source : wikipedia

 

 

4eme de couverture

Vous ne rentrez pas dans le moule ? Ils sauront vous broyer.

Inexorables, les conséquences des mauvais choix d’un père.
Inexorable, le combat d’une mère pour protéger son fils.
Inexorable, le soupçon qui vous désigne comme l’éternel coupable.
Inexorable, la volonté de briser enfin l’engrenage…
Ils graissent les rouages de la société avec les larmes de nos enfants.

« Claire Favan franchit un cap avec cette histoire qui touchera inexorablement votre âme. » Yvan Fauth, blog EmOtionS.
« À l’enfant qui est en vous, ce livre peut raviver des douleurs. À l’adulte que vous êtes devenu, il vous bousculera dans vos certitudes. » Caroline Vallat, libraire Fnac Rosny 2

 

A la base il devait s’agir d’un service presse NetGalley, mais comme il a jamais été validé, j’ai du me rabattre sur une nouveauté de la bibliothèque municipale

 

 

Mon résumé

Tout d’abord, je vais commencer par vous expliquer les conditions qui m’ont amené a la lecture de ce livre, mais surtout la galère que ça a été de pouvoir lire ce livre. J’avais vu ce livre sur de nombreux blog que je suis et j’en ai par ailleurs entendu beaucoup de bien, il était donc naturel que je veuille lire ce livre. Etant membre de NetGalley, j’ai eu l’agréable surprise de voir que ce livre était proposé en service presse, aussi j’ai sauté sur l’occasion. Lorsque 2 semaines après je n’avais toujours aucun retour de NetGalley et de La bête noire, éditeur du livre, je me suis permis de leur envoyer un mail. Réponse bateau au mail, beaucoup de demandes donc ça peut prendre du temps ! Certes mais ça m’empêche que je n’ai finalement eu aucun retour.

Suite a cette deception, je me suis fait à l’idée de ne jamais lire ce livre….a moins de me decider à l’acheter, mais j’ai jamais sauté le pas.

Lorsque lors du dernier café des lecteurs organisé par la bibliothèque de la roseraie j’ai vu le livre en exposition parmi tant d’autres livres, je me suis dis qu’il ne fallait pas que je le rate cette fois et je m’en suis aussitôt emparé. Voila comment vous allez enfin avoir mon avis sur ce thriller signé Claire Favan.

Commençons par la couverture. Oui, je sais j’ai pas pour habitude de parler de la couverture mais vous comprendrez par la suite le pourquoi du comment. La première chose qui m’a interpolé est pourquoi cette image sur la couverture pour un thriller, va-t-on entrer dans une histoire qui se passe dans le monde de l’industrie ? Non pas vraiment, mais quand on cite le mot de ce que représente l’image a haute voie et qu’on le fait alors qu’on a déjà lu près de 1/4 du livre alors l’image prend tout son sens  : Engrenage.

L’histoire : Alexandra, la maman de Milo se bat pour protéger son fils qui, depuis l’arrestation de son père, va mal et enchaîne des comportements violents en classe. Victor, son père sera donc arrêté de façon violente devant son fils et sa femme en pleine nuit. Victor, adulé par son fils se verra condamné à le délaisser et à le faire souffrir. L’amour qu’il porte pour son petit Milo est pourtant bien présent mais ne pourra lui dire. Les conséquences de cette arrestation vont être dramatiques. Le père de milo va se faire tuer durant son incarcération. Face a cette dure étape, Milo va aller de mal en pis, et Alexandra, va tout faire pour que son fils revienne a la raison mais c’est peine presque perdu face a son fils qui devient tyrannique.

Alexandra ne veut surtout pas que son fils suive le même chemin que son père. Cela elle ne le veut à aucun prix !! Pourtant son fils va finir par être accusé d’un meurtre, bien malgré lui….

 

Mon avis

Mon premier livre de Claire Favan, et je dois dire que même si j’ai mis du temps a le lire (sortie en octobre 2018 et lu en mars 2019) cela a été une belle découverte. J’ai eu beaucoup de mal a lâcher le bouquin. Vous connaissez peut-être le slogan de tout bon lecteur : « encore un chapitre et j’arrête » . Ici, beaucoup d’émotion. On a de la tristesse pour Milo qui a perdu son père, a la fois parce qu’il est en prison puis ensuite face a son décès, mais également de la tristesse face a l’acharnement de Alexandra qui veut coûte que coûte pouvoir élever son fils sereinement. Saura-t-elle affronter cela toute seule ? C’est ce que vous saurez en lisant ce livre

Publié dans Policier / Polar, Suspense

Le chat qui a tout vu


42271770

 

Résultat de recherche d'images pour "L'archipel edition"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Sam Gasson
Titre : Le chat qui a tout vu
ISBN : 9782809823516
315 pages – Edition l’archipel

 

Résultat de recherche d'images pour "Sam Gasson"

Auteur de nationalité du Royaume-Uni, il est né en 1983

Diplômé en écriture créative à l’Université d’East Anglia, Sam Gasson enseigne la littérature anglaise au secondaire.
« Le chat qui a tout vu » (The Cat Who Saw It All, 2016) est son premier roman.Il vit avec sa femme à Horsham.
Twitter : https://twitter.com/samjgasson?lang=fr

 

source : Babelio

 

4eme de couverture

Bruno, 11 ans, rêve de devenir détective privé, comme l’a été son père. Des sujets d’enquête, il en voit partout autour de lui !Lorsque la mère de son copain Dean est retrouvée assassinée, baignant dans une mare de sang, Bruno est bien décidé à mettre la main sur le coupable.Son arme secrète ? Sa chatte Mildred, seul témoin du crime, grâce à la caméra miniature installée sur son collier…Tout semble accuser le père de Dean, un homme violent et jaloux, mais le voisinage de ce quartier sans histoires cache quelques secrets inavouables… qui ne sauraient échapper à l’oeil perçant d’un chat !

 

 

Mon résumé

Bruno à 11 ans et il est le fils d’un ex-detective, c’est donc tout naturellement qu’il souhaite suivre le chemin de son père et devenir à son tour detective. Lorsque la mere de son copain Dean, est retrouvée morte, il voit la une aubaine pour montrer qu’il a tout pour devenir detective. C’est à l’aide de sa chatte Mildred qu’il va mener son enquête, qui semble être la seule à avoir tout vu. Aussi c’est tout naturellement qu’il decide de l’équiper d’une camera miniature, sur son collier.

Tout les elements recueillis par le commissaire semble incriminer le père de dean. Plus l’enquête de Bruno avance et plus il a la conviction que son père est innocent.  Le problème majeur que rencontre Bruno ? Plus il apporte d’indice au commissaire, plus Bruno semble s’enfoncer.  Il va donc decider de mener son enquête, investigation qui se révèle digne des plus grands detective et va commencer par faire son tour du quartier afin d’interroger les voisins.

Je me suis attachée à ce petit garçon qui suit et argumente ses convictions avec force et panache. Tres mature pour son age, son raisonnement est ultra pro et il surprendra même son père.

Comme tout bonne histoire policière, Tout le monde pense tenir le coupable et on comprend assez vite qu’on fait fausse route !

 

Mon avis :

Une lecture toute douce, qui pourrais parfaitement convenir à un adolescent ( vu que l’histoire elle-meme suit le parcours d’un pré-adolescent). Au vu du titre j’aurais pensé que le chat aurait été plus present dans l’histoire. Certes, il est present, mais pas suffisamment pour moi, cela dis cela n’enlève rien au cachet du livre et on se prend facilement au jeu du jeune enquêteur.