Articles Tagués ‘police’


57375656. sy475

Auteur : Alexis Laipsker
Titre :  Le mangeur d’âmes
Date de parution : 4 mars 2021
EAN : 9782749946276 – edition Michel Lafon

 

 

Alexis Laipsker (auteur de Et avec votre esprit) - BabelioAlexis Laipsker, né le 14 octobre 1969 à Paris, est un spécialiste en communication devenu animateur et commentateur de télévision, journaliste et auteur.

En 2008, il fonde le supplément bimestriel Poker Evolution qui connait un tel succès que six suppléments paraissent alors qu’un seul était prévu.

En 2009, il reprend en main le magazine gratuit City Poker tout en poursuivant ses activités avec les autres magazines.
Il écrit dans différentes publications grand public : Le Parisien, Direct Matin, Entrevue, Choc et Guts.
Il cesse ses activités de journaliste en 2010 pour prendre ses fonctions de Directeur de la Communication de PokerStars, poste qu’il occupe jusqu’en 2017.

De 2017 à 2019, il écrit dans Le Point.

 

 

4eme de couverture :

 » Il n’a pas crié. Ils ne crient jamais.  »
Certains secrets, pourtant bien gardés, s’avèrent parfois trop lourds à porter…
Quand des disparitions d’enfants et des meurtres sanglants se multiplient dans un petit village de montagne sans histoire, une vieille légende nimbée de soufre ressurgit… Diligentés par leurs services respectifs, le commandant Guardiano et le capitaine de gendarmerie De Rolan sont contraints d’unir leurs forces pour découvrir la vérité.

 

 

Mon résumé

Est-il utile de préciser encore une fois, par quel mystère ce roman est arrivé sur mon blog….et par extension dans mes mains ? Allez je ne peux pas m’empêcher de citer mes sources : Anthony de leslivresdek79. Eh oui ! A force de le voir sur la blogosphère et Anthony qui en rajoute une couche, quel autre choix j’avais que de me le procurer ? J’avais quand même par rester dans ma bulle a me morfondre parce que je n’avais pas le dernier livre en vogue.

Ici, on se retrouve dans un petit village de montagne, en compagnie de 2 enquêteurs : Élisabeth Guardiano et de Rolan, 2 policiers certes mais un étant de la criminelle tandis que l’autre fait parti de la gendarmerie nationale. Rien donc ne semble les prédestiner a se rencontrer ou alors par pur hasard. Ils semblent se retrouver au même endroit pour mener leur propre enquête sur des affaires totalement différentes. Rapidement ils se rendent a l’évidence, ils vont devoir travailler ensemble.

Je sais pas pour vous ami lecteur, mais pour ma part, à un moment j’en suis venu a me demander pourquoi ces oiseaux qui tombe du ciel ? Y-a-til une raison ?  Pour ma part, j’ai commencé a me remémorer une scène d’un vieux film d’Alfred Hitchcock…je ne vous fais pas un dessin vous aurez compris : les oiseaux.

Un thriller plein de mystère, de suspense et d’action ! Et les deux personnages principaux sont très attachants ! Deux belles âmes torturées, tantôt fragile, tantôt fonceur.

Le duo d’enqueteur n’est pas sans me rappeler un peu un autre duo qu’on ne peu ignorer si on est un tans soit peu thriller addict : Le couple Sharko.

 

 

Mon avis : 

Vous aurez tout de suite compris que c’est une grosse découverte pour moi, car bien sur comme souvent je commence la découverte d’un auteur par le dernier roman sorti. Faudrait que je parvienne un jour en commençant par le 1er roman mais bon….ça n’empêche pas que ce fut une très belle découverte.

 


NetGalley

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Rachel Abbott
Titre :  Murder Game
Date de parution : 25 mars 2021
EAN : 9782956131670 – Belfond noir

 

Image dans Infobox.

Née près de Manchester, Rachel Abbott a longtemps occupé un poste d’infographiste, avant de se lancer à la poursuite d’un vieux rêve, rénover de vieilles demeures en Italie, où elle vit désormais une partie de l’année.

La parution d’Illusions fatales (2014), le premier tome des enquêtes de l’inspecteur Tom Douglas, autopublié et aussitôt classé numéro un des ventes Amazon en Angleterre, a marqué le début d’une formidable success story. Auteure de neuf tomes des enquêtes de Tom Douglas, Rachel Abbott a débuté avec Ce qui ne tue pas (2019) et Murder Game une nouvelle série, incarnée par l’enquêtrice Stephanie King.

Voix incontournable sur la scène du polar britannique, Rachel Abbott vit sur l’île anglo-normande d’Aurigny/Alderney.

 

 

4eme de couverture : 

Apparences trompeuses, manipulation et faux-semblants :  Rachel Abbott déploie tout l’éventail de son talent dans un roman à énigme digne d’Agatha Christie. 

La première fois que Jemma s’est rendue au manoir de Polskirrin, c’était avec Matt, son époux, pour célébrer le mariage du richissime Lucas Jarrett. Jamais elle n’oubliera la vue saisissante de cette demeure dominant la mer, perchée sur un éperon de Cornouailles. Jamais, non plus, elle n’oubliera la vue du corps sans vie d’Alex, la sœur du marié, le jour des noces, sur cette plage de galets…  

Un an plus tard, les invités sont de retour à Polskirrin, à la demande de Lucas. Pourquoi ce dernier tient-il tant à célébrer le premier anniversaire de ses noces funestes ?

C’est en réalité à une fête macabre qu’il les a conviés, un murder game visant à faire rejouer à chacun son rôle de l’an passé et révéler ainsi la vérité sur la mort d’Alex. Mêmes personnes, mêmes tenues, même repas, mêmes discussions, la nuit qui a vu mourir la jeune femme se répète dans une mise en scène terrifiante.

 

 

Mon résumé

Quand j’ai vu ce titre sur Netgalley je me suis dis que ça rentrais exactement dans mon style de lecture mais aussi je me suis arrêté dessus pour l’auteure, qui je pensais avoir deja lu  et ou j’avais été plus que satisfait. Et finalement en fouillant mon blog et goodread je me suis aperçu que nulle part n’apparaît le nom de Rachel Abbott. Apres tout je confonds peut-être avec un autre auteur. Mais qu’importe le résumé me plaisait déjà malgré tout.

Tout commence lorsque Jemma suit son mari, au manoir de Polskirrin, pour assister au mariage du richissime Lucas Jarrett. Une majestueuse demeure qui domine la mer au milieu des cornouilles. Tout semble se passer au mieux. Les invités sont présents, le champagne coule a flot et le repas semble succulent mas voila qui corps est retrouvé plongé dans l’eau. Ça ne peut être que Alex, la sœur du marié. En effet, Alex a pris l’habitude de se retirer dans ses appartements situés juste aux pieds de la plage ou son corps a été retrouvé. 

Bien vite, et sans qu’on tente de trouver une autre raison, la cause de la mort se tourne vers le suicide. Un suicide ? mais quelle pourris en etre la raison ? Bien vite l’affaire est enterrée et on entend plus parler de Alex et des mysteres qui pourrait l’entourer.

….Jusqu’à ce que un an après Lucas décide de réunir tous les invites exactement dans le même contexte. Il compte faire participer ses invités a un petit jeu ou  chaque invité devra tenter de trouver des indices afin de savoir qui aurait pu vouloir la mort de Alex…Et oui visiblement pour Lucas ce n’est pas un suicide mais bien un meurtre.

 

 

 

Mon avis

J’ai lu plusieurs romans de Agatha Christie il y a quelques années et tout comme le pressage la 4eme de couverture, on est vraiment dans ce monde quand on lis ce livre de Rachel Abbott. J’irai même plus loin, on a presque l’impression de plonger dans les dix, c’est du moins l »impression que j’en ai eu.

Les personnages sont bien pensés et on sens bien les tensions qui se créé au fur et a mesure que l’on avance dans l’histoire. Un vrai suspence truffé de rebondissements.


57429830. sy475

Auteur : Chris Ravéri
Titre : Quais maudits sur Garonne
Date de parution : 16 février 2021
EAN : 9782382680421 – Auto-édité

 

Chris Ravéri

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4eme de couverture :

À Bordeaux, sur les quais de la Garonne, un escarpin abandonné est la dernière trace laissée par une jeune femme.
Le commissaire Maxime Grabowski de la brigade criminelle pressent que ce nouveau suicide recouvre d’autres crimes.
À Bayonne, des mouvements suspects sur le port intriguent le capitaine Imanol Etcheberry de la police judiciaire.
Des quais du port de la Lune à ceux basques de l’Adour, en passant par le Médoc et la côte d’Argent landaise, les morts violentes de prostituées et de dealers s’enchaînent.
Pourquoi une avocate pleine d’avenir disparaît-elle subitement ?
Existe-t-il des liens entre les univers feutrés de la finance et du vin et les bas-fonds urbains ?
Les enquêteurs doivent démêler ce noir écheveau au plus vite…

 

 

 

Mon résumé

Nous débutons a bordeaux, plus précisément, aux abords des quais de la garonne. Un escarpin est retrouvé et c’est la dernière trace qu’a laissé une jeune femme avant de disparaître. Les premiers éléments relevés au cours de l’enquête menée par le commissaire Grabowski, et d’après des témoins, laissent à penser qu’elle ai voulu se suicide en se jetant d’un pont.

Un peu plus loin de la, du coté de Bayonne, le capitaine Imanol Etcheberry, fait face à des mouvements louches, du coté du port.

Les deux enquêteurs vont vite unir leur forces et découvrir que des éléments se rejoignent dans leur propre enquête.

Dans le noir, des choses bougent. La jeune femme qu’on croyait disparu, l’ai bien mais au prise d’une geôlière qui semble un peu trop sympathique. Elle va tout d’abord savoir ou elle est, qui est en face d’elle et surtout pourquoi elle est la. Elle va apprendre que sa geôlière se fait appeler Sabrina et que les souffrances que lui fait subir sabrina, elle ne les veut pas particulièrement mais qu’elle est obligée.

Le commissaire va vite tomber sur un maître de chai, qui semble en savoir plus qu’il ne veux bien le faire entendre. Le vignoble recèle des secrets bien cachés…un peu trop caché même. Dans les caves du chai, le commissaire va trouver des tonneaux de vin, et en fouillant un peu plus loin il va découvrir une pièce dans laquelle il y a des traces d’une personne y ayant possiblement été séquestrée.

Au fil des chapitres, l’énigme de la chaussure trouvée sur le bord du quai prend des tournures de chasse à l’homme.

 

 

 

Mon avis

Ce qui m’a particulièrement plus dans ce roman. C’est la finesse et la précision des lieux, l’enchaînement des actions. C’est un livre qui va a 100 à l’heure dans lequel on découvre toute la région bordelaise, et on parcours même les vignobles de la région.

Une fois la lecture de ce roman terminée,  on aurait presque envie de le recommencer une fois sur place et de parcourir les lieux tout en tournant les pages. Une belle lecture a travers les vignobles et la vie bordelaise. Je le recommande.

 

 

 


51259060. sy475

Auteur : Bernard Minier
Titre : La vallée
Version : Numerique – Xo éditions
Date de parution :20 mai 2020
EAN : 9782374481906
Lien livraddict

 

 

4eme de couverture :

Un appel au secours au milieu de la nuit
Une vallée coupée du monde
Une abbaye pleine de secrets
Une forêt mystérieuse
Une série de meurtres épouvantables
Une population terrifiée qui veut se faire justice
Un corbeau qui accuse
Une communauté au bord du chaos
Une nouvelle enquête de Martin Servaz

 

 

 

 

Mon résumé

On retrouve dans La vallée les personnages fétiches de l’écrivain : Martin Servaz, policier au bout du rouleau et sous la menace d’une révocation, la gendarme Irène Ziegler déjà croisée dans Glacé (le premier livre de Minier paru en 2011).

L’histoire se passe dans une vallée des Pyrénées littéralement coupée du monde. Des meurtres rituels particulièrement horribles y sont commis et, comme les enquêteurs, les lecteurs, angoissés, retiennent leur souffle. Minier connaît son affaire. Le livre entamé on peine à le refermer. On ne découvrira le fin mot de l’histoire qu’à la toute fin du livre et même les lecteurs les plus blasés seront bluffés par son dénouement.

Suite à sa dernière enquête, la situation professionnelle du capitaine Martin Servaz s’est encore dégradée. Rétrogradé de commandant à capitaine après Nuits (2017), il est désormais, conséquences des libertés prises avec la procédure dans Sœurs (2018), suspendu, en attente d’un conseil de discipline qui ne paraît pas devoir lui être favorable, bien au contraire. Il risque la révocation pure et simple, ainsi que la privation de sa pension de retraite… Ses finances commencent à s’en ressentir, et son moral également.

Il est contraint de rester dans ses pénates et rester a carreaux jusqu’à la sentence. Oui, mais la ce serait trop lui en demander.

Comment ignorer l’appel au secours de Marianne son ex-compagne, la mère de son fils Gustav, disparue depuis huit ans. Il la croyait morte, assassinée par Hirtman, procureur à Genève et tueur en série pendant ses loisirs. Pourtant, le temps de poser son fils chez des amis, d’expliquer brièvement de quoi il retourne à sa nouvelle amoureuse, Lea, et le voici parti pour cette vallée des Pyrénées d’où provient l’appel.  Là-bas, il va retrouver la gendarme Keller, avec laquelle il a déjà collaboré, et qui va accepter de l’aider même s’il n’a aucun droit d’être là.

Une fois sur place, aucune trace de Marianne…..

 

 

Mon avis

Apres avoir avalé d’une traite M comme l’abime, comment resister a l’envie de reprendre contact avec Servaz. Bernard Minier conduit son intrigue sans nous laisser reprendre notre souffle. Certes suite a la lecture de ce roman certains elements me manquaient pour tout comprendre, aussi je vous recommende tout de meme de lire Soeurs avant celui-la, chose que j’aurais du faire.


Le patient 127 eBook by Gilbert Gallerne

Auteur : Gilbert Gallerne
Titre : Le patient 127
Version : Numérique
Date de parution : 11 décembre 2014
ISBN: 9791091981590
Lien livraddict
Lien kobo

 

Description de cette image, également commentée ci-après

Gilbert Gallerne, né en 1954, est un écrivain français de roman policier, lauréat du prix du Quai des Orfèvres 2010. Banquier de profession, il a été critique littéraire et a traduit plusieurs best-sellers américains.

Gilbert Gallerne, né en 1954, est un écrivain français de roman policier, lauréat du prix du Quai des Orfèvres 2010. Banquier de profession, il a été critique littéraire et a traduit plusieurs best-sellers américains.
Ayant pratiquement appris à lire dans les Bob Morane, c’est tout naturellement que le fantastique est devenu son domaine de prédilection lorsqu’il s’est mis à écrire. Sous le pseudonyme (transparent) de Gilles Bergal, il a publié de nombreuses nouvelles, et deux romans d’horreur au Fleuve noir (Cauchemar à Staten Island et Camping Sauvage), et sous le nom de Milan, a signé dans la collection « Anticipation » du Fleuve Noir deux ouvrages constituant un cycle, Le Clone Triste, et Le Rire du Klone.

En 1992, il décide d’abandonner les pseudonymes pour signer de son nom deux ouvrages de criminologie : Edward Gein le Psycho et Sacrifices Humains à Matamoros au Fleuve noir dans la collection « Crime story ». Il change de genre à partir de cette date : il passe du fantastique au thriller. Ses œuvres principales qui ont la caractéristique de se dérouler en France sont : Teddy est revenu (Lefrancq, 1997), La Mort au soleil (Flammarion, 2000), Le Prix de l’angoisse (Belfond, 2002), Le Patient 127 (Belfond, 2004).

 

4eme de couverture

Hôpital de Cressac. Vingt-deux heures. Service des urgences. Plongé dans un coma profond, un homme impossible à identifier est conduit chambre 127. Pas de papiers, plus d’empreintes, un visage modifié par la chirurgie esthétique. La police soupçonne un cas de grand banditisme, et la presse s’empare de l’affaire… Carole Masson, l’infirmière en charge du mystérieux « patient 127 », est intriguée. Sorti de sa léthargie, le blessé affirme être amnésique… Jusqu’au jour où il lui fait cette confidence : sur l’écran de télévision il s’est reconnu en la personne de Luigi Belladone, un chanteur de variétés oublié du public. La ressemblance est frappante, mais Carole ne sait que penser. Tandis que la police piétine, la jeune femme décide de résoudre le mystère et se lance dans une enquête qui la mène directement à… Luigi Belladone. Et bientôt, les cadavres s’additionnent, car dans l’ombre rôde un assassin qui ne veut pas voir la vérité éclater et n’hésite pas à recourir au meurtre pour éliminer les témoins. « 127 » est-il fou, ou bien cherche-t-il à manipuler Carole ? Peut-elle vraiment se fier à cet inconnu qui, s’il l’attire irrésistiblement, pourrait se révéler très dangereux ? Entre cet homme et le policier qui enquête, son cœur balance. Va-t-elle trouver l’amour ou bien la mort entre les mains d’un fou criminel ? Car, crime après crime, le meurtrier se rapproche d’elle. Saura-t-elle l’arrêter avant d’en être la victime ? Dans ce roman policier en trompe l’œil où les personnages se dédoublent, Gilbert Gallerne distille savamment fausses pistes, séduction amoureuse et conflits d’intérêts jusqu’à faire culminer une indicible angoisse.

Par l’auteur de « Teddy est revenu », « Le prix de l’angoisse », « L’ombre de Claudia » et « Au pays des ombres » (Prix du Quai des Orfèvres 2010).

 

Mon résumé

IL s’agit la d’un roman que je n’aurais pas forcement pris si j’avais du l’acheter, aussi vu que la je ne l’ai pas payer je n’allais pas faire la fine bouche. Merci à kobo pour proposer de bon roman gratuit de temps en temps.

L’histoire commence lorsque qu’un homme est découvert lors d’un accident de voiture. Il se retrouve à l’hôpital de Cressac au service des urgences. Il se trouve dans un profond coma et on ne sait rien de lui. Aucun papiers retrouvés sur lui, plus d’empreintes digitales et un visage modifié par la chirurgie esthétique. Pour le corps médical, il est un parfait inconnu.

Voila qu’au bout de 3 semaines de coma, il semble revenir à lui. Cette résurrection, ne va pas pour autant aider les médecins à savoir qui il est et ce qui a pu lui arriver. D’autant plus lorsque la police débarque et semble se faire présente et insistante pour savoir qui il est. LA seule personne qui semble compréhensif face a ce patient mystérieux, c’est Carole l’infirmière, qui est tous les jours a son chevet.

c’est elle, qui, de façon discrète, va l’aide a se souvenir. Ce que fait Carole va finir pas se savoir au sein de sa hiérarchie….

 

Mon avis

Si l’auteur a fait bien d’autres roman, il s’agit ici, pour ma part de mon premier roman. Avant cette lecture je ne connaissais pas Gilbert Gallerne. J’avais certes entendu parler d’un des romans qu’il a fait : Teddy est revenu mais sans avoir jamais lu aucun roman.  JE découvre même qu’il a écrit sous différents pseudonyme.

Et vous, connaissez vous cet auteur ? avez vous déjà lu des livres ? dites- moi tout.


Auteur :  M.J. Arlidge
Titre : A cache-cache
Version : Broché – Edition Les escales
ISBN: 9782365695053 – 380 pages
Lien livraddict

 

 

N'ouvre pas les yeux – John Verdon | Sang d'Encre PolarsFils d’immigrants irlandais, il étudie le journalisme, mais, après l’obtention de ses diplômes, travaille comme rédacteur dans le milieu de la publicité. Il participe à la création de nombreuses campagnes publicitaires, avant d’être nommé directeur d’une grande agence new-yorkaise. À 53 ans, il prend sa retraite de la publicité. Lui et son épouse quittent Manhattan pour s’installer dans une zone rurale au pied des contreforts occidentaux des montagnes Catskill. Là, pendant une dizaine d’années, il crée et conçoit des meubles en bois de cerisier et, dans ses temps libres, dévore des romans policiers d’Arthur Conan Doyle à Reginald Hill, en passant par les enquêtes de Lew Archer signées Ross Macdonald.

En 2010, sous l’insistance de sa femme, il décide de se lancer, avec succès, dans l’écriture du thriller 658 (Think of a Number), premier roman de la série ayant pour héros le détective Dave Gurney.

 

 

4eme de couverture :

Une jeune femme a été retrouvée décapitée le jour même de son mariage, dans la somptueuse propriété des Ashton. Tout accuse le jardinier mexicain, un certain Hector Flores, qui demeure introuvable depuis. L’inspecteur Gurney, appelé en dernier recours par la mère de la victime pour retrouver le meurtrier, s’aperçoit bientôt que la mariée n’avait rien d’une oie blanche… et que ses rapports avec son fiancé, Scott Ashton, jeune et brillant psychiatre, fondateur d’un institut pour enfants « difficiles », sont plus complexes qu’il n’y paraît à première vue.
Gurney ne tarde pas à se rendre compte que rien, dans cette histoire, n’est conforme aux apparences. Et quand il retrouve, déposée chez lui en son absence, une poupée décapitée, il comprend très vite aussi qu’il risque lui-même d’être la prochaine victime. Ce qu’il ne sait pas encore, c’est que son enquête va le mener bien au-delà du meurtre – dans la toile inextricable d’un ennemi terrifiant, tentaculaire et, surtout, très patient.
Après son premier roman et coup de maître 658, Verdon persiste, signe et monte encore le niveau d’un cran. De son ouverture saisissante jusqu’à son finale stupéfiant, N’ouvre pas les yeux est un chef-d’œuvre du genre, servi par une intringue au cordeau et des personnages tourmentés que les lecteurs retrouveront avec bonheur ou découvriront avec frissons. John Verdon s’impose définitivement dans la cour des grands du thriller.

Titre original : Shut your eyes tight (2011)


26794662

Auteur : Didier Fossey
Titre : Burn Out
Version :  numerique – Flamant noir édition  –
ISBN: 9791093363103
Lien Livraddict

 

4eme de couverture :

Paris. Avril 2014.

Une série de vols d’objets d’art a lieu dans les cimetières parisiens. La police est sur le coup mais, lors d’une nuit de planque, un policier se fait assassiner. Pas de témoins. Peu d’indices. Ses collègues présents sur place n’ont rien vu.

Boris Le Guenn, chef de groupe de la B.A.C. au 36 quai des Orfèvres, est saisi de l’affaire. Malgré son manque d’effectifs et plusieurs enquêtes à gérer, il devra en plus faire face à la descente aux enfers d’un de ses hommes…

Le temps passe. Les vols se multiplient, les crimes aussi et les pistes sont dérisoires. Boris Le Guenn et son équipe doivent mener à bien ces affaires, non sans danger pour eux, tant sur le plan professionnel que personnel.

C’est un monde désenchanté, un monde dans lequel l’histoire ne se termine ni bien ni mal, elle se termine c’est tout. Certains flics boivent pour oublier, d’autres ont une démarche plus radicale, violente, imprévisible.

Burnout, nuits de planques et de filoches. Ça pue la clope, le sang et la sueur de ceux qui veillent sur la population. Ces flics, obsédés par leur boulot, à qui on demande de laisser au vestiaire leurs problèmes personnels, sont vite rattrapés par leurs démons et leur paquetage s’alourdit de quelques cauchemars…

 

Mon résumé

Bon certes, je les lis pas dans l’ordre mais faut dire que j’ai découvert l’auteur que l’année dernière lors de ma venue au #SMEP. J’avais lu Artifice que j’avais adoré, et lorsque j’ai vu sur NetGalley qu’il sortait un nouveau roman le 14 novembre (qui fera aussi l’objet d’une chronique) je me suis dit qu’il fallait que je lise un de ses précédents ouvrages, et je dois dire que j’ai très bien fait. Un vrai bijou. On va de suspense en rebondissement du début à la fin. On plonge dans une histoire qui va a 100 à l’heure.

L’équipe du 36 doit faire face a une série de vols d’oeuvre d’art qui se déroule dans les cimetières parisiens.  C’est l’équipe de Boris Le guen qui se charge de l’affaire. Lui et ses collègues décide de faire le pied de grue à proximité d’un des cimetières supposés où les malfrats risquent de commettre leur méfait. Mais alors qu’une partie de l’effectif prefere rester dans la voiture, un des leurs, qui voulait juste soulager une envie pressante, se faire dessouder, à coup de tournevis.

Alors que les planques se succèdent, les indices, eux, se font plutôt mince et les cambriolages continuent. LE guen, doit en même temps, faire face, à la descente au enfers de l’un des membres de son équipe, Guillaume. Il a du mal a imaginer, que ce qu’on peut lui raconter est vrai. Cependant, comme le vérifier, Guillaume, brillant par ses absences répétées.

 

Mon avis

Un bien beau polar que Burnout. Burnout qualifie bien ce ressenti de certains salaries, qui se sentent depassés par les evenements, salaries qui sentent qu’on leur en demande trop et qui sont poussés au bout de leur retranchement, jusqu’a la goutte de trop qui peut faire deborder le vase.  Ce roman reprend bien les faits d’actualité d’il y a quelques années avec les cas qui se sont deroulés chez orange mais aussi de nos jours avec ce que vivent certains policiers. Du grand art ! !


48225142. sy475 Éditions l'Archipel

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Christophe Ferré
Titre : Mortelle Tentation
Version :  broché – Edition L’archipel
ISBN: 9782809827217
Lien Livraddict

Sortie officielle : 9 octobre 2019

Je remercie Mylène des éditions l’archipel pour l’envoi de ce service presse, mais cerise sur le gâteau c’est la dédicace de l’auteur et ça m’a fait très plaisir.

 

4eme de couverture

Quand l’homme que vous aimez est accusé du pire, la confiance et la passion vacillent… Connaît-on vraiment la personne qui partage notre vie ? Dans un coin sauvage des Pyrénées, le cadavre d’une jeune femme est retrouvé entièrement nu. Peter, le mari d’Alexia, randonne en solitaire à cet endroit mais il est injoignable depuis le jour du meurtre. D’abord inquiète qu’il ait croisé la route de l’assassin, Alexia découvre avec effroi qu’il connaissait la victime. Et s’il était en réalité le meurtrier ? Déchirée entre l’amour et le doute, Alexia doit faire éclater la vérité.

 

 

Mon résumé : 

Alexia, est mariée à Peter, un joueur du stade toulousain. Il a pris sa retraite professionnelle  mais il continue toujours de faire du Rugby. Il est architecte d’intérieur et sa passion est la randonnée.

Il est parti en randonnée pour quelques jours. Lorsqu’il part, Alexia sait qu’il peut ne pas être joignable, car après tout dans la montagne il y a encore des endroits ou le téléphone portable ne passe pas, mais lorsqu’un ami appelle Alexia, suite à un repas, et qu’elle n’arrive pas à joindre son mari, l’épouse commence à prendre peur.

Elle a beau lui laisser des tonnes de messages, rien. Plus inquiétant, la découverte d’un cadavre vers le lieu où se passe sa randonnée. La police veut voir Peter, Alexia le protège en ne disant qu’elle ne sait pas où il est. Elle décide de fouiller dans son ordinateur et découvre qu’il a une liaison. Lorsqu’elle apprend que le cadavre retrouvé est la maîtresse de Peter, tout vacille.

Malgré qu’elle soit epaulé de ses 2 meilleurs amis Chloé et Léo, tout vacille, elle ne sait plus ou donner de la tete, et se rends compte qu’elle ne sait plus vraiment qui est son mari.

 

 

Mon Avis

J’avais déjà lui le roman précédent de l’auteur et j’avais bien aimé ce suspense qui tiens jusqu’au bout du roman. Alors quand Mylène des éditions l’archipel m’a proposé ce dernier roman de l’auteur, je ne pouvais pas refuser. Et bien sur comme a chaque fois je ressors comblé. Alors si j’en ressors satisfait comment pourrait-il en être autrement pour vous ? Allez, allez vite vous le procurer.

 


40968741. sy475

Auteur : Christian Carayon
Titre :  Torrents
ISBN: 9782265115613
Format papier – 334 pages – Edition Fleuve noir

 

Christian CARAYON
Christian Carayon, originaire du Sud-Ouest, enseigne l’histoire et la géographie en lycée depuis plus de 20 ans. Il vit actuellement dans la Sarthe. Il se lance dans l’écriture en 2012 et publie Le Diable sur les épaules, lauréat du Prix Ça m’intéresse Histoire. Après Un souffle, une ombre paru en 2016 et traduit en plusieurs langues, Torrents est son deuxième roman publié dans la collection « Fleuve Noir ».
4eme de couverture :
1984. Des morceaux de corps humains sont découverts dans une rivière qui dévale vers la ville de Fontmile. On finit par identifier deux victimes, deux femmes portées disparues depuis longtemps. La peur et l’incompréhension s’emparent des habitants, jusqu’à l’arrestation de Pierre Neyrat, un chirurgien à la retraite. Ce dernier connaissait une des victimes, l’amie intime de son fils. Il a les compétences pour démembrer ainsi les cadavres et un passé trouble. Mais surtout, il a été dénoncé par sa propre fille. Bouleversé par ces évènements qui réveillent la douleur de la perte de la femme de sa vie et font imploser sa famille, son fils François décide alors de remonter le cours de l’histoire. Car derrière les silences, ce sont les violences de l’Occupation que Pierre Neyrat a tenté d’oublier. Mettant ses pas dans ceux de son père, François va reconstituer ce passé dont il ignorait tout, où se sont noués les fils fragiles de son existence. Deux époques, deux enquêtes, pour un polar mené de main de maître.
Mon résumé
Nous sommes en 1984, des ossements humains sont retrouvés dans la rivière qui longe la petite ville de Fontmile. Assez rapidement le médecin légiste arrive a identifier deux femmes qui avaient disparues quelques années plus tôt.
Dans cette histoire, trois personnes vont se relayer pour raconter l’histoire a leur manière.
Tout d’abord il y a François, qui quitte paris au moment ou il apprend que son père a été arrêté. On va y découvrir toutes les blessures de l’enfance et du passé, les non-dits et les secrets qui se cache dans une famille de tel renom.
Viens ensuite Camus « l’oncle » un personnage secondaire avec une réelle profondeur. Ce passage n’a eu que peu d’importance a mon niveau.
On en vient enfin à une grande partie du roman ou c’est l’inculpé lui-même qui va prendre la parole. Une partie du recit qui nous ramène à la seconde guerre mondiale à la violence qu’on subit les populations et aux drames de l’épuration punitive de l’après guerre.
Ne vous attendez pas à un thriller « classique » avec son lot de rebondissements. Le roman de Christian Carayon est assez lent mais pas moins passionnant ! L’auteur a choisi de peaufiner ses personnages et leur psychologie. Vous aurez donc à faire à un roman sombre bien travaillé et captivant où recèlent de nombreux secrets de famille.
Mon avis :
Quand bien même ce roman soit bien construit, et comme je le précise plus haut il ne fat pas s’attendre à un thriller comme on a l’habitude de le voir avec ses suspenses, ses rebondissements et tout ce qui en fait un thriller haletant. Nous avons affaire a un roman assez lent je dois dire ou on va surtout se cibler sur la psychologie des personnages pour finalement réussir a trouver le coupable. Je pensais avoir affaire, pour ma part, a un roman qui « bouge  » un peu plus mais bon, avec ce roman j’ai pris un pur moment …d’ennui.
Ça ne peu pas faire tilt a chaque fois !

42957055

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Mattias Köping
Titre : Le manufacturier
ISBN : 9791091447881
550 pages  – edition Ring
Lien Livraddict

 

 

L’image contient peut-être : 1 personne, gros plan

Mattias Köping est né au Havre en 1972. Passionné de littérature nord-américaine et de boxe anglaise, il se consacre aujourd’hui à l’écriture.

Mattias Köping partage son temps entre deux grandes passions, les arts martiaux et la littérature.
« Les Démoniaques » (2016) est son premier roman, a été salué uniquement par les critiques et a recu deux prix litteraires : Le grand prix du jury des mines noires (2018) et le prix decouverte des géants du polar (2018).
Il vit en Normandie.

Source : Ring / Babelio

 

 

4eme de couverture

Le 19 novembre 1991, une poignée de paramilitaires serbes massacrent une famille à Erdut, un village de Croatie. Laissé pour mort, un garçonnet échappe aux griffes des tortionnaires, les Lions de Serbie. Un quart-de-siècle plus tard, l’avocate Irena Ilic tente de remonter la piste jusqu’à la tête du commando, le sinistre Dragoljub.

Le 1er avril 2017, les cadavres d’une femme et de son bébé sont retrouvés dans la banlieue du Havre, atrocement mutilés. Niché dans le dark Web, un inconnu sous pseudonyme revendique le double meurtre et propose les vidéos de ses crimes à la vente sur son site Internet… Depuis quand sévit-il ? Prêt à transgresser la loi, le capitaine de police Vladimir Radiche s’empare de l’affaire qui sème la panique sur le pays, au risque de voir l’inimaginable s’en échapper.

Les deux investigations vont se percuter avec une violence inouïe. L’avocate et le flic ont des intérêts divergents et se livreront une guerre sans merci. Emportés dans l’abîme du terrifiant conflit yougoslave, les enquêteurs évoluent dans un vertige noir, gangrené par la violence et la corruption, où les plus pourris ne sont peut-être pas ceux que l’on croit. Crimes contre l’humanité, meurtres en série, fanatismes religieux, trafics entre mafias sans scrupules, l’étau se resserre au fil des chapitres. Les égouts de l’Histoire finiront par déborder et vomir des monstres, trop vite oubliés.

N’ayez pas peur.

Oui, il y a tout cela dans Le Manufacturier. Non, il n’y a pas d’autre issue.

 

 

 

Mon résumé

Avant de poser l’histoire, il peut-être nécessaire de savoir comment ce roman est arrivé jusqu’à moi. Ca ne tiendrait qu’a moi, je ne suis pas du tout sure que je serais tombé sur ce roman. Pour ceux qui ne l’aurais pas encore constaté, la plupart du temps je suis sur les réseaux sociaux des personnes ayant les memes goûts littéraires que moi, ou du moins qui s’en rapproche. Ici je ne parlerais évidemment de la personne qui m’a amené a vouloir lire ce livre, que je suis sur tout les réseaux sociaux ( instagram, facebook, twitter, blog) : Anaisseriallectrice. Et oui, qui d’autre que toi aurait pu me donner envie de lire ce livre….meme si d’autre personne semblaient autant emballées lorsqu’elles ont découvert la photo de ce livre.

Et bien évidemment, Anaïs, tu remets le couvert !!! A lala !! on te retiens plus.

Deuxième point a noter, pour toi qui lit cette chronique. Je recommande ce livre uniquement a un public adulte averti, en effet ce roman est truffé de passages a ne pas recommander à un mineur, meme adolescent, ca pourrait choquer. Maintenant chacun prend ses responsabilités. Vous viendrez pas dire après que je vous ai pas prévenu. Parents, essayez autant que possible de surveiller ce que lisent vos enfants.

Maintenant  que les faits sont posés, on va pouvoir entrer dans le vif du sujet.

On débute les faits en 1991, alors qu’une troupe de paramilitaire massacrent toute une famille serbe au sein du village de Erdut, un village croate. Seul un garcon en réchappe. Pres de 25 ans plus tard, une avocate, Irena Ilic, tombe sur l’affaire et decide de remonter la filière afin de retrouver les responsables. Elle finit par trouver l’homme situé à la tete de cette « milice » : Dragoljub

Revenons en France, plus précisément dans la banlieue du havre, nous sommes en avril 2017. Les corps extrêmement mutilés d’une femme et de son enfant sont retrouvés dans une usine désaffecté en bordure de la route. D’après les premieres constatations il sembleraient qu’on ai cherché a jouer au puzzle avec ces corps. Une personne anonyme, se cachant au sein meme du dark web, se revendique l’auteur de ce massacre, et propose à l’achat la video de la reconstitution de son crime sur son site internet.

Le capitaine de police du havre, Vladimir Radiche, s’empare aussitôt de l’affaire, qui commence déjà a faire du bruit a travers le pays.

Les deux affaires vont vite se télescoper sans que l’on s’en rende compte. On va vite découvrir que les deux affaires vont vite voir leur origine dans les conflits Serbo-croate.

 

Mon avis

Lorsque j’ai reçu le livre en milieu de semaine  (Mercredi si ma mémoire flanche pas trop) et que j’ai vu l’énorme pavé que c’était, je me suis dis, mais attends je reprend le travail lundi, je vais jamais pouvoir le mettre dans mon sac en plus de mon repas du midi. Et puis mon sac va être hyper lourd. Mais arrivé vendredi, mon discours a totalement changé. Emmener le livre au boulot ? Mais tu reve mon petit !!! Il sera finis avant la fin du week-end ouais ! Et finalement j’ai finis le livre samedi soir. Ce livre a beau fait 550 pages, quand vous tombez sur un roman qui vous tiens aux tripes, il est impossible de décrocher, quand bien meme il ferait 1000 pages.

Je vous le dis clairement, ce roman va faire partir de mon premier coup de coeur 2019.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Thomas Clearlake
Titre : Tréfonds
ISBN : 978-2-9561316-4-9
320 pages (KOBO)  – Edition Moonlight

 

 

 

4eme de couverture

 

 

Mon résumé :

Luca, est un jeune flic du 36 quai des orfèvres. Il doit partir en intervention sur un braquage. Celui-ci tourne mal et lors d’une riposte, une passante qui n’avait rien demandé à personne, est tuée. C’est Luca, qui a tiré, et ce afin de protéger son co-équipier, qui s’est fait lui-meme touchée et dont la vie est plus que réservée.

Le service des affaires interne, l’accuse et le condamne d’une mise a pied de 6 mois. Luca, doit déjà faire face, à la separation, d’avec sa femme. Avec cette mise à pied, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Il commence a se noyer dans l’alcool et commence a perdre gout à la vie.

Une nuit, ou il decide de sortir un peu pour se changer les idées, il rencontre une fille, Tanya,  qui lui révèle être en danger, et a besoin qu’on l’aide a regagner, la Russie, son pays d’origine. ll finit par coucher avec elle. Mais , au petit matin, alors qu’il finit par lui reveler être flic, elle trace la route sans demander son reste….

Quelques jours plus tard, une fille est retrouvée à Pigalle, décapitée, au fond d’une poubelle. Luca, pense connaitre cette fille et fait intervenir son collègue et ami, afin d’être autorisé a identifier cette fille, malgré sa suspension. La jeune fille porte un tatouage. Luca se souvient bien, que Tanya, portait le meme tatouage.

Dès lors, Luca, est bien décidé a faire la lumiere. Pour lui, ca ne fait aucune doute, le fait que Tanya et cette fille retrouvée dans la poubelle, à un lien commun….

 

Mon avis

Certains l’auront peut-être compris grace au logo en tete de chronique, pour moi ce livre n’est pas a mettre entre toutes les mains. Je le destine à un public adulte averti. En effet il y a des passages de par les meurtres assez sanglants et/ou au details évoqués peuvent faire peur a de non initiés.

Dans les details concernant l’église et le satanisme en plein coeur de Paris, je ne sais pas si c’est tiré de faits réels ou pur fantaisie de l’auteur, toutefois, cela à de quoi faire peur.

En tout cas, je crois bien que c’est le premier de l’auteur dans lequel je prends un plaisir indescriptible, tellement le livre est prenant. On passe vraiment par toutes les phases et themes que peut amener le domaine du polar dans le monde de la littérature : orgies sexuels, esclavage sexuels, sectes satanistes, Satan, cryptes, …..


42271770

 

Résultat de recherche d'images pour "L'archipel edition"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Sam Gasson
Titre : Le chat qui a tout vu
ISBN : 9782809823516
315 pages – Edition l’archipel

 

Résultat de recherche d'images pour "Sam Gasson"

Auteur de nationalité du Royaume-Uni, il est né en 1983

Diplômé en écriture créative à l’Université d’East Anglia, Sam Gasson enseigne la littérature anglaise au secondaire.
« Le chat qui a tout vu » (The Cat Who Saw It All, 2016) est son premier roman.Il vit avec sa femme à Horsham.
Twitter : https://twitter.com/samjgasson?lang=fr

 

source : Babelio

 

4eme de couverture

Bruno, 11 ans, rêve de devenir détective privé, comme l’a été son père. Des sujets d’enquête, il en voit partout autour de lui !Lorsque la mère de son copain Dean est retrouvée assassinée, baignant dans une mare de sang, Bruno est bien décidé à mettre la main sur le coupable.Son arme secrète ? Sa chatte Mildred, seul témoin du crime, grâce à la caméra miniature installée sur son collier…Tout semble accuser le père de Dean, un homme violent et jaloux, mais le voisinage de ce quartier sans histoires cache quelques secrets inavouables… qui ne sauraient échapper à l’oeil perçant d’un chat !

 

 

Mon résumé

Bruno à 11 ans et il est le fils d’un ex-detective, c’est donc tout naturellement qu’il souhaite suivre le chemin de son père et devenir à son tour detective. Lorsque la mere de son copain Dean, est retrouvée morte, il voit la une aubaine pour montrer qu’il a tout pour devenir detective. C’est à l’aide de sa chatte Mildred qu’il va mener son enquête, qui semble être la seule à avoir tout vu. Aussi c’est tout naturellement qu’il decide de l’équiper d’une camera miniature, sur son collier.

Tout les elements recueillis par le commissaire semble incriminer le père de dean. Plus l’enquête de Bruno avance et plus il a la conviction que son père est innocent.  Le problème majeur que rencontre Bruno ? Plus il apporte d’indice au commissaire, plus Bruno semble s’enfoncer.  Il va donc decider de mener son enquête, investigation qui se révèle digne des plus grands detective et va commencer par faire son tour du quartier afin d’interroger les voisins.

Je me suis attachée à ce petit garçon qui suit et argumente ses convictions avec force et panache. Tres mature pour son age, son raisonnement est ultra pro et il surprendra même son père.

Comme tout bonne histoire policière, Tout le monde pense tenir le coupable et on comprend assez vite qu’on fait fausse route !

 

Mon avis :

Une lecture toute douce, qui pourrais parfaitement convenir à un adolescent ( vu que l’histoire elle-meme suit le parcours d’un pré-adolescent). Au vu du titre j’aurais pensé que le chat aurait été plus present dans l’histoire. Certes, il est present, mais pas suffisamment pour moi, cela dis cela n’enlève rien au cachet du livre et on se prend facilement au jeu du jeune enquêteur.


10444063

Auteur : James Patterson
Titre :  Bons baisers du tueur
ISBN : 9782809804201
317 pages – Edition l’archipel

Emprunté à la bibliothèque de ma ville

 

 

4eme de couverture  : 

ILS PARCOURENT L’EUROPE…

Paris, Madrid, Berlin… Autant de villes magnifiques à visiter. Pour la plupart des gens, s’entend. Pas pour Jacob Kanon. Inspecteur au NYPD, il traque les meurtriers de sa fille, exécutée à Rome avec son boyfriend.

SÈMENT LES CADAVRES…

D’autres couples de touristes ont subi le même sort à travers l’Europe. Avant chaque meurtre, une carte postale annonçant le crime est envoyée à un journaliste, qui reçoit ensuite un Polaroid des corps baignant dans leur sang.

ET NARGUENT LES AUTORITÉS !

À Stockholm, Kanon fait la connaissance de Dessie Larsson, qui vient justement de recevoir une carte postale. Grâce à elle, Kanon participe à l’enquête, bien décidé à stopper ces messagers de la mort…
Titre original : The Postcard Killers (2010)

 

 

Mon résumé :

James Kanon, est ce qu’on pourrais appeler un père inconsolable, qui à la suite du meurtre de sa fille, va vouloir par tout les moyens, retrouver le responsable. C’est au cours de son enquête qui va le mener aux quartes coins de l’Europe, qu’il va faire la connaissance, à Stockholm, de  Dessie Larsson, qui tout comme lui, va recevoir une carte postale. Carte postale qui commence, presque toujours de la meme façon : « être ou ne pas être à Stockholm… »
Dessie Larsson, va tout d’abord avoir des doutes sur l’individu, qui ose la côtoyer, jusqu’à la porte de chez elle. Et si il lui voulait du mal ?
Faut dit qu’il est loin d’être presentable ! Et  puis l’odeur qu’il dégage est presque repoussante. Finalement, elle en parle a une amie, qui la fait changer d’avis. Elle finit pas enquêter sur l’affaire en sa compagnie.

Au fur et à mesure de l’enquête ils finissent par découvrir des similitudes entre la position des corps découverts et la representation de peintures de grand maîtres de l’art. et si le ou les tueurs ne cherchait qu’a reproduire des peintures ?

 

 

Mon avis

Les editions l’archipel m’avaient proposés il y a bientôt un an de découvrir et chroniquer un ouvrage de James Patterson que j’avais avalé presque à m’en étouffer !!! autant dire que ce roman ne fais pas exception et je l’ai lu en a peine un peu plus de 24 heures. Je pense donc pouvoir ajouter cet auteur dans mon top 5 de mes auteurs préférés.

Ce qui ressort le plus du livre ce sont les détails horribles de l’assassinat des jeunes couples par un autre jeune couple, sérial killer….
Je recommande cet ouvrage de James Patterson qui se lit d’une traite et dont l’intrigue ne faiblit pas du début à la fin.


28942778

 

Auteur : Olivier Norek
Titre :  Surtensions
ISBN : 978-2-7499-2816-6
505 pages – Edition Michel lafon

 

4eme de couverture

Cette sœur acceptera-t-elle le marché risqué qu’on lui propose pour faire évader son frère de la prison la plus dangereuse de France ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui ont fait irruption dans sa maison et qui comptent y rester ? Comment cinq criminels (un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, un kidnappeur et un braqueur) se retrouvent-ils dans une même histoire et pourquoi Coste fonce-t-il dans ce nid de vipères, mettant en danger ceux qui comptent le plus pour lui ?
Des âmes perdues, des meurtres par amour, des flics en anges déchus : la rédemption passe parfois par la vengeance… Olivier Norek pousse ses personnages jusqu’à leur point de rupture. Et lorsqu’on menace un membre de son équipe, Coste embrasse ses démons.


NetGalley

 

Auteur : Marc S.Masse
Titre :  Cross
ISBN : 9791093363493
Format numérique EPUB

 

Marc S. Masse

Né le 29 mai 1941 en France, dans la région lyonnaise, aujourd’hui il vit en Touraine. Il est marié, et a une fille.

Marc Sylvain Masse est diplômé de l’ICN Business School à Nancy, en 1964.

Son premier emploi le conduit dans l’industrie mécanique comme ingénieur commercial. Après quelques années, il entre dans l’ingénierie, un secteur qu’il ne quittera plus. Bientôt responsable de la négociation de grands contrats dans le domaine de la chimie, la pétrochimie, puis des industries alimentaires, biotechnologies, et des industries de transformation, il devient chef de département, puis directeur de division.

Sa vie professionnelle lui a inspiré son premier roman, « Virage Dangereux » (2009) et « Travail au noir » (2011), des thrillers dont l’intrigue a pour cadre le monde de l’entreprise.

 

 

4eme de couverture

Éric Milan, ex-policier devenu détective privé, boucle péniblement ses fins de mois quand un client lui propose une mission singulière : participer au « Grand Cross » – une course de l’extrême – pour identifier un coureur chevronné et le tuer. Milan n’a rien d’un tueur à gages ni d’un athlète de haut niveau, mais la contrepartie financière est alléchante.

Neuf mois plus tard.

Le détective s’élance, incognito, parmi les nombreux participants. Malgré l’effort intense, il parvient à garder la cadence.

Sa mission va prendre une nouvelle tournure lorsqu’un coureur est retrouvé mort sur le bord de la route. Étrange coïncidence : la victime semble être l’homme qu’il recherchait.

 La compétition se poursuit, mais quand un second athlète est découvert dans un ravin, le crâne défoncé, Milan veut mettre fin au contrat. La menace est palpable.

Pourtant son client insiste : il doit continuer…

Franchira-t-il la ligne ?

 

 

Mon Résumé

Eric Millan est un ancien flic et a beaucoup de mal a boucler ses fin de mois. Un jour, il est contacté par une personne, qui lui propose une forte somme d’argent, en échange d’une mission des plus particulières. Il doit retrouver l’assassin de son enfant, mais également….le liquider ! Pour lui, qui est un ancien de la criminelle, c’est quelque chose q’il ne peut pas se permettre, cependant l’Appât du gain est plus fort et finit par accepter. Cette personne lui révèle que pour retrouver l’assassin, il va devoir participer à un grand cross. Un cross, qui demande un fort niveau d’entrainement. Il ne s’agit pas de faire un marathon, il s’agit la d’une vraie épreuve de force, il faudra affronter des distances de 120-130 km par jour et ce sur pres de une semaine.

Sa mission, va complètement changer quand il va commencer a découvrir des morts sur son parcours. Et plus encore quand on va commencer a s’attaquer à lui. Eric va malgré tout resister et continuer la course, coûte que coûte.

Apres, deux-trois jours de course, Eric Millan, va commencer a se poser des questions sur son « recruteur » . Eric va lui reveler commencer a avoir du mal a suivre la cadence de la course mais ne semble pas s’en préoccuper et y vois avant tout son intérêt. En gros, vous voulez le pognon ? alors faites ce que je vous demande !

 

Mon avis

Un livre bourré de rebondissements !! On est tellement pris dans le livre que manger passerait presque au second plan. J’avais déjà lu un livre qui se passe dans le domaine de la course a pied, mais celui-ci dépasse toutes mes espérances. A lire absolument !

 


24807903

Auteur : Nicolas Lebel
Titre : L’heure des fous
ISBN: 9782501094597
343 pages – Edition Marabout

 

Nicolas Lebel

 

Nicolas Lebel est linguiste, traducteur et enseignant.
Il est également auteur de romans policiers.
Nicolas Lebel a fait des études de Lettres et d’anglais puis il s’est orienté vers la traduction. Il est parti en Irlande quelque temps avant de devenir professeur d’anglais. Il enseigne aujourd’hui dans un lycée parisien.
Passionné de littérature et de linguistique, il publie en 2006 une première fiction, une épopée lyrique en alexandrins: « Les Frères du serment ».

 

 

4eme de couverture

Une plongée dans l’univers des SDF.Paris: un SDF est poignarde a mort sur une voie ferrée de la gare de Lyon. – Vous me réglez ca. Rapide et propre, qu’on n’y passe pas Noel -, ordonne le commissaire au capitaine Mehrlicht et a son équipe: le lieutenant Dossantos, exalte du code penal et du bon droit, le lieutenant Sophie Latour qui panique dans les flash mobs, et le lieutenant stagiaire Menard, souffre-douleur du capitaine a tete de grenouille, amateur de sudoku et de répliques d’Audiard… Mais ce qui s’annonçait comme un simple règlement de comptes entre SDF se complique quand le cadavre révèle son identité. L’affaire va entraîner le groupe d’enquêteurs dans les méandres de la Jungle, campement de fortune au coeur du bois de Vincennes, dans le dédale de l’illustre Sorbonne, jusqu’aux arrière-cours des troquets parisiens, pour s’achever en une course contre la montre dans les rues de la capitale. Il leur faut a tout prix empêcher que ne sonne l’heure des fous… »

 

 

 

 


Auteur : Matthieu Elhacoumo
Titre : Ashley Loyd
ISBN:  B079DDZPW5
55 pages – EPUB – Autoedition

 

Résultat de recherche d'images pour "Matthieu Elhacoumo"

Né en 1997 à Angers, Matthieu (alias Paul Woodman) a obtenu son bac littéraire en 2016. Il a déjà publié plusieurs nouvelles en tant qu’auteur indépendant chez Amazon

 

 

 

 

 

 

4eme de couverture

Je m’appelle Ashley Lloyd, je suis morte il y a trois jours, je me suicidée après avoir subi de nombreuses intimidations, des insultes et après qu’un mec m’a brisé le cœur.

 

Mon résumé :

Ce livre m’a directement été proposé par l’auteur. Il s’agit plus d’une nouvelle que d’un roman vu qu’il ne fait que 55 pages numerique. Il ne se présente pas tel qu’on a l’habitude de voir un roman, chapitres par chapitres. Ici on trouve tout d’abord la lettre laissée par Ashley puis vienne les rapports cliniques de la victime et les rapports d’enquêtes des inspecteurs en charge de l’affaire.

C’est une nouvelle qui se lit d’une traite. Je ne m’étendrai pas sur le contenu de ce fait, cependant je dirais que c’est une nouvelle digne d’un bon film d’épouvante qui aurait pu donner des idées a Coppola.

Les themes abordés sortent certes de l’ordinaire mais pour ma part, je n’ai pas du tout aimé. Un peu repugnant mais ce n’est que mon avis.


37885980

Auteur : James Patterson & Marshall Karp
Titre : Lettres de sang
ISBN: 978-2-8098-2355-4
663 pages – Edition L’archipel

 

Il s’agit d’un service presse et je remercie les éditions L’archipel pour la confiance qu’ils ont bien voulu m’accorder

 

 

Description de cette image, également commentée ci-après

 

James Patterson, né le 22 mars 1947 à Newburgh dans l’État de New York, est un écrivain américain.
Le personnage principal de ses romans est l’inspecteur Alex Cross, dont le rôle fut interprété par Morgan Freeman dans les adaptations cinématographiques Le Collectionneur (Kiss the Girls) et Le Masque de l’araignée (Along Came a Spider). Tyler Perry reprend le rôle en 2012 dans le film Alex Cross.

Lindsay Boxer est son second personnage principal. Elle est l’héroïne des romans la mettant en scène avec son groupe, « Le Murder Club », où elle est avec trois de ses amies ; Jill, Cindy et Claire. Cette série de romans est adaptée dans la série télévisée Women’s Murder Club.

James Patterson vit à Palm Beach, en Floride.

 

 

4eme de couverture

Hunter Alden Jr., businessman milliardaire, a tout pour lui : une femme sexy, un fils de huit ans qu’il adore, et une fortune qui ne cesse de croître. Mais cette vie parfaite vole en éclats lors d’une nuit d’horreur, quand il découvre la tête décapitée de son chauffeur enroulée dans un sac sur lequel sont inscrites, en lettres de sang, HHA III. Hubert Hutchinson Alden, IIIe du nom : les initiales de son fils. Lorsque celui-ci est enlevé, même la fortune du plus grand milliardaire du pays ne semble pas à même de satisfaire ce ravisseur aux exigences… si particulières. À New York, seul le NYPD Red, cellule qui protège les rich and famous, peut résoudre l’affaire. Mais le détective Zach Jordan et sa partenaire (et ex-petite amie) Kylie MacDonald sont loin de se douter de ce qui les attend. Bientôt, Zach et Kylie découvrent que, plus ils s’approchent de la vérité, plus leurs propres vies sont menacées. Et si tout cela n’était qu’un piège visant à les supprimer ?

 

 

Mon résumé :

Hunter Alden est richissime homme d’affaire, a qui tout sourit. Lorsque son fils tombe en panne, c’est tout naturellement qu’il missionne son chauffeur pour aller le chercher. Cependant celui-ci tarde a se manifester. Il commence par lui envoyer un texto puis un autre mais son chauffeur persiste a garder le silence.
Une limousine est finalement retrouvée abandonné avec….une tete emballée dans un sac, avec pour unique mention écrites en lettres de sang HHA III.  Les inspecteurs Kylie et Zach sont rapidement missionnées par Cates pour s’occuper de cette affaire qui s’annoncer bien difficile.

Comme si, ce n’était pas suffisant pour les inspecteurs, le fils Alden, reste introuvable. Ce qui ne semble guère préoccuper Hubert Alden. Celui-ci, plutôt que de s’occuper du sort de son fils, prefere plutôt s’occuper de celui qu’il va réserver à sa bouteille de whisky.

Hubert Alden ne cherchant qu’a mettre des bâtons dans les roues dans le bon déroulement de l’enquête, les inspecteurs vont se tourner vers le maire, nouvellement élu, qui saurait peut-être faire pencher la balance auprès de Hunter Alden.

Mais après tout, et si tout cela n’était qu’une mascarade ? Ou se cache le fils Alden ? Si il a été enlevé pourquoi personne ne semble demander de rançon ?

 

Mon avis

Croyez moi si vous le voulez, mais pour ma part je dirais que ce roman est très très addictif. Une fois commencé on a du mal a s’arrêter ! Pour preuve, je l’ai lu en à peine 2 jours, là où en temps normal j’aurais plutôt mit entre 3 à  jours. L’intrigue est très bien ficelée et les auteurs ont réussi leur coup en semant des indices pour détourner l’attention et finalement on se faire avoir sans s’en rendre compte.

 


Auteur : Niko Tackian
Titre : Fantazmë
ISBN: 9782702162804
Format ACSM  ( ebook protegé) – Edition Calmann Levy

 

Merci à NetGalley et Calmann Levy pour ce Service Presse

 

4eme de couverture :

Une nouvelle enquête du commandant Tomar Khan.
Comment être un bon flic quand les victimes sont aussi des bourreaux ?

Janvier 2017. Dans une cave du 18e arrondissement de Paris, un homme est retrouvé, battu à mort. Sur place, beaucoup d’empreintes et un ADN ne correspondant à rien dans les fichiers de police. Le commandant Tomar Khan pense à un règlement de compte. Le genre d’enquête qui restera en suspens des années, se dit-il.

Mais voilà, l’ADN relevé sur les lieux a déjà été découvert sur le corps d’un dealer albanais, battu à mort dans une cave lui aussi. Et bientôt la rumeur court dans les quartiers chauds de Paris, celle d’un tueur insaisissable, un  Fantazmë, le « spectre » en albanais.

Tomar et son équipe se lancent dans l’enquête et seront très vite troublés par le parcours des victimes, qui de leur vivant cultivaient carrément le sordide. Pourtant Tomar s’accroche à son devoir de flic, d’autant plus que son avenir lui semble menacé : un lieutenant teigneux de l’IGPN, la police des polices, a convoqué son adjointe, Rhonda, pour l’interroger sur un couteau, une pièce à conviction dans une affaire de meurtre mystérieusement disparue des Archives. Or, ce couteau, c’est celui de Tomar, et si on remonte jusqu’à lui…

 

Mon résumé

On retrouve tous les membres de la brigade du groupe de Tomar Khan avec qui on avait fait connaissance dans Toxique, pour une nouvelle enquête qui va nous mener vers la mafia albanaise, le destin des immigrés ou encore la prostitution forcée des filles de l’Est.

Comme si c’etait pas assez suffisant pour Tomar et son équipe, un enquêteur de l’IGS enquête sur une affaire reliée à Khan et qui pourrait changer irrémédiablement l’avenir du policier, une relation familiale loyale et très forte entre Tomar et sa mère et les démons intérieurs de plus en plus présents de notre héros.

Non content, de devoir mettre des bâtons dans les roues du commissaire Tomar, cet inspecteur de l’IGS va a convoqué son adjointe, Rhonda, pour l’interroger sur un couteau, une pièce à conviction dans une affaire de meurtre mystérieusement disparue des Archives. Or, ce couteau, c’est celui de Tomar, et si on remonte jusqu’à lui…

Plus tard le commissaire va se rendre compte que son état de santé devient plus que préoccupant, et va finir par se décider à écouter les conseils de son entourage et consulter un médecin. Va-t-il pouvoir continuer ce metier ? Et si c’était la le signe qu’il fallait qu’il arrête ?

 

 

Mon avis

Comme bien souvent dans ce style d’histoire policière, il y a toujours des passages qui m’échappe ou du moins ou je perds un peu le fil. Cela me m’empêche pas de prendre énormément de plaisir dans ma lecture et je parviens toujours à rattraper l’histoire en plein vol. La fin de l’histoire me fait me poser plusieurs questions. Est-ce que Niko Tackian ne chercherait pas a nous faire comprendre que c’est la fin pour le Commissaire Tomar ? Peut-être est-ce a chaque de se faire sa propre opinion après tout.


35444505Résultat de recherche d'images pour "netgalley"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je remercie une fois de plus les éditions Belfond et NetGalley pour m’avoir offert l’occasion de lire ce roman

 

Auteur : Francois-Xavier Dillard
Titre : Ne dis rien à papa
ISBN: 9782714476234
Format Kindle – Edition Belfond

 

4eme de couverture

L’instinct maternel est l’arme la plus puissante au monde. Surtout quand on la retourne contre ses propres enfants.

Quatre jours et quatre nuits se sont écoulés avant que la police ne retrouve la victime dans cette ferme isolée. Quatre jours et quatre nuits de cauchemars, de douleurs et de souffrances, peuplés de cris et de visons imaginaires en face de ce jardin dans lequel elle a été enterrée vivante.

Sur un autre continent, loin de cet enfer, Fanny vit avec son mari et leurs jumeaux Victor et Arno. Leur existence bien réglée serait parfaite si elle ne percevait pas, au travers des affrontements qui éclatent sans cesse entre ses enfants, chez l’un, une propension à la mélancolie et, chez l’autre un véritable penchant pour le mal. Chaque jour elle se dit qu’elle ne pourra plus supporter une nouvelle crise de violence, ces cris qui la replongent au cœur d’images qu’elle voudrait tant oublier… À n’importe quel prix…

Et lorsqu’un nouveau voisin s’installe dans la grande maison, elle souhaite offrir le portrait d’une famille parfaite. Mais chaque famille a son secret et le sien est le plus terrible qui puisse exister.

 

Mon résumé

Tout d’abord, quand j’ai commencé le livre, je commençais a me demander si j’allais aimé ce livre car je le trouvais long à démarrer puis au bout de quelques chapitres ( assez court) l’action à fini par se mettre en place et tourner les pages s’est fait de plus en plus facilement.

Fanny vit avec son mari et leurs jumeaux Victor et Arno. Tout irait bien si jamais son mari de décelait que Fanny cache quelque chose et finisse par décider d’engager une société pour savoir ce que cache sa femme !

Et lorsqu’un nouveau voisin s’installe dans la grande maison, Fanny souhaite offrir le portrait d’une famille parfaite. Ce voisin est pianiste et ce n’est pas pour deplaire à Arno qui fini par s’en faire un ami et va lui donner des cours de piano. Oui, mais si jamais ce voisin etait bien plus qu’un simple voisin ?

 

Mon avis

Une issue qui finit par être fatale. Peut-on le reprocher au pere qui semble avoir fait son maximum pour que la famille reste unie ? Un très bon thriller grâce auquel je découvre la plume de l’auteur. Il est clair que j’aurais peut être du commencer par son roman précédent Fais le pour maman, surtout qu’il est dans ma PAL, mais bon je ne pense pas que ça gâche quoi que ce soit dans cette lecture.