Les oiseaux ne se retournent pas


https://images3.livreshebdo.fr/sites/default/files/assets/images/orangeprixlecteur.jpgCouverture du livre « Les oiseaux ne se retournent pas » de Nadia Nakhle aux éditions Delcourt

Auteur : Nadia Nakhlé
Titre :  Les oiseaux ne se retournent pas
Date de parution : 18 mars 2020
EAN : 9782413027652 – Edition Delcourt – Collection Mirages

 

 

Merci beaucoup à Lecteurs.com de m’avoir donné l’occasion de découvrir cet ouvrage 

 

 

4eme de couverture

Au moins un quart des personnes exilées en Europe sont des mineurs isolés. Ils fuient la même barbarie que les adultes. Que se passe-t-il dans la tête d’un enfant qui échappe à la guerre ? C’est la question qui traverse ce récit.

Un jour, la décision a été prise : Amel, orpheline de 12 ans, partira.

Il n’est pas ici question de choix : son pays est en guerre. Malheureusement, rien ne se déroule comme prévu. À la frontière, Amel perd la famille chargée de l’accompagner et se retrouve seule.

Sur sa route, elle rencontre Bacem, un déserteur et joueur de oud. Ensemble, l’enfant et le soldat apprennent à se reconstruire.

 

 

 

Mon résumé

Tout d’abord je remercie lecteurs.com de m’avoir donné l’occasion de découvrir ce fantastique roman graphique. C’est tout d’abord la couverture qui m’a interpellé tellement elle est mystérieuse. On a l’impression de regardera travers un objectif ou encore d’être dans un tunnel mais ne pas pouvoir capter plus que ce que l’œil permet de voir, et bien sur on a envie d’en savoir plus.

Je n’ai bien sur pas l’habitude de donner mon avis sur des romans graphiques ou des bandes dessinées, mais ça passe par la aussi aussi quans on donne son avis sur des ouvrages.

On découvre donc ici le parcours de Amel, une petite fille de 12 ans qui aime par dessus tout, jouer avec son cerf volant. Elle, qui fuit son pays et la guerre et fait tout pour rejoindre Paris. Elle va faire halte dans un camp, qui pour ma part je qualifierais de ghetto, et quand Alma comprend que si elle veut s’intégrer elle doit participer a la vie de la communauté, elle prend peur et décide de poursuivre sa route.

Sur son chemin elle va faire une rencontre formidable, qui va marquer sa vie pour toujours. Celle de Bacem, un solitaire qui semble lui aussi fuir les horreurs de la guerre. Ils vont faire route ensemble, mais malheureusement, leur chemin va être séparé. Bacem va lui confier son instrument de musique et se promettent de se retrouver plus tard, et ce sera l’occasion pour Alma de rendre son instrument a Bacem.

Mais voila ! Alma grandit, fais sa vie et ne retrouve toujours pas Bacem

 

 

 

Mon avis

Un roman graphique dont on plonge rapidement et qui tiens au coeur. Cet ouvrage m’a emue et on est triste pour Alma.

c’est un véritable hommage, émouvant, que l’auteur fait à tous ces milliers de réfugiés, et surtout aux enfants, qui sont contraints de fuir leur pays.

 

 



Catégories :Roman graphique

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , ,

A vos plumes !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :