La belle-mère


 

Auteur : Sally Hepworth
Titre : La belle-mère
Version : Numérique – Editions l’archipel
Date de parution : 20 août 2020
EAN : 9782809828863
Lien livraddict

 

Merci à NetGalley et aux Editions l’archipel pour ce service presse

 

Sally HEPWORTH

 

Née en Australie, Sally Hepworth a entamé une carrière dans les ressources humaines, parcouru le monde, avant de s’installer à Melbourne avec son mari et leurs deux enfants pour se consacrer à l’écriture.

Mères et filles est son premier roman publié en France.

 

4eme de couverture

Avocate appréciée pour son dévouement, Diana se bat pour améliorer le sort des réfugiés, mais elle se montre froide et distante, sinon blessante, envers les siens. Ce dont souffre Lucy, sa belle-fille, qui rêvait de trouver en elle une mère de substitution.

Dix années ont passé, et Diana vient de mourir. Elle se serait suicidée. Mais, à l’autopsie, nulle trace d’un cancer… Qu’est-il donc arrivé à Diana, dont le testament a été modifié peu de temps avant sa mort ?

Avec ce suspense psychologique, dans la lignée des succès de Liane Moriarty, Phoebe Morgan ou B.A. Paris, Sally Hepworth livre le portrait glaçant d’une famille en apparence harmonieuse. En apparence seulement…

 

 

Mon résumé

Cela ne m’arrive pas souvent mais pour ce roman je ne remercie pas 2 personnes mais 3. Tout d’abord NetGalley et les éditions l’archipel comme j’ai l’habitude de le faire et grâce à qui j’ai eu la possibilité de découvrir l’auteure Sally Hepworth. Mais je dois aussi remercier Anais du blog anaisseriallectrice.com qui a fait une chronique sur les polars de la rentrée littéraire 2020 et sans qui je n’aurais jamais pensé a sélectionner ce roman.

Il est vrai que cette lecture n’est pas transcendante mais vaux tout de même le détour. Une fois qu’on rentre dans l’histoire on ne décroche pas. Comme je l’ai déjà évoqué à plusieurs reprises dans des chroniques passées les plongeons entre présent et passé, ou bien lorsque les chapitres sont dédiés à un personnage, je m’y perds un peu et ça à tendance à me rebuter et me fait perdre le fil de l’histoire. Au contraire ici ça se déroule tout seule et on a plaisir a tourner les pages.

Est-il utile de préciser autour de quoi va tourner l’histoire ? On devine tout de suite par le titre qu’on va suivre les péripéties et les difficultés qui découlent entre une belle-mère et la bru. On va rencontrer prétextes à embrouilles, non-dits, frustrations, invectives et parfois complicités. Autant de choses qui vont faire que les personnages de Diane et Lucie vont être facile à cerner et dans lesquelles on peut facilement se positionner.

Passé la moitié du roman, on comprend qu’il va être question de mort, mort bien sure de la belle-mère mais bon en disant ça je ne vous divulgue rien attention. Mais quand bien même celle-ci meurt, on a beaucoup de mal a comprendre de quoi. Suicide ? meurtre ?

Qui dit mort de la belle-mère, dit héritage, oui, du moins c’est ce que croit les supposés héritiers…..

 

Mon avis

Je ne vous cache pas que pendant une bonne petite partie du roman, je me suis demandé sur quoi j’étais tombé et heureusement finalement la situation s’est débloquée. Pour moi c’était une première avec cette auteure et je ne regrette pas. Très bon roman que nous avons la.

A recommander.

 

3 réflexions sur “La belle-mère

  1. Pingback: Sally Hepworth – La belle-mère | Sin City

A vos plumes !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.