Articles Tagués ‘manipulation’


55615836

Auteur : Cyril Carrère
Titre : Le quatrième rassemblement – Edition Cosmopolis
Date de parution : 8 octobre 2020
EAN : 9782902324064 – 398 pages

 

Cyril Carrere

Né à METZ en 1983, Cyril Carrere, qui a grandi à NÎMES, partage désormais sa vie entre la France et le Japon où il vit depuis 2018. Pharmacologue de formation, Cyril a travaillé dans l’industrie pharmaceutique pendant 7 ans, avant de devenir chef de projet de développement d’applications dans le secteur scientifique et auto-entrepreneur.

Passionné de littérature, de culture et de voyages, il est l’auteur du Glas de l’innocence (finaliste prix Fyctia) et du très remarqué Grand Froid (finaliste prix VSD-RTL), plébiscité par le public.

Le Quatrième Rassemblement, son troisième roman, paraît aux Editions Cosmopolis en octobre 2020.

Son site web : http://www.cyril-carrere.com

 

 

 

4eme de couverture

Trois associés, un cadavre, un butin, une embrouille. Un coup de maître.

Visalia, Californie centrale.

William, l’homme d’affaires, rêve de créer un nouveau pôle d’excellence dans la région qui l’a vu naître, loin de la Silicon Valley et de la Baie de San Francisco. Lorsque sa société Educorp fait faillite, étourdi par le désir de revanche, il accepte l’aide d’un fonds privé sans en avertir ses associés.

Quand Cari, l’avocat fiscaliste, met son nez dans les affaires d’Educorp, ce qu’il découvre va l’aspirer au coeur d’un engrenage incontrôlable.

Philip s’active pour offrir une fin de vie décente à sa mère. Pour y parvenir, le lieutenant de police est prêt à tout.

Le destin de ces trois hommes va se télescoper quand William doit revoir ses associés, une semaine plus tard, à l’occasion du Rassemblement, rituel instauré depuis la fin de leur aventure commune. Parfaite symétrie des situations et des hommes : dans ce dédale de faux-semblants, de violences feutrées et de trahisons, le face-à-face s’annonce comme la plus dangereuse réunion à laquelle ils aient jamais participé.

 

Bande annonce :

 

 

 

Mon résumé :

Je ne le cache pas la couverture ne m’a pas attirée. La 4eme de couverture guère plus. Ça me faisais penser à un roman tourné finance, grosse entreprise avec des « pots de vin » et « des dessous de table ». En gros le livre barbant par excellence.

Visalia, Californie Centrale.
William Sullivan rêve de créer un pôle d’excellence dans sa région natale. Mais lorsque sa startup fait faillite tout s’accélère lorsqu’il demande de l’aide a un fond privé sans prévenir ses deux associés.

Son ami d’enfance, Phil, ne souhaite qu’offrir une fin de vie descente a sa mère, et près à tout pour cela. C’était sans compter ce fouineur d’avocat fiscaliste, Carl qui sent venir de loin le coup fourré et ne sait pas dans quoi il va mettre les pieds. Le personnage de Will est juste terrifiant, j’ai adoré la façon dont il n’arrête pas d’enchaîner les pétages de câbles.

Entre mensonges, secrets et trahisons notre cœur balance. On en apprend suffisamment sur la vie privée des personnages pour être touché par ce qui leur arrive, il faut dire que dès que l’on touche aux femmes battues, enceintes, atteinte d’Alzheimer, et aux enfants,

J’ai adoré, un vrai coup de cœur qui confirme mon admiration pour la plume de Cyril découverte avec son roman Grand Froid.

Merci Cyril pour ce voyage en californie et au coeur de cette maestria financière au sein d’educorp


51516789. sy475

Auteur : Sebastian Fitzek
Titre : Siege 7A
Version : Numérique – Edition l’archipel
Date de parution : mars 2020
ISBN: 9782809828337
Lien livraddict
Lien Kobo

 

 

Sebastian Fitzek - Deutscher Radiopreis Hamburg 2016 02.jpg

Sebastian Fitzek, né le 13 octobre 1971 à Berlin, est un écrivain et journaliste allemand. Il est considéré comme le maître du roman à suspens allemand, auteur des meilleurs ventes en librairie allemande.

Après des études de droit, il travaille à la radio et à la télévision. Par la magie du bouche-à-oreille, « Thérapie », son premier thriller, s’est retrouvé numéro un des ventes en Allemagne (plus de 220 000 exemplaires vendus). Il a été traduit dans vingt-deux pays.

Fin 2016, 8 de ses romans ont été traduits en français, le dernier étant « La Mémoire cachée » aux éditions l’Archipel.
Il sort en 2017 un thriller intitulé Le Somnambule.

source : wikipedia / babelio

 

4eme de couverture

Mats Krueger, psychiatre renommé qui vit désormais à Buenos Aires, est contraint de surmonter sa phobie de l’avion quand sa fille Nele, avec qui il a perdu contact depuis des années, lui annonce qu’elle est sur le point d’accoucher.
Quand il prend place à bord du vol qui doit le mener à Berlin, il ne se doute pas encore qu’il aura à affronter le pire – ni les turbulences ni les trous d’air n’en seront la cause… Peu après le décollage, Mats reçoit un appel anonyme en forme d’ultimatum. Sa fille vient d’être enlevée. S’il veut éviter qu’elle et son bébé soient exécutés, il n’a d’autre choix que de provoquer le crash de l’avion… Pour cela, on lui suggère de manipuler mentalement Kaya, l’une des hôtesses, qui n’est autre qu’une de ses anciennes patientes. Mais quel rôle joue-t-elle vraiment ?


Chantage eBook by Samuel Palladino

Auteur : Samuel Palladino
Titre : Chantage
Version : Numerique  – Rebelle Editions
Date de parution : 27 novembre 2018
ISBN: 9782365387293
Lien livraddict
Lien kobo

 

 

Samuel Palladino est un auteur Liégeois (Belgique) né le 9 novembre 1977 d’un père immigré italien et d’une mère belge.
Ardent pratiquant d’arts martiaux et de sports de combat, il est également instructeur en self défense et se passionne particulièrement pour le Mastro Defence System, une méthode de combat issue du penchak silat.
Passionné par la littérature depuis son adolescence, il a d’abord écrit de nombreux poèmes, avant de rédiger un scénario, mais aussi d’inventer des histoires pour enfants afin de répondre aux nombreuses questions que se posait sa petite fille. Fort de cette expérience littéraire, il décide d’écrire son premier roman, Chantage. Influencé par son auteur phare, Stephen King, son genre littéraire est le thriller fantastique où la psychologie des personnages occupe une place importante.

 

 

4eme de couverture

Certaines limites ne devraient jamais être dépassées. Gabriel Rogero, homme politique à la carrière en plein essor, le sait. Cela ne l’empêche pourtant pas de se rapprocher de Marie, la compagne de son meilleur ami.
Tout lui sourit jusqu’à ce qu’un inconnu exerce sur lui un chantage abominable.
Quel est l’objet de ce chantage ? Sa famille et sa carrière y résisteront-elles ?
Autant de questions qui trouveront une réponse dans ce thriller maléfique.
Mon résumé : 
J’avais souvent entendu parler de l’auteur mais j’avais jamais oser franchir le cap de la lecture. Je me suis enfin décidé et j’ai même pris ses 2 romans mais pour le moment on va parler du premier Chantage.
Dans la première partie du roman j’avoue que j’ai bien cru m’être trompé de livre et avoir affaire à un roman érotique mais il n’en était rien et passé le cap du quart du roman on commence à entrer dans le vif du sujet et c’est à partir de ce moment la que le titre du roman prend tout son sens.
On va suivre la vie de Gabriel Rogero, un homme politique en pleine campagne. Sa vie de couple bat un peu de l’aile ou du moins n’est pas au beau fixe. Lorsqu’il croise Marie, la compagne de son meilleur ami, il se dit qu’elle n’est pas tel qu’il l’a voyait auparavant. Elle est plutôt attirante et il se dit qu’après tout vu la situation dans laquelle il est, si il fait les choses bien ça se saura pas. Surtout qu’elle même est plutôt partante.
Tout se passe a merveille et au fil du temps elle prend le rôle de la maîtresse idéale….
Du moins tout se passe bien jusqu’à ce qu’il croyait être un rendez vous pour sa campagne, est en faite le rendez-vous d’un maître chanteur, qui s’il n’obtient pas ce qu’il veut, fera tout pour faire tomber Gabriel, que ce soit professionnellement mais aussi personnellement, preuves à l’appui.
Va s’ensuivre une longue descente aux enfer pour Gabriel…..mais aussi pour Marie, la femme de son meilleur ami et également sa maîtresse…..
Je dois tout de même rajouter deux choses sans toutefois trop en dévoiler :
– La femme de Gabriel je l’ai trouvé un peu trop confiante à la limite de la naïveté quand bien même elle se doute de quelque chose surtout sachant comment le roman se termine.
– Fulcreï on a beaucoup de mal a le cerner. Qui est t-il pour vouloir décider ce qui est bon ou moment ? Apres tout n’est t-on pas libre de nos actes ? on est pas dans une monarchie que je sache !!  Fulcreï me donnerais un peu l’impression d’être l’incarnation du diable.
Mon avis
Un roman qui est très addictif. Personnellement j’ai eu beaucoup de mal à le lâcher et des que je m’arrêtais, des que j’avais un moment je m’y remettais. C’est du très lourd et pas dans le mauvais sens. C’est vraiment un très bon livre que je conseillerais a tout bon lecteur addict de thriller et de polar.
Et si vous l’apprécier ou que vous l’avez déjà lu, passez sur La porte son second roman. Pour ma part je fais une pause avec un autre auteur que j’affectionne particulièrement et ensuite je me replonge dans l’univers de Samuel Palladino.
Si vous voulez en savoir plus sur l’auteur vous pouvez le retrouver sur les reseaux sociaux :

52286386. sy475

 

 

Auteur :  Linwood Barclay
Titre : Champ de tir
Version : Numérique – Edition Belfond Noir
ISBN: 9782714482037
Lien livraddict

 

 

4eme de couverture

Quand des citoyens justiciers sèment la terreur dans une petite bourgade américaine… Meurtres, complots et coups tordus : à Promise Falls, on ne badine pas avec le crime !
D’habitude si paisible, la petite ville de Promise Falls est en ébullition. C’est d’abord un type ahuri qui débarque dans le bureau de l’inspecteur Duckworth en prétendant avoir été kidnappé et passé à tabac. Sur son dos, un tatouage l’accuse d’être un meurtrier.
Et puis il y a l’affaire Jeremy Pilford. Ce gosse de riche arrogant, soupçonné d’avoir écrasé une jeune fille, vient d’engager le privé Cal Weaver pour assurer sa sécurité. Acquitté au tribunal pour irresponsabilité, l’adolescent se retrouve lynché dans les médias et harcelé par une meute d’anonymes.

Qui sont ces bons redresseurs de torts, ces social justice warriors rassemblés sur les réseaux sociaux, déterminés à faire payer les supposés criminels ? Quelles sont leurs intentions ? Et sont-ils toujours bien informés ?

Alors que la ville ressemble à un champ de tir, Duckworth et Weaver ne seront pas trop de deux pour lutter contre cette chasse aux sorcières des temps modernes…

 

Mon avis

Merci à NetGalley et aux editions belfond pour leur confiance.

Nous revoici ici dans un roman de Linwood Barclay mettant en scene l’inspecteur Barry Duckworth et le privé Cal Weaver.
Cette fois-ci les deux hommes vont être entrainés dans une sombre histoire de vengeance, orchestrée par une foule determinée, utilisant réseaux sociaux et sites internet, pour assouvir sa soif de sang. Et avant que Jeremy Pilford deviennent leur nouvelle victime, nos deux héros vont tout faire pour demêler le vrai du faux.

Cal Weaver est engagé pour assurer la protection d’un jeune homme accusé d’homicide involontaire et finalement acquitté mais qui semble déchainer la vindicte populaire. Barry Duckworth va enquêter sur le cas de l’homme qui s’est présenté de lui-même au poste en disant qu’il a été enlevé, battu et porte un message sous la forme d’un tatouage grossier dans le dos.

Les thèmes abordés sont tellement dans l’actualité, on voit cela tous les jours sur les réseaux sociaux où les justiciers et les redresseurs de tort pullulent. Lorsque les médias s’y mettent et en rajoute une couche. On se demande se qu’il va advenir aux personnes ainsi harcelées à tort où à raison.

Un des meilleurs auteurs de thrillers nord-américains actuels ! Surtout, lisez les précédents… ils sont tout aussi bons que celui-ci.


43825288. sy475

Auteur : Vanessa Savage
Titre : La maison
Version : Numérique – Edition de la martiniere
ISBN: 9782732486277
Lien livraddict

 

 

 

Vanessa Savage est graphiste et illustratrice.

« La Maison » (The Murder House, 2019) est son premier roman.
Elle vit dans le sud du Pays de Galles avec son mari et ses deux filles.
Twitter

 

 

 

4eme de couverture

Toutes les maisons portent en elles une histoire.
Celle-ci est cauchemardesque.

La maison où Patrick a passé toute sa jeunesse n’est pas une demeure comme les autres. Quinze ans plus tôt, elle a été le théâtre d’un drame inconcevable : toute une famille y a été retrouvée, massacrée. Patrick garde pourtant des souvenirs irremplaçables dans ces lieux, comme seule l’enfance sait en créer. Il décide de la racheter. Sa femme, Sarah, et leurs deux enfants s’y installent à contrecœur. Le délabrement, l’atmosphère sinistre qui colle à la maison oppressent Sarah. Ses psychoses reprennent, de plus en plus sombres. Des voisins épient chacun de ses mouvements. La tension monte.
​Dans ce roman tortueux, imprévisible, Vanessa Savage braque la lumière sur chacun des personnages, tour à tour. Patrick, Sarah – et le lecteur – sauront-ils résister à cette infernale spirale du doute et de l’enfermement ? Et jusqu’où les entraînera-t-elle ?

 

 

Mon résumé

Et voila, enfin je me décide ! JE sors enfin un livre de ma PAL. Il faudrait que je fasse ça un livre sur deux. Tout d’abord ce qui m’avais interpellé c’est le résumé. En lisant le résumé, je me suis dis que j’allais adorer la lecture et puis en lisant les premières pages j’ai commencé a douter. LE couple qui veut racheter la maison familiale 15 ans pour changer de vie j’ai commencé a le sentir moyen.

Apres 2-3 chapitres ca a commencé à s’accélérer et tout de suite j’ai commencé a changer d’avis et c’est a partir de la que j’ai commencé a ne plus pouvoir le lâcher : avant de partir au boulot pendant le café lecture, dans le bus et train lecture …

Des la possession des lieux le mari, qui a vécu dans cette maison une bonne partie de son enfance change du tout au tout. Il commence par vouloir tout refaire dans cette maison, et lorsqu’il va pour demander un prêt à la banque pour faire la cuisine aménagée c’est la douche froide !! Il va devenir agressif envers sa femme, il va s’immiscer dans sa vie et vouloir savoir ce qu’elle fait, avec qui et quand. Elle doit jouer le rôle de la femme d’intérieur parfaite !!!

Tout cela ne va bien sur par être de son gout et va vouloir sortir un peu pour avoir des activités qui lui permette de décompresser du quotidien.

 

Mon avis

J’ai pris un vrai plaisir a lire ce livre et aussi a découvrir cette auteure que je ne connaissais pas. Peut-être est-ce un premier roman, ce qui expliquerais peut-être que je ne la connaissais pas auparavant. En tout cas si vous vouloir passer un bon moment je vous le recommande.


L'Institut eBook by Stephen King

Auteur : Stephen King
Titre : L’institut
Version : Broché – Edition Albin Michel – 600 pages
ISBN : 9782226443274
Lien livraddict

 

 

4eme de couverture

Au cœur de la nuit, à Minneapolis, des intrus pénètrent la maison de Luke Ellis, jeune surdoué de 12 ans, tuent ses parents et le kidnappent.

Luke se réveille à l’Institut, dans une chambre presque semblable à la sienne, sauf qu’elle n’a pas de fenêtre. Dans le couloir, d’autres portes cachent d’autres enfants, dotés comme lui de pouvoirs psychiques.

Que font-ils là ? Qu’attend-on d’eux ? Et pourquoi aucun de ces enfants ne cherche-t-il à s’enfuir ?

Aussi angoissant que Charlie, d’une puissance d’évocation égale à Ça, L’Institut nous entraîne dans un monde totalitaire… qui ressemble étrangement au nôtre. Le nouveau chef-d’œuvre de Stephen King.

 

 

Mon avis

Comme vous le savez déjà, j’ai toujours adoré Stephen King et ce depuis l’age de 12-13 ans, ou j’avais commencé en empruntant ses livres à la bibliothèque de ma ville. Ça a toujours été un plaisir de les lire même si dans mes souvenirs ça faisait un peu peur. Depuis j’ai réussi a réunir tout ses livres et j’ai même un exemplaire en version originale et encore un autre, dédicacé. Ça prouve que je suis un fan inconditionnel du King.

Tout ça pour dire que pour le cas présent je pensais bien qu’il en serait de même, et pourtant….

Des le début j’ai eu un énorme mal à accrocher. Déjà si j’avais pas repris la 4ème de couverture je n’aurais jamais sur qu’on était dans une clinique et que l’on pratiquait des expériences sur des enfants. Lorsque l’un des enfants s’enfuit pour tenter d’échapper à ses bourreaux, je sens que je commence vraiment à entrer dans le livre et que je vais enfin prendre du plaisir dans ma lecture. L’espoir fut de courte durée car après environ 40-50 pages de plus l’illusion est redescendu et j’ai eu l’impression de me traîner et qu’on me forçait à lire un livre. Un peu comme on nous imposait des livres au collège, c’est dire !

Est-ce utile de continuer et vous dire que je n’ai pas spécialement apprécié cette lecture ?

Qu’un fan de Stephen King me trouve des arguments et me prouve qu je me trompe et peut-être que je me dirais que peut-être n’ai-je pas été assez attentif à ma lecture.

Comme à  chaque fois que je termine une chronique : Bonne lecture a ceux qui souhaiterais tout de même se laisser tenter ou a ceux qui sont en pleine lecture de ce roman.

 


Une putain d'histoire de Bernard Minier - Poche - Livre ...

Auteur : Bernard Minier
Titre : M Le bord de l’abîme
Version : Broché – Edition XO editions – 560 pages
ISBN: 9782374481210
Sortie : 21 mars 2019
Lien livraddict

Je remercie le gentil petit papa noël pour ce cadeau qui m’a fait vraiment plaisir

 

4eme de couverture

Pourquoi Moïra, une jeune Française, se retrouve-t-elle à Hong Kong chez Ming, le géant chinois du numérique ?
Pourquoi, dès le premier soir, est-elle abordée par la police ?
Pourquoi le Centre, siège ultramoderne de Ming , cache-t-il tant de secrets ?
Pourquoi Moïra se sent-elle en permanence suivie et espionnée ?
Pourquoi les morts violentes se multiplient parmi les employés du Centre – assassinats, accidents, suicides ?
Alors qu’elle démarre à peine sa mission, Moïra acquiert la conviction que la vérité qui l’attend au bout de la nuit sera plus effroyable que le plus terrifiant des cauchemars.

VERTIGINEUX ET FASCINANT

Le roman d’un monde en construction, le nôtre, où la puissance de la technologie et de l’intelligence artificielle autorise les scénarios les plus noirs. Bienvenue à Hong Kong. Dans la fabrique la plus secrète du monde. Chez M… Au bord de l’abîme…

 

 

 

Mon résumé

 

Cela faisait longtemps que je m’étais pas plongé dans l’univers de Bernard Minier. Le dernier en date étant Glacé que j’avais chroniqué le 6 août 2016. Et oui ça date pas d’hier !!! Déjà quand je l’ai reçu ce fut une grand surprise car à la vu du paquet, il était pas permis un seul instant d’imaginer que sous ce papier cadeau se cachait un livre…et quel livre !

Quand j’ai lu la 4e de couverture j’avais tout de même un doute sur le fait que j’allais réussir a rentrer dedans.  Ce qui m’a quelque peu rebuté c’est le fait que l’intrigue se déroule en Asie et précisément à Hong-Kong. La plupart des histoires que je lis se déroulant soit aux states (Preston & Child) soit en France et Suisse ( Chattam  / Voltenauer), du coup c’est complètement un nouvel univers dans lequel j’arrive. Une fois l’étape de l’appréhension passée je suis rentré dedans avec une facilité déconcertante, et ce malgré, l’épaisseur du livre.

Quand je vois quand Anaïs à chroniqué le livre je me dis que je suis pas si en retard que ca par rapport a elle. JE n’ai jusque que 6 mois de retard sur elle !!!

Arrivé à cette étape, vous vous dites, mais c’est quand qu’il va nous parler de l’histoire, car après tout c’est ça qui m’intéresse moi !!! Ok, ok j’y viens.

Alors des les premières pages on sais tout de suite qu’on plonge dans un thriller 2.0. On entre en plein dans le mondes des nouvelles technologies. Vous êtes a cheval sur le respect de votre vie privée, vous bannissez les j’aime sur les réseaux sociaux ? Passez votre chemin, ici votre vie privée va devenir scrutée dans les même détails. On va suivre une jeune française qui n’a pas encore atteint la trentaine et va être recrutée par la société ming, une société numérique. Elle va arriver sur le sol asiatique, que directement elle est prise en charge et va tout de suite voir qu’ici  on ne rigole pas avec le numérique. A peine est-il dans la voiture avec un chauffeur attitré qu’elle se voir remettre smartphone, tablette…

Moïra va vite comprendre elle quel point elle est surveillée. Informations concernant son sommeil, son rythme cardiaque, mais aussi la fréquence de ses orgasmes et sa position géographique, quelque soit l’heure du jour ou de la nuit.

Elle va avoir la douce mission d’intégrer l’équipe d’ingénieur en place afin de mettre au point un nouvel outil sensé facilité la vie de tout les habitants de la planète. Très vite elle va s’apercevoir que tout n’est pas rose au sein de l’entreprise et qu’il y a peut-etre des « taupes » . Des que le PDG en a vent il va mettre tout les outils et données en sa possession au service de la jeune femme. Ne serait-ce pas un piège que veux lui tendre Ming ? C’est ce que va devoir découvrir Moïra.

 

 

 

Mon avis

Un pur bijou de technologie que ce roman. J’ai pris énormément de plaisir dans la lecture, cependant il pose beaucoup de questions. Jusqu’où es-t-on prêt à se divulguer quand on vous les bijoux de technologie qu’il existe à l’heure d’aujourd’hui . Es-t-on encore libre de nos mouvements ? Ne serait-on pas en droit de se dire que nos grands parents et leurs propre parents avaient vraiment leur libertés pendant que nous, nous serions presque prisonniers ?

A vous de vous faire votre propre avis sur la question.

 


48904865. sy475

Auteur : Karine Giebel
Titre : Ce que tu as fait de moi
Version : Broché – Edition Belfond – 550 pages
ISBN: 9782714481962
Lien Livraddict

 

4eme de couverture :

« On se croit solide et fort, on se croit à l’abri. On suit un chemin jalonné de repères, pavé de souvenirs et de projets. On aperçoit bien le ravin sans fond qui borde notre route, mais on pourrait jurer que jamais on n’y tombera. Pourtant, il suffit d’un seul faux pas. Et c’est l’interminable chute.
Aujourd’hui encore, je suis incapable d’expliquer ce qui est arrivé. Si seulement j’avais plongé seul… »

Cette nuit, c’est le patron des Stups, le commandant Richard Ménainville, qui doit confesser son addiction et répondre de ses actes dans une salle d’interrogatoire. Que s’est-il réellement passé entre lui et son lieutenant Laëtitia Graminsky ? Comment un coup de foudre a-t-il pu déclencher une telle tragédie ?

« Si nous résistons à cette passion, elle nous achèvera l’un après l’autre, sans aucune pitié. »

Interrogée au même moment dans la salle voisine, Laëtitia se livre. Elle dira tout de ce qu’elle a vécu avec cet homme. Leurs versions des faits seront-elles identiques ?

« Si nous ne cédons pas à cette passion, elle fera de nous des ombres gelées d’effroi et de solitude.
Si nous avons peur des flammes, nous succomberons à un hiver sans fin. »

 

Mon résumé

Si j’ai attend 2 semaine après sa sortie, c’est pas pour rien. Je le dis sans détour, son dernier ouvrage, quand bien même il s’agisse d’un recueil de nouvelles, m’avait énormément déçu. Apres peut-être que ce genre n’est pas fait pour moi, mais toujours est-il que c’est qui m’a fait hésiter. De plus après avoir lu/ vu certains avis cela m’a pas vraiment encouragé à me diriger vers ma librairie Contact. Apres de mures réflexions et avoir repensé au dernier roman que j’avais lu de Karine Giebel, Toutes blessent la dernière tue, celui-ci ne pouvait en aucun cas être moins bon, à la limite de dire que c’est un navet, non, ça c’est impossible. C’est pourquoi, un jour de début décembre, je suis rentré dans la librairie Contact et je me suis mis en chasse de trouver l’étal ou se trouvais…..Ce que tu as fais de moi.

Parlons un peu de l’histoire, car je pense que c’est un peu pour ca que vous vous trouvez ici.

On se retrouve au sein de la brigade des stups dirigé par le Commissaire Richard Menainville. Laetitia Graminsky est arrivée en tain que stagiaire pour une durée de 6 mois avant d’espérer une titularisation en tant qu’inspecteur. Elle se doit de faire ses preuves. Alors qu’elle et l’équipe de Menainville se trouve sur une enquête très compliquée, Graminsky se vois confier des taches, qu’elle ne va pas etre en mesure d’assurer. Elle va commettre gaffes sur gaffes, la première étant de prendre le temps de répondre a un appel personnel, textotter. Le commissaire lui en fait la remarque mais n’en pense pas moins.

Quelques jours après c’est la douche froide dans le bureau du commissaire, en presence d’un de ses collègues. Le commissaire lui apprend que finalement elle ne convient pas pour le poste et est licenciée, purement et simplement. Pour Graminsky, ce n’est pas possible, elle est faite pour ce metier, il doit bien y avoir une solution, après tout, elle a bien droit à une 2eme chance non ?

Elle décide donc de se mettre sur son 31, a la limite de la provocation et se rend au domicile du commissaire. Ce qu’elle découvre va la surprendre, mais il est trop tard pour réagir et saute dans la gueule du loup. Le collègue du commissaire est également présent. Avant l’arrivée de Graminsky, ils étaient en train de siroter une bière devant un match de foot.

Pour Graminsky, commence la descente aux enfer. Elle est bien loin de s’attendre a ce qui va lui arriver en pénétrant dans l’antre du commissaire….

 

Mon avis

Encore un livre de Karine Giebel, qui s’avale en une petite bouchée. Cependant certains passages restent bien durs et plusieurs fois j’ai eu envie de zigouiller certains personnages. Le livre est truffé de viol, mensonges, alcool, chantages, tout les ingrédients que l’on trouve dans tout bon romans policiers……films policiers aussi d’ailleurs, mais ça c’est une autre histoire.

Est-ce qu’après cette longue chronique vous hésitez encore a vous procurer le roman ?


 

Le Jeu du Chuchoteur

 

Auteur : Donato Carrisi
Titre : Le jeu du chuchoteur
Version : Broché – Calmann Levy noir édition –
ISBN: 9782702166772
Lien Livraddict

 

4eme de couverture

Un homme tatoué utilise le succès d’un nouveau jeu vidéo nommé Deux pour manipuler à distance les joueurs, en les poussant à libérer leurs pulsions. Lorsqu’un père de famille assassine sa femme et ses enfants sans aucune raison, l’enquêtrice Mila Vasquez décide de s’inscrire à Deux pour comprendre les mécanismes de ce crime, avant d’être traquée par le mystérieux manipulateur.

Titre original : Il gioco des suggeritore (2018)


44181384. sy475

Auteur : Dean Koontz
Titre : La chambre des murmures
Version :  Broché – 442 pages – Edition l’archipel
ISBN: 9782266243537
Lien livraddict
Il s’agit d’un emprunt de la bibliothèque d’Angers

 

 

4eme de couverture

Jane Hawk face à la confrérie secrète
« Il n’est plus temps d’attendre… »
Tels sont les mots qui résonnent dans l’esprit de Cora Gundersun, une enseignante appréciée de tous, au matin du « grand jour ». Juste avant qu’elle commette un attentat-suicide au volant de son 4×4 bourré de jerrycans d’essence.
« Accomplis la mission qui t’incombe… »
L’effroyable contenu du journal intime de Cora corrobore l’hypothèse de la démence. Lorsque de nouveaux cas surviennent, Jane Hawk, inspectrice du FBI en disponibilité, comprend que chaque seconde compte. À jamais marquée par le deuil de son mari, un marine qui s’est mystérieusement donné la mort, elle sait qu’elle n’a plus rien à perdre.
« … et tu seras célèbre et adulée ! »
Sa traque va conduire Jane sur la piste d’une confrérie secrète dont les membres se croient au-dessus des lois. Une quête de justice à la mesure de sa soif de vengeance…

 

 

Mon résumé

Cora Gunders est une jeune enseignante, dynamique et aimée de tous jusqu’au jour fatal où elle commet un attentat suicide. C’est plus qu’inexplicable et personne ne comprend ce qui a pu se passer dans sa tête. Le shérif Luther Tillman se pose des questions et pense qu’il faut creuser l’affaire. Mais les fédéraux ne l’entendent pas de cette oreille et le mettent à part presqu’en devenant menaçants. Comme Luther est un gars vraiment bien, plus il sent que les « officiels » veulent étouffer ce qui s’est passé, plus il essaie de comprendre. Bien sûr, rien ne sera simple, il va être courcircuité, surveillé, traqué….mais il n’a pas envie de lâcher et il essaie d’avancer….

Une autre personne que cet acte interroge, c’est Jane Hawk. Elle fait le parallèle entre le suicide incompréhensible de son mari et la tuerie hors norme provoquée par Cora. Elle ne comprend pas que des citoyens bien sous tous rapports aient pu basculer du jour au lendemain dans des situations ne leur correspondant pas. Elle n’est pas en odeur de sainteté chez ses patrons du FBI et tout cela va bien la gêner car elle dérange au point qu’il vaudrait mieux qu’elle disparaisse, comme par accident (ben voyons). Comme le shérif, c’est quelqu’un avec un caractère fort, prête à aller jusqu’au bout, à prendre des risques pour faire éclater la vérité. Il va s’agir d’une course contre la montre pour essayer d’enrayer ce qui est en train de se mettre en place….

 

Mon avis : 

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de livres de Dean Koontz. D’ailleurs si vous faites une recherche sur le blog vous constaterez que ma dernière chronique sur l’auteur remonte tout de même en 2014. Lorsque j’ai vu ce livre dans les nouveautés de la bibliothèque, je me suis dis que c’était l’occasion de replonger dans l’univers de l’auteur. Si la première partie du roman, lorsqu’il est question de l’attentat m’a bien plus et m’a motivé a continuer la lecture, la seconde partie en revanche a refréné la cadence, j’ai eu l’impression d’arriver à un péage après avoir fais 300 km a 130 km/h. J’en attendais un peu mieux tout de même, les notions de sectes secrètes n’est pas spécialement ma tasse de thé.

Dean Koontz m’avais habitué a mieux…mais, bon !

 


34904285

Préludes Éditions

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Jacques Expert
Titre : Hortense
ISBN : 9782253086680
347 pages  – edition Le livre de poche

 

J’ai obtenu ce roman à l’occasion d’un concours sur twitter et je remercie les editions Preludes

 

4eme de couverture :

1993: Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille, Hortense, presque trois ans, qu’elle elève seule. Son ex-compagnon est un homme violent, auquel elle refuse le droit de visite. Un jour, il fait irruption chez elle et lui enleve Hortense.
2015: Sophie mene une vie morne, solitaire. Un dimanche pluvieux, elle se fait bousculer par une jeune femme dans la rue. Persuadée qu’il s’agit d’Hortense, elle la suit. Sans rien lui dévoiler, elle sympathise avec elle. La relation qui se noue alors est pleine de mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un delire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et cette jeune femme est-elle aussi innocente qu’elle le parait ?
Une intrigue fascinante et haletante, inspirée d’un fait divers.

Jacques Expert est un manipulateur de grand talent. Un acrobate de l’emotion au style sobre et impeccable. Marie Rogatien, Le Figaro magazine.

La fin vous foudroie sans crier gare. Julie Malaure, Le Point.

 

Mon résumé

1993 : Sophie Delalande, pense avoir tout pour avoir une belle vie. Un metier qui lui plait, un copain. Cependant celui qu’elle a rencontré lors d’une soirée, organisée, par une collègue, ne se révéle pas ce qu’il parait être au premier regard. Il devient vite violent. Parfois il rentre tard ou alors pas du tout, donnant des prétextes aussi farfelus les uns que les autres, mais bon, Sophie, s’en moque, car elle l’aime.  Un beau jour, elle lui annonce qu’elle attend un heureux événement, et ce qui ravirait n’importe quel homme, lui, ca le fout en rogne et finit par partir. Sophie decide donc d’élever Hortense toute seule durant 3 ans, jusqu’au jour ou elle decouvre que Hortense a disparu.

Pour Sophie, ca ne fait aucun doute, c’est Sylvain qui l’a kidnappé.

2015 : Sophie, vie une vie bien triste, maintenant qu’elle se retrouve toute seule malgré le temps qui passe. Elle continue pourtant de penser à sa petite Hortense. Un jour pluvieux , alors qu’elle se fait bousculer, une personne fait tomber son parapluie. En se relevant, elle observe la personne,et, quelque chose dans le regard lui fait lui dire que c’est elle. Oui, c’est Hortense qu’elle a en face d’elle. Sans rien ajouter, elle va decider de la suivre, afin de mieux la connaitre et savoir ce qu’est sa vie. Elle va finir, au fil des jours, par sympathiser avec elle, jusqu’à l’inviter chez elle a prendre un thé, puis ensuite le déjeuner…..

 

 
Mon avis

Un roman, truffé de rebondissements, de suspense, qu’on n’a du mal a s’en défaire. Personnellement, je l’ai lu en à peine 24 heures, c’est dire si il m’a chamboulé. C’est un très bon auteur. Meme si ce n’est surement pas mon auteur préféré, c’est tout de meme son 3ème roman que je lis et j’en ressort toujours satisfait. J’ai peut-être plus apprécié ce titre que les deux autres mais après c’est selon le gout de chacun.


NetGalley

 

Auteur : Marc S.Masse
Titre :  Cross
ISBN : 9791093363493
Format numérique EPUB

 

Marc S. Masse

Né le 29 mai 1941 en France, dans la région lyonnaise, aujourd’hui il vit en Touraine. Il est marié, et a une fille.

Marc Sylvain Masse est diplômé de l’ICN Business School à Nancy, en 1964.

Son premier emploi le conduit dans l’industrie mécanique comme ingénieur commercial. Après quelques années, il entre dans l’ingénierie, un secteur qu’il ne quittera plus. Bientôt responsable de la négociation de grands contrats dans le domaine de la chimie, la pétrochimie, puis des industries alimentaires, biotechnologies, et des industries de transformation, il devient chef de département, puis directeur de division.

Sa vie professionnelle lui a inspiré son premier roman, « Virage Dangereux » (2009) et « Travail au noir » (2011), des thrillers dont l’intrigue a pour cadre le monde de l’entreprise.

 

 

4eme de couverture

Éric Milan, ex-policier devenu détective privé, boucle péniblement ses fins de mois quand un client lui propose une mission singulière : participer au « Grand Cross » – une course de l’extrême – pour identifier un coureur chevronné et le tuer. Milan n’a rien d’un tueur à gages ni d’un athlète de haut niveau, mais la contrepartie financière est alléchante.

Neuf mois plus tard.

Le détective s’élance, incognito, parmi les nombreux participants. Malgré l’effort intense, il parvient à garder la cadence.

Sa mission va prendre une nouvelle tournure lorsqu’un coureur est retrouvé mort sur le bord de la route. Étrange coïncidence : la victime semble être l’homme qu’il recherchait.

 La compétition se poursuit, mais quand un second athlète est découvert dans un ravin, le crâne défoncé, Milan veut mettre fin au contrat. La menace est palpable.

Pourtant son client insiste : il doit continuer…

Franchira-t-il la ligne ?

 

 

Mon Résumé

Eric Millan est un ancien flic et a beaucoup de mal a boucler ses fin de mois. Un jour, il est contacté par une personne, qui lui propose une forte somme d’argent, en échange d’une mission des plus particulières. Il doit retrouver l’assassin de son enfant, mais également….le liquider ! Pour lui, qui est un ancien de la criminelle, c’est quelque chose q’il ne peut pas se permettre, cependant l’Appât du gain est plus fort et finit par accepter. Cette personne lui révèle que pour retrouver l’assassin, il va devoir participer à un grand cross. Un cross, qui demande un fort niveau d’entrainement. Il ne s’agit pas de faire un marathon, il s’agit la d’une vraie épreuve de force, il faudra affronter des distances de 120-130 km par jour et ce sur pres de une semaine.

Sa mission, va complètement changer quand il va commencer a découvrir des morts sur son parcours. Et plus encore quand on va commencer a s’attaquer à lui. Eric va malgré tout resister et continuer la course, coûte que coûte.

Apres, deux-trois jours de course, Eric Millan, va commencer a se poser des questions sur son « recruteur » . Eric va lui reveler commencer a avoir du mal a suivre la cadence de la course mais ne semble pas s’en préoccuper et y vois avant tout son intérêt. En gros, vous voulez le pognon ? alors faites ce que je vous demande !

 

Mon avis

Un livre bourré de rebondissements !! On est tellement pris dans le livre que manger passerait presque au second plan. J’avais déjà lu un livre qui se passe dans le domaine de la course a pied, mais celui-ci dépasse toutes mes espérances. A lire absolument !

 


L'Échange

Auteur : Rebecca Fleet
Titre :  L’échange
ISBN: 9782221216248
343 pages – Edition Marabout

Résultat de recherche d'images pour "Rebecca Fleet"

 

Nationalité : Royaume-Uni

Biographie : Rebecca Fleet a fait ses études à Oxford et travaille dans le marketing à Londres.

« L’Échange » (The House Swap, 2018) est son premier roman.

 

 

 

4eme de couverture

« Personne ne vit ainsi… à moins d’avoir quelque chose à cacher. »

Quand Caroline et Francis reçoivent une offre pour échanger leur appartement de Leeds contre une maison en banlieue londonienne, ils sautent sur l’occasion de passer une semaine loin de chez eux, déterminés à recoller les morceaux de leur mariage. Mais une fois sur place, la maison leur paraît étonnamment vide et sinistre. Difficile d’imaginer que quelqu’un puisse y habiter.
Peu à peu, Caroline remarque des signes de vie, ou plutôt des signes de sa vie. Les fleurs dans la salle de bains, la musique dans le lecteur CD, tout cela peut paraître innocent aux yeux de son mari, mais pas aux siens. Manifestement, la personne chez qui ils logent connaît bien Caroline, ainsi que les secrets qu’elle aurait préféré garder enfouis.
Et à présent, cette personne se trouve chez elle…
Le premier roman explosif d’un nouveau talent du thriller, dans la lignée du Secret du mari de Liane Moriarty et du Couple d’à côté de Shari Lapena. 
« Du pur thriller domestique, plein de tension et de rebondissements. J’ai adoré ! » Lee Child

 

 

 

 

 

Mon résumé

Comme bien souvent, j’ai été séduit par la 4eme de couverture. J’étais plus que convaincu, que par rapport a ce qui se dit sur la toile, j’allais trouver mon compte dans ce roman.

L’histoire n’est pas pour sortir du lot, puisqu’il s’agit d’une situation que peux croiser n’importe ou de nos jours, notamment avec  le Air B & B. Il s’agit ni plus ni moins de l’échange de logements. C’est a quoi ont pensé Caroline et Francis afin de redonner du pep’s dans leur couple qui à tendance à battre de l’aile.  Ils acceptent donc durant une semaine, d’échanger leur appartement contre un appartement non loin de Londres, espérant ainsi repartir sur de bonnes bases.

Hors, lors de leur arrivée sur les lieux, ils sont plus que surpris de trouver une maison totalement vide, aucune personnalisation, aucun elements qui traîneraient laissant supposer que des personnes vivent habituellement cette maison (des photos, du dentifrice sur le bord du lavabo, une brosse a dents qui traînerait).

A peine arrivé que caroline se fait aborder par la voisine, qui je trouve voudrait faire amie-amie avec Caroline alors qu’elle ne la connait pas. J’ai trouvé cette voisine un peu trop envahissante et qui voudrait donner des lecons de vie alors qu’elle meme a eu une vie bien chamboulée, et puis son fils…..n’en parlons pas.

 

Mon avis

Je pensais qu’on se pencherait un peu plus sur le couple de Francis et Caroline mais bon…..et puis coté thriller j’ai eu l’impression de m’ennuyer un chouilla. On tourne les pages parce qu’on veut savoir ce qui va se passer mais finalement j’ai trouvé que s’attardait trop sur les histoires extra conjugales de Caroline. Et le mari dis semble dit oui a tout mais qu’au finale est un peu trop en retrait.

Bref !! depuis quelques temps j’ai l’impression de faire fausse routes dans mes selections de romans.


Résultat de recherche d'images pour "netgalley"

 

Résultat de recherche d'images pour "jc lattès"

Merci à NetGalley et les éditions JC Lattès pour m’avoir permis de découvrir ce livre mais également l’auteure.

 

 

Auteur : Karen Dionne
Titre : La fille du roi des marais
ISBN: 9782709658782

 

Karen Dionne

Karen Dionne est diplômée de Grosse Pointe North High School en 1971 et a fait ses études à l’Université du Michigan.
Elle est cofondatrice d’une association d’écrivains en ligne, nommée Backspace.
Son premier thriller écologique, « Freezing Point » (2008), a été nominé pour le Prix du premier roman policier par RT Book Reviews.

Romancière, nouvelliste et essayiste, Karen Dionne est surtout connu pour son thriller psychologique, « La fille du roi des marais » (The Marsh King’s Daughter), publié en 2017.

 

 

4eme de couverture

Enfin, Helena a la vie qu’elle mérite ! Un mari aimant, deux ravissantes petites filles, un travail qui occupe ses journées. Mais quand un détenu s’évade d’une prison de sa région, elle mesure son erreur : comment a-t-elle pu croire qu’elle pourrait tirer un trait sur son douloureux passé ?
Car Helena a un secret : elle est l’enfant du viol. Sa mère, kidnappée adolescente, a été retenue prisonnière dans une cabane cachée au fond des marais du Michigan, sans électricité, sans chauffage, sans eau courante. Née deux ans plus tard, Helena aimait cette enfance de sauvageonne. Et même si son père était parfois brutal, elle l’aimait aussi… jusqu’à ce qu’elle découvre toute sa cruauté.
Vingt ans après, elle a enfoui ses souvenirs si profondément que même son mari ignore la vérité. Mais aujourd’hui son père a tué deux gardiens de prison et s’est volatilisé dans les marais, une zone qu’il connaît mieux que personne. Malgré la chasse à l’homme lancée par les autorités, Helena sait que la police n’a aucune chance de l’arrêter. Parce qu’elle a été son élève, la seule personne capable de retrouver cet expert en survie, que la presse a surnommé Le Roi des Marais, c’est sa fille.

 

Mon résumé : 

Helena est sous le choc quand elle apprend que Jacob s’est enfui près de chez elle d’une prison. Pas seulement car elle craint pour la sécurité de ses proches, un mari et deux filles. Mais elle tombe de haut lorsqu’elle apprend que ce dangereux criminel est son père. En effet, Helena est né de son « union » avec la jeune fille de 14 ans qu’il avait enlevée puis séquestrée des années dans les marais qu’il connait par coeur. Seulement voilà quand Helena est né de ces deux personnes elle n’avait pas conscience que cette existence était sordide. Pour elle, c’était normal. Cette vie en autarcie, ne jamais voir personne d’autre que ses parents. La façon dont il contrôlait leurs vies de A à Z. Sa dureté face à elles… Elle n’avait connu que ça.

Élevée en garçon manqué par un père qui n’est autre que le kidnappeur de sa mère, Helena n’a jamais connu d’autre horizon que celui formé par les roseaux du marais de la Péninsule Supérieure du Michigan, la prison au grand air choisi par son père pour abriter sa « famille ». Prisonnières de leur tortionnaire, Helena et sa mère le sont pendant presque quinze ans, jusqu’à ce que le destin décide de les extraire de la vase.

– Une poupée ? (Je n’avais jamais entendu ce mot.) Ca sert à quoi ?- C’est pour jouer avec. Tu lui donnes un nom. Tu fais semblant que c’est un bébé et que toi tu es sa maman. Je ne savais que répondre à ça. J’étais très bonne pour faire semblant, mais m’imaginer être la mère de ce machin sans vie dépassait mes capacités d’invention.

 

Mon avis

Malgré quelques difficultés pour rentrer dans l’histoire, une fois ce cap franchi,  il à été facile pour moi de suivre cette histoire, somme toute triste. J’ai réussi a bien rentrer dedans et les pages ont défilées sans que je m’en aperçoive. JE recommande ce livre d’une auteure que je découvrais.

 


Merci à NetGalley et les éditions Mazarine pour m’avoir permis de decouvrir ce livre mais également l’auteure.

 

Auteur : Mindy Mejia
Titre : Qui je suis
ISBN: 9782863744024
Edition numérique – EPUB protegé

 

Résultat de recherche d'images

 

Diplômée d’un BA à l’Université du Minnesota et d’un MFA à l’Université Hamline, elle a travaillé comme gestionnaire de crédit.

Elle est auteure des nouvelles publiées dans diverses anthologies dont « Things Japanese: A collection of short stories » (2009) et « Atria Mystery Sampler 2016 » ainsi que dans THIS Literary Magazine.

« The Dragon Keeper » (2012) est son premier roman, suivi de « Qui je suis » (Everything You Want Me to Be, 2017).

 

 

 

4eme de couverture

Hattie Hoffman a passé sa vie à jouer de nombreux rôles : la bonne élève, la bonne fille, la bonne petite amie. Mais Hattie rêve d’autre chose, d’une expérience plus intense… et qui se révèle extrêmement périlleuse. Lorsque son corps sauvagement poignardé est découvert, une redoutable onde de choc traverse la ville de Pine Valley.
Très vite, il apparaît que Hattie entretenait une relation secrète, hautement compromettante et potentiellement explosive. Quelqu’un d’autre était-il au courant ?
Et jusqu’où cette personne était-elle prête à aller pour mettre fi n à cette relation ? Le petit ami de Hattie semble désespéré par sa mort. Son amour profond serait-il devenu une obsession ? Ou l’intrépide Hattie s’est-elle simplement retrouvée au mauvais endroit au mauvais moment ?
Suggestif et tranchant, ce roman examine la frontière entre l’innocence et la culpabilité, l’identité et la duperie. L’amour conduit-il à la découverte de soi… ou à la destruction ?

 

Mon résumé

On va suivre la vision tour a tour de 3 personnages principaux : Hattie la victime, Del, chargé de l’enquête, et Peter professeur d’anglais.

On se prend d’affection pour Hattie, puisqu’on partage sa vie, ses doutes, ses craintes, ses envies. On espère que Del trouvera le coupable, celui qui a enlevé la vie à cette jeune fille si fraîche et si mystérieuse. Hattie vit sa vie comme une pièce de théâtre, elle est un peu manipulatrice sur les bords, mais elle reste tellement attachante. Dans le fond, c’est une ado normale, qui demande de l’attention et qui cherche le grand amour.

Hattie est un sacré personnage. Intelligent, entier, manipulateur et finalement très jeune. Son histoire vous chagrinera sans doute autant que moi. Et franchement, si vous découvrez le meurtrier, dites-le moi,parce que moi je me suis complètement trompée.

Qui je suis n’a pas été un coup de cœur, mais j’ai beaucoup apprécié la construction de ce roman, l’intrigue et le personnage d’Hattie.

 

Mais elle ne voulait jamais parler de ses lectures. Elle engloutissait toutes ces pages et les gardait en elle. Peut-être est-ce qui la rendait si impénétrable parfois, tous ces livres qui flottaient autour d’elle ?

 

Avec une construction intéressante sans être originale, Mindi Mejia parvient à tenir son lectorat en haleine jusqu’à la fin de son récit grâce à de nombreux rebondissements.

On oscille sans cesse entre vérité et mensonge, entre authenticité et manipulation, entre passé et présent, le tout avec une grande facilité, et peu à peu, le puzzle prend forme, nous livrant un roman prenant.


Le léopard

Auteur : Jo Nesbø
Titre : Le léopard
ISBN: 9782072708145
Edition Folio Policier

 

Il s’agit de la sélection La kube reçue au mois de octobre ou novembre, je ne sais plus très bien

 

Jo Nesbø est un écrivain et scénariste norvégien, auteur de roman policier et de littérature d’enfance et de jeunesse.

Il a d’abord été journaliste économique puis s’est dirigé vers la musique. Il est connu pour sa participation en tant qu’auteur, compositeur et interprète au groupe de pop « Di Derre, » un des plus célèbres en Norvège, de 1993 à 1998.

Il est propulsé sur la scène littéraire en 1997 avec son premier titre « L’homme chauve-souris »

 

 

4eme de couverture

Deux femmes sont retrouvées mortes à Oslo, toutes les deux noyées dans leur sang. La police, en pleine guerre inter-services, se retrouve face à un mystère, puisque les blessures à l’origine des hémorragies fatales semblent avoir été provoquées de l’intérieur. La belle Kaja Solness, de la brigade criminelle, est envoyée à Hong Kong pour retrouver le seul spécialiste norvégien en matière de tueurs en série.*
Le policier alcoolique s’est caché dans une ville d’un million d’habitants pour fuir les démons assoiffés de sang … Ce flic s’appelle Harry Hole… Pour la huitième affaire de son enquêteur fétiche, Harry Hole le détective au grand coeur et à la gueule cassée, Jo Nesbø nous livre son roman le plus complexe et le plus maîtrisé.

 

 

Resumé

la quarantaine passée, le crâne chauve, la carrure impressionnante et la taille qui va avec, c’est à Hong Kong qu’il a choisi d’aller faire oublier sa carcasse après être venu à bout – mais à quel prix – du Bonhomme de neige, le serial killer qui a bien failli lui faire la peau dans le volume précédent, et qui en plus s’en est pris à Rakel, sa bien-aimée, et à Oleg, le fils de Rakel. A Hong Kong, Hole ne mène pas la grande vie. Came et jeu ont eu raison de ses économies, et puis de toute façon, le confort ça n’est pas son truc. Pire encore, il s’est mis à dos la pègre locale pour cause de dettes de jeu. Du coup, il est obligé de se planquer dans un lieu improbable et sordide. Pendant ce temps-là, à Oslo, la mort rôde. Et la police de la ville a dépêché la très belle et très sauvage inspectrice Kaja Solness jusqu’à Hong Kong, avec pour mission de ramener illico presto l’inspecteur Harry, le seul qui soit capable d’arrêter l’hécatombe. Kaja devra faire appel aux arguments les plus puissants pour convaincre Harry Hole de regagner son pays natal…

Les premières victimes meurent noyées, étouffées par leur propre sang après avoir fait l’objet d’un traitement soigné. Ajoutez à cela le fait qu’on met la Kripos, sorte de super-police, dans les pattes de la Brigade criminelle à laquelle appartient Hole, et finalement on le verrait bien retourner à son refuge asiatique… Trop tard, il a mordu à l’hameçon, il va même se battre bec et ongles pour s’approprier l’affaire et faire passer la Kripos pour une bande de joyeux amateurs.

 


Auteur : Niko Tackian
Titre : Toxique
ISBN: 9782702160916
300 pages – Edition Calmann Levy

 

Résultat de recherche d'images pour "niko tackian"

Nicolas Tackian ou Niko Tackian est un scénariste, réalisateur et romancier français, né le 5 avril 1973 à Paris

Après des études de Droit et histoire de l’art, Nicolas Tackian a été journaliste et rédacteur en chef de différents magazines de presse avant de devenir scénariste. Il devient auteur de bande dessinée et signe son premier projet aux éditions Semic, avant de rejoindre l’équipe de Soleil Productions avec laquelle il va signer plus de trente albums. Thriller ésotérique, science-fiction, dark fantasy, anticipation, polar, fantastique sont autant d’univers qu’il aime explorer en bande dessinée.

source : wikipedia

 

4eme de couverture :

ELLE AIME SABOTER LA VIE DES AUTRES, ELLE N’ÉPROUVE AUCUNE EMPATHIE, ELLE POURSUIT UN BUT. ELLE EST TOXIQUE. Mais ça, Tomar Khan, un des meilleurs flics de la Crim, ne le sait pas. Nous sommes en janvier 2016. La directrice d’une école maternelle de la banlieue parisienne est retrouvée morte dans son bureau. Dans ce Paris meurtri par les attentats de l’hiver, le sujet des écoles est très sensible. La Crim dépêche donc Tomar, chef de groupe de la section 3, surnommé le Pitbull et connu pour être pointilleux sur les violences faites aux femmes. À première vue, l’affaire est simple, « sera bouclée en 24 heures », a dit un des premiers enquêteurs, mais les nombreux démons qui hantent Tomar ont au moins un avantage : il a développé un instinct imparable pour déceler une histoire beaucoup plus compliquée qu’il n’y paraît.

 

 

 

 

Mon résumé :

La directrice d’une ecole maternelle en plein Paris, est retrouvée morte dans son bureau. Au vu des premiers éléments d’enquête, relevés par  Tomar Khan, elle devait avoir un rendez-vous avec un animateur de centre aéré. Celui-ci a disparu, justement au moment ou on aurait souhaité pouvoir l’interroger. Quelquesjours apres on retrouve cette personne, qui à été defini comme le suspect principal, ecrasé par une rame de metro…

A première vue, l’affaire est simple,  » sera bouclée en 24 heures « , a dit un des premiers enquêteurs, mais les nombreux démons qui hantent Tomar ont au moins un avantage : il a développé un instinct imparable pour déceler une histoire beaucoup plus compliquée qu’il n’y paraît.

 

Presque deux mois que le pays vivait en état d’urgence. Les bureaux vieillissants du 36, quai des Orfèvres étaient plus animés que jamais, surtout dans les soupentes où la SAT (section antiterroriste) s’était vu doter de trois groupes d’enquêteurs supplémentaires en raison des attentats de novembre. Des centaines de dossiers sensibles étaient en ce moment même en train d’être passés au peigne fin. Ce travail minutieux permettrait peut-être de sauver des vies. Il était loin le temps où les gars de la SAT passaient pour des « branleurs » , traitant des affaires obscures déconnectées des crimes de sang dont la brigade criminelle faisait son fond de commerce.

 

 

Mon avis

Ça faisait un bon moment que ce livre traînait dans ma PAL. JE ne suis décidé enfin a le sortir et je ne regrette absolument pas. On a ici une affaire criminelle bien plus compliqué qu’il n’y parait. On est plongé dans le Paris d’aujourd’hui, avec les attentats que l’on connait. On a donc tout les ingrédients qui font que l’histoire n’en est que plus réaliste. Tout cela, ajoutés a une 4eme de couverture légèrement intrigante fait qu’on ne peut résister à lire la première page.


Résultat de recherche d'images pour "Noir sanctuaire"

 

Auteur : Douglas Preston & Lincoln Child
Titre : Noir Sanctuaire
ISBN: 9782809822533
432 pages – edition l’archipel

Résultat de recherche d'images pour "Douglas Preston & Lincoln Child"

 

4eme de couverture

Après une mauvaise rencontre dans les marais d’Exmouth, Massachusetts, l’agent spécial du FBI Aloysius Pendergast est porté disparu. . . Bouleversée par la perte de son protecteur, Constance Greene se retire dans les souterrains du manoir de Pendergast, au 891 Riverside Drive, à New York, où une bien mauvaise surprise l’attend… Diogène, le frère cadet d’Aloysius, que tout le monde croyait mort, fait sa réapparition et réussit à convaincre la jeune femme de le suivre sur une île mystérieuse. Sur place, il lui fait visiter son sanctuaire, un petit temple à colonnades aux hautes fenêtres munies de vitres anthracite, où il collectionne les souvenirs de tous ses crimes et forfaits. Croyant à un enlèvement, Proctor, l’indéfectible majordome de Pendergast, s’est lancé à leur poursuite, mais il semble toujours avoir un coup de retard sur Diogène. Quels sont les noirs desseins de ce dernier ? Pourra-t-il enfin se venger de son aîné à qui il voue une haine farouche ? A moins que Constance ait elle aussi échafaudé un plan machiavélique… Depuis Relic (1995), Douglas Preston et Lincoln Child forment l’un des duos d’auteurs les plus connus dans le monde du suspense. Ensemble, ils ont signé 23 romans, dont 16 mettant en scène l’inspecteur Aloysius Pendergast du FBI, le Sherlock Holmes des temps modernes.

 

Mon resumé :

Encore une belle histoire que nous ont sortis Preston & Child.

Des le départ on apprend que Constance, une jeune fille, trouve refuge dans les souterrains du manoir de Pentergast. En apprenant que ce dernier est porté disparu.

Diogene, qu’on croyait mort refait soudainement surface et fini par convaincre Constance de l’accompagner sur une île paradisiaque. Diogene ? Oui, mais au fait qui est Diogene !? Et bien, pour ma part je découvre à la lecture de ce roman qu’il s’agit du mauvais garçon de la famille….Pendergast ! Et oui, rien que ça !

Son majordome voyant que Constance aussi a disparu, se met aussitôt a sa recherche. Il découvre bien assez vite que Diogène y est peut-être un peu pour quelque chose. Il va affronter de nombreuses aventures à travers plusieurs pays et océans et ce au péril de sa vie mais aussi de la vie des personnes auxquelles il fait appel. Il ira même jusqu’à donner beaucoup d’argent pour avoir ce qu’il veut. Malheureusement pour lui, a force de tirer sur la corde, à la fin elle casse.

Vous allez me dire, c’est bien beau tout ça mais Pendergast dans l’histoire. Je vous répondrais que, comme a son habitude, il mène une longue des plus compliqué, et ce, en solo. Jusqu’à ce qu’on entende plus parler de lui.

 

Et la suite ? Bah la suite se trouve dans le roman bien sur….

 

Mon avis

Un roman comme je les aime : beaucoup d’aventure, un peu de thriller et le summun, un inspecteur hors paire, qui sait se faire désirer. Ce n’est pas mon 1er Preston & Child, et ça ne risque pas d’être le dernier. Non, vraiment leur style me plais beaucoup et je ne peux que vous recommander de les découvrir, si ce n’est pas encore le cas.