Articles Tagués ‘société’


57403535. sy475 NetGalley

 

Auteur : Tom Clearlake
Titre :  Sans retour
Date de parution : 25 janvier 2021
EAN : 9782956131670 – Moonlight edition
En vente sur Amazon

 

Thomas Clearlake

 

 

4eme de couverture

Lors d’un séjour à la montagne, John Gardner, dirigeant d’un groupe de sociétés, et sa famille,
reçoivent amis et associés dans un lodge luxueux, au cœur des Rocheuses.
Au deuxième jour, une tempête de neige se lève. Les routes sont bloquées. Les réseaux hors-service.
Ils se retrouvent coupés du monde.
Quand le blizzard cesse, dix-huit jours ont passé.
Les occupants du lodge sont secourus et placés en observation.
Cinq d’entre eux sont portés disparus.
Les survivants sont extrêmement amaigris.
Et en état de choc.
Ils ne parleront pas.
Ils garderont le secret.
Le plus atroce des secrets.

 

 

Mon résumé

Je vais peut-être pas me faire que des amis mais qu’importe. J’avais déjà sollicité ce titre sur une autre plateforme, qui met en relation blogueur et auteur et après un premier échange, je n’avais eu plus aucun retour de l’auteur. Je m’étais fais une raison en me disant que peut-être ce livre n’était pas fais pour moi. Quand je l’ai revu sur NetGalley je me suis dis que c’était peut-être une 2nde chance qui m’étais offerte et du coup j’ai sauté sur l’occasion.

 

Tout commence de façon banale. John Gardner, dirigeant d’un groupe de sociétés, invite sa famille et quelques collaborateur de confiance à un sejour en montagne dans son chalet luxueux au coeur des Rocheuses. Au debut du deuxieme jour, une tempete de neige commence a se lever, les communications téléphoniques et internet sont coupées, les routes bloquées. Ils se retrouvent coups du monde.

18 jours après la tempête cesse enfin et ils parviennent à etre secourus et sont placés en observation à l’hopital. Cinq personnes sont toutefois portées disparues.

De nombreuses personnes leur posent des questions dont l’agent appelé Wes intrigué par cette histoire, qui va tout faire pour comprendre ce que ces personnes cachent, car personne ne parlera, plusieurs sont en état de choc et extrêmement amaigris, ils garderont le secret.

Qu’a-t-il pu se passer dans ce lodge durant ces 18 jours ? comment ont-il pu survivre sachant que la nourriture n’était pas prévue pour 18 jours  ?  Pour l’agent Wes, c’est sur ils cachent quelque chose !

 

 

Mon avis

Si j’ai insisté pour lire ce livre ce n’est pas innocent. J’avais déjà lu les autres livres de l’auteur, je savais donc a quoi m’attendre. Le livre commence doucement puis au fur et a mesure la tension s’accélère et on monte crescendo dans la violence et l’horreur. Dans la 1ere partie on va surtout parler de l’instant présent et du retour a la réalité pour les différents protagonistes qui on vécu dans le lodge, tandis que dans la 2eme partie, l’auteur nous fait un flash-back et on plonge dans l’horreur et ce qu’il s’est passé dans le lodge. Sans ne rien dévoiler, je ne dirais qu’une chose : a dévorer avant le repas….après vous n’aurez plus faim c’est sur !


55615836

Auteur : Cyril Carrère
Titre : Le quatrième rassemblement – Edition Cosmopolis
Date de parution : 8 octobre 2020
EAN : 9782902324064 – 398 pages

 

Cyril Carrere

Né à METZ en 1983, Cyril Carrere, qui a grandi à NÎMES, partage désormais sa vie entre la France et le Japon où il vit depuis 2018. Pharmacologue de formation, Cyril a travaillé dans l’industrie pharmaceutique pendant 7 ans, avant de devenir chef de projet de développement d’applications dans le secteur scientifique et auto-entrepreneur.

Passionné de littérature, de culture et de voyages, il est l’auteur du Glas de l’innocence (finaliste prix Fyctia) et du très remarqué Grand Froid (finaliste prix VSD-RTL), plébiscité par le public.

Le Quatrième Rassemblement, son troisième roman, paraît aux Editions Cosmopolis en octobre 2020.

Son site web : http://www.cyril-carrere.com

 

 

 

4eme de couverture

Trois associés, un cadavre, un butin, une embrouille. Un coup de maître.

Visalia, Californie centrale.

William, l’homme d’affaires, rêve de créer un nouveau pôle d’excellence dans la région qui l’a vu naître, loin de la Silicon Valley et de la Baie de San Francisco. Lorsque sa société Educorp fait faillite, étourdi par le désir de revanche, il accepte l’aide d’un fonds privé sans en avertir ses associés.

Quand Cari, l’avocat fiscaliste, met son nez dans les affaires d’Educorp, ce qu’il découvre va l’aspirer au coeur d’un engrenage incontrôlable.

Philip s’active pour offrir une fin de vie décente à sa mère. Pour y parvenir, le lieutenant de police est prêt à tout.

Le destin de ces trois hommes va se télescoper quand William doit revoir ses associés, une semaine plus tard, à l’occasion du Rassemblement, rituel instauré depuis la fin de leur aventure commune. Parfaite symétrie des situations et des hommes : dans ce dédale de faux-semblants, de violences feutrées et de trahisons, le face-à-face s’annonce comme la plus dangereuse réunion à laquelle ils aient jamais participé.

 

Bande annonce :

 

 

 

Mon résumé :

Je ne le cache pas la couverture ne m’a pas attirée. La 4eme de couverture guère plus. Ça me faisais penser à un roman tourné finance, grosse entreprise avec des « pots de vin » et « des dessous de table ». En gros le livre barbant par excellence.

Visalia, Californie Centrale.
William Sullivan rêve de créer un pôle d’excellence dans sa région natale. Mais lorsque sa startup fait faillite tout s’accélère lorsqu’il demande de l’aide a un fond privé sans prévenir ses deux associés.

Son ami d’enfance, Phil, ne souhaite qu’offrir une fin de vie descente a sa mère, et près à tout pour cela. C’était sans compter ce fouineur d’avocat fiscaliste, Carl qui sent venir de loin le coup fourré et ne sait pas dans quoi il va mettre les pieds. Le personnage de Will est juste terrifiant, j’ai adoré la façon dont il n’arrête pas d’enchaîner les pétages de câbles.

Entre mensonges, secrets et trahisons notre cœur balance. On en apprend suffisamment sur la vie privée des personnages pour être touché par ce qui leur arrive, il faut dire que dès que l’on touche aux femmes battues, enceintes, atteinte d’Alzheimer, et aux enfants,

J’ai adoré, un vrai coup de cœur qui confirme mon admiration pour la plume de Cyril découverte avec son roman Grand Froid.

Merci Cyril pour ce voyage en californie et au coeur de cette maestria financière au sein d’educorp


Couverture Les heures souterraines

 

Auteur : Delphine de Vigan
Titre :  Les heures souterraines
ISBN : 9782709635851
186 pages – Format numerique EPUB – Edition J.C Lattes

 

Résultat de recherche d'images pour "Delphine de Vigan"

Née à Boulogne Billancourt le 01/03/1966, Delphine de Vigan est une romancière française.
Son premier roman, « Jours sans faim » est paru en 2001 aux éditions Grasset sous le pseudonyme de Lou Delvig.

En 2007, « No et moi » reçoit le Prix des Libraires. Ce « roman moral » à succès sur une adolescente surdouée qui vient en aide à une jeune SDF a été récompensé par le prix du Rotary International 2009 et par le Prix des libraires 2009. Il a été traduit en vingt langues et une adaptation au cinéma a été réalisée par Zabou Breitman, film sorti en novembre 2010.

 

J’ai lu ce livre dans le cadre du Challenge Pumpkin Autumn ChallengeCatégorie Automne douceur de vivre

 

 

4eme de couverture

Mathilde, après la mort de son mari il y a dix ans, a recommencé à vivre normalement avec ses trois enfants grâce à Jacques Pelletier, le patron de l’entreprise qui l’a embauchée 8 ans auparavant, lui donnant un but dans la vie, une raison de se lever le matin. Sans raison, un jour, Jacques se met à la haïr, faisant tout son possible pour lui nuire ; allant même jusqu’à inventer qu’elle l’insulte.
Thibault, un médecin travaillant à domicile, se résout finalement à quitter Lila, sa petite amie qu’il aime passionnément, ce qui n’est pas réciproque lui semble-t-il. Perdu sans elle, il continue machinalement sa vie tel un automate denué de but.

 

Résumé

 
Mathilde, a dû remonter la pente, après avoir affrontée la mort de son mari. Elle est mere de trois enfants.
C’est grace à la personne qui l’a embauché, 8 ans auparavant, Jacques pelletier, qu’elle retrouve un but dans sa vie.
Un jour, sans qu’elle pourtant pas changer sa façon de travailler, qu’elle n’ai manqué de respect, ni à ses colleges, ni à lui-meme, il se met à lui rendre la vie impossible.

Alors qu’au bout de 8 ans de bon et loyaux services, elle était devenue le bras droit de Jacques Pelletier, elle se voit désormais attribuée un bureau vide, dont une des cloisons se trouve être, celle des toilettes. Elle va donc avoir droit à tous les bruits qui en découlent. C’est à ce moment-la qu’elle va comprendre que le bureau qui était le sien, à été réaffectée à une ex-stagiaire. Du jour au lendemain, elle se retrouve avec un bureau, mais sans aucune activité, plus aucun dossiers à traiter, ses anciens collègues ne lui parlent plus. Elle se retrouve « au placard ».

 

Mon avis

La lecture de ce livre, à été pour moi une occasion de découvrir une nouvelle auteure. Bien sur, j’en avais entendu parler et pas qu’un peu. Notamment le ivre qui me reste en mémoire et que bien sur je n’ai pas encore lu est « D’après une histoire vraie« .
Aussi, pour ceux qui comme moi, n’avait pas encore découvert la plume de l’auteure, je vous invite a sauter le pas.
Petite anecdote pour finir, j’ai lu ce livre en l’espace de 24 heures.
 
 
 
 
 


Résultat de recherche d'images pour "apocalypse bebe 9782298044423"

 

Auteur : Virginie Despentes
Titre :  Apocalypse Bébé
ISBN: 9782298044423
374 pages – Edition France Loisirs – Collection Piment

 

 

J’ai lu ce livre dans le cadre du Challenge Pumpkin Autumn Challenge – Catégorie Automne douceur de vivre

 

Image associée

 

Virginie Despentes, née le 13 juin 1969 à Nancy, est une écrivaine et réalisatrice française, à l’occasion traductrice et parolière.
Elle a été révélé par son roman Baise-moi (1994), dont elle a ensuite réalisé l’adaptation cinématographique (2000).
Elle est membre de l’académie Goncourt depuis le 5 janvier 2016. Son œuvre, inventaire de la marginalisation de la jeunesse, participe étroitement à la libération des mœurs vécue par la génération X et l’acclimatation de la pornographie à l’espace public induite par les nouvelles techniques de communication. Par l’exploration transgressive des limites de l’obscénité41, la romancière comme la cinéaste propose une critique sociale et un antidote au nouvel ordre moral.

source : wikipedia

 

4eme de couverture

Valentine a disparu… Qui la cherche vraiment ? Entre satire sociale, polar contemporain et romance lesbienne, le nouveau roman de Virginie Despentes est un road-book qui promène le lecteur entre Paris et Barcelone, sur les traces de tous ceux qui ont connu Valentine, l’adolescente égarée… Les différents personnages se croisent sans forcément se rencontrer, et finissent par composer, sur un ton tendre et puissant, le portrait d’une époque.

Prix Renaudot 2010.

Mon résumé

Premiere fois que je lis un Virginie Despentes et je ne sais pas encore si je réitérerai l’experience. Quand j’ai lu le résume je m’attendais à une simple enquête policière pour retrouver une adolescente de 16 ans disparue depuis environ une semaine.

Autant le debut j’ai réussi a comprendre, mais au fur et a mesure que j’avançais j’ai bien vite compris que j’étais presque plus perdue que Valentine. JE vais finir par croire que les livres ayant eu des prix comme Le prix Renaudot avec ce livre la ou tout simplement des livres ayant été au classement de rentrée littéraire  (2010 pour celui-ci) , ne doivent surement pas être fait pour moi. Cela semple trop littéraire pour moi.

Avec l’experience, je me dis que c’est une chance que j’ai pu rejoindre la voie générale au lycée, et encore plus de n’avoir pas intègre la filière littéraire, jetais quasi sur de perdre mon temps et aussi d’avoir des notes qui auraient frôlées les pâquerettes. Mais bon cela ne m’empêche pas de savoir avec plaisir d’autres oeuvres, d’autres auteurs(es) beaucoup plus abordables.

Mon avis

Est-il utile que j’en dise plus que ce que j’ai déjà dis jusque la ? Soit ! Je ne suis pas entrée convenablement dans l’histoire pour en savourer chaque passage. Et puis le caractère de « La Hyène » il est heureux que je ne la croise un jour dans la rue, la rencontre en serait plus qu’explosive. Bref, ce genre de lecture n’est pas fait pour moi, mais j’ai au moins eu le courage de le lire et encore, jusqu’au bout.


Bonjour à tous.

J’aime bien parfois lire des livres qui sortent de l’ordinaire et celui-ci en est un. Que ce soit de par l’époque à laquelle il a été écrit mais aussi du style d’écriture et du thème.

 

Résultat de recherche d'images pour "germinal roman"

Auteur : Emile Zola
Titre : Germinal
ISBN: 9782824702360
– Edition Bibebook

 

4eme de couverture :

Une des grandes grèves du siècle dernier racontée par un journaliste de génie qui en a fait un réquisitoire, un formidable  » J’accuse  » contre le capital, le roman de la lutte des classes et de la misère ouvrière. Un livre de nuit, de violence et de sang, mais qui débouche sur l’espoir d’un monde nouveau lorsque le héros, Etienne Lantier, quittant la mine  » en soldat raisonneur de la révolution « , sent naître autour de lui une  » armée noire, vengeresse… dont la germination allait bientôt faire éclater la terre « . Germinal marque l’éveil du monde du travail à la conscience de ses droits et c’est au cri sans cesse repris de  » Germinal ! Germinal !  » que la délégation des mineurs de Denain accompagna le convoi funèbre de Zola à travers les rues de Paris.

 

L’une des dernière adaptation cinématographique :

 

Mon résumé :

On va suivre la vie difficile des mineurs suite a l’arrivée de Etienne Lantier. Lors d’une inspection du responsable de la mine, celui-ci estime que le travail n’est pas bien fait et menace de baisser les salaires, voire de payer le boisage à part, au détriment des mineurs. La menace est mise en exécution le lendemain par l’affichage d’une note de service. Etienne Lantier se fait porte parole et incite les mineurs à le rejoindre afin de se mettre en gréve. Au fil du temps toutes les autres mines sont prévenues et rejoignent le mouvement. Avec la gréve, on voit la famine arriver, des personnes meurent de faim, des conflits s’enveniment.

C’est le seul roman que j’ai lu de Emile Zola et également de la saga Les rougon-Macquart mais si le reste de la saga est du même niveau l’histoire est triste et on a envie de se mettre dans la peau des personnes. Heureusement qu’il s’agissait de la version numérique kindle car j’ai du a plusieurs reprises faire appel au dictionnaire, mais c’est un peu normal pour un livre écrit en 1885, il y a forcement des mots que je ne connaissait pas soit parce qu’il sont désormais inusités ou alors car ce sont des termes spécifique au monde minier.

En tout les cas je ne regrette absolument pas cette lecture et ça permet d’en apprendre beaucoup sur les conditions très difficiles de l’époque. Sans l’avoir fait exprès j’ai lu ce livre à la bonne période je pense, je l’ai lu alors qu’on parle de partout de la loi travail et des manifestations qui en découle !! Si c’est pas une coïncidence ça  !

Que dire de plus de ce classique de la littérature française ? Un très bon moment de lecture même si il réside beaucoup de tristesse.