Belle et sebastien


Belle et Sébastien - Nicolas Vanier - À Lire

Auteur : Nicolas Vanier
Titre : Belle et Sebastien
Version :  Broché – 363 pages – XO Edition
ISBN: 9782845636293
Lien Livraddict

 

4eme de couverture

Cinquante ans après le feuilleton télévisé qui a passionné la France entière toutes générations confondues, Nicolas Vanier nous offre une version flamboyante de Belle et Sébastien, l’histoire d’amitié entre un orphelin et sa chienne des Pyrénées, au cœur de la Deuxième Guerre mondiale. Un monstre sanguinaire rôde dans les montagnes et tue les moutons. Le village entier cherche à l’abattre. Tous, sauf Sébastien, un gamin sauvage qui a grandi sous l’ombre des montagnes. Autour de lui, César, son grand-père taciturne, Angelina, sa sœur d’adoption, et Guillaume, le jeune médecin du village, tentent de vivre malgré l’occupation allemande et d’échapper à la surveillance malveillante du lieutenant Peter Braun. Quand, le soir de noël 1943, Guillaume, blessé, ne peut rejoindre la famille juive qui l’attend sur les hauteurs pour passer la frontière, c’est Angelina, Sébastien et Belle qui, au péril de leur vie, assurent le passage des fugitifs vers la liberté. C’est la rencontre d’un enfant solitaire et d’un chien sauvage. C’est l’histoire d’une amitié indéfectible au cœur de la Deuxième Guerre mondiale. C’est l’odyssée d’un garçon à la recherche de sa mère, d’un vieil homme à la recherche de son passé, d’un résistant à la recherche de l’amour, d’une jeune femme en quête d’aventures, d’un lieutenant allemand à la recherche du pardon. C’est la vie de Belle et Sébastien.

 

Mon résumé 

Comme a chaque fois que je vais à la bibliothèque, je ne sais pas avec quoi je vais en sortir. Du coup, tomber sur ce livre a été une grande surprise. La surprise fut d’autant plus grande quand j’ai vu l’auteur du livre. J’ai toujours connu Nicolas Vanier en tant que qu’explorateur, ou journaliste aventurier, mais qu’importe quand j’ai découvert ce livre j’ai sauté sur l’occasion. Lire ce livre fut l’occasion de retomber en enfance, le souvenir du dessin animé qui se passe dans les montagnes.

 

L’histoire maintenant. On est pleine deuxième guerre mondiale et les habitants ont du mal a joindre les deux bouts, les bergers sont contraints de donner une partie de leur récoltes aux soldats de l’armée allemande. Pendant ce temps-la une grosse bête est en train de dessiner le cheptel de moutons, dans les montagnes. L’histoire se serait déroulée dans les montagnes des l’Himalaya, on était presque assuré de rencontrer le yéti !

Sébastien, qui a  fait la découverte et connaissance de « la bête » sait, lui, qu’elle n’est pas méchante. Elle, c’est Belle, une chienne des Pyrénées, qui ne cherche qu’a manger et ne veut faire de mal a personne. Sébastien, le sait, sauf qu’il est bien le seul a le savoir, car tout le village a décidé de partir faire sa propre guerre et est bien décidé a tuer cette bête.

Ce que Sébastien soupçonnait fini par arriver, Belle se fait blesser et il va tout faire pour la sauver en toute discrétion. Alors qui chercher des conseils auprès de Guillaume, le médecin du village, il sens bien que le docteur cherche à en savoir plus et Sébastien se rends bien compte qu’il ne peut pas tout garder pour lui, car après tout la vie de Belle passe avant tout.

 

Mon avis

Un livre bien émouvant ou on lutte pour la survie d’un chien des Pyrénées et la folie des hommes. Ce que je retiendrait dans ce livre c’est que l’homme ne cherche qu’a accuser sans presque chercher a comprendre et surtout sans réelles preuves. Certes on est en période de guerre et les temps sont dures mais tout de même. Pour Moi le plus marquant c’est le moment ou le chien se fait soigner en tout discrétion, c’est émouvant, on s’imagine facilement la chienne en train de souffrir.

C’est lundi, que lisez-vous ?


« C’est lundi que lisez-vous » est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Repris par Mallou puis Galleane.

Le principe de ce rendez-vous est simple, il faut répondre à trois questions chaque lundi:

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment?
Que vais-je lire ensuite ?

 

 

Ce que j’ai lu la semaine dernière :

47324673. sy475 10139607

 

 

Ce que je suis en train de lire :

46390416. sy475

 

 

Ce que je vais lire ensuite :

Engloutie par Strobel

 

 

Et vous, comment se présente ce début de semaine livresque ?

Jusqu’à ce que la mort nous unisse


Couverture Jusqu'à ce que la mort nous unisse

Auteur : Karine Giebel
Titre : Jusqu’à ce que la mort nous unisse
ISBN:  9782266-214001
605 pages – Edition pocket

 

4eme de couverture

L’Ancolie est une fleur aussi belle que toxique. Belle, à l’image de certains souvenirs. Toxique, à l’image de certains regrets. L’Ancolie, c’est aussi le nom d’un chalet perdu en pleine montagne. C’est là que vit Vincent, un homme seul et meurtri. Rejetant son passé et redoutant son avenir, il préfère vivre dans le présent. Une existence éprise de liberté qu’il consacre entièrement à sa passion pour la montagne et à son métier de guide. Jusqu’au jour où la mort frappe tout près de lui, l’obligeant à sortir de sa tanière. Aux yeux de tous, un tragique accident, une chute mortelle. Seul Vincent est persuadé qu’il s’agit d’un meurtre, que ce n’est pas la montagne qui a tué, et que les vrais coupables doivent payer. Alors, aidé par Servane, une jeune recrue de la gendarmerie avec laquelle il a noué une étrange relation, il se lance dans une quête de vérité. Une quête qui va le conduire sur d’effroyables sentiers, le confronter à ses propres démons. Une quête qui va déterrer un à un des secrets profondément enfouis au coeur de cette paisible vallée, et qui auraient dû le rester à jamais. Car si le mensonge blesse, la vérité peut être fatale…

 

 

Résumé :

Et voici, un nouveau roman de celle qu’on a plus besoin de presenter. Je préciserais simplement que j’ai acheté le livre à Saint Maur en Poche, ou pour les plus habitués le SMEP. J’ai donc eu l’occasion de le faire dédicacer par Karine Giebel (les deux premiers étant Meurtre pour redemption et Terminus Elicius).

Tout commence par l’arrivée de Servane, jeune brigadier de gendarmerie dans un petit village du parc national de Mercantour, Colmars. Alors qu’elle vient de tomber en panne avec sa voiture, elle va faire la connaissance bien malgré elle, de Vincent, un guide de haute montagne. On peut dire que leur premiere entrevue n’est pas des plus joyeuses. Pour l’heure, tout ce que souhaite Servane, c’est pouvoir trouver un garage vu que sa voiture est en panne.Vincent, decide, après coup de l’aider et l’emmène au garage du village pour faire réparer sa voiture.Ce que Servane ne sait pas, c’est que cette animosité cache la douleur d’un coeur brisé par le départ précipité de sa femme, quelques années auparavant…

Chacun de nos deux protagonistes vont poursuivre leur petit bonhomme de chemin, Vincent en faisant ses randonnées montagnardes auprès des touristes et Servane, en intégrant l’unité de gendarmerie locale. Rien de bien folichon, me direz vous ? Oui, jusqu’à la découverte d’un mort…..Pierre, le meilleur ami de Vincent.

Vincent, ne croit pas le moins du monde à un accident, et il va vite se trouver des atomes crochues en la personne de Servane. Enfin, ne bousculons pas les choses, disons que Servane, semble, partager l’avis de Vincent quant au fait que Pierre, n’est pas tombé tout seul. Ils vont vite mener leur propre enquête et découvrir que plusieurs personnes dans le village auraient bien des choses a se reprocher et à cacher.

 

Mon avis

Un debut un petit peu long mais une fois que je suis entré dans l’action, il m’a été particulièrement difficile de lâcher le livre. Je dois dire que jusqu’à present j’ai toujours été satisfait de mes lecteurs sur les romans de Karine Giebel. Et vous qui avez lu ce livre, qu’en avez vous pensé ?

 

Un dossard pour l’enfer


NetGalley

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci à NetGalley et aux editions Rageot  pour leur confiance sans qui cette chronique ne serait peut-être pas possible.

 

Auteur : Jean-Christophe Tixier
Titre :  Un dossard pour l’enfer
ISBN: 9782700258462
Format numérique sécurisé – 192 pages (KOBO Aura) –  Edition Rageot
date de sortie officielle : 16 août 2018

 

4eme de couverture

Passionné par les défis, Alex, 17 ans, participe à un trail en haute montagne. Cette compétition de l’extrême est réservée aux plus endurants, dotés d’un mental d’acier ! Stessy, son amie, l’encourage sur le parcours. Bientôt elle apprend que Mathieu, un coureur, se serait dopé avec un produit très dangereux voire mortel. Elle persuade Alex d’aborder Mathieu afin de le convaincre de renoncer. Mais les dealers et leur drone de surveillance attendent les deux compétiteurs…

 

 

Mon résumé

Alex à envie de se donner un nouveau defi, celui de participer à ce trail en haute montagne. Il s’agit d’une competition de taille, il doit courir pendant pres de 36 heures. Son amie, Stessy est la pour le soutenir tout au long de la course.

Son amie, va bien malgré elle, faire la connaissance d’une fille, qui va lui apprendre que son copain, qui participe également à la course, s’est dopé et à prit des substances dangereuses, et que sa vie pourrait être compromise. Stessy, va persuader Alex de prévenir Mathieu, ce coureur concerné et le convaincre d’arrêter la course. Ce que Stessy ne sait pas, c’est que Mathieu, a prit un engagement auprès de personnes peu recommendable et qu’elles savent désormais que Alex est au courant.

Alors que Stessy attend Alex au point de ravitaillement, celui-ci ne semble pas etre au rendez-vous à l’heure qu’il s’était fixé. dix minutes, une demi heure passe et toujours pas de trace d’Alex en vu. Et si le fait que Alex soit au courant du dopage  l’avait mis en danger ?  Stessy commence sérieusement à s’inquiéter, d’autant plus que la nuit tombe et la neige qui s’y mets…..

 

 

Mon avis

Un très bon roman qui mêle suspense et aventure. Je me suis pas du tout ennuyé dans la lecture, il n’y a aucun blanc, on a l’impression d’être intégré à l’histoire en temps que spectateur. J’ai bien aimé le caractère des personnages. On a un peu de peine pour la copine de Mathieu, face à ce qu’elle doit subir.

Je n’en dis pas plus et vous laisse découvrir ce roman plus que passionnant.

L’hôtel


36199362

Auteur : Yana Vagner
Titre : L’hôtel
ISBN: 9782375610824
508 pages – Mirobole Editions

 

 

VONGOZERO | Passion Polar

Yana Vagner, née en 1973, a grandi au sein d’une famille russo-tchèque. Elle a travaillé comme interprète, animatrice radio, responsable logistique. Vongozero  est son premier roman. Initialement publiée peu à peu sur le blog de l’auteur, cette histoire de survie magistrale a suscité un tel enthousiasme qu’elle a fait l’objet d’une enchère entre éditeurs. Elle a depuis été nominée au Prix National Bestseller, vendue au cinéma et traduite dans 4 pays.
Source : site de l’éditeur

 

4eme de couverture

«Un thriller impressionnant de justesse sur les affres d’une communauté plongée dans la peur.»

Dans la neige, une femme tente de regagner le chalet où elle voit ses amis boire et discuter tranquillement. A deux doigts de la porte salvatrice, elle trébuche et se fait poignarder. Ce n’est que le début d’un huis-clos angoissant dans un «Hôtel» situé en altitude et accessible en seul téléphérique. Neuf Russes – quatre hommes, cinq femmes – membres d’une équipe de tournage s’y sont retrouvés pour un séjour d’une semaine. L’endroit est pourvu de nourriture et de bois de chauffage en quantité. Mais les portables n’y captent pas de réseau. Et bientôt une tempête de glace coupe l’électricité. La découverte du cadavre provoque un choc parmi les personnages, surtout quand ils comprennent que le meurtrier se trouve parmi eux.

 

Mon avis : 

J’ai tout de suite été emballé par ce roman qui se déroule en huit clos, avec un meurtre à la clé, avec un climat montagnard on a tout les ingrédients pour un bon thriller.

Yana Vagner nous raconte l’histoire d’un groupe d’ami qui ont loué un luxueux Hôtel pour la semaine, perché sur une montagne. Mais très rapidement leur séjour va tourner à l’horreur: une des leurs est retrouvée morte. Ils se rendent rapidement à l’évidence, le tueur est parmi eux.

A la finale je me suis mortellement ennuyé, car au lieu d’avoir une vrai enquête digne de ce nom, on se retrouve plongé dans la vie personnelle de chaque protagoniste, et c’est loin de ce à quoi je m’attendais.

D’autre part les flash-back sont si long et embrouillés, qu’on a parfois du mal a faire la différence entre présent et passé.

Non vraiment ce roman est trop long pour ce qu’il est. Grosse deception pour ma part

 

premier de cordée


Couverture Premier de cordée

Auteur : Roger Frison-Roche
Titre : premier de cordée
ISBN : 9782253003946

 

 

Résultat de recherche d'images

 

Roger Joseph Fernand Frison-Roche, né le 10 février 1906 à Paris 8e et mort le 17 décembre 1999 à Chamonix-Mont-Blanc où il est enterré, est un alpiniste, explorateur et écrivain français.

Premier de cordée est un roman de Roger Frison-Roche écrit pendant son séjour à Alger entre 1938 et 1940, achevé en 1941 (le manuscrit est daté de 22 février) et paru en France en 1942. Il est le premier épisode d’une trilogie qui se poursuit par La Grande Crevasse et Retour à la montagne.

 

 

4eme de couverture

« Alors en équilibre sur un clou de soulier et le corps collé à la paroi, il se concentre pour tenir. Il sentit tout à coup que sa jambe était prise d’un tremblement de fatigue, il fit un brusque mouvement pour retrouver la prise de main, mais déjà il basculait. Ses doigts griffèrent le granit sans l’accrocher et il tomba à la renverse sans pousser un cri. » Pour ramener à bon port le corps de son père, foudroyé en pleine ascension, Pierre est prêt à braver tous les dangers. À Chamonix, les guides se mobilisent: Servettaz était le meilleur d’entre eux. La montagne est une redoutable tueuse, elle sélectionne impitoyablement ses victimes. Celles-ci le savent bien qui la consomment comme une drogue, et la portent dans leur sang. Une histoire de passion, au courage et à la solidarité des hommes.

 

Mon résumé :

Ceci est un roman que j’ai reussi à trouver lors d’une brocante de livres organisé par Amnesty International.
N’ayant pas encore reçu la kube de juin, j’avais décidé de piocher dans la PAL et c’est celui qui est sorti.

Pierre veut faire comme son père, être guide de haute montagne , mais Jean à toujours refusé, estimant que c’est trop de risque. Il suit donc une formation pour être hôtelier, et ne pratique la montagne qu’en tant que loisirs.

Un jour, son père part aux drus, accompagné d’un porteur pour accompagner un client au sommet. Un orage se lève pendant la montée, mais Warfield insiste pour continuer, disant qu’il a payé pour monter au sommet. Ils arrivent sans encombres au sommet, mais au retour, alors que l’orage se déclenche violemment, Jean est foudroyé sur une petite terrasse en contrebas. Georges, encore sous le choc, réussit à ramener le client sain et sauf, mais perd ses pieds, gelés pendant la descente. Une cordée part quelques jours plus tard pour tenter de récupérer le corps. Pierre décide de la rejoindre ; accompagné de ses amis, il se lance donc dans une escalade périlleuse.

 

Mon avis

Un très bon roman sur la montagne et les risques que court les guides de hautes montagnes, afin de satisfaire toujours plus, les personnes novices, qui ont beaucoup de mal a se rendre compte des dangers de la montagne.

Même si ils sont pas nombreux, un dictionnaire à portée de main, peut être un plus pour comprendre les quelques termes spécifiques à la montagne.

Ce livre est le début d’une trilogie et je ne dis pas que je ne lirais pas les 2 autres si j’en avais l’occasion.

Glacé


Afficher l'image d'origine

Auteur : Bernard Minier
Titre : Glacé
ISBN : 9782266219976
725 pages – pocket

Bernard MinierNationalité : France
Né(e) à : Béziers (Hérault) , le 26/08/1960

Bernard Minier est un auteur français de roman policier.

Bernard Minier grandit à Montréjeau au pied des Pyrénées, puis fait des études à Tarbes et à Toulouse avant de séjourner un an en Espagne. Il vit aujourd’hui dans l’Essonne en Île-de-France

Il fait d’abord carrière dans l’administration des douanes tout en participant à des concours de nouvelles avant de franchir le pas et d’envoyer un manuscrit de roman à des éditeurs.

source : babelio

 

4eme de couverture

Dans une vallée encaissée des Pyrénées, au petit matin d’une journée glaciale de décembre, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le corps sans tête d’un cheval, accroché à la falaise.
Ce même jour une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée.
Le commandant Servaz, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier l’enquête la plus étrange de toute sa carrière.

 

Mon résumé

Martin Servaz aime les citations latines qu’il sort à tout bout de champ, si bien qu’on en vient à se demander s’il n’a pas un recueil sous le bras. Obsédé par la justice, il n’hésite pas à passer des nuits entières à travailler, mais quand on l’appelle dans les Pyrénées pour le meurtre sanglant d’un cheval découvert au petit matin par les ouvriers d’une centrale hydroélectrique, le commandant ne prend pas l’affaire très au sérieux et préfère rentrer élucider une autre affaire en cours.

Ce même jour, une jeune psychologue, Diane Berg, prend son premier poste dans un centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée.

Il apprendra lors de l’enquête préliminaire que ce cheval appartient à Eric Lombard, PDG d’une puissante multinationale, issu d’une famille très influente de la région ayant des relations étroites avec des personnes elles-mêmes influentes. Évidemment, la procureur en charge de l’affaire place une priorité absolue pour cet événement. Martin Servaz, en collaboration avec la magnifique Irène Ziegler, de la gendarmerie, va devoir faire le poing dans la poche pour tenter d’éclaircir cette histoire peu commune.

Plusieurs faits vont s’enchaîner assez rapidement. D’une part, alors que le commandant Servaz se pose encore la question sur la légitimité de cette enquête, un fait nouveau va redonner un certain dynamisme à l’enquête.L’ADN d’un tueur en série croupissant dans un établissement psychiatrique de la région a été retrouvée sur les lieux du crime. D’autres parts, un nouveau corps sera découvert lors de l’enquête, pendu à un pont, mais cette fois-ci le corps d’un homme nu, ou presque. La méthode utilisée ne laisse aucun doute aux enquêteurs, la souffrance était essentielle dans cette mise en scène. Qui dit souffrance dit vengeance?

 

Mon avis

Un très bon livre. J’ai été attiré par ce livre tout d’abord en lisant le synopsis et le fait de retrouver un cheval décapite ne pouvaient que retenir mon attention et vouloir lire le livre. J’ai toutefois par moment été un peu perdu, ce n’est bien sur du qu’au fait que j’ai comme bien souvent du interrompre ma lecture pour des raisons diverses et variées. La fin du roman et l’issue de l’enquête m’a un peu chamboulé mais ça reste du grand art. Je vous le recommande et met d’office 5 étoiles.