C comme cadavre


49016525

Auteur : Preston & Child
Titre : C comme cadavre
Version : Broché – J’ai lu – 444 pages
ISBN: 2290078654
Lien Livraddict

 

 

4eme de couverture

Après une première mission mouvementée (R pour revanche), Gideon Crew, à qui il ne reste plus qu’un an à vivre, n’aspire qu’à un peu de tranquillité. Mais l’EEC – cette officine travaillant en sous-main pour le gouvernement américain -, fait de nouveau appel à lui. Chalker, l’un de ses anciens collègues du laboratoire nucléaire de Los Alamos, est en proie à une crise de délire paranoïaque. Se croyant victime d’un complot d’État, il a pris une famille en otage. Gideon est dépêché sur place pour tenter de le raisonner, mais le forcené est abattu sous ses yeux par les forces spéciales… Les autorités découvrent alors que Chalker, qui s’était converti à l’islam, était irradié. Et l’on retrouve chez lui un calendrier indiquant qu’un attentat terroriste de grande ampleur aura lieu dans douze jours. Mais où ? Gideon, épaulé par un agent du FBI, a peu de temps pour déjouer l’attentat – et surtout très peu de pistes. Et sa mission se complique le jour où il est suspecté d’être le complice de Chalker…

Titre original : Gideon’s Corpse (2012)

 

 

Soul Breakers


33950239Auteur : Christophe Lambert
Titre : Soul Breakers
ISBN: 9782747-064842
588 pages – Format papier – Bayard

 

Christophe Lambert

 

Né à Chatenay-Malabry
Christophe Lambert est un écrivain français.

Auteur très prolifique, il a près d’une trentaine de romans touchant à tous les genres : policier, aventure, fantasy, science-fiction.

Après des études de cinéma, il réalise plusieurs courts métrages puis travaille pour la télévision (notamment pour M6) et dirige des ateliers vidéos dans les collèges. Depuis quelques années, il ne vit cependant plus que de sa plume et réussit à publier environ trois romans par an.

 

 

 

 

4eme de couverture

Un voyage épique dans l’Amérique des années 1930, et au cœur des âmes humaines.

USA, 1936.
Des milliers d’Américains victimes de la Grande Dépression sont jetés sur les routes. Parmi eux, Teddy Gentliz, 15 ans, voyage vers la Californie avec son père et sa petite sœur Amy dans l’espoir d’une vie meilleure.
En Arizona, la famille croise un étrange groupe de forains et son charismatique chef : Sirius Huntington. Après avoir assisté à leur spectacle, Amy est soudainement frappée par un mal mystérieux…
Persuadé que les forains ont volé l’âme de sa sœur, Teddy se lance à leur poursuite à travers les États-Unis.
Sur son chemin, entre dangers, amitiés, amour et magie, l’adolescent va faire l’apprentissage intense du monde. Et de lui-même.

 

 

Mon résumé :

Voici donc la selection du mois de Juillet de ma Box Once Upon A Book et je dois dire que je l’ai sorti de ma PAL bien plus vite que je ne pensais et c’est pas désagréable. Ici c’est d’un livre jeunne dont on va parler, et je dois dire que pour un jeunesse un pavé de 580 pages, ca me surprend, mais bon !

Nous debarquons dans ce livre, en plein milieu des années 30. S’etant fait expropriés leur ferme de l’arizona, Teddy et sa soeur Amy accompagne leur pere, afin de faire route vers la californie. Ils caresse le doux espoir de pouvoir y trouver du travail et de quoi avoir un toit sur leur tete. Durant leur escapade, ils s’arrete dans un campement pour recuperer un peu. C’est alors qu’arrive un cirque avec à sa tête Sirius Huntington et son étrange équipée : un nain, un colosse, une voyante et un ours. Intrigués et curieux, Teddy et Amy assistent à la représentation du soir.

Le lendemain, Amy, tombe gravement malade. Elle ne bouge plus et ne parle plus. Pour Teddy, tout est clair, Sa soeur à été ensorcelée.
Teddy retourne sur le lieu de campement du cirque mais celui-ci a disparu. Pour le jeune homme, il n’y a plus qu’une seule solution : partir à la recherche de Sirius et récupérer l’âme de sa petite sœur.

On va suivre Teddy à travers le pays et suivre avec lui les bons et les mauvais cotés de cette vie dans les années 30.  Du désert de l’Arizona à la Nouvelle-Orléans, en passant par El Paso et Chicago. On va vite remarquer que la crise à frapper de plein fouet tout les Etats-unis sans exception : Agriculteurs ruinés et expropriés, ouvriers exploités dans les mines de charbons et qui se mettent en grève, xénophobie….

Malgré cela, on trouve tout de meme de bon coté , avec Teddy qui va partir à la découverte des premiers amours.

 

 

Mon avis

Ce roman, a beau avoir été mis dans la case jeunesse, J’aurais peut-être un peu de mal a le mettre entre les mains d’une personne pas encore suffisamment  mise au fait des différents themes abordés. Je pense que ce livre est plus réservé a des adolescent de 15-16 ans minimum pas avant.

Un très bon roman d’aventure qui permet d’en apprendre beaucoup sur la vie des années 30, aux états-Unis.

 

Genesis


Couverture Genesis

 

Auteur : Karin Slaughter
Titre : Génésis
ISBN: 978-2-253-16888-1
663 pages – Edition le livre de poche

Karin Slaughter

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Géorgie , le 06/01/1971

Biographie :

N°1 sur les listes internationales de best-sellers, Karin Slaughter est l’un des auteurs les plus populaires et les plus plébiscités dans le monde. Publiée en 33 langues et vendue à plus de 30 millions d’exemplaires, elle est l’auteur de 15 romans, parmi lesquels figurent les séries « Grant County » et « Will Trent », « Blonde Hair, Blue Eyes » ainsi que le roman « Cop Town », qui a été nominé pour l’Edgar Award.

 

 

4eme de couverture

Quelqu’un l’a torturée… torturée longuement… Ancien médecin légiste, Sara Linton travaille depuis trois ans dans un grand hôpital, à Atlanta, où elle tente de se reconstruire. Quand arrive aux urgences une femme très grièvement blessée, elle se retrouve plongée dans le monde de la violence et de la terreur. L’inspecteur Will Trent du Georgia Bureau of Investigation et sa coéquipière Faith Mitchell comprennent rapidement que la patiente de Sara est la première victime d’un tueur sadique, d’un esprit dérangé. Pour mettre fin à cette abominable série de meurtres, seuls eux trois – avec leurs blessures et leurs secrets – seront en mesure d’analyser le cerveau d’un tel détraqué et de retrouver sa trace.

 

Mon résumé

Sara Linton, s’est installée depuis trois ans à Atlanta pour essayer d’oublier les moments atroces et très pénibles qu’elle vient de vivre. Médecin dans un grand hôpital de la ville, elle reconstruit peu à peu sa vie. Quand arrive aux urgences une femme très grièvement blessée, elle se retrouve plongée dans le monde de la violence et de la terreur.

L’inspecteur Will Trent du Georgia Bureau of Investigation, qui se trouve par hasard sur les lieux, va découvrir que la patiente de Sara est la première victime connue d’un tueur sadique, d’un esprit dérangé qui torture ses victimes. Retirant l’affaire à la police locale, Will et sa co-équipière Faith Mitchell vont traquer le tueur.

Pour mettre fin à cette abominable série de meurtres, seuls eux trois – avec leurs blessures et leurs secrets – seront en mesure d’analyser le cerveau d’un tel détraqué et de retrouver sa trace.

 

Mon avis

Le livre reste assez lent a démarrer. Pres de 200 pages avant qu’on commence un peu a en apprendre un peu plus sur les personnages principaux, plus presque autant avant que je sente un réel plaisir dans la lecture. Sara Linton veuve depuis trois ans ne se remet pas de la mort de son mari ancien policier. Une autre jeune femme disparaît et tous les ingrédients d’un thriller sont réunis. Le roman est parsemé de passages torride et de grandes scenes de violence, ce qui n’est pas pour me déplaire et ce sont ces petits ingrédients qui ont fait que j’ai poursuivis le livre jusqu’au dénouement final.

Cartel, la suite de La Griffe du chien


Cartel, la suite de La Griffe du chien

tous les livres sur Babelio.com

 

Auteur : Don Winslow
Titre : Cartel
ISBN : 978-2021-213157
718 pages
Offert par Babelio et les editions Seuil dans le cadre de cette chronique

 

Afficher l'image d'origine

Né en 1953 à New York, Don Winslow a été comédien, metteur en scène, détective privé et guide de safari.

Il est l’auteur de nombreux romans traduits en seize langues, dont plusieurs ont été adaptés par Hollywood.

Après avoir vécu dans le Nebraska et à Londres, Don Winslow s’est établi à San Diego, paradis du surf et théâtre de ses derniers romans

 

 

4eme de couverture :

2004. Adan Barrera, incarnation romanesque d’El Chapo, ronge son frein dans une prison fédérale de Californie, tandis qu’Art Keller, l’ex-agent de la DEA qui a causé sa chute, veille sur les abeilles dans un monastère.

Quand Barrera s’échappe, reprend les affaires en main et met la tête de Keller à prix, la CIA et les Mexicains sortent l’Américain de sa retraite : lui seul connaît intimement le fugitif.

La guerre de la drogue reprend de plus belle entre les différentes organisations, brillamment orchestrée par Barrera qui tire toutes les ficelles : la police, l’armée et jusqu’aux plus hauts fonctionnaires mexicains sont à sa solde. Alors que la lutte pour le contrôle de tous les cartels fait rage, avec une violence inouïe, Art Keller s’emploie à abattre son ennemi de toujours.

 

Mon résumé

Adan, celui qui ne touche jamais à ces saloperies dont il inonde pourtant le marché americain. En prison, et avant de s’échapper, il rencontre La Femme. Magda, 29 ans, un tonton dans le trafic de la dope, deux cousins sicarios, elle connaît les trafiquants. « Les narcos tournent autour des reines de beauté comme des vautours. Certains subventionnent même leurs propres concours, les narcoconcursos de misses. Magda s’est servie. » Magda, c’est Le Personnage de Cartel. Flamboyant, pur et impur, des cojones dans un corps de femme sculptural, une héroïne du Mal, une trouvaille. Un puis deux narcos qui meurent, Magda n’est pas vraiment veuve mais elle découvre que « le noir lui va si bien ». Les narcos, oui, mais elle, pourquoi ne deviendrait-elle pas une « narca »? « Une chignona, une femme puissante et indépendante? » Premier job, premier flop, elle tombe. Prison.

Elle rencontre Adan. Magda échappe au viol. Elle devient la femme du « patron ». Tout le monde le sait, sauf elle. Pas encore. Le vieux narco a trouvé sa reine de beauté. Mieux il a rencontré l’âme sœur. Celle qui pense et dit la vérité. Elle s’impose, elle va s’asseoir à la table des hommes. Parce qu’elle sait que quand elle sera vieille, que sa beauté aura disparu, il épousera « une pauvre vierge idiote qui ne lui fera jamais ça à Adan », mais ce sera trop tard. Il n’y a pas de personnage féminin mièvre chez Don Winslow. Marisol, médecin qui se dévoue corps et âme aux pauvres, ne s’engage pas avec Art comme une gamine de 15 ans. Même l’épouse légitime du baron de la drogue fait preuve d’une singulière prise de risque qui en dit long sur sa pseudo naïveté. Non, Winslow construit des hommes et des femmes dominés par le gris, tous pris au piège par une situation devenue incontrôlable. « Les meurtres entraînent les meurtres ».

Mon avis :

2004-2014 : Cartel, c’est l’histoire de la guerre de la drogue au moment où les Zetas prennent leur indépendance et décident de devenir le Cartel et où le gouvernement se voit obliger de réagir suite à des exactions de plus en plus violentes. C’est aussi le moment où Adán Barrera, librement inspiré de Joaquín « El Chapo » Guzmán, chef du cartel de Sinaloa tente d’imposer à nouveau son autorité tandis que l’agent de la DEA Art Keller reprend du service pour l’en empêcher.

Sept cent vingt pages de lecture au grand galop, une action qui s’étend sur dix ans, de 2004 à 2014
L’auteur à piocher dans l’histoire, faite de sang et de poudre, du Río Grande, et à reconstituer la montée en puissance des «narco-empires», immenses machines de mort capitalistes.
Cartel décrit bel et bien une guerre des gangs et décortique toutes les ficelles, les arnaques, les chantages, la corruption de toutes les structures qui s’engagent non pas contre, mais face aux familles et au clan. Il montre aussi comment l’accord économique entre les Etats place la drogue au même niveau d’importance stratégique que le gaz ou le pétrole.

Seuls, les vautours


Afficher l'image d'origine

Auteur : Nicolas Zeimet
Titre : Seuls, les vautours
453 pages
EPUB

ZeimetNicolas Zeimet a 37 ans et vit à Paris. Il écrit depuis l’âge de dix ans. Son premier roman, Déconnexion immédiate, est paru en 2011 chez Mon Petit Éditeur. Seuls les vautours, son deuxième roman, publié en 2014 au Toucan vient de paraîre en poche chez 10/18. Comme une ombre dans la ville est son troisième roman.

 

 

 

 

4eme de couverture :

Un petit village de l’Utah en 1985, avant internet, la téléphonie mobile et les techniques modernes d’investigation scientifique. Shawna, une fillette de cinq ans, disparaît brutalement un matin. Tout le village se mobilise. Non seulement les quelques policiers du poste local mais aussi le médecin, un journaliste et bien sûr les enfants. Des enfants et des adolescents qui ont l’imagination fertile et qui racontent d’étranges histoires. En suivant les destins croisés d’une dizaine de personnages, l’enquête progresse, les haines et les attirances se cristallisent alors que des découvertes bien réelles mènent à des événements qu’on croyait définitivement sortis des mémoires. Certains, en tous cas, auraient bien voulu les oublier…

 

Mon résumé

L’intrigue se passe aux Etats-Unis, dans une bourgade du nom de « Duncan’ s Creek », situé sur le haut plateau de Boulder Mountain.

Une petite fille Shawna Twitchell cinq ans a disparu ; sa mère Mandy avait déjà perdu son mari il y a six mois, dont on a retrouvé les vêtements mais pas le corps. Elle n’en avait eu aucun regret, puisque c’était un mari qui rentrait tout le temps, bourré et qui l’a battait.

Tout au long de l’enquête qui va s’ensuivre pour tenter de retrouver la petite fille, on va apprendre a découvrir et connaitre les différents personnages que compose ce village : l’institutrice Betty (ex-hippie) et son ami Rick rédacteur en chef du journal local, le médecin Jim Pomeroy, le fermier noir Lamer Jones, plusieurs gamins de 11-12 ans, qui viennent de finir leur primaire parmi lesquels Jake , le garçon studieux et timide, Sam la grande fille casse-cou, et Junior le gros garçon gourmand et sociable, le jeune pompiste Logan ex-petit délinquant, qui travaille à la supérette, un autre fermier complètement fou et sa maman sourdingue qui n’est contente que lorsqu’elle a en main sa télécommande pour pouvoir zapper devant sa petite TV.

Mon avis

Un bon petit roman a intrigue, même si ça reste une intrigue a minima. On y décrit surtout le climat, que doit être l’Utah autour des années 85-90 .

On ressens bien la tension qui est présente entre les différents personnages dans ce petit village, qui sans connaitre la technologie, n’en dénombre pas moins la présence d’un médecin , d’une bibliothèque et un journal local.