Articles Tagués ‘médecin légiste’


50916649. sx318 sy475

Auteur : Nicolas Beuglet
Titre :  L’ile du diable
Date de parution : 3 septembre 2020
EAN : 9782374481340 – XO Editions

 

 

 

4eme de couverture

La vengeance est affaire de mémoire…

Le corps recouvert d’une étrange poudre blanche, des extrémités gangrenées et un visage figé dans un rictus de douleur… En observant le cadavre de son père, Sarah Geringën est saisie d’épouvante. Et quand le médecin légiste lui tend la clé retrouvée au fond de son estomac, l’effroi la paralyse. Et si son père n’était pas l’homme qu’il prétendait être ?
Des forêts obscures de Norvège aux plaines glaciales de Sibérie, l’ex-inspectrice des forces spéciales s’apprête à affronter un secret de famille terrifiant. Que découvrira-t-elle dans ce vieux manoir perdu dans les bois ? Osera-t-elle se rendre jusqu’à l’île du Diable ?

 

 

Mon résumé

Une fois encore, on retrouve l’inspectrice de la police norvégienne Sarah Geringën, ancienne des services spéciaux. Rappelez-vous, on l’avait laissée derrière les barreaux à la fin de complot. Apres avoir purgé une peine de prison de un an, et une fois sortie c’est pour apprendre une nouveau tirée par les cheveux : son père a été assassiné dans des circonstances étranges.

Bien évidemment, elle ne peux pas elle même enquêter sur la mort de son père.

Son corps est entouré de poudre blanche et ses doigts violacés ont subi une terrible torture…
Sarah n’a jamais été très proche de ce père réservé.

 

Elle baissa la tête et ne mit guère de temps à reconnaître la substance qui tachait le sol : du sang. Du sang frais.
Sarah recula, se rappelant le cri effroyable qu’elle avait entendu depuis sa chambre. Et alors elle distingua, sur quelques arbres qui encerclaient l’herbe souillée, une dizaine de photos clouées aux troncs. Sur chaque arbre, le portrait d’une personne âgée surmontait celui d’une personne plus jeune

 

Avec une plongée dans l’histoire de la Russie du XXème siècle, l’auteur nous fait remonter dans les années 30 où tant de victimes de la révolution communiste ont été déportées et ont péri dans la vague de purification qui a eut lieu au nom d’une idéologie déshumanisante.

Allant alors de découverte en découverte, Sarah est saisi par l’effroi de ne pas connaître la vraie personnalité de son propre père. Certes ils n’entretenaient pas une relation proche, mais les découvertes qu’elle va faire dans un vieux manoir perdu au nord de la Norvège vont la glacer. Geringën et Koll forment alors un duo de choc qui les poussent jusqu’au plaine de Sibérie vers l’île du Diable.

 

 

Mon avis

Un thriller qui va vite…….trop vite et on a pas le temps de se poser. Une succession de rebondissements qui laisse peu de place à une étude plus fouillée des personnages. L’ensemble est rendu réaliste grâce aux faits réels sur lesquels s’est appuyé l’auteur pour développer ce roman ; bien que cela soit glaçant, c’est aussi très instructif, mais il faut le reconnaître j’ai parfois été un peu perdu tant on voyage et il y a de détails.


Couverture Lucas Dorinel, tome 2 : Les oubliés de Dieu

 

 

Auteur : Ludovic Lancien
Titre : Les oubliés de dieu
Version : Numérique – Edition Hugo poche
Date de parution : 5 novembre  2020
EAN : 9782755685305

 

Ludovic Lancien

 

Ludovic Lancien a sillonné l’ouest de la France, de Quimperlé à Nantes en passant par La Roche-sur-Yon et Concarneau, pour travailler en pépinière et en maraîchage.

Lecteur assidu, il a créé son propre blog littéraire avant de se lancer dans l’écriture et de remporter, à l’unanimité du jury, le prix Fyctia 2019 du meilleur suspense avec son roman, « Le singe d’Harlow ».

Il vit à Fouesnant dans le Finistère.

 

 

 

Je remercie NetGalley et Hugo Poche pour leur confiance pour n’avoir permis de lire ce livre

 

 

4eme de couverture

Un médecin généraliste est retrouvé massacré dans son cabinet aux Lilas, près de Paris. Son corps a fait l’objet d’un véritable carnage.

Très vite, l’enquête dévoile sa double vie et son intérêt morbide pour la tératologie : l’étude des ces hommes et femmes que l’on qualifie abruptement de  » monstres « .

Ceux que le régime nazi a cherché à éradiquer à travers des campagnes d’extermination longtemps tenues secrètes.

Ceux que l’on nomme parfois les  » oubliés de Dieu « .

Chargé de l’enquête, le capitaine Gabriel Darui va recevoir un appel d’un homme qu’il s’était juré de ne jamais revoir. Un homme qui connaît ses secrets les plus troubles. Un homme qui, à l’instar du médecin assassiné, a frayé avec ce que l’humanité a de plus sombre. Un homme qui sait que toutes les leçons du passé n’ont pas été retenues et que, comme Darui va le découvrir, l’horreur se conjugue aussi au présent.

 

 

 

Mon résumé

Avant de sélectionner ce livre sur NetGalley, je ne connaissais pas du tout l’auteur. Pourtant j’avais déjà vu passer des romans mais sans savoir qui était réellement l’auteur. J’ai surtout été interpellé par la 4eme de couverture, qui me semblais particulièrement correspondre à mon style de lecture.

L’histoire débute par la découverte du corps d’un médecin généraliste dans son cabinet, juste avant l’ouverture, à 7h30 du matin. Son état est particulièrement sanglant. Les mains coupes et un escargot dans le fond d’œil.  Le capitaine Gabriel Darui, est chargé de l’enquête et va avoir du mal a demeler le vrai du faux, mais va vite découvrir que le médecin généraliste afin des penchant de la médecine assez particulier. Il semblait s’intéresser de très pres à la tératologie. Plus particulièrement aux personnes atteintes de acromégalie. Une tumeur bénigne (non cancéreuse) de l’hypophyse, une glande (dénommée également glande pituitaire), située dans le cerveau et qui sécrète normalement plusieurs hormones dont la GH, autrement dit une maladie due à un excès de production d’hormone de croissance et  qui entraîne une modification de l’aspect du visage, une augmentation de la taille des mains et des pieds.

Le capitaine découvre, sur l’ordinateur du médecin tout une liste d’individus, qui auraient eu cette maladie et tout un dossier sur le sujet. Lors d’une entrevue, avec l’un de ces sujets, il va découvrir, qu’il souhaitait en retirer un bénéfice, en organisant des combats entre un individu, dit « normal » et une personne atteinte de acromégalie.

 

Je dois dire qu’a partir du moment ou le roman a commencer a parler de ces personnes, j’ai commencé à prendre gout au roman, jusqu’à ne le lâcher qu’a la dernière page. Je dois dire que c’est une vraie réussite et j’ai adoré.

 

 

Mon avis

Un pur bonheur, d’avoir fais la découverte de cet auteur grace à ce roman. Comme je le disais plus haut, j’avais entendu parler du premier roman de l’auteur, Le singe d’harlow, mais sans soupçonner, à aucune moment que ce soit le 1er roman de ludovic lancien. Apres la lecture de ce roman, ça m’incite a vouloir découvrir son premier roman.

Le thème de ce roman fait tout de meme reflechir. On se dit qu’il existe des personnes, qui doivent vivre, avec des maladies comme la acromégalie, ou encore d’autres maladies rares incapacitantes et pour elles cela doit être dure a vivre. Certaines peut-être vivent-elle cachés, de peur de se montrer ?

Toujours est-il que nous avons un très bon livre.? Je vous le recommande

 


29928704. sy475

Auteur : Peter May
Titre : Meurtres à Pekin
Version : Broché – Edition du Rouergue – 414 pages
Date de parution : 28 octobre 2005
ISBN: 9782841567089
Lien livraddict

 

 

 

Peter May est un scénariste de télévision et romancier écossais, auteur de roman policier.

Il s’est fait un nom à la télévision britannique en créant et transcrivant les scénarios de séries télévisées, très prisées outre-Manche.

Nommé, à 21 ans, « jeune journaliste de l’année », il abandonne le journalisme lors de la publication de « The Reporter » (1978), son premier roman, à l’âge de 26 ans. Il a été porté à l’écran pour la série « The Standard » sur la BBC à une heure de grande écoute. À partir de ce moment-là, Peter May est devenu très connu, à la fois comme producteur, scénariste et réalisateur de séries dramatiques pour la télévision britannique, signant plus de 1000 scénarios en 15 ans, tel que « Take the High Road » qui fût diffusé dans le monde entier. Naturalisé français depuis le 19 avril 2016, il habite dans le Lot.
son site web

 

 

4eme de couverture :

Pékin, ville baignée de tradition mais avide de modernité, une société qui se rue dans le capitalisme moderne mais profondément marquée par le système communiste. Le cadavre carbonisé d’un homme est découvert un matin dans le parce. Le même jour, deux autres corps sans vie sont trouvés à deux endroits différents de la ville. Pour seul indice, un mégot de cigarette à côté de chacun des trois corps, comme une signature. Margaret Campbell, médecin légiste aux Etats-Unis, spécialisée dans les brûlés, qui se trouve à Pékin pour une série de conférences, va se voir embarquée malgré elle dans l’enquête de Li Yan, fraîchement promu commissaire. L’Américaine rigoureuse et le policier chinois, ironique et énigmatique, choisissent deux approches totalement différentes d’un même objectif. Deux mondes s’affrontent, mais devant la complexité d’une affaire qui cache un secret monstrueux, les deux investigateurs vont devoir taire leurs oppositions et unir leurs talents pour découvrir la vérité, fût-ce au péril de leur vie. Car si les lieux sont exotiques et chargés de traditions, les dangers, eux, sont bien du XXIe siècle menace des OGM et remous dans les milieux politiques.

Titre original : Beijing, book 1 : The Firemaker (1999)

 

Mon résumé

Ce livre fait partie d’un lot de 4 romans qui m’ont été sélectionné par la bibliothèque municipale. De moi même je sais pas si j’aurais forcement choisi ce roman.

Margaret est un médecin légiste d’origine américaine et part travailler dans une université chinoise pour y donner des conférences. La chine est un pays totalement inconnu pour Margaret Campbell, c’est pourquoi on lui remet toute une documentation sur les us et coutumes du pays auxquels elle est contrainte de se référer. Le temps passe et voila qu’elle arrive sur le sol chinoise, mais a aucun moment elle n’a pris le temps de lire les informations qu’on lui a transmis sur les usages locaux.

A peine arrivée elle est prise en charge par Lily et Bob qui vont lui faire rapidement visiter l’université et lui apprendre qu’elle est conviée à un banquet le soir même.  Elle qui pensait se reposer avant d’entrer dans le vif du sujet, c’est raté.

Alors qu’elle finit une conférence devant tout un groupe d’étudiants, elle se voit présenté auprès de Li yan fraîchement promu commissaire. On lui propose d’assister le commissaire dans une enquête qui va se révéler bien compliquée. En effet le cadavre carbonisé d’un homme est découvert un matin dans un parc de pékin, proche de la place Tian’anmen. Le jour même, deux autres corps sont retrouvés à d’autres endroits de la ville.

Margaret et Li Yan vont devoir faire équipe bien malgré eux et vont devoir démêler le vrai du faux dans cette affaire qui par moment va toucher au monde politique, même si pour cela ils vont devoir travailler « en sous marin ».

 

 

Mon avis :

Un très bon roman que je n’ai pas lâché un seul instant. On rentre dans le monde de la vie chinoise des les premières pages et on se prend vite au jeu, on a presque l’impression d’avoir vécu en chine depuis toujours. Les 2 personnages principaux Li Yan et Margaret sont particulièrement bien réussi. Vraiment un très bon roman.

 


Couverture Genesis

 

Auteur : Karin Slaughter
Titre : Génésis
ISBN: 978-2-253-16888-1
663 pages – Edition le livre de poche

Karin Slaughter

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Géorgie , le 06/01/1971

Biographie :

N°1 sur les listes internationales de best-sellers, Karin Slaughter est l’un des auteurs les plus populaires et les plus plébiscités dans le monde. Publiée en 33 langues et vendue à plus de 30 millions d’exemplaires, elle est l’auteur de 15 romans, parmi lesquels figurent les séries « Grant County » et « Will Trent », « Blonde Hair, Blue Eyes » ainsi que le roman « Cop Town », qui a été nominé pour l’Edgar Award.

 

 

4eme de couverture

Quelqu’un l’a torturée… torturée longuement… Ancien médecin légiste, Sara Linton travaille depuis trois ans dans un grand hôpital, à Atlanta, où elle tente de se reconstruire. Quand arrive aux urgences une femme très grièvement blessée, elle se retrouve plongée dans le monde de la violence et de la terreur. L’inspecteur Will Trent du Georgia Bureau of Investigation et sa coéquipière Faith Mitchell comprennent rapidement que la patiente de Sara est la première victime d’un tueur sadique, d’un esprit dérangé. Pour mettre fin à cette abominable série de meurtres, seuls eux trois – avec leurs blessures et leurs secrets – seront en mesure d’analyser le cerveau d’un tel détraqué et de retrouver sa trace.

 

Mon résumé

Sara Linton, s’est installée depuis trois ans à Atlanta pour essayer d’oublier les moments atroces et très pénibles qu’elle vient de vivre. Médecin dans un grand hôpital de la ville, elle reconstruit peu à peu sa vie. Quand arrive aux urgences une femme très grièvement blessée, elle se retrouve plongée dans le monde de la violence et de la terreur.

L’inspecteur Will Trent du Georgia Bureau of Investigation, qui se trouve par hasard sur les lieux, va découvrir que la patiente de Sara est la première victime connue d’un tueur sadique, d’un esprit dérangé qui torture ses victimes. Retirant l’affaire à la police locale, Will et sa co-équipière Faith Mitchell vont traquer le tueur.

Pour mettre fin à cette abominable série de meurtres, seuls eux trois – avec leurs blessures et leurs secrets – seront en mesure d’analyser le cerveau d’un tel détraqué et de retrouver sa trace.

 

Mon avis

Le livre reste assez lent a démarrer. Pres de 200 pages avant qu’on commence un peu a en apprendre un peu plus sur les personnages principaux, plus presque autant avant que je sente un réel plaisir dans la lecture. Sara Linton veuve depuis trois ans ne se remet pas de la mort de son mari ancien policier. Une autre jeune femme disparaît et tous les ingrédients d’un thriller sont réunis. Le roman est parsemé de passages torride et de grandes scenes de violence, ce qui n’est pas pour me déplaire et ce sont ces petits ingrédients qui ont fait que j’ai poursuivis le livre jusqu’au dénouement final.