La maison de l’assassin


33187275Résultat de recherche d'images pour "L'archipel edition"

 

Auteur : Bernhard Aichner
Titre : La maison de l’assassin
ISBN : 9782377351411
285 pages – Edition l’archipel – Collection Archi poche

 

Je remercie mon partenaire pour l’envoi de ce roman

 

Résultat de recherche d'images pour "Bernhard Aichner"

Bernhard Aichner, né en 1972 à Innsbruck, est un écrivain, dramaturge et photographe autrichien, auteur de roman policier
il travaille d’abord comme serveur, puis dans un laboratoire photo. En parallèle, il commence à écrire. En 1992, il obtient son certificat de Maturité gymnasiale. Il étudie ensuite l’allemand et fait, de sa passion pour la photographie, un métier.
En août 2010 paraît le roman policer Die Schöne und der Tod qui devient un best-seller en Allemagne. Ce titre inaugure une trilogie dont le héros est Max Broll.

En 2014 est publié Vengeances (Totenfrau), le premier titre d’une série consacrée aux agissements criminels de Brünhilde Blum, propriétaire et directrice d’une entreprise de pompes funèbres.

Source : wikipedia

 

4eme de couverture

Il y a deux ans, Blum a retrouvée les cinq responsables de la mort de son mari, Mark, et les a froidement éliminés un par un, pour assouvir sa vengeance…Aujourd’hui, alors qu’elle a tout juste appris le décès de sa sœur jumelle, Björk, dont elle ignorait l’existence, les restes de l’une de ses cinq victimes viennent d’être exhumes. Bien vite, la police va faire le lien. La personne ayant procedée à la mise en bière du corps sera la premiere suspectée a savoir Blum, qui dirige une entreprise de pompes funèbres. Elle décide alors de prendre la fuite et trouve refuge en pleine Foret Noire, dans la famille de Björk. Mais, alors qu’elle se croit en sécurité, le piége se referme sur elle. Hier chasseuse, Blum est aujourd’hui la proie.

 

 

Mon résumé :

Blum, est une jeune femme qui a perdu son mari. Elle est a la tete d’une entreprise de pompe funèbre, aussi la preparation des corps, elle connait très bien. Il y a deux ans, ayant retrouvé trace des cinq responsables de la mort de son mari, elle decide de se venger et les tue un par un. Un jour, Blum découvre un article dans un magazine sa photo, en illustration pour presenter une exposition. Tout, du moins au depart, elle pense que c’est elle. Finalement, elle finit par découvre qu’il s’agit….de sa sœur jumelle.

Les crimes n’étant jamais impuni, la police finit par retrouver des morceaux de l’un des cinq corps faisant parti du trophée de Blum, dans un cimetière. L’équipe scientifique n’ayant pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin, poursuivent leur investigations.

Voyant que cela commence a sentir le roussi, Blum, finit par quitter les lieux, laissant sa maison et ses enfants, à la charge de Karl….

 

 

Mon avis

Personnellement, j’ai trouvé l’histoire un peu longue a démarrer, au moment ou je me demandais si il y allais enfin avoir de l’action, celle-ci s’est enfin mise en place. Et à partir de ce moment-la, autant vous dire que j’ai plus lâché le roman, jusqu’au denouement final. J’ai bien aimé le huit-clos qui s’est mis en place autour de Blum et de la famille de Björk. On sens bien que Blum c’est une femme qui a du cran et n’est pas prête a se laisser faire. Elle est prête a tout pour sauver sa famille. Je n’en dis pas plus et je vous laisse apprécier ce petit thriller.

Prendre les loups pour des chiens


Image associée

Auteur : Hervé Le corre
Titre : Prendre les loups pour des chiens
ISBN :9782743642013
350 pages  – Editions Rivages / Noir

 

Résultat de recherche d'images pour "Hervé Le corre"

Hervé Le Corre, né le 13 novembre 1955 à Bordeaux, est un auteur de roman policier.
Professeur de lettres dans un collège de Bègles, il est un lecteur passionné entre autres de littérature policière. Il commence à écrire sur le tard à l’âge de 30 ans des romans noirs et connaît un succès immédiat.
Il a obtenu plusieurs distinctions dont on peut citer :

Grand prix de littérature policière 2009
Prix Mystère de la critique 2005 et 2010
Prix Landerneau polar 2014

 

 

4eme de couverture :

Franck, environ 25 ans, sort de prison après un braquage commis en compagnie de son frère aîné. Il est accueilli par une famille toxique : le père, fourbe, retape des voitures volées pour des collectionneurs, la mère, hostile et pleine d’amertume, la fille Jessica, violente, névrosée, animée de pulsions sexuelles dévorantes et sa fille, la petite Rachel, mutique, solitaire et mystérieuse, qui se livre à ses jeux d’enfant. Nous sommes dans le sud de la Gironde, dans un pays de forêts sombres et denses, avec des milliers de pins qui s’étendent à perte de vue, seulement ponctués par des palombières. Dans la moiteur, la méfiance et le silence, un drame va se jouer entre ces êtres désaxés. Dans le prolongement stylistique des Cœurs déchiquetés, ce nouveau roman d’Hervé Le Corre saisit par son atmosphère et la force de ses personnages, ancrés dans un paysage angoissant, propice à l’épanouissement de passions vénéneuses. Entre le « country noir » des Américains et le roman noir du terroir à la française, Le Corre fait entendre sa voix inimitable.

 

Mon résumé

Je remercie ma compagne pour ce roman offert à l’occasion de mon anniversaire.

Comme pour beaucoup de livre que je lis, ca démarre tout doucement, ce qui laisse présager un profond ennui pour environ 300 pages et finalement après un démarrage assez lent, je prends un reel plaisir dans la lecture.

Franck, vient de sortir de prison après avoir commis un braquage en compagnie de son frère. C’est tout naturellement qui compte rejoindre son frère. Malheureusement, il ne semble pas être ou il le pensais. La famille dans laquelle il est gentiment accueilli, lui apprend qu’il est partit en Espagne pour régler quelques petites affaires et qu’il n’est sensé revenir que sous 3 semaines – 1 mois.

En attendant il va devoir vivre au sein de cette maisonnée, qui il va vite le comprendre n’est pas toute rose. Une seule personne semble sortir du lot et mérite qu’en y prête attention, la petite Rachel, la fille de Jessica la compagne de son frère. Il faut dire que sa mere n’est pas un reel soutien, elle prefere se droguer et est surtout portée sur le sexe. Franck va bien malgré lui, se faire entraîner dans une série de mésaventures pour le moins dangereuses et sanglantes. Son seul réconfort, retrouver au plus vite la trace de son frère.

 

Mon avis :

Si de prime abord la couverture ne laisse pas indiquer un roman noir ou polar, il n’en demeure pas moins qu’une fois entré dedans on entre dans du suspense et des rebondissements a n’en plus finir. Pour ma part ce qui m’a motivé est de connaitre le fin mot de l’histoire, et savoir ce qu’il est vraiment advenu du frère de Franck. J’ai adoré.

Satan etait un ange


Satan était un ange

Auteur : Karine Giebel
Titre : Satan était un ange
ISBN: 9782265098398
334 pages – Edition Fleuve noir

Emprunt de la bibliothèque

 

4eme de couverture : 

Tu sais Paul, Satan était un ange… Et il le redeviendra. Rouler, droit devant. Doubler ceux qui ont le temps. Ne pas les regarder. Mettre la musique à fond pour ne plus entendre. Tic tac… Bientôt, tu seras mort. Hier encore, François était quelqu’un. Un homme qu’on regardait avec admiration, avec envie. Aujourd’hui, il n’est plus qu’un fugitif qui tente d’échapper à son assassin. Qui le rattrapera, où qu’il aille. Quoi qu’il fasse. La mort est certaine. L’issue, forcément fatale. Ce n’est plus qu’une question de temps. Il vient à peine de le comprendre. Paul regarde derrière lui ; il voit la cohorte des victimes qui hurlent vengeance. Il paye le prix de ses fautes. Ne pas pleurer. Ne pas perdre de temps. Accélérer. L’échéance approche. Je vais mourir. Dans la même voiture, sur une même route, deux hommes que tout semble opposer et qui pourtant fuient ensemble leurs destins différents. Rouler droit devant, admirer la mer. Faire ce qu’ils n’ont jamais fait. Vivre des choses insensées. Vivre surtout… Car après tout, pourquoi tenter sans cesse de trouver des explications ?

 

 

Mon résumé

François avait une situation stable, plus que correcte, une femme qui l’aime. Vous allez me dire, bah alors tout roule. Ou est le problème. Il y a que François est malade, même très malade. Son médecin lui apprend qui à une tumeur au cerveau et qu’il li reste que peu de temps à vivre. Il décide donc de prendre le large afin de faire le point. Alors qu’il s’apprête a prendre l’autoroute, il découvre un auto-stoppeur au bord de la route, Paul.

Deux hommes que tout oppose, chacun, la mort aux trousses.
Rencontre improbable sur la route, entre un avocat et une petite frappe, et la fuite, alors que chacun ignore ce que l’autre fuit.
Un voyage initiatique, où chacun va se découvrir soi-même et retrouver l’empathie, l’affection, la tendresse, avec un regard neuf sur sa vie passée. Des morts, du sang, des larmes.

François, on comprend sa souffrance, son choix démesuré, son envie de rédemption.
Paul, un petit jeune plein de charme mais au regard brisé.

Au fil des pages on a qu’une envie : Se mettre du coté de François, fuir et jeter cet homme  qui décidément il connais bien mal, mais bien malgré lui il se fait avoir encore et encore.

 

Mon avis

Ça ne sera pas un secret, c’est du Karine Giebel et bien évidemment une fois de plus le livre n’a pas fait long feu. Lu en a peine 24 heures. Comme pour un apéro, on à l’impression que le verre à un trou.

Vous l’aurez compris, c’est un livre à lire absolument

%d blogueurs aiment cette page :