Pièces détachées


 

Auteur : Phoebe Morgan
Titre : Pieces detachées
Version : Numérique – Edition L’Archipel
ISBN: 9782809828245
Lien livraddict

 

Phoebe Morgan (Author of The Doll House)

Phoebe Morgan est auteure et éditrice. Elle a étudié l’anglais à l’Université de Leeds après avoir grandi dans la campagne du Suffolk.

Elle a déjà travaillé comme journaliste et travaille maintenant comme éditrice de crime et de fiction pour une maison d’édition pendant la journée, et écrit ses propres livres le soir.

Elle vit à Londres et vous pouvez la suivre sur Twitter @Phoebe_a_morgan. The Doll House est son premier roman.

 

 

 

 

4eme de couverture

Londres, janvier 2017. Corinne semble mener une vie sans souci. Pourtant, la jeune femme a déjà eu recours à trois tentatives de fécondation in vitro – sans succès. Mais cette quatrième fois, elle en est sûre, est la bonne. Sa dernière chance d’avoir un bébé.

Quand, un beau matin, elle découvre une étrange pièce de bois sur le pas de sa porte, elle y voit un signe du destin. Car cette petite cheminée appartenait à la maison de poupée que son père – mort il y a tout juste un an – avait fabriquée pour elle et sa sœur quand elles étaient enfants.

Puis, d’autres éléments de cette maison de poupée réapparaissent bientôt. Sur son bureau, dans sa cuisine….Elle prend peur. Qui s’introduit chez elle ? Qui l’espionne ? Et, surtout, pourquoi ?

 

 

Mon avis :

De prime abord ca semblait une lecture qui était faite pour me plaire, mais finalement je n’ai pas réussi a rentrer dedans. j’ai fait l’effort de le lire jusqu’au bout mais ça à pas fait tilt.  Peux-être qu’il plaira a quelqu’un d’autre et je le souhaite de tout coeur.

Je prefere donc ne pas faire de retour à NetGalley et Aux éditions l’archipel.

Bonnes lectures aux futurs lecteurs et lectrices de ce roman qui sort pour rappel le 2 avril 2020.

 

 

 

 

Méfiez-vous des contrefaçons


22301523

 

Auteur : Agnès Boucher
Titre : Méfiez-vous des contrefaçons
ISBN: 978-2-37011-138-8
Format numérique – Editions Hélène Jacob

 

Lecture faite dans le cadre d’un Service Presse en partenariat avec simplement.pro

 

Passionnée par l’Autre et l’écriture sous de nombreuses formes, Agnès Boucher est auteur, coach et fondatrice d’un cabinet de conseil en ressources humaines.

La lecture puis l’écriture ont toujours fait partie intégrante de sa vie…

La musique aussi, surtout classique, la nourrit, uniquement comme mélomane, hélas.

Enfin, les paysages sont importants, pour les grandes balades à l’aventure durant lesquelles son esprit se met en mode vagabondage… Longtemps ce furent les collines du Perche puis, durant quelques années, sa vie personnelle l’emmena dans les multiples sentiers de l’Oxfordshire, avant de revenir à ses chères préférences normandes…

Elle a écrit quelques docu-fictions pour France Inter. Elle a également publié des ouvrages en lien avec la musique classique, d’abord un essai : Comment exister aux côtés d’un génie ? Fanny Mendelssohn, Clara Schumann, Alma Mahler et les autres, puis un récit : Alma Mahler, naissance d’une ogresse, les deux chez L’Harmattan.

Paradoxalement, sa forme de prédilection est la fiction, sous forme de nouvelles ou de romans policiers. Méfiez-vous des contrefaçons est le premier d’entre eux.

 

4eme de couverture

Gide a écrit : « Famille, je vous hais ». De son côté, Woody Allen « préfère l’incinération à l’enterrement et les deux à un week-end avec sa famille »… La famille, on a beau la fuir, elle vous revient souvent dans la figure comme un boomerang faussement facétieux. Quand ce retour prend l’allure de jeu de massacre dans les rues de Paris, où les femmes tombent comme des mouches sous les doigts d’un tueur acharné, cela devient carrément insupportable… En même temps, Victoire Meldec ne voit pas pourquoi elle devrait se sentir concernée, même après sa rencontre musclée avec le meurtrier, et malgré ce que chacun s’acharne à lui répéter, jusqu’au commissaire Tahar Agnelli, indécrottable individualiste, finalement pas si insensible que cela au charme de la donzelle. Mais sommes-nous vraiment celui – ou celle – que chacun de nous prétend être ? Quels sont ces masques dont nous nous servons pour cacher nos peurs et nos désirs, enfouis au plus profond de notre inconscient, collectif ou individuel ? Tout cela peut-il finir un jour, et les Parisiennes profiteront-elles enfin du retour du printemps sans plus craindre le pire… ?

 

Mon résumé

J’avoue avoir eu beaucoup de mal a rentrer dans l’histoire. J’ai du attendre 25% du livre avoir vraiment de me mettre dedans et bien cerner les personnages.

On a affaire à deux personnages principaux : Victoire Meldec et Ludovique.

Victoire est le genre de personne qui veut absolument sa liberté et qui refuse obstinément qu’on puisse lui dicter sa conduire. Alors que le commissaire Agnelli est amené à l’interroger lors d’une affaire ou les meurtres s’enchaînent, il se heurte à un mur.

Victoire Médelec, est une lesbienne s’obstinant à fuir toute attache à cause, d’une enfance traumatique.

Ludovique, va devenir la copine de victoire, après seulement une semaine. Ce qui peux se deviner au fur et a mesure du roman mais qui se devine aussi aisément par le prénom utilisé.

Quant au criminel, son identité reste bien camouflée jusqu’à la fin, ne se laisse pas dévoiler avant les dernières pages. Belle performance d’un suspens bien tendu dans les chapitres qui lui sont consacrés où c’est lui le narrateur.

 

Mon avis :

Bilan, tout de même mitigé  pour ce roman, ou j’ai eu un peu l’impression de me perdre, surtout dans les prénom utilisés, j’ai eu parfois du mal a savoir qui est qui. Le seul point qui a réussi a me sauver c’est l’enquête policière. J’ai tout de même préféré les autres romans de l’auteure.

Carnets Noirs


Auteur : Stephen King
Titre : Carnets Noirs
ISBN : 978-2-226-38897-1
371 pages – EPUB

 

4eme de couverture

En prenant sa retraite, John Rothstein a plongé dans le désespoir les millions de lecteurs des aventures de Jimmy Gold. Rendu fou de rage par la disparition de son héros favori, Morris Bellamy assassine le vieil écrivain pour s’emparer de sa fortune, mais surtout, de ses précieux carnets de notes. Le bonheur dans le crime ? C’est compter sans les mauvais tours du destin… et la perspicacité du détective Bill Hodges.

Après Misery, King renoue avec un de ses thèmes de prédilection : l’obsession d’un fan. Dans ce formidable roman noir où l’on retrouve les protagonistes de Mr. Mercedes (prix Edgar 2015), il rend un superbe hommage au pouvoir de la fiction, capable de susciter chez le lecteur le meilleur… ou le pire.

 

Mon résumé

Morris Bellamy et deux de ses amis vont tuer l’écrivain John Rothstein afin de lui voler son petit pactole qu’il s’était mis de coté, mais également et surtout de très nombreux carnets Moleskin contenant des histoires qu’il n’avait pas encore publiées.

Morris va vouloir cacher son magot, le temps que ça se tasse et compte, durant ce temps, faire sa petite vie pépère. Oui mais ça, c’est sans compter sur la justice qui va le rattraper ! Pour le vol et le meurtre de Rothstein ? oh !! non, non . Il est accusé d’un viol et pour ça il va être inculpé de prison à perpet’ !

La personne qui l’accuse de viol, cessera finalement ses poursuites et Morris obtiendra une liberté conditionnelle.Une aubaine pour lui. Il va pouvoir récupérer la malle dans laquelle il avait caché son magot !

Comme si c’était si facile…..

 

Mon avis

Encore un très bon roman du maître que nous avons là. Moi qui avait lu Mr Mercedes, j’attendais avec impatience ce 2e volet et je me suis régalé…un peu trop vite peut-être, car maintenant il va encore falloir attendre la sortie du final .

En ayant fini ce roman, je me suis posé plusieurs questions  : Est-ce que Mr King, qui frôle les 65 ans, aurait peur d’être à la place de Rothstein et se faire tuer pour avoir ses manuscrits ? Peur que ses manuscrits partent en fumée ? Pourquoi avoir voulu évoquer le thème de l’écriture ?

Conclusion : Un très bon thriller 🙂