Publié dans Suspense, Thriller

Blood Orange


HARRIET TYCE - Blood orange - Romans policiers - LIVRES - Renaud ...

Auteur : Harriet Tyce
Titre : Blood Orange
Version : Broché – Editions La bête noire
Date de parution : 19 février 2019
ISBN: 9782221218556
Lien livraddict

 

About — Harriet Tyce

Originaire de Grande-Bretagne et diplômée d’anglais du Corpus Christi College de l’Université d’Oxford, Harriet Tyce a poursuivi ses études de droit à City University. Avocat pénaliste à Londres pendant dix ans, elle a quitté le Barreau après la naissance de ses enfants.

Harriet Tyce a obtenu un M.A. en écriture créative à l’Université d’East Anglia.
« Blood Orange » (2019), un thriller psychologique, est son premier roman.
Elle vit à Londres.

Source : Babelio
 

4eme de couverture

Alison Wood est avocate pénaliste. À mesure que sa carrière décolle, sa vie familiale se dégrade : elle passe ses journées à plaider et ses soirées dans les bars pour décompresser. Patrick, un collègue avec qui elle entretient une liaison toxique, souffle le chaud et le froid et l’humilie tout autant qu’il se sert d’elle. Pourtant, Alison n’arrive pas à décrocher.
Quand Patrick lui confie sa première affaire de meurtre, elle se plonge dans l’histoire de sa cliente, Madeleine, qui a poignardé son conjoint d’une quinzaine de coups de couteau. Au fil de leurs entretiens, Madeleine se livre : son mari diluait la pilule contraceptive dans son thé, examinait toutes ses dépenses, prenait toutes les décisions…
Petit à petit, leurs deux vies se font écho. Qui contrôle qui ? Et si, avant de défendre les autres, Alison commençait par se défendre elle-même ?

 

 

 

Mon résumé

Tout d’abord il faut savoir que ce n’est pas un livre que j’aurais choisi de moi même. C’est un livre qui à été sélectionné par une bibliothécaire à l’occasion du confinement. Vu que pendant cette période l’accès à ces bibliothèques étaient restreinte l’emprunt des livres se faisait sous forme de drive en donnant le thème de son choix.

Les premières pages de ce roman ne m’ont pas du tout emballé. Une avocate pénaliste qui ne parvient pas a construire sa vie de couple et a s’occuper de sa fille. Sa vie se résumant a son job d’avocate et ses sorties au bar et discothèques avec ses collègues. Avec çà elle trouve de temps d’avoir un amant.

Passé environ 60-70 pages, on se prend finalement dans l’histoire et on finit par ne plus lâcher le bouquin.

C’est en écoutant l’histoire de Madeleine qu’elle va prendre conscience de ses propres manques. Elle va vite se rendre compte qu’elle passe a coté de quelque chose, elle ne peut pas ignorer les éternelles remarques désobligeantes de son mari, qui commence sérieusement a être au bout du rouleau. Apres tout, c’est lui qui s’occupe presque exclusivement de leur fille, pendant que elle ne pense qu’a sortir et rentrer à pas d’heure complètement bourrée.

Lorsque pour une fois, Alison s’occupe de sa fille, elle a le malheur de la perdre. Pour son mari, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase….

 

 

 

Mon avis

Un très bon livre qui se lit assez bien même si le début ne donne pas vraiment envie. Le seul regret que je pourrais y trouver est une fin que je trouve un peu trop « baclé » mais aussi abracadabrantesque. Apres chacun pourra y voir que c’est que pur revanche mais personnellement j’aurais tout de même souhaité un happy end.

 

 

Publié dans Thriller

L’hôtel


36199362

Auteur : Yana Vagner
Titre : L’hôtel
ISBN: 9782375610824
508 pages – Mirobole Editions

 

 

VONGOZERO | Passion Polar

Yana Vagner, née en 1973, a grandi au sein d’une famille russo-tchèque. Elle a travaillé comme interprète, animatrice radio, responsable logistique. Vongozero  est son premier roman. Initialement publiée peu à peu sur le blog de l’auteur, cette histoire de survie magistrale a suscité un tel enthousiasme qu’elle a fait l’objet d’une enchère entre éditeurs. Elle a depuis été nominée au Prix National Bestseller, vendue au cinéma et traduite dans 4 pays.
Source : site de l’éditeur

 

4eme de couverture

«Un thriller impressionnant de justesse sur les affres d’une communauté plongée dans la peur.»

Dans la neige, une femme tente de regagner le chalet où elle voit ses amis boire et discuter tranquillement. A deux doigts de la porte salvatrice, elle trébuche et se fait poignarder. Ce n’est que le début d’un huis-clos angoissant dans un «Hôtel» situé en altitude et accessible en seul téléphérique. Neuf Russes – quatre hommes, cinq femmes – membres d’une équipe de tournage s’y sont retrouvés pour un séjour d’une semaine. L’endroit est pourvu de nourriture et de bois de chauffage en quantité. Mais les portables n’y captent pas de réseau. Et bientôt une tempête de glace coupe l’électricité. La découverte du cadavre provoque un choc parmi les personnages, surtout quand ils comprennent que le meurtrier se trouve parmi eux.

 

Mon avis : 

J’ai tout de suite été emballé par ce roman qui se déroule en huit clos, avec un meurtre à la clé, avec un climat montagnard on a tout les ingrédients pour un bon thriller.

Yana Vagner nous raconte l’histoire d’un groupe d’ami qui ont loué un luxueux Hôtel pour la semaine, perché sur une montagne. Mais très rapidement leur séjour va tourner à l’horreur: une des leurs est retrouvée morte. Ils se rendent rapidement à l’évidence, le tueur est parmi eux.

A la finale je me suis mortellement ennuyé, car au lieu d’avoir une vrai enquête digne de ce nom, on se retrouve plongé dans la vie personnelle de chaque protagoniste, et c’est loin de ce à quoi je m’attendais.

D’autre part les flash-back sont si long et embrouillés, qu’on a parfois du mal a faire la différence entre présent et passé.

Non vraiment ce roman est trop long pour ce qu’il est. Grosse deception pour ma part

 

Publié dans Thriller

la fille du train


Capture du 2015-10-11 09:11:17

 

Auteur : Paula Hawkins
Titre : La fille du train
ISBN : 978-2-35584-357-0
EPUB

Paula Hawkins (née le 26 août 1972) est une écrivaine britannique, connue pour son roman La Fille du train.Née au Zimbabwe, Paula Hawkins a vécu en France et en Belgique. Elle vit à Londres depuis 1989.
Elle a été journaliste pendant quinze ans avant de se consacrer à l’écriture de fiction.
« La Fille du train » (The Girl on the Train, 2015) est son premier roman. Les droits d’adaptation ont été achetés par Steven Spielberg avant même sa parution.

4eme de couverture

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 l’après-midi. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

 

On se met dans l’ambiance si particulière de La fille du train assez rapidement. On ne peut pas dire que l’on s’attache facilement à Rachel, non. La jeune femme est en train de sombrer, patauge à fond et n’essaye pas vraiment de s’en sortir. Incapable de se remettre d’une rupture qui a eu lieu quelques années plus tôt, elle se noie dans l’alcool, harcèle son ex-mari, se met dans des situations extrêmement gênantes et presque déstabilisantes. Et pourtant, on a envie qu’elle s’en sorte. On a envie de lui tendre la main, de l’aider à se relever et de l’accompagner dans cette enquête où personne ne la croit, parce qu’elle boit, parce qu’elle n’est pas un témoin fiable.

Personnellement j’ai eu beaucoup de mal a suivre car a chaque chapitre on change de narrateur et ça a de quoi agacer plus d’un lecteur…en tout cas moi ça a tendance a m’agacer.

Pour résumer, j’ai du mal a comprendre pourquoi on en a tellement entendu parler de ce livre car je l’ai pas trouvé si bien que ca.