Les galeries hurlantes


Auteur : Jean Marc Dhainaut
Titre : Les galeries Hurlantes
ISBN : 9782372580564
224 pages – format papier – Edition Tarnada

Sortie Officielle : 4 Juillet 2019

 

 

4eme de couverture : 

Karine, dix ans, joue avec un ami imaginaire. Tout ce qu’elle sait, c’est son âge et qu’il n’aime pas Alan Lambin, le spécialiste en paranormal que son père, désemparé et dépassé par une succession de phénomènes étranges, a appelé à l’aide.
Et si l’origine de tout cela se trouvait dans les anciennes galeries minières existant toujours sous ce village du Nord ? Le seul moyen d’accéder à ce dédale oublié de tous serait les sous-sols d’un hôpital abandonné et hanté par le souvenir de tous ceux qui y laissèrent leur vie, un matin d’hiver, treize ans plus tôt.

 

Mon résumé :

Je ne peux décemment pas commencer ce résumé sans évoquer la maison bleu horizon !!! Allons bon !!! J’en vois déjà certains ouvrir de grands yeux, en se disant, mais de quoi il nous parle la ! Bon, si vous vous sentez concerné, vous commencez bien mal et je vais devoir refaire votre éducation littéraire. Oui, oui, je vais devoir tout vous réapprendre, a commencer par le fait qu’on ne peut pas lire les galeries hurlantes si on a pas lu le génialissime 1er roman de Jean Marc Dhainaut : La maison bleu horizon

Si je prend le temps de vous en toucher un mot, c’est pas pour toucher des royalties, non, vous en parler ne me rapporte pas le moindre kopeck. C’est surtout pour que vous fassiez connaissance avec Alan Lambin, au combien grand spécialiste du paranormal et tout ce qu’il semble s’en rapprocher. Surtout ne lui parlez pas de fantôme et de revenants, sinon vous risqueriez de continuer a vivre dans une maison hantée ou du moins dans une demeure ou réside un esprit combien même celui-ci ne serait pas méchant.

Bon, avec tout ça vous devez commencer a vous demander peut être si je vais finir par parler de ce livre. Ok, ok j’y viens.

Alan Lambin, est appelé par un père, qui semble bien désemparé et ne sais plus quoi faire. D’un coté, il y a sa fille, âgée a peine d’une dizaine d’années, qui semble jouer avec un ami imaginaire, que seule elle-meme reussi a voir. D’un autre coté, il y a sa mère, qu’il héberge a son domicile, et qui ressasse sans cesse les mêmes paroles. Elle affirme que son mari, mineur, ne va pas tarder a rentrer. Elle est en train de lui tricoter un pull qu’elle compte bien lui offrir, pour se faire pardonner d’une dispute qu’elle a eu avec lui, le matin même. Cependant le matin en question, remonte déjà a de nombreuses années. En effet son mari, a disparu dans la mine alors que celle-ci etait en cours d’évacuation. Le mari n’a jamais pu sortir de la mine et est supposé mort enseveli.

Et sa femme dans tout ça ? Cccrriiii…attendez, mais….mais…qui êtes vous ??? et oui, son mari semble etre face a des apparitions.

A vu de tout ces événements, Alan décide, malgré la vision qu’il en a, de s’occuper de cette famille, qui semble bien désemparée. En voyant comment Alan mène son enquête, le père commence a perdre patiente et à s’énerver. Il finit par se dire qu’il perd son temps et n’a pas vraiment les moyens financiers pour faire face a une personne qui ne semble pas savoir ce qu’il fait. Il porte ce jugement lorsqu’il voit qu’Alan Lambin enquête en dehors de la maison, alors que tout ce qu’il doit y avoir a chercher pour résoudre tout ces mystères, c’est a l’intérieur qu’ils doivent se trouver, pas dehors !!!

 

Mon avis :

Vu la situation dans laquelle je me trouvais lorsque j’ai récupéré le livre, autant dire que je l’ai dévoré en un rien de temps. JE l’ai lu alors que j’étais en cours d’hospitalisation. Comme je le dis je l’ai dévoré, une écriture d’une telle douceur. Attention ne pas confondre douceur et livre jeunesse, on reste tout de même dans une histoire assez évoluée tout de même.

Je vous invite vivement a en faire l’acquisition, pour sa sortie, qui je le rappelle est prevue demain 😉  Et si vous ne l’aviez pas encore compris profitez en pour prendre en même temps la maison bleu horizon. Je vais même être bon prince et je vous donne lie lien qui va bien : https://www.taurnada.fr/catalogue/fantastique/la-maison-bleu-horizon/

 

Mortel Sabbat


Mortel sabbat ebook by Douglas Preston,Lincoln Child

 

Auteur : Preston & Child
Titre : Mortel Sabbat
ISBN :9782809819083
Format Kobo

 

4eme de couverture : 

Pendergast est contacté par Percival Lake, un sculpteur à qui on a volé une collection de vins rares. En compagnie de Constance Greene, Pendergast se rend à Exmouth, petit village de pêcheurs situé au nord de Salem, dans le Massachusetts. En examinant la cave pillée, Pendergast découvre, derrière les rayonnages, une niche secrète ayant abrité un corps. Le vol des précieux flacons ne serait donc qu’un leurre destiné à masquer la disparition du squelette… Peu après leur arrivée, un historien qui enquêtait sur le naufrage d’un navire, à la fin du XIXe, est assassiné. Son corps mutilé et recouvert de symboles sataniques est retrouvé dans les marécages. Puis c’est au tour du notaire local de subir le même sort… Des marécages hantés par une bête humaine, les souterrains d’une église en ruine abritant les sabbats d’adorateurs de Lucifer et du démon Morax… Voilà qui pourrait se transformer en piège mortel pour Pendergast…

 

 

Afficher l'image d'origine

Conversion


Afficher l'image d'origine

Auteur : Katherine Howe
Titre : Conversion
ISBN : 978-2-253-13293-6
605 pages –

 

Katherine Howe

 

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Houston, Texas , 1977

Biographie :

Katherine Howe, jeune historienne est spécialiste en sorcellerie.

Katherine Howe est elle-même descendante de deux sorcières de Salem, Elizabeth Howe et Elizabeth Proctor. Elle vit dans le Massachusetts à Marblehead (à côté de Salem) avec son mari, l’historien Louis Hyman, et toutes sortes d’animaux.

 

source : Babelio

 

 

4eme de couverture : 

Colleen, Deena, Emma et Anjali sont en terminale dans le prestigieux lycée St Joan. Colleen est sur le point d’être acceptée à Harvard et ne pense plus qu’à cela. Un jour de janvier, une de ses camarades est prise de convulsions. Très vite, d’autres élèves présentent d’étranges symptômes : perte de cheveux, paralysie, quintes de toux. La presse s’empare de l’affaire, un vent de panique souffle sur St Joan. Mais pas question pour Colleen de se laisser déstabiliser : elle doit travailler sur la pièce Les Sorcières de Salem, d’Arthur Miller. Et ses recherches la mènent en 1692, au moment du procès des sorcières de Salem, à la rencontre d’Ann Putman qui fit semblant d’être ensorcelée. Les époques se croisent, les drames se nouent. Qu’arrive-t-il aux élèves de St Joan ? Et si la réponse se trouvait dans le passé, trois siècles plus tôt. ?
Conversion est un roman élégant et complexe qui allie l’univers contemporain d’un lycée prestigieux, à celui d’un XVIIe siècle marqué par la panique et l’horreur du procès de Salem. New York Times.

 

Mon résumé : 

Conversion c’est deux histoires en une.

D’une part ,  Colleen élève en terminale dans un prestigieux lycée américain à Danvers dans le Massachusetts. On y trouve des histoires de cœurs, d’amitié. Toutes les lycéennes en arrivent à l’étape de devoir choisirent sa filière qui sera la leur pour l’année suivante, et Colleen est sur le point d’être acceptée à Harvard ce qui n’est pas rien quand même. C’est une école réputée.
Vous allez me dire c’est bien beau tout ca, mais pourquoi alors ce titre si c’est juste une histoire de lycéennes ?

Si l’on se base sur ce que raconte Wikipedia voici ce qu’on trouve :
Un trouble de conversion (ou trouble dissociatif de conversion) est une condition durant laquelle un patient présente des symptômes neurologiques tels qu’une paresthésie, une cécité, une paralysie ou autres déficits similaires.
Tout de suite l’histoire à l’eau de rose tourne vite au vinaigre ! Bon, bref passons.

D’un autre coté on trouve une histoire qui se passe en 1706.
C’est Ann Putnam, une des jeunes filles qui a joué un rôle dans le drame des sorcières de Salem au 17ème siècle. Elle a fait semblant d’être ensorcelée avec d’autres jeunes filles et cela a entraîné toute une communauté à commettre l’irréparable : beaucoup de personnes ont été condamnées injustement.

Oui, et ? Et bien voila :

Dans le lycée de Colleen, l’une des étudiantes est prise de convulsions de façon inexplicable. Puis c’est au tour d’autres élèves de présenter des troubles étranges (perte de cheveux, paralysie…) Les médias sautent sur l’affaire et forcement la peur s’empare des élèves et de leurs parents. Or la compétition est toujours présente et Colleen veut à tout prix réussir sans se laisser distraire par ces événements. Elle doit travailler sur la pièce d’Arthur Miler, les sorcières de Salem, de plus elle reçoit des textos d’une personne inconnue l’incitant à lire cette pièce et à s’y intéresser. Elle découvre que Danvers c’est l’ancien nom de Salem …..

 

 

Mon avis :

Il s’agit du dernier livre que j’ai reçu dans la box littéraire du mois d’octobre et je dois dire que je ne suis pas du tout déçu. Si je devais recommander un livre de cet auteur, je recommanderais déjà celui-ci, on ne s’ennuie pas le moins du monde et on a hâte de tourner toujours de plus en plus vite les pages, afin de connaitre le dénouement de cette maladie mystère.

Le bazar des mauvais reves


Le bazar des mauvais rêves par King

Auteur : Stephen King
Titre : Le bazar des mauvais rêves 
ISBN : 978-2-226-42145-6
626 pages – EPUB

 

4eme de couverture :

« J’ai écrit ces nouvelles rien que pour vous.
Mais attention ! Les meilleures ont des dents… » Stephen King
Un homme qui revit sans cesse sa vie (et ses erreurs), un journaliste qui provoque la mort de ceux dont il prépare la nécrologie, une voiture qui dévore les badauds… 20 nouvelles pour la plupart inédites, précédées chacune d’une introduction du maître sur les coulisses de leur écriture.

 

C’est avec plaisir que je me suis plongé dans ce nouvel ouvrage du maître de l’horreur. De plus, on a la un recueil de nouvelles, de quoi varier un peu les plaisirs des histoires qui tiennent en haleines sur environ 300-400 pages.

S’agissant de nouvelles, je ne vais pas les détailler mais juste évoquer celles que j’ai préféré et peut-être cela vous donnera-t-il envie de découvrir le livre.

Avec ce livre, Stephen King casse avec ses habitudes ou il nous annonçait des le départ a quoi on était sensé s’attendre. Non cette fois-ci, il nous raconte avant chaque nouvelle, comment celle-ci a germé dans sa tete et je trouve ça bien.

 

Sale gosse : 

Résumé de l’éditeur

« Souvenez-vous, ça revient sous les traits d’un enfant… »
Un gamin diabolique qui provoque immanquablement la disparition de vos proches, un sale gosse qui a conduit le comptable George Hallas dans le couloir de la mort. Et qui pourrait bien un jour croiser votre chemin…

Une nouvelle qui n’est pas inedite, puisque Stephen king avait souhaité l’ecrite en remerciement de l’accueil qui lui avait été fait lors de sa venue en Europe en 2013. Elle avait pour l’ocassion été editée uniquement en version numerique. C’est seulement maintenant qu’on la retrouve dans cet ouvrage.

 

Mile 81 : 

Au 81e mile de l’Interstate 95, il y a une aire de repos fermée au public où les lycéens boivent de l’alcool et s’attirent des ennuis. Pete Simmons, âgé de dix ans, s’éloigne de son grand frère censé le surveiller et trouve une bouteille de vodka et des magazines pornographiques. Il boit suffisamment pour tomber dans un sommeil éthylique. Une voiture couverte de boue arrive dans l’aire de repos, renversant au passage les signalisations indiquant sa fermeture, mais personne n’en sort lorsque sa portière s’ouvre.

Tout comme Sale gosse, cette nouvelle n’est pas inédite puisqu’elle avait été éditée le 1er septembre 2011 et pour celle-ci aussi , au format numérique seulement, mais pour ma part je ne l’avais pas encore trouvé en version française. Ça a été un vrai plaisir de pouvoir enfin la lire et j’ai vraiment adoré l’histoire. Comme vous pouvez le voir en lisant le résumé de l’histoire, on baigne ici dans l’horreur et pour ma part je m’imagine tellement bien la scène, que je vois tout de suite un scénario digne d’un film d’horreur.

 

Ur : 

Wesley Smith, professeur d’anglais, achète un Kindle et découvre que celui-ci a une fonction spéciale qui lui permet d’avoir accès à des livres provenant d’univers parallèles.

J’ai adoré cette nouvelle ou on plonge dans un univers parallèle au travers d’une liseuse. Ce qui fort dans cette nouvelle c’est que non seulement le coût de la liseuse n’est pas n’est pas débité au professeur d’anglais mais de plus, quand il achète des livres trouvés grâce a la fonction UR de la liseuse, ceux-ci non plus n’apparaissent pas en débit.

 

À la dure : 

Brad Franklin apprend que des exterminateurs de vermine doivent venir désinfecter l’appartement voisin. Il laisse une note à sa femme endormie et part au travail.

Cette nouvelle n’a été éditée que dans une réédition en version poche de Nuits noires, etoiles mortes. Pour ma part j’avais acheté comme bien souvent avec les livres de Stephen King, la première version car j’achète presque toujours ces livres dans les premiers jours de leurs sorties et par conséquent j’avais pas eu l’occasion de lire cette nouvelle. Voici chose faite.

 

Ce bus est un autre monde :

Wilson se rend en taxi à un rendez-vous crucial pour sa carrière. Alors que le taxi est à l’arrêt, il voit un homme tuer une femme dans un bus à côté. Le taxi redémarre et Wilson doit prendre une décision : faut-il qu’il signale ce qu’il a vu au risque de rater son rendez-vous ?

Je pense que dans cette nouvelle, il faut y détecter une morale : Lorsque 2 options cruciales se présentent, comment faire pour choisir la meilleure au détriment de l’autre ? Grand dilemme ! Il faut toujours peser le pour et le contre.

 

 

Angemort


Afficher l'image d'origine

 

Auteur : Sire cédric
Titre : Angemort
ISBN : 978-2842-283766
278 pages

 

4eme de couverture

Un mystérieux collectionneur amateur de cadavres. Une jeune fille dotée d’un don de voyance très particulier. Une âme d’ange cherchant à semer de dangereux poursuivants. Des criminels n’hésitant pas à tout ravager sur leur passage pour récupérer leur proie.
Un roman délirant, mêlant aventures et horreur, par Sire Cédric, l’auteur de  » Déchirures « .

 

Mon avis

Angemort, c’est l’histoire d’un ange qui se fait kidnapper et dépecer par une nécromancienne. L’âme de l’ange, cependant, arrive à se glisser dans la peau qui lui est arrachée tout entière. Le jardinier de la nécromancienne, amoureux de l’ange, la vole alors. Mais elle lui est à son tour volée (alors qu’il se fait dévorer vivant par les ombres de la nécromancienne qui recherche son bien) par un revendeur d’objets bizarres, pour un acheteur nécrophile (oui oui) nommé Cheverny.

Et donc tout au long de l’histoire la nécromancienne recherche l’âme de l’ange, qui se trouve chez Cheverny, avec sa jeune servante Jad, qui elle aussi a des pouvoirs spéciaux.
Les personnages sont à la limite de la caricature mais parfaitement défini les uns par rapport aux autres. On s’attache aux deux héros et on déteste très vite les deux antagonistes.
Cheverny, collectionneur morbide, excentrique et milliardaire vient d’acquérir une sublime peau humaine d’une blancheur sans pareil, et surtout sans aucun défaut. Il va installer sa merveilleuse relique au fond de ses catacombes où il a élu domicile avec Jad, son employée et amante à l’occasion. Si Cheverny collectionne les morts et morceaux de morts, Jad elle collectionne les livres. Ce qu’il ne sait pas, c’est que Jad a le DON. C’est une sorte de médium. Un simple contact et elle entrevoit les pensées et le passé. En un mot, elle communique avec l’âme des gens, des choses. L’âme de l’Ange, réfugiée dans la belle peau immaculée, va la prévenir de l’attaque imminente de Maddalena.

Maddalena est le personnage odieux par excellence, mais il n’en sublime que plus les autres. Cheverny également est à baffer, mais Sire Cédric lui prête un bon humour et le met dans des situations tellement cocasses.

Je clôturerai en disant que ce roman est comme le dit l’auteur lui-même trash, je dirais même très trash, c’est assez spécial et les âmes un peu sensibles doivent passer leur chemin.

Le 5eme regne


 

Auteur : Maxime Chattam
Titre : 5eme règne
ISBN :978-2266143776
EPUB

 

4eme de couverture

Il sont cinq adolescents emmenés par Sean-le-rêveur, des gamins sans histoires. Ils vivent à Edgecombe, une petite ville de Nouvelle-Angleterre bordée de forêts séculaires. Il ne s’y passe pas grand chose, jusqu’au jour où ces cinq-là trouvent un vieux livre dans un grenier poussiéreux. La tempête aurait dû les avertir, ils auraient dû se douter que ça n’était pas bon signe. Mais ils l’ont ouvert.Et le Mal est apparu. D’abord les yeux rouges et menaçants, tapis dans les recoins sombres de la ville, ensuite ces hommes au charisme effrayant, semblables à des vampires. Et puis il y a ces enfants qui disparaissent inexorablement, les uns après les autres, on ne retrouve que leurs corps mutilés.L’automne se profile, les orages se multiplient, tandis que Sean et ses amis cherchent dans le grimoire une solution à cette terreur qui s’abat sur Edgecombe. Et si ce livre détenait la réponse au plus grand mystère de l’Homme… ? Ce qui se cache après la mort… Et s’il ne fallait en aucun cas tourner ces pages… ? Et si..

Mon résumé :

L’histoire se passe dans la petite ville d’Edgecombe, en temps normal il ne se passe pas grand chose mais en ce moment le shérif ne cesse de se ressasser ces enfants qui disparaissent ou sont retrouvés assassinés et son esprit ne sera apaisé que lorsqu’il aura découvert l’auteur de toute cette histoire. Quand a Sean et sa bande de copain, ils mènent une lutte contre une bande qui ne pense qu’a se bagarrer….

Sean suit un rituel depuis longtemps : aller voir son grand père a la maison de repos, ou il est depuis la mort de sa femme. Un jour, lors d’une visite, celui-ci lui dit que si il le souhaite il peut prendre ce qu’il l’intéresse dans tout le fourbi qui traîne au grenier de son ex-maison. Aussitôt dit, aussitôt fait….Sean et sa bande de copain se rend explorer le grenier.
Un de ses copain prend peur en entendant du bruit et fini par casser un meuble. En voulant constater les dégâts, ils découvrent un livre qui s’apparente par la couverture a un grimoire.

La bande de copain va bientôt finir par se rendre compte que ce livre va leur apporter beaucoup plus de problèmes qu’il ne va leur apporter du bonheur.

 

Mon avis :

Jusqu’à présent j’étais habitué a des roman thriller de Maxime Chattam, alors quand je suis tombé sur ce roman et que j’ai vu qu’on sortait complètement de ce registre, j’ai été surpris. Et quelle surprise ! J’ai pas du tout été déçu, l’histoire est tellement bien amené, un peu a la manière suspense, qu’on s’attache a la bande de copain de Sean et les pages s’envolent a une vitesse qui nous dépasse complètement.

Je finirais en disant que j’ai adoré.