Publié dans Documentaire, Histoire vécue

127 heures


10139607

Auteur : Aron Ralston
Titre : 127 heures
Version :  Broché – 302 pages – Edition Michel Lafon
ISBN: 9782749913728
Lien Livraddict

 

4eme de couverture

Le 26 avril 2003, Aron Ralston, jeune homme de vingt-sept ans, se met en route pour une randonnée dans les gorges de l’Utah. Alpiniste expérimenté, il collectionne les plus beaux sommets de la région. Pourtant, au fin fond d’un canyon reculé, l’impensable survient : un rocher se détache au-dessus de lui et emprisonne son bras dans le mur de rocaille. Le voilà pris au piège, menacé de
déshydratation et d’hypothermie, en proie à des hallucinations… 127 heures plus tard, comprenant que les secours n’arriveront pas, il prend la plus grave décision de son existence. S’il vaut survivre,
son seul espoir est de s’amputer le bras. Au-delà d’un récit d’aventure, au-delà d’un film qui déchaîne déjà les passions, 127 heures est le vrai témoignage édifiant d’un homme qui a su aller au bout de lui-même et reconquérir sa liberté coûte que coûte.

Titre original : 127 hours: Between a rock and a hard place (2004)

 

Mon résumé

J’avais vu le film il y a quelques années. Je tenais a en lire l’histoire de la main même ( celle qui reste toutefois) de l’auteur. Tout d’abord, revenons sur le titre « 127 heures », ceux qui ne connaisse par l’histoire, c’est le nombre d’heure qu’a du vivre un alpiniste chevronné de presque 30 ans, dans un canyon avant d’être secouru. Je peux vous dire que regarder le film a de quoi refroidir mais lire les descriptions que Aron Ralston en fait de ce par quoi il est passé a de quoi donner des frissons pour un moment, au point d’avoir envie d’arrêter la lecture.

Bref résumé des circonstances qui ont amenées Aron Ralston a faire ce livre. Aron Ralston comme je l’ai évoqué est un Alpiniste chevronné, au point d’avoir eu l’idée avec des connaissances alpinistes également d’avoir envie de gravir les plus hauts sommets. Certains sommets, Aron les a gravis seul, et c’est le cas encore ce jour la, sauf que contrairement aux autres fois, il n’a prévenu personne, son entourage était seulement au courant qu’il partait dans l’utah. Alors que tout semble se passer parfaitement, un rocher se détache au dessus de lui et fini sa course entre un autre rocher et son bras….Commence alors une longue descente aux enfers, malgré plusieurs tentatives et après avoir mûrement réfléchi aux différentes solutions qui s’offrait a lui pour se dégager, une seule semble être la seule et unique solution : l’amputation.

Il va réfléchir de long jours avant d’envisager cette solution ultime, mais au bout de 4 jours il se rend à l’évidence, il n’y a pas d’autre choix. Tenter de déplacer ce caillou qui lui bloque le bras n’est même pas envisageable car même si il évalue le poids de ce putin de caillou à a peine 100 kilos, il s’avère finalement que le poids s’exprime plutôt en tonne….

En faisant l’inventaire de ce qu’il possède il se rend assez vite compte qu’au niveau nourriture et boisson il n’est pas bien fourni. Quand bien même il puisse se passer de manger, comment fera-t-il quand sa gourde sera vide (quand bien même il se rationnerait). Il a bien la solution mais encore une fois il aimerais l’éviter.

 

Mon avis

Certes comme vous vous en êtes bien rendu compte par vous même, je sors de ma zone de confort, mais je tenais absolument a lire ce documentaire vécu. Comme déjà dit cela m’a chamboulé et touché au plus profond de moi. J’ai du mal a me dire que dans des circonstances exceptionnelles, on peut être amené a se faire mal soi-même et devoir se mutiler. Comme on le vois dans ce livre, l’issu aurait pu être dramatique, mais on ne peut que se féliciter de l’état dans lequel Aron Ralston ressort d’une telle expérience.

Publié dans Documentaire

Comprendre le code ISBN d’un livre


Bonjour a tous,

Peut-être que comme moi, un jour, vous avez voulu savoir ce qu’était l’ISBN ou si toutefois vous savez ce que c’est, vous souhaitez peut-être savoir comment il est construit.

Pour les novices l’ISBN est l’autre nom donné au code barre situé sur chaque livre et ce de par le monde. Celui-ci ne sera pas identique pour un même livre donné sachant qu’il dépend dans un premier temps du pays dans lequel est edité le livre. En détail c’est quatre petites lettres signifient International standard book number  ou en français numéro international normalisé du livre. Créé en 1970, il identifie de manière unique chaque édition de chaque livre publié. Au départ composé de 10 chiffres, il est passé en 2007 à 13 chiffres afin d’être en adéquation avec la norme utilisé pour tous les codes barres qu’on trouve désormais dans la distribution, mais également aussi par « peur » de pénurie de code ISBN 10.

 

L’isbn 10 : 

Si on se barre sur le code isbn suivant : 2-7654-1005-8

Voici comment il se décompose :

  • Le premier élément (2 dans l’exemple ci-dessus) est le Domaine ISBN, c’est-à-dire la zone de chalandise ; ce peut-être une zone linguistique, une région ou un pays.
  • Le second élément (7654 ci-dessus) est le numéro d’éditeur. Il identifie un éditeur actif dans la zone de chalandise.
  • Le troisième élément (1005 ci-dessus) est un numéro de publication attribué par un éditeur à une de ses publications selon certaines règles.
  • Enfin le quatrième élément (8 ci-dessus) est la clé de contrôle.

 

L’isbn 13 :

 

La méthode est simple :

  • les trois premiers chiffres du code GTIN-13 indiquent le pays du producteur ou du distributeur de l’article. Les codes 978 et 979 n’étant pas attribués, on les a affectés au livre. Les codes 978 et 979 désignent donc « Bookland » – le Pays du Livre. Le code 978 est le premier utilisé et le code 979 sera employé au fur et à mesure des besoins.
  • pour être compatible avec tous les systèmes GTIN-13 installés, la clé de vérification de l’ISBN-13 (dernier chiffre du code) est calculée selon la même méthode que pour le code GTIN-13.

 

Bien sur, l’attribution de code ISBN reste reglementé. En france c’est l’AFNIL* qui gere l’attribution des codes ISBN (*Agence francophone pour la numérisation internationale du livre).

Pour plus de details, je vous donne quelques liens utiles :

Publié dans Documentaire, Littérature Française, Service Presse, Suspense, Tag, Thriller

C’est lundi, que lisez-vous ?


 

« C’est lundi que lisez-vous » est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Repris par Mallou puis Galleane.

Le principe de ce rendez-vous est simple, il faut répondre à trois questions chaque lundi:

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment?
Que vais-je lire ensuite ?

 

 

Ce que j’ai lu la semaine dernière :

39888861 Couverture Le colis

 

 

 

Ce que je suis en train de lire :

Cette semaine je commence cet ouvrage obtenu à l’occasion de la masse critique de Fevrier 2019
44182664

 

 

 

Ce que je vais lire ensuite :

Encore une fois il s’agit d’un service presse, et il m’arrive de lecteurs.com
44191188

 

 

Et vous, comment se présente ce début de semaine livresque ?

 

Publié dans Documentaire, Littérature Française, Service Presse, Thriller

Reception de services Presse


Bonsoir a tous,

Et voila, on y est !!! Et oui, c’est la période où il y en a presque plus qu’on ne l’espérait, mais bon au moins c’est signe que les éditeurs nous font confiance donc on va pas se plaindre quand meme.

Je tenais donc a vous presenter mes arrivées récentes de cette dernière semaine :

  • la premiere arrivée devait être avant-hier:  Le monde selon Victor Hugo de Michael Winock, couplé a un DVD de musique classique (opera). Envoyé en partenariat avec lecteurs.com

 

 

  • Aujourd’hui, ce n’est pas un mais deux colis qui m’attendaient et pour un des deux j’avais presque oublié que je devais le recevoir, c’est dire :

* Génération internet du professeur Jean.M.Twenge envoyé en partenariat avec Babelio (Masse critique)

* Le colis de Sebastien Fitzek en partenariat avec les editions l’archipel

 

 

  • Hors categorie : un service presse offert par les editions Albin Michel : Laurie de Stephen King

 

 

Et je ne parle pas du roman, qu’un auteur d’origine suisse (non non pas la peine de m’arracher son nom je serais muet comme une carpe) risque de m’envoyer des sa prochaine sortie 🙂

Publié dans Documentaire, Partenariat

Le coup du lapin


Auteur : Didier Paquignon
Titre :  Le coup du lapin et autres histoires extravagantes
ISBN: 9782370551603
Format papier – Edition le tripode

 

Je remercie lecteurs.com et les editions le tripode pour leur confiance pour m’avoir envoyé ce livre

 

Avec ce livre je sors complètement de ma zone de confort. Pour rappel, la lecture de romans policiers et thriller.

Ici, l’auteur est un artiste peintre contemporain. Il a réussi a dénicher des faits divers, qui pour certains sont pour le moins extraordinaire et d’autres tellement tirés par les cheveux qu’on auraient presque du mal a y croire.

Pour illustrer chaque histoire Didier paquignon, les accompagne q’une peinture de son cru. On peut dire sans hésiter que certaines sont loufoques et complètement surréalistes. L’artiste arrive parfaitement à mettre en adéquation histoire et peinture, sans que cela choque plus que ca.

Franchement chapeau l’artiste.

 

Si vous voulez en savoir plus sur l’ouvrage : Le coup du lapin et autres histoires extravagantes

Publié dans Aventure, Documentaire

premier de cordée


Couverture Premier de cordée

Auteur : Roger Frison-Roche
Titre : premier de cordée
ISBN : 9782253003946

 

 

Résultat de recherche d'images

 

Roger Joseph Fernand Frison-Roche, né le 10 février 1906 à Paris 8e et mort le 17 décembre 1999 à Chamonix-Mont-Blanc où il est enterré, est un alpiniste, explorateur et écrivain français.

Premier de cordée est un roman de Roger Frison-Roche écrit pendant son séjour à Alger entre 1938 et 1940, achevé en 1941 (le manuscrit est daté de 22 février) et paru en France en 1942. Il est le premier épisode d’une trilogie qui se poursuit par La Grande Crevasse et Retour à la montagne.

 

 

4eme de couverture

« Alors en équilibre sur un clou de soulier et le corps collé à la paroi, il se concentre pour tenir. Il sentit tout à coup que sa jambe était prise d’un tremblement de fatigue, il fit un brusque mouvement pour retrouver la prise de main, mais déjà il basculait. Ses doigts griffèrent le granit sans l’accrocher et il tomba à la renverse sans pousser un cri. » Pour ramener à bon port le corps de son père, foudroyé en pleine ascension, Pierre est prêt à braver tous les dangers. À Chamonix, les guides se mobilisent: Servettaz était le meilleur d’entre eux. La montagne est une redoutable tueuse, elle sélectionne impitoyablement ses victimes. Celles-ci le savent bien qui la consomment comme une drogue, et la portent dans leur sang. Une histoire de passion, au courage et à la solidarité des hommes.

 

Mon résumé :

Ceci est un roman que j’ai reussi à trouver lors d’une brocante de livres organisé par Amnesty International.
N’ayant pas encore reçu la kube de juin, j’avais décidé de piocher dans la PAL et c’est celui qui est sorti.

Pierre veut faire comme son père, être guide de haute montagne , mais Jean à toujours refusé, estimant que c’est trop de risque. Il suit donc une formation pour être hôtelier, et ne pratique la montagne qu’en tant que loisirs.

Un jour, son père part aux drus, accompagné d’un porteur pour accompagner un client au sommet. Un orage se lève pendant la montée, mais Warfield insiste pour continuer, disant qu’il a payé pour monter au sommet. Ils arrivent sans encombres au sommet, mais au retour, alors que l’orage se déclenche violemment, Jean est foudroyé sur une petite terrasse en contrebas. Georges, encore sous le choc, réussit à ramener le client sain et sauf, mais perd ses pieds, gelés pendant la descente. Une cordée part quelques jours plus tard pour tenter de récupérer le corps. Pierre décide de la rejoindre ; accompagné de ses amis, il se lance donc dans une escalade périlleuse.

 

Mon avis

Un très bon roman sur la montagne et les risques que court les guides de hautes montagnes, afin de satisfaire toujours plus, les personnes novices, qui ont beaucoup de mal a se rendre compte des dangers de la montagne.

Même si ils sont pas nombreux, un dictionnaire à portée de main, peut être un plus pour comprendre les quelques termes spécifiques à la montagne.

Ce livre est le début d’une trilogie et je ne dis pas que je ne lirais pas les 2 autres si j’en avais l’occasion.

Publié dans Documentaire, Histoire vraie

Camille, mon envolée


Camille, mon envolée par Daull

Prix littéraires Les Lauriers Verts - Révélation Prix : Prix littéraires Les Lauriers Verts – Révélation (2015)

 

Auteur : Sophie Daull
Titre : Camille, mon envolée
ISBN : 9782253068747
188 pages

 

Sophie Daull

Nationalité : France

Biographie :
Sophie Daull est née dans l’Est de la France. Comédienne, elle vit à Montreuil et travaille partout.
« Camille, mon envolée » est son premier roman. Suivra « La suture », dans lequel l’auteur se penche sur la passé de sa maman.

 

 

 

4eme de couverture

Dans les semaines qui ont suivi la mort de sa fille Camille, 16 ans, emportée une veille de Noël après quatre jours d’une fièvre sidérante, Sophie Daull a commencé à écrire.
Écrire pour ne pas oublier Camille, son regard « franc, droit, lumineux », les moments de complicité, les engueulades, les fous rires; l’après, le vide, l’organisation des adieux, les ados qu’il faut consoler, les autres dont les gestes apaisent… Écrire pour rester debout, pour vivre quelques heures chaque jour en compagnie de l’enfant disparue, pour endiguer le raz de marée des pensées menaçantes.
Loin d’être l’épanchement d’une mère endeuillée ou un mausolée – puisque l’humour n’y perd pas ses droits –, ce texte est le roman d’une résistance à l’insupportable, où l’agencement des mots tient lieu de programme de survie: « la fabrication d’un belvédère d’où Camille et moi pouvons encore, radieuses, contempler le monde ».

 

Mon résumé

Ce livre est plein d’émotion. Il est issu d’une histoire vraie ou on suis le parcours d’une mère face au cancer de sa fille. Un calvaire qui va durer 4 jours jusqu’à sa mort.

Un sentiment d’injustice, d’erreur médicale me gagne vite. Une enfant foudroyée, que la mort est venue prendre la veille du réveillon de Noël, des parents laissés, abandonnés par la vie à un moment où tout devait être joie

Sophie Daull nous décrit tous les sentiments par lesquels elle passe avec le papa, la panique devant les médecins qui ne prennent pas le mesure du problème et leur délivrent simplement une ordonnance de Doliprane. Oui,oui, une ordonnance de doliprane !!!! Une fille qui lutte des heures et des heures, les médecins ne cherchent même pas a comprendre si il n’y aurait pas autre chose qu’un simple mal de tete. Cela devient malheureusement de plus en plus courant de nos jours,

Comment prouver qu’il y a eu erreur médicale ? grand dilemme !

Ensuite il y a les  remords, la culpabilité, l’ hyperactivité pour ne pas sombrer, la préparation de la cérémonie le soir du réveillon et les jours suivants, les mauvaises pensées, la hantise de ne jamais connaître la cause de sa mort.

Dans les jours d’après nous distribuerons tes soixante-dix-sept peluches, une par une ou deux par deux, à des fossés dans les campagnes, à des clairières, à des rochers. C’est joli, ces ours, ces lapins, ces petits chats abandonnés sur les tapis de mousse, prenant la pluie sous les marguerites.”

 

Mon avis

L’histoire est assez triste pour qu’on veuille arrêter la lecture en cours de route, cependant j’ai quand même été au bout. Le parcours de cette mère nous fait nous poser de nombreuses questions sur les erreurs médicales. On espère tous que ça nous arrivera pas a nous même, on ne sait pas trop comment on réagirait.