L’armenien


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Carl Pineau
Titre : L’armenien
ISBN: 1026210844
330 pages – Edition Librinova

 

Résultat de recherche d'images pour "Carl Pineau"

Né en 1966 à Nantes, Carl Pineau commence très tôt à fréquenter la vie nocturne de la ville. Il est encore très jeune lorsqu’une discothèque l’embauche pour animer les soirées. Les lieux cultes nantais deviennent pour lui un univers familier.

À 21 ans, il quitte le monde de la nuit et reprend des études.

Nantes est sa ville de cœur. Pourtant, en 2009, avec sa femme et ses deux enfants, il décide d’aller voir le monde pour réaliser son rêve d’enfant: écrire.

source : carlpineau.fr

 

 

4eme de couverture

Nantes, 22 décembre 1989. Le cadavre de Luc Kazian, dit l’Arménien, est retrouvé en forêt de Touffou. Deux balles dans la peau, et partiellement calciné. Assassiné. Mais par qui ? Et qui était vraiment l’Arménien ? Un trafiquant de cocaïne notoire, comme le pense l’inspecteur Greg Brandt ? Un copain de virées avec qui écumer les bars et draguer les filles, comme le voit Bertrand, son premier et peut-être unique ami ? Un jeune orphelin perturbé, mais à l’esprit vif et éveillé, comme le pense Françoise de Juignain, sa psychiatre depuis 20 ans ? Rien de tout cela, bien plus encore ? De la place Graslin au Château des ducs de Bretagne, des ruelles pavées du quartier Bouffay aux bars à hôtesses du quai de la Fosse, des pavillons de Rezé aux immeubles de Bellevue, Carl Pineau fait revivre dans ce thriller noir toute l’ambiance du Nantes des années 80.

 

 

Mon résumé : 

Cela faisait quelque temps que je voyais la promotion pour ce livre, aussi je me suis décidé. J’ai profité de l’opportunité que m’a offerte le site Simplement pro, pour le découvrir.

Le roman nous plonge en plein coeur de Nantes, au milieu des années 80. L’histoire va alterner la vision de 2 principaux protagonistes : Françoise la psychologue et Bertrand le coiffeur.

Autant, on aurait presque plaisir à suivre le récit de la psychologue, tant on sens bien le ton sérieux du dialogue. Autant lorsqu’on est sur un chapitre ou il est question de Bertrand, on est un peu dérouté par le discours, narré de façon presque trop cru. Pourquoi avoir créé des personnages dans de tels extremes ? Est-ce voulu ?

Concernant le scenario, je l’ai trouvé particulièrement bien construit et pour avoir connu Nantes pendant plusieurs années j’ai tout de suite reconnu les differences descriptions faites ( Quartier du Bouffay, 50 otages,….) . En revanche, .cela m’a fait aussi découvrir les ambiances de soirées avec l’alcool qui coule à flot, presque trop j’oserais dire, les « bastons »…. De meme on retrouve, pour ceux qui sont de cette époque, quelques references: voiture, coupe, vêtements, musique….

Comme dans toutes soirées bien arrosées, ca peut pour certains finir au plumard. J’ai trouvée cette partie également cru par moment et l’ai aussi ressenti un peu trop présente. Plusieurs passages évoquant des ébats sexuels. En évoquer, pourquoi pas, mais là, j’ai trouvé qu’il y avait un peu surdosage, mais ce n’est que mon impression.

 

Mon avis

J’espère que vous l’aurez compris, ce n’est pas un livre sur lequel il faut faire l’impasse loin de la, mais n’exagérons rien tout de meme. Mon classement pour ce polar serait un petit 3/5 quand meme. Disons qu’il reste dans un livre que je pourrais recommander pour des adeptes du genre.

Une réflexion sur “L’armenien

A vos plumes !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.