Les yeux des ténèbres


Auteur : Dean Koontz
Titre : Les yeux des ténèbres
Version : Numérique – Edition l’archipel
Date de parution : 9 avril 2020
ISBN: 9782809829099
Lien livraddict

 

4eme de couverture

Un thriller prophétique

En exclusivité numérique dès le 9 avril 2020 ! 

roman traduit de l’américain par Jacqueline Lenclud

Le roman prévoyait même la période où l’épidémie se propagerait : vers l’an 2020.

Les symptômes de ce micro-organisme viral, issus de l’arme biologique nommée Wuhan-400, ressemblent à s’y méprendre à ceux du coronavirus Covid-19– : vertiges, fièvres, courbatures, nausées…

Dans le monde entier, journalistes et bloggeurs ont relevé cette série incroyable de coïncidences avec l’épidémie actuelle qui a déjà affecté plus de 100 000 personnes et tué 4000 d’entre elles.

Épuisé depuis vingt ans, ce roman prémonitoire est réédité aux éditions de l’Archipel, éditeur de Dean Koontz. Vendu depuis sa parution, ce suspense aujourd’hui prophétique s’est vendu à 3 millions d’exemplaires dans le monde. Nul doute qu’il va sans aucun doute continuer à essaimer…

 

 

Mon résumé

Quand j’ai lu le résumé faisant allusion à une épidémie, sachant qu’on la vie pleinement en ce moment je me suis tout de suite dit que ce roman allait me plaire. Mais voila que rendu à un quart du livre je ne la vois que très peu évoquée, voire pas du tout. En relisant le résumé j’ai tout de suite compris la bourde que j’vais faite : J’avais sois mal lu le résumé soit mal interprété. Peu importe puisque le but premier de ma lecture était respecté : prendre du très grand plaisir et être accroché comme jamais.

On va suivre le parcours de Tina, qui a vécu la mort de son fils. Elle n’a pas pu assister à la mise en bière car l’état de son fil était jugée trop endommagée. Les mois ayant passés et pour Tina, son fils n’est pas mort.

Elle va faire la connaissance d’un avocat qui va tout faire pour l’aider et même risquer sa place pour y parvenir. C’est grâce a lui que l’exhumation de son fils va peut-être être possible mais pour cela elle doit obtenir l’accord de son ex-mari. Elle va vite s’apercevoir qu’elle ne peut rien attendre de sa part. Elle va devoir enquêter en sous marin….

Ce livre est certes un peu angoissant, mais est truffé de rebondissants et de suspects à chaque pages.

 

 

Mon avis

Mon dernier roman de l’auteur ne remonte pas a si loin quand on y repense et c’est toujours avec bonheur que je tourne la dernière page.  Lecteur, si tu t’attend a un roman tourné virus et pandémie tu fait fausse route. Il en est bien fait allusion mais tu aura déjà presque fini le roman lors que tu apprendra de quoi il en retourne.

C’est un roman que je recommande vivement et pas seulement parce que il à été édité chez les éditions l’archipel mais surtout parce qu’il vaut vraiment le détour.

Les gens heureux lisent et boivent du café


22698783

 

Auteur : Agnès Martin-Lugand
Titre : Les gens heureux lisent et boivent du café
Version :  Pocket – 187 pages
ISBN: 9782266243537

 

La Rouennaise Agnès Martin-Lugand dédicace à l’Armitière

 

 

Psychologue de formation, Agnès Martin-Lugand s’est tournée vers l’écriture et a publié un premier roman Les gens heureux lisent et boivent du café en auto-édition sur la plate-forme Kindle d’Amazon.com, le 25 décembre 2012.

Vite repérée par des blogueurs littéraires proches du milieu de l’auto-édition, elle a été abordée par Florian Lafani, responsable du développement numérique des éditions Michel Lafon, avec une proposition de rejoindre l’édition traditionnelle. Le roman est entré au catalogue Michel Lafon et a fait l’objet d’un engouement immédiat dans le monde entier : Les gens heureux lisent et boivent du café est traduit en 33 langues.

 

 

 

4eme de couverture

« Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. […] J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux.»

Diane a brusquement perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. A fin d’échapper á son entourage, elle décide de s’exiler en Irlande, seule.

Mais, á fuir avec acharnement la vie, elle finit par vous rattraper…

Entre « Le Journal de Bridget Jones » et « Love Story », l’histoire de Diane nous fait passer par toutes les émotions. Impossible de rester insensible au parcours tantôt dramatique tantôt drôle de cette jeune femme à qui la vie a tout donné puis tout repris, et qui n’a pas d’autre choix que de faire avec.

 

Mon résumé : 

Diane, a brutalement perdu son mari et sa fille, dans un tragique accident de voiture. Dès lors pour elle, toute la vie bascule, la vie ne semble plus avoir de sens.  De plus toute le monde semble vouloir la rabaisser, en lui répétant sans cesse que de toute façon, elle ne pourra jamais rien faire toute seule. Comment continuer a vivre de cette manière ?

Pour elle c’est décidé, elle doit partir, quitter cette vie qui n’a pas de sens à ses yeux, elle compte partir s’exiler en Irlande, seule.

C’est une nouvelle vie qui commence pour elle. Elle arrive dans un monde inconnu, ou tout semble beaucoup plus calme. Elle va pouvoir se reposer et repenser a sa vie calmement, sans toute cette agitation de sa vie parisienne, qu’elle compte bien laisser au large. Seul réconfort de son ancienne vie, Felix, qu’elle contacte régulièrement, pour se remonter le moral. Même en Irlande, loin de ceux qui la connaisse, elle rencontre des passages a vide, et Felix sait comment lui remonter le moral et reste la pour l’écouter.

Apres quelques temps elle commence a prendre ses marques dans son cottage, et la vie est sereine en Irlande. Du moins c’est sans compter sur Edward, son voisin, qui semble se faire un malin plaisir a jouer le rôle de l’acariâtre. Du moins, c’est ce qu’elle  pense au départ, avant de le connaitre un peu mieux….

Et si sa vie devait se poursuivre en Irlande ?

 

Mon avis

Il arrive parfois que la couverture d’un livre fasse tilt et aide au choix d’un livre, moi pour cette fois c’est le titre qui m’a donné envie de lire ce livre. Et ce ceux même sans connaitre l’histoire ou savoir de quel genre littéraire il s’agissait. Une personne que je connais sachant ça, m’a proposé de me le prêter, j’ai sauté sur l’occasion et j’ai accepté. A un moment du roman (près de 60% je dirais) j’ai vite vu le vent tourné et j’ai tout de suite compris a quel genre de roman j’avais affaire : un livre que je classe dans la case romance / roman à l’eau de rose. Oui je sais c’est peut-être un peu exagéré mais je dois pas en être bien loin, tout de même.

Malgré cela, ce fut une lecture agréable, qui se lit vite et qui m’a permis de sortir de ma zone de confort.