Le silence de la ville blanche


NetGalley

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Eva García Sáenz de Urturi
Titre : Le silence de la ville blanche
Version : numérique – Edition Fleuve Noir
Date de parution :  10 septembre 2020
EAN : 9782265144316

 

 

 

Eva García Saenz de Urturi - Babelio

Eva García Sáenz de Urturi (Vitoria-Gasteiz, Pays basque, 1972) est une romancière espagnole.

En 1988, elle s’installe avec sa famille à Alicante, Communauté valencienne, où elle étudie plus tard l’optométrie à l’université d’Alicante1.

En 2012, elle publie son premier roman via Amazon.com La saga de los longevos.

 

 

 

 

 

4eme de couverture

Dans la cathédrale de Sainte-Marie à Vitoria, un homme et une femme d’une vingtaine d’années sont retrouvés assassinés, dans une scénographie macabre : ils sont nus et se tiennent la main comme des amoureux alors que les deux victimes ne se connaissaient pas.
Détail encore plus terrifiant : l’autopsie montrera que leur mort a été provoquée par des abeilles mises dans leur bouche. L’ensemble laisse croire qu’il existe un lien avec une série de crimes qui terrorisaient la ville vingt ans auparavant. Sauf que l’auteur de ces actes, jadis membre apprécié de la communauté de Vitoria, est toujours derrière les barreaux. Alors que sa libération conditionnelle est imminente, qui est le responsable de ces nouveaux meurtres et quel est vraiment son but ?
Une certitude, l’inspecteur Unai López de Ayala, surnommé Kraken, va découvrir un tout autre visage de la ville.

 

 

Mon résumé :
Nous sommes à Vitoria, capitale de la province d’Alava et de la Communauté autonome du Pays basque en Espagne, un homme et une femme d’une vingtaine d’années sont retrouvés dans la cathédrale, assassinés. La position dans laquelle ils sont retrouvés est bien surprenante : nue et se tenant la main, à la manière d’amoureux. Plus étrange encore, il semble qu’ils soient morts étouffés par des abeilles.
La scénographie, rappelle une série de meurtres qui avait terrifiés la ville vingts ans en arrière.
L’inspecteur Unai López de Ayala, que l’ont surnomme dans le village, Kraken, va prendre en charge l’affaire, epaulé de Estíbaliz Ruiz de Gauna. Pour lui ça ne fait aucun doute, il s’agit, tout comme il y a 20 ans, d’un tueur en série.
Seulement voila, le coupable d’alors, l’archéologue Tasio Ortiz de Zárate, en toujours entre 4 murs, il semble donc difficile de lui faire porter le chapeau. Il décide donc de commencer son enquête par le coupable de l’époque. Et, avant même de l’avoir en face de lui, un email de sa part, dans lequel il propose d’aider l’inspecteur avec son enquête.
Au commissariat de police de Vitoria-Gasteiz, le commissaire principal Medina charge la toute nouvelle commissaire et grande sportive Alba Díaz de Salvatierra de l’enquête. Seulement voila, Alba, traverse une période difficile de sa vie, et lorsque Kraken la rencontre ca fait tilt.

 

 

 

Mon avis
Je ne cache pas que j’ai longtemps hésité avant de solliciter ce roman, auprès de NetGalley, ce qui peux se comprendre car l’auteur m’était totalement inconnu mais aussi que le synopsis ne m’incitait pas a valider ma demande. Je ne suis dis qu’il me manquait quelque chose pour être pleinement satisfait. Finalement après une première partie un peu dure, j’ai dévoré le livre en 2-3 jours sans m’en rendre compte.
LE point négatif reste comme bien souvent le nombre impressionnant de personnage et à connotation basque / espagnol qui facilite pas toujours la lecture, mais n’empêche nullement de comprendre l’histoire.

Les nouveaux voisins


Auteur : Catherine McKenzie
Titre : Les nouveaux Voisins
ISBN: 9782749932675
Format ACSM  ( ebook protegé) – Edition Michel Lafon

 

Merci à NetGalley et Michel Laffon pour ce Service Presse

 

 

Catherine McKenzie

 

Catherine McKenzie est née et a grandi à Montréal, où elle est avocate et écrit pour le Huffington Post. Ses précédents romans ont tous été des best-sellers internationaux.

Avocate diplômée de l’Université McGill, elle exerce le droit entre deux séances d’écriture. Son premier roman, Ivresse, est un best-seller acclamé par la critique tant au Québec qu’au Canada anglais.

 

 

 

 

4eme de couverture

Julie Prentice, son mari Daniel et leurs jumeaux de six ans emménagent à Cincinnati pour échapper à une femme qui a harcelé Julie après la parution de son roman Le Jeu de l’assassin, devenu un best-seller. Un charmant quartier résidentiel semble l’endroit parfait pour un nouveau départ.

Mais la présidente de l’association du quartier ne leur rend pas la tâche facile. À grand renfort d’e-mails et de lettres sur les règles de bonne conduite à suivre, elle régit la vie de tous et oppresse Julie qui doit faire face à la curiosité du voisinage.

Lorsqu’elle reçoit des menaces, Julie prend peur : sont-elles le fait de sa harceleuse ou de voisins malveillants ? Alors que la tension monte, les ennemis se révèlent et le calme apparent d’une rue sans histoires se transforme en cauchemar.

 

 

Mon résumé : 

Julie, son mari Daniel et ses 2 jumeaux viennent s’installer à Cincinnati afin de pouvoir échapper à une personne qui harcele julie depuis la sortie de son premier roman Le Jeu de l’assassin.

Ils s’installent dans un secteur résidentiel avec des gens disons le, assez huppés. Il y a une association de quartier mise en place et gérée par sa présidente et qui accueille les nouveaux avec un panier de bienvenue. On pourrait croire que tout est reuni pour s’installer dans un climat sympa et agréable à vivre…mais ils vont vite se rendre compte qu’ils sont tombé dans un quartier qui pourrait facilement concurrencer l’armée. Couvre feu pour les adolescents, pétition en ligne pour demander des ralentisseurs, soirée mensuelle quasi obligatoire chez les uns et les autres etc.

Les Prentice y voient la, un comportement intrusif de la responsable du comité de quartier. Quoi que Julie fasse, ça ne fait qu’empirer la situation.

Heureusement, Julie, parvient, tant bien que mal a nouer une amitié assez sure, avec son voisin, John, avec qui elle fait régulièrement du footing. Mais elle est loin d’imaginer qu’une banale conversation avec lui va faire éclater sa vie en morceau.

 

Mon avis :

J’ai eu un réel plaisir à lire ce livre. La lecture est simple et je suis vite rentré dans la peau du personne en la personne de Julie. On ne peut que la plaindre face à ce qu’elle a subit dans le passé et ce qu’elle doit affronté après son installation à Cincinnati. Lors du passage de la soirée entre voisin, on en vient même presque à se demander si tout le monde ne se liguent pas contre elle et sa famille. Vu le climat dans lequel se passe l’histoire cela m’a fait penser à un cercle de voisins enfermés dans une bulle, sans contact avec l’extérieur. non, non !!! je ne fais pas allusion à Dôme de Stephen King.

Bon maintenant, je me rends compte que j’en ai dis plus qu’il ne fallait, alors allez vite lire ce livre 😉

 

 

Descente en enfer


dsc03133

 

Auteur : Preston & Child
Titre : Descente en enfer
ISBN : 978-2809-811278
545 pages

 

Afficher l'image d'origine

Douglas Preston :
Né dans le Massachusetts en 1956, diplomé de littérature anglaise, il a démarré sa carrière en tant qu’auteur et éditeur pour le Muséum d’Histoire Naturelle de New York. Il a également enseigné à l’Université de Princeton.
Durant ces huit années passées au Muséum, il a écrit son premier livre de non-fiction. A la même époque , il fait la connaissance de Lincoln Child, rencontre déterminante pour sa carrière d’écrivain.
Aujourd’hui, il vit dans le Maine avec sa femme et ses trois enfants.
(Source : éditions J’ai lu)
Lincoln Child :
Il est né en 1957 dans le Connecticut.
Diplomé de littérature anglaise, Lincoln Child a été responsable éditorial aux éditions St Martin’s Press à New York avant de se consacré entièrement à l’écriture. Il vit aujourd’hui dans le New Jersey avec sa femme et sa fille.
(Source : éditions J’ai lu)

 

 

4eme de couverture

Après que sa femme, Hélène, est enlevée sous ses yeux, l’agent spécial Pendergast, du FBI, se lance à la poursuite des ravisseurs, les pourchassant à travers les États-Unis jusqu’à Mexico. Mais là, ils lui échappent et Pendergast, brisé, rentre à New York pour s’enfermer dans son appartement, refusant tout contact avec le reste du monde.
C’est son fidèle ami, D’Agosta, qui vient le sortir de sa retraite. Il a besoin de son aide pour résoudre une série de meurtres étranges commis dans plusieurs hôtels de Manhattan. Le coupable ? Un garçon qui semble doué de capacités psychiques hors du commun, au point d’échapper chaque fois à la police de manière inouïe.
Pendergast découvre bien vite que les meurtres sont en fait un message des ravisseurs d’Hélène. Pourquoi ? La réponse se trouve au plus profond d’une forêt d’Amérique du Sud, où Pendergast affrontera un ennemi redoutable. Un vieux démon qu’il avait déjà combattu…

 

Mon résumé

Lorsque sa femme est enlevé, l’inspecteur Pendergast va tout faire pour la retrouver, et va aller jusqu’à traquer ses ravisseurs au Mexique. Celle-ci va être tuer devant ses yeux, et Pendergast va finir par perdre la piste de ceux qui sont à l’origine de sa mort.

Brisé, l’inspecteur décide de rentrer chez lui, pour s’enfermer et couper complètement les ponts avec l’extérieur.

C’est D’agosta qui fini par le sortir de sa tanière. En effet, Il a besoin de son aide pour résoudre une série de meurtres étranges commis dans plusieurs hôtels de Manhattan. Le coupable, semble, de prime abord, être un garçon aux facultés extraordinaires, puisqu’il réussi a déjouer tout les plans machiavéliques que lui tend la police.

Pendergast découvre bien vite que les meurtres sont en fait un message des ravisseurs d’Hélène. Pourquoi ? La réponse se trouve au plus profond d’une forêt d’Amérique du Sud, où Pendergast affrontera un ennemi redoutable. De nombreuses découvertes et une chasse à l’homme vont l’amener au Brésil dans la ville de Nova Godoi où des allemands se sont installés après la Seconde Guerre Mondiale mais personne ne sait ce qu’ils y font…

 

Mon avis :

Ça faisait très longtemps que je m’étais pas penché sur une oeuvre de Preston & Child. Lorsque je l’ai emprunté à la bibliothèque, j’ai très bien pu prendre un autre livre mais non j’ai pris celui-la, et je dois dire que je le regrette pas du tout. La lecture se fait si bien qu’on en ouvrir qu’il fait tout de même 540 pages. J’ai tellement adoré ce livre que je suis prêt à en lire un autre des autres, la preuve en est, que lorsque j’ai découvert qu’a l’occasion de Noel kobo store proposais une de leur oeuvre a 1€ j’ai tout de suite validé ma commande !

Vous devez abolument lire ce livre, surtout ne faites pas l’impasse !