C’est lundi, que lisez-vous ?


 

« C’est lundi que lisez-vous » est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Repris par Mallou puis Galleane.

Le principe de ce rendez-vous est simple, il faut répondre à trois questions chaque lundi:

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment?
Que vais-je lire ensuite ?

 

 

Ce que j’ai lu la semaine dernière :

 

 

 

 

 

Ce que je suis en train de lire :

 

 

 

Ce que je vais lire ensuite : 

Je vais faire une pause dans mon Pumpkin Autumn Challenge pour lire ces 2 livres empruntés à la bibliothèque ( en tant que nouveautés). A noter que l’échange m’avait fait de l’œil sur NetGalley mais je ne sais si c’est parce que j’en avais pas fais la demande ou parce que l’éditeur avait refusé mais en tout cas j’ai réussi a le dénicher à la bibliothèque.

Au passage j’en profite pour dire que en fonction de la bibliothèque dans laquelle je vais je ne trouve pas forcement les memes nouveautés, du coup je me dis que j’ai aller plus souvent dans d’autres bibliothèques de quartier.

 

Résultat de recherche d'images pour "l'échange roman"Résultat de recherche d'images pour "dans la cave roman"

 

 

Et vous, comment se présente ce début de semaine livresque ?

L’heure des fous


24807903

Auteur : Nicolas Lebel
Titre : L’heure des fous
ISBN: 9782501094597
343 pages – Edition Marabout

 

Nicolas Lebel

 

Nicolas Lebel est linguiste, traducteur et enseignant.
Il est également auteur de romans policiers.
Nicolas Lebel a fait des études de Lettres et d’anglais puis il s’est orienté vers la traduction. Il est parti en Irlande quelque temps avant de devenir professeur d’anglais. Il enseigne aujourd’hui dans un lycée parisien.
Passionné de littérature et de linguistique, il publie en 2006 une première fiction, une épopée lyrique en alexandrins: « Les Frères du serment ».

 

 

4eme de couverture

Une plongée dans l’univers des SDF.Paris: un SDF est poignarde a mort sur une voie ferrée de la gare de Lyon. – Vous me réglez ca. Rapide et propre, qu’on n’y passe pas Noel -, ordonne le commissaire au capitaine Mehrlicht et a son équipe: le lieutenant Dossantos, exalte du code penal et du bon droit, le lieutenant Sophie Latour qui panique dans les flash mobs, et le lieutenant stagiaire Menard, souffre-douleur du capitaine a tete de grenouille, amateur de sudoku et de répliques d’Audiard… Mais ce qui s’annonçait comme un simple règlement de comptes entre SDF se complique quand le cadavre révèle son identité. L’affaire va entraîner le groupe d’enquêteurs dans les méandres de la Jungle, campement de fortune au coeur du bois de Vincennes, dans le dédale de l’illustre Sorbonne, jusqu’aux arrière-cours des troquets parisiens, pour s’achever en une course contre la montre dans les rues de la capitale. Il leur faut a tout prix empêcher que ne sonne l’heure des fous… »

 

 

 

 

Fantazmë


Auteur : Niko Tackian
Titre : Fantazmë
ISBN: 9782702162804
Format ACSM  ( ebook protegé) – Edition Calmann Levy

 

Merci à NetGalley et Calmann Levy pour ce Service Presse

 

4eme de couverture :

Une nouvelle enquête du commandant Tomar Khan.
Comment être un bon flic quand les victimes sont aussi des bourreaux ?

Janvier 2017. Dans une cave du 18e arrondissement de Paris, un homme est retrouvé, battu à mort. Sur place, beaucoup d’empreintes et un ADN ne correspondant à rien dans les fichiers de police. Le commandant Tomar Khan pense à un règlement de compte. Le genre d’enquête qui restera en suspens des années, se dit-il.

Mais voilà, l’ADN relevé sur les lieux a déjà été découvert sur le corps d’un dealer albanais, battu à mort dans une cave lui aussi. Et bientôt la rumeur court dans les quartiers chauds de Paris, celle d’un tueur insaisissable, un  Fantazmë, le « spectre » en albanais.

Tomar et son équipe se lancent dans l’enquête et seront très vite troublés par le parcours des victimes, qui de leur vivant cultivaient carrément le sordide. Pourtant Tomar s’accroche à son devoir de flic, d’autant plus que son avenir lui semble menacé : un lieutenant teigneux de l’IGPN, la police des polices, a convoqué son adjointe, Rhonda, pour l’interroger sur un couteau, une pièce à conviction dans une affaire de meurtre mystérieusement disparue des Archives. Or, ce couteau, c’est celui de Tomar, et si on remonte jusqu’à lui…

 

Mon résumé

On retrouve tous les membres de la brigade du groupe de Tomar Khan avec qui on avait fait connaissance dans Toxique, pour une nouvelle enquête qui va nous mener vers la mafia albanaise, le destin des immigrés ou encore la prostitution forcée des filles de l’Est.

Comme si c’etait pas assez suffisant pour Tomar et son équipe, un enquêteur de l’IGS enquête sur une affaire reliée à Khan et qui pourrait changer irrémédiablement l’avenir du policier, une relation familiale loyale et très forte entre Tomar et sa mère et les démons intérieurs de plus en plus présents de notre héros.

Non content, de devoir mettre des bâtons dans les roues du commissaire Tomar, cet inspecteur de l’IGS va a convoqué son adjointe, Rhonda, pour l’interroger sur un couteau, une pièce à conviction dans une affaire de meurtre mystérieusement disparue des Archives. Or, ce couteau, c’est celui de Tomar, et si on remonte jusqu’à lui…

Plus tard le commissaire va se rendre compte que son état de santé devient plus que préoccupant, et va finir par se décider à écouter les conseils de son entourage et consulter un médecin. Va-t-il pouvoir continuer ce metier ? Et si c’était la le signe qu’il fallait qu’il arrête ?

 

 

Mon avis

Comme bien souvent dans ce style d’histoire policière, il y a toujours des passages qui m’échappe ou du moins ou je perds un peu le fil. Cela me m’empêche pas de prendre énormément de plaisir dans ma lecture et je parviens toujours à rattraper l’histoire en plein vol. La fin de l’histoire me fait me poser plusieurs questions. Est-ce que Niko Tackian ne chercherait pas a nous faire comprendre que c’est la fin pour le Commissaire Tomar ? Peut-être est-ce a chaque de se faire sa propre opinion après tout.

Une fille de pasteur


41NPRTvYI6L._SY344_BO1,204,203,200_

Auteur : George Orwell
Titre : Une fille de pasteur
ISBN :9782268060729
350 pages 

4eme de couverture

Fille unique, Dorothy vit une existence morne avec son père, le pasteur acariâtre d’une petite paroisse du Suffolk. Frappée par une soudaine amnésie, elle se retrouve à la rue et va partager l’existence des déshérités, des clochards de Londres aux cueilleurs saisonniers de houblon. Mais, à mesure que la mémoire lui revient, Dorothy trouvera-t-elle en elle-même la force d’aspirer à une autre vie ?

Publié en 1935 et inédit en français, Une fille de pasteur est l’un des premiers romans de George Orwell. Avec une lucidité et une acuité implacables, Orwell dépeint l’hypocrisie, la pauvreté et la misère spirituelle qui vont accompagner Dorothy dans son odyssée à travers l’Angleterre des années trente.

George Orwell, nom de plume d’Eric Arthur Blair, né le 25 juin 1903 à Motihari (Inde) pendant la période du Raj britannique et mort le 21 janvier 1950 à Londres, est un écrivain et journaliste anglais.

Son œuvre porte la marque de ses engagements, qui trouvent eux-mêmes pour une large part leur source dans l’expérience personnelle de l’auteur : contre l’impérialisme britannique, après son engagement de jeunesse comme représentant des forces de l’ordre colonial en Birmanie ; pour la justice sociale et le socialisme, après avoir observé et partagé les conditions d’existence des classes laborieuses à Londres et à Paris ; contre les totalitarismes nazi et soviétique, après sa participation à la guerre d’Espagne.

Mon résumé

L’histoire se passe dans l’Angleterre des années 30.

Dorothy a toujours vécu dans un environnement religieux et de ce fait a reçu une éducation qui fait qu’elle se met au service du pasteur, son père. Son père ne pense qu’à lui même et se fiche bien des autres, à tel point qu’avoir des dettes auprès des commerçants lui passe complètement au dessus de la tête et quand bien même Dorothy lui explique les conséquences.

Elle va finir par arrêter de penser à cette situation et continuer sa petite vie pépère, enfin presque, jusqu’au jour où elle va perdre la mémoire et se réveiller en pleine rue entourée de SDF. A partir de ce moment là Dorothy va devoir vivre sa vie par elle-même et son chemin va être semé d’embûches et il sera difficile de s’en sortir.

Mon avis

Malgré le fait qu’il s’agit d’un roman ayant été publié pour la première fois dans les années 30. l’histoire est très bien et j’ai eu plaisir à le lire malgré une grande appréhension sur le thème initial qu’est la religion et le monde de l’eglise