Articles Tagués ‘nourriture’


Couverture Trois heures

Auteur : Anders Roslund
Titre :  3 heures –  edition Mazarine
Date de parution : 2 mai 2019
EAN : 9782863744925 – 445 pages

 

 

Description de cette image, également commentée ci-aprèsRoslund et Hellström est un duo d’écrivains suédois composé d’Anders Roslund, né en 1961, et de Börge Hellström, né en 1957

Anders Roslund est le créateur et ancien directeur de Kulturnyheterna, émission diffusée à la télévision suédoise. Pendant de nombreuses années, il a été journaliste, couvrant principalement les histoires à caractère criminel et social, puis chef d’antenne de Rapport et Aktuellt, les deux principales émissions d’informations à la télévision suédoise.

Ancien détenu, Börge Hellström est quant à lui l’un des membres fondateurs de KRIS ( Kriminellas Revansch i Samhället), un organisme de prévention du crime. Il œuvre auprès de jeunes contrevenants et de toxicomanes pour faciliter leur réadaptation.

Le duo s’est d’abord fait connaître avec le roman policier La Bête (titre original suédois Odjuret) paru en 2004.

Source : Wikipedia

 

 

4eme de couverture

Un matin, à la morgue d’un hôpital de Stockholm, les employés découvrent un cadavre dont ils ne connaissent ni la provenance, ni l’identité. Lorsque quelques jours plus tard d’autres cadavres apparaissent, l’inspecteur Ewert Grens se doute que quelqu’un cherche à se débarrasser de preuves encombrantes. Son enquête le mène jusqu’à un charnier … Sur une des victimes, il trouve un téléphone portable avec les empreintes d’une personne qu’il connait très bien: l’agent double Piet Hoffmann. Et pourtant celui-ci a disparu depuis des mois … Où est-il ?

 

 

Mon résumé

Il s’agit ici d’un livre emprunté à la bibliothèque de ma ville. J’ai été  attiré par le fait que ce soit une nouveauté mais aussi par la 4eme de couverture.

Certains diront que j’ai commencé par le dernier volet et que c’est pas l’idéal pour comprendre l’histoire, je leur dirais que je m’en moque et je prefere voir par moi-meme, alors si effectivement ca aide pas a comprendre la psychologie des personnages principaux, ça ne gâche en rien l’histoire.

Justement parlons de l’histoire. Un médecin de l’hôpital de Stockholm découvre un cadavre « en trop », c’est a dire qui n’est pas référencé dans les registres et dont personne ne connait la provenance. Ce détail resterait anodin et serait « classé sans suite » s’il ne faisait pas partie d’une série. En effet quelques jours plus tard d’autres cadavres apparaissent sans qu’on ne sache d’ou ils proviennent.  Dès la découverte du 1er cadavre, Ewert Grens est aussitôt alerté.

L’enquête qui va débuter, va bien assez vite, mener Ewert Grens, a diriger ses investigations vers les quais. En effet il se trouve qu’il y a ici un charnier avec un nombre impressionnant de cadavre. Des indices trouvés sur un des cadavres va l’amener vers une de ses connaissances : l’agent double Piet Hoffmann.

 

 

Mon avis

Le début du livre plante tout de suite le décor, puis l’action commence a traîner en longueur et je me dis que je m’ennuie un peu trop, finalement passé une bonne moitié du roman, ca change complètement, et je me dis que finalement j’ai bien fais de continuer. On prend un vrai plaisir dans la lecture. On retrouve un peu le thème qui avais deja été soulevé par olivier Norek dans son thriller Entre deux mondes. Aussi, le thème est particulièrement d’actualité et m’a un peu marqué. D’un coté on retrouve des personnes qui ne cherchent qu’a fuir leur pays qui bien souvent est en guerre, de l’autre on trouve des types, qui font partie de cartel véreux qui ne cherchent qu’a se faire du fric sur le dos de malheureux qui mettent tous leurs économies pour….survivre.

Qui doit-on protéger face a cette situation ? Comment admettre qu’il faille renvoyer ses gens dans leurs pays car ils sont en situation irrégulière ?


 

Auteur : Vincent Hauuy
Titre : Survivre
Version : Numérique – Edition Hugo Thriller
ISBN: 9782755650198
Lien livraddict

 

 

4eme de couverture

2035. La Terre est en sursis : les catastrophes climatiques se multiplient, les sociétés sont en ébullition et les réserves d’eau potable se raréfient. Le survivalisme prend de l’ampleur. Survivre devient à la fois un défi et une obsession. C’est aussi le thème et le nom du grand jeu télévisé que lance le milliardaire Alejandro Perez, magnat des intelligences artificielles.
Dans l’énorme complexe construit ad hoc dans l’Idaho, le lancement de Survivre s’annonce spectaculaire. Mais lorsqu’un agent de la DGSE infiltré dans l’organisation de Perez disparaît, son frère, l’ex-journaliste Florian Starck, se décide à intégrer l’émission.
Et découvre un envers du décor aussi mystérieux que terrifiant.
Car la promesse d’un grand divertissement dissimule un objectif beaucoup plus sombre.
Dès la première épreuve, le compte à rebours commence.
Pour les candidats.
Pour Florian Starck.
Et pour nous tous.

 

Mon résumé

Quand j’ai vu ce roman sur NetGalley j’ai longtemps hésité car le résumé il faut bien l’avouer est mystérieux et on ne sais pas trop si c’est vraiment du thriller comme on semble le présenter. J’ai quand même tenté le coup, tout en sachant que son précédent roman j’avais eu aussi un peu de mal.

Au cours de la lecture mon appréhension s’est confirmé, j’ai eu l’impression d’avoir affaire à un roman d’anticipation, à la limite de la science fiction, plus qu’a un polar / Thriller.

L’auteur nous fait découvrir ce que pourrais devenir notre monde dans quelques années qui se révèle par si éloigné que ça de nous. On baigne dan l’intelligence artificiel et des robots au service de l’homme. Pour ma part j’ai eu l’impression de plonger dans une émission de télé-réalité ou un journaliste doit tout faire pour guider son robot pour trouver la sortie.

En ayant terminé ma lecture je me suis dis que parfois le résumé et la couverture ne fait pas tout et on peut vite avoir affaire a une tout autre lecture par rapport a ce qu’on s’attendait au départ. Alors certes cela m’a permis de sortir de ma zone de confort mais on peut pas dire que ça l’a fait.

En lisant ce livre je voulais au fond de moi, me lancer un défi. Le défi de me dire que pour ce roman ça allais faire tilt et que j’allais apprécier. A la final défi non atteint.

 

Filigrane De Timbre De Joint En Caoutchouc De Texte De Flop. Tag à ...


36199362

Auteur : Yana Vagner
Titre : L’hôtel
ISBN: 9782375610824
508 pages – Mirobole Editions

 

 

VONGOZERO | Passion Polar

Yana Vagner, née en 1973, a grandi au sein d’une famille russo-tchèque. Elle a travaillé comme interprète, animatrice radio, responsable logistique. Vongozero  est son premier roman. Initialement publiée peu à peu sur le blog de l’auteur, cette histoire de survie magistrale a suscité un tel enthousiasme qu’elle a fait l’objet d’une enchère entre éditeurs. Elle a depuis été nominée au Prix National Bestseller, vendue au cinéma et traduite dans 4 pays.
Source : site de l’éditeur

 

4eme de couverture

«Un thriller impressionnant de justesse sur les affres d’une communauté plongée dans la peur.»

Dans la neige, une femme tente de regagner le chalet où elle voit ses amis boire et discuter tranquillement. A deux doigts de la porte salvatrice, elle trébuche et se fait poignarder. Ce n’est que le début d’un huis-clos angoissant dans un «Hôtel» situé en altitude et accessible en seul téléphérique. Neuf Russes – quatre hommes, cinq femmes – membres d’une équipe de tournage s’y sont retrouvés pour un séjour d’une semaine. L’endroit est pourvu de nourriture et de bois de chauffage en quantité. Mais les portables n’y captent pas de réseau. Et bientôt une tempête de glace coupe l’électricité. La découverte du cadavre provoque un choc parmi les personnages, surtout quand ils comprennent que le meurtrier se trouve parmi eux.

 

Mon avis : 

J’ai tout de suite été emballé par ce roman qui se déroule en huit clos, avec un meurtre à la clé, avec un climat montagnard on a tout les ingrédients pour un bon thriller.

Yana Vagner nous raconte l’histoire d’un groupe d’ami qui ont loué un luxueux Hôtel pour la semaine, perché sur une montagne. Mais très rapidement leur séjour va tourner à l’horreur: une des leurs est retrouvée morte. Ils se rendent rapidement à l’évidence, le tueur est parmi eux.

A la finale je me suis mortellement ennuyé, car au lieu d’avoir une vrai enquête digne de ce nom, on se retrouve plongé dans la vie personnelle de chaque protagoniste, et c’est loin de ce à quoi je m’attendais.

D’autre part les flash-back sont si long et embrouillés, qu’on a parfois du mal a faire la différence entre présent et passé.

Non vraiment ce roman est trop long pour ce qu’il est. Grosse deception pour ma part