127 heures


10139607

Auteur : Aron Ralston
Titre : 127 heures
Version :  Broché – 302 pages – Edition Michel Lafon
ISBN: 9782749913728
Lien Livraddict

 

4eme de couverture

Le 26 avril 2003, Aron Ralston, jeune homme de vingt-sept ans, se met en route pour une randonnée dans les gorges de l’Utah. Alpiniste expérimenté, il collectionne les plus beaux sommets de la région. Pourtant, au fin fond d’un canyon reculé, l’impensable survient : un rocher se détache au-dessus de lui et emprisonne son bras dans le mur de rocaille. Le voilà pris au piège, menacé de
déshydratation et d’hypothermie, en proie à des hallucinations… 127 heures plus tard, comprenant que les secours n’arriveront pas, il prend la plus grave décision de son existence. S’il vaut survivre,
son seul espoir est de s’amputer le bras. Au-delà d’un récit d’aventure, au-delà d’un film qui déchaîne déjà les passions, 127 heures est le vrai témoignage édifiant d’un homme qui a su aller au bout de lui-même et reconquérir sa liberté coûte que coûte.

Titre original : 127 hours: Between a rock and a hard place (2004)

 

Mon résumé

J’avais vu le film il y a quelques années. Je tenais a en lire l’histoire de la main même ( celle qui reste toutefois) de l’auteur. Tout d’abord, revenons sur le titre « 127 heures », ceux qui ne connaisse par l’histoire, c’est le nombre d’heure qu’a du vivre un alpiniste chevronné de presque 30 ans, dans un canyon avant d’être secouru. Je peux vous dire que regarder le film a de quoi refroidir mais lire les descriptions que Aron Ralston en fait de ce par quoi il est passé a de quoi donner des frissons pour un moment, au point d’avoir envie d’arrêter la lecture.

Bref résumé des circonstances qui ont amenées Aron Ralston a faire ce livre. Aron Ralston comme je l’ai évoqué est un Alpiniste chevronné, au point d’avoir eu l’idée avec des connaissances alpinistes également d’avoir envie de gravir les plus hauts sommets. Certains sommets, Aron les a gravis seul, et c’est le cas encore ce jour la, sauf que contrairement aux autres fois, il n’a prévenu personne, son entourage était seulement au courant qu’il partait dans l’utah. Alors que tout semble se passer parfaitement, un rocher se détache au dessus de lui et fini sa course entre un autre rocher et son bras….Commence alors une longue descente aux enfers, malgré plusieurs tentatives et après avoir mûrement réfléchi aux différentes solutions qui s’offrait a lui pour se dégager, une seule semble être la seule et unique solution : l’amputation.

Il va réfléchir de long jours avant d’envisager cette solution ultime, mais au bout de 4 jours il se rend à l’évidence, il n’y a pas d’autre choix. Tenter de déplacer ce caillou qui lui bloque le bras n’est même pas envisageable car même si il évalue le poids de ce putin de caillou à a peine 100 kilos, il s’avère finalement que le poids s’exprime plutôt en tonne….

En faisant l’inventaire de ce qu’il possède il se rend assez vite compte qu’au niveau nourriture et boisson il n’est pas bien fourni. Quand bien même il puisse se passer de manger, comment fera-t-il quand sa gourde sera vide (quand bien même il se rationnerait). Il a bien la solution mais encore une fois il aimerais l’éviter.

 

Mon avis

Certes comme vous vous en êtes bien rendu compte par vous même, je sors de ma zone de confort, mais je tenais absolument a lire ce documentaire vécu. Comme déjà dit cela m’a chamboulé et touché au plus profond de moi. J’ai du mal a me dire que dans des circonstances exceptionnelles, on peut être amené a se faire mal soi-même et devoir se mutiler. Comme on le vois dans ce livre, l’issu aurait pu être dramatique, mais on ne peut que se féliciter de l’état dans lequel Aron Ralston ressort d’une telle expérience.

La chambre des murmures


44181384. sy475

Auteur : Dean Koontz
Titre : La chambre des murmures
Version :  Broché – 442 pages – Edition l’archipel
ISBN: 9782266243537
Lien livraddict
Il s’agit d’un emprunt de la bibliothèque d’Angers

 

 

4eme de couverture

Jane Hawk face à la confrérie secrète
« Il n’est plus temps d’attendre… »
Tels sont les mots qui résonnent dans l’esprit de Cora Gundersun, une enseignante appréciée de tous, au matin du « grand jour ». Juste avant qu’elle commette un attentat-suicide au volant de son 4×4 bourré de jerrycans d’essence.
« Accomplis la mission qui t’incombe… »
L’effroyable contenu du journal intime de Cora corrobore l’hypothèse de la démence. Lorsque de nouveaux cas surviennent, Jane Hawk, inspectrice du FBI en disponibilité, comprend que chaque seconde compte. À jamais marquée par le deuil de son mari, un marine qui s’est mystérieusement donné la mort, elle sait qu’elle n’a plus rien à perdre.
« … et tu seras célèbre et adulée ! »
Sa traque va conduire Jane sur la piste d’une confrérie secrète dont les membres se croient au-dessus des lois. Une quête de justice à la mesure de sa soif de vengeance…

 

 

Mon résumé

Cora Gunders est une jeune enseignante, dynamique et aimée de tous jusqu’au jour fatal où elle commet un attentat suicide. C’est plus qu’inexplicable et personne ne comprend ce qui a pu se passer dans sa tête. Le shérif Luther Tillman se pose des questions et pense qu’il faut creuser l’affaire. Mais les fédéraux ne l’entendent pas de cette oreille et le mettent à part presqu’en devenant menaçants. Comme Luther est un gars vraiment bien, plus il sent que les « officiels » veulent étouffer ce qui s’est passé, plus il essaie de comprendre. Bien sûr, rien ne sera simple, il va être courcircuité, surveillé, traqué….mais il n’a pas envie de lâcher et il essaie d’avancer….

Une autre personne que cet acte interroge, c’est Jane Hawk. Elle fait le parallèle entre le suicide incompréhensible de son mari et la tuerie hors norme provoquée par Cora. Elle ne comprend pas que des citoyens bien sous tous rapports aient pu basculer du jour au lendemain dans des situations ne leur correspondant pas. Elle n’est pas en odeur de sainteté chez ses patrons du FBI et tout cela va bien la gêner car elle dérange au point qu’il vaudrait mieux qu’elle disparaisse, comme par accident (ben voyons). Comme le shérif, c’est quelqu’un avec un caractère fort, prête à aller jusqu’au bout, à prendre des risques pour faire éclater la vérité. Il va s’agir d’une course contre la montre pour essayer d’enrayer ce qui est en train de se mettre en place….

 

Mon avis : 

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de livres de Dean Koontz. D’ailleurs si vous faites une recherche sur le blog vous constaterez que ma dernière chronique sur l’auteur remonte tout de même en 2014. Lorsque j’ai vu ce livre dans les nouveautés de la bibliothèque, je me suis dis que c’était l’occasion de replonger dans l’univers de l’auteur. Si la première partie du roman, lorsqu’il est question de l’attentat m’a bien plus et m’a motivé a continuer la lecture, la seconde partie en revanche a refréné la cadence, j’ai eu l’impression d’arriver à un péage après avoir fais 300 km a 130 km/h. J’en attendais un peu mieux tout de même, les notions de sectes secrètes n’est pas spécialement ma tasse de thé.

Dean Koontz m’avais habitué a mieux…mais, bon !

 

C’est lundi, que lisez-vous ?


« C’est lundi que lisez-vous » est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Repris par Mallou puis Galleane.

Le principe de ce rendez-vous est simple, il faut répondre à trois questions chaque lundi:

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment?
Que vais-je lire ensuite ?

 

 

Ce que j’ai lu la semaine dernière :

25105357Hanté de James Herbert | Sorbet-Kiwi22698783

Le Couvent des damnées - Tome 01Le Couvent des damnées - Tome 02Le Couvent des damnées - Tome 03Le Couvent des damnées - Tome 04Le Couvent des damnées - Tome 05Le Couvent des damnées - Tome 06

 

 

Ce que je suis en train de lire :

44181384. sy475

 

 

 

Ce que je vais lire ensuite :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et vous, comment se présente ce début de semaine livresque ?

 

 

 

 

 

 

Fidèle au poste


25105357

Auteur : Amélie Antoine
Titre : Fidèle au poste
Version :  Numerique – Kobo
ISBN: 2253086150

 

Amélie Antoine

Amélie Antoine est une écrivaine qui vit à Lille.

Après avoir publié en 2011 un récit autobiographique, « Combien de temps », elle choisit l’autoédition en 2015 pour son premier roman, « Fidèle au poste », qui connaît très vite un immense succès numérique : plus de 250 000 lecteurs plébiscitent ce roman à suspense.

Il obtient en 2015 le premier Prix Amazon de l’autoédition, avant de sortir aux éditions Michel Lafon en mars 2016 puis aux États-Unis.

 

 

4eme de couverture :

Une intrigue à trois voix pleine de rebondissements qui vous surprendra jusqu’à la dernière page !
Mai 2013. Chloé et Gabriel, mariés depuis plusieurs années, mènent une existence heureuse à Saint-Malo, jusqu’au jour où la jeune femme se noie accidentellement au cours d’une baignade matinale. Gabriel, incapable de surmonter seul son chagrin, se décide à chercher du soutien auprès d’un groupe de parole. Il fait alors la connaissance d’Emma, une photographe récemment arrivée en ville, qui l’aide à surmonter son deuil.
Mais Chloé semble toujours très présente et étonnamment vivante aux yeux de Gabriel qui ne parvient pas à l’oublier et à se reconstruire.
**Et si la réalité n’était pas celle à laquelle que le jeune veuf se raccroche ?

 » Un roman à dévorer.  » ELLE Magazine**

 

Mon résumé

Chloé et Gabriel sont marié depuis 8 ans et vivent leur vie de maniere heureuse sous le ciel de Saint-MAlo. Tout se passe le plus sereinement du monde, jusqu’a ce matin ou chloé ayant envie d’une baignade matinale va se noyer. Pendant plusieurs mois, Gabriel a du mal a le supporter et se renferme sur lui meme. Geoffroy son ami decide de lui offrir un chien, afin qu’il puisse trouver un peu de reconfort.

Gabriel decide de rejoindre un groupe de soutien pour personnes endeuillé. C’est la qu’il va faire la rencontre de Emma, une photographe fraichement arrivée en ville. Elle vient proposer à la responsable de l’association de se charger de la constituion d’un album souvenir pour les personnes endeuillés, composé des meilleurs clichés de la vie de la personne décédé. Emma va aider Gabriel a supporter la disparition de sa femme.

Et si tout ca n’etait qu’une marcarade ? Pourquoi sa femme se serait-elle noyée, elle qui sait parfaitement bien nager et qui est habituée ? ….

Je ne sait pas ce qui m’a interpellé pour décider de lire ce roman. Fort probablement la couverture qui m’a fait penser que j’avais affaire à un thriller.

Des le début du roman, l’auteur nous met sur la piste et nous fais comprendre qu’il y a quelque chose de pas bien net dans la mort de la femme. Du moins, c’est l’impression que j’en ai eu. Avouez que de savoir que la femme est morte noyée puis se retrouver avec des paragraphes titrés du nom de la femme, a de quoi surprendre et se faire dire qu’il y a anguille sous roche.

Ce que j’aime bien dans toute cette phase c’est le fait que l’auteur arrive a bien tourner les choses afin qu’on parvienne a se représenter la femme et l’imaginer surveiller son mari à la manière d’un ange.

 

 

Mon avis

Avant de commencer ce roman j’ai déniché quelques avis positifs et faisant l’éloge de ce livre, aussi je savais que j’allais apprécier, en tout cas j’ai fait confiance. Pendant une bonne moitié du livre, je me suis demandé si je m’étais pas fait berné, j’avais l’impression que ça allais tourner à la romance avec le mari qui se morfond sur son malheur (perte de sa femme) et trouve le réconfort en rencontrant une femme bien sous tout rapport. J’ai bien fait de poursuivre car il n’en est rien. J’ai beaucoup apprécié ma lecture mais le final est fort dommage.

Je n’en dis pas plus sinon je sens que je vais finir par trop en dire et je risque de vous gâcher toute envie de le dévorer.

C’est lundi, que lisez-vous ?


 

« C’est lundi que lisez-vous » est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Repris par Mallou puis Galleane.

Le principe de ce rendez-vous est simple, il faut répondre à trois questions chaque lundi:

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment?
Que vais-je lire ensuite ?

 

Je sais on est mardi mais bon l’essentiel est de la poster en debut de semaine 🙂

 

Ce que j’ai lu la semaine dernière :

26763100. sy475

 

22698783

 

 

 

Ce que je suis en train de lire :

 

 

 

 

Ce que je vais lire ensuite :

Hanté par Herbert

 

Et vous, comment se présente ce début de semaine livresque ?

Les gens heureux lisent et boivent du café


22698783

 

Auteur : Agnès Martin-Lugand
Titre : Les gens heureux lisent et boivent du café
Version :  Pocket – 187 pages
ISBN: 9782266243537

 

La Rouennaise Agnès Martin-Lugand dédicace à l’Armitière

 

 

Psychologue de formation, Agnès Martin-Lugand s’est tournée vers l’écriture et a publié un premier roman Les gens heureux lisent et boivent du café en auto-édition sur la plate-forme Kindle d’Amazon.com, le 25 décembre 2012.

Vite repérée par des blogueurs littéraires proches du milieu de l’auto-édition, elle a été abordée par Florian Lafani, responsable du développement numérique des éditions Michel Lafon, avec une proposition de rejoindre l’édition traditionnelle. Le roman est entré au catalogue Michel Lafon et a fait l’objet d’un engouement immédiat dans le monde entier : Les gens heureux lisent et boivent du café est traduit en 33 langues.

 

 

 

4eme de couverture

« Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. […] J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux.»

Diane a brusquement perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. A fin d’échapper á son entourage, elle décide de s’exiler en Irlande, seule.

Mais, á fuir avec acharnement la vie, elle finit par vous rattraper…

Entre « Le Journal de Bridget Jones » et « Love Story », l’histoire de Diane nous fait passer par toutes les émotions. Impossible de rester insensible au parcours tantôt dramatique tantôt drôle de cette jeune femme à qui la vie a tout donné puis tout repris, et qui n’a pas d’autre choix que de faire avec.

 

Mon résumé : 

Diane, a brutalement perdu son mari et sa fille, dans un tragique accident de voiture. Dès lors pour elle, toute la vie bascule, la vie ne semble plus avoir de sens.  De plus toute le monde semble vouloir la rabaisser, en lui répétant sans cesse que de toute façon, elle ne pourra jamais rien faire toute seule. Comment continuer a vivre de cette manière ?

Pour elle c’est décidé, elle doit partir, quitter cette vie qui n’a pas de sens à ses yeux, elle compte partir s’exiler en Irlande, seule.

C’est une nouvelle vie qui commence pour elle. Elle arrive dans un monde inconnu, ou tout semble beaucoup plus calme. Elle va pouvoir se reposer et repenser a sa vie calmement, sans toute cette agitation de sa vie parisienne, qu’elle compte bien laisser au large. Seul réconfort de son ancienne vie, Felix, qu’elle contacte régulièrement, pour se remonter le moral. Même en Irlande, loin de ceux qui la connaisse, elle rencontre des passages a vide, et Felix sait comment lui remonter le moral et reste la pour l’écouter.

Apres quelques temps elle commence a prendre ses marques dans son cottage, et la vie est sereine en Irlande. Du moins c’est sans compter sur Edward, son voisin, qui semble se faire un malin plaisir a jouer le rôle de l’acariâtre. Du moins, c’est ce qu’elle  pense au départ, avant de le connaitre un peu mieux….

Et si sa vie devait se poursuivre en Irlande ?

 

Mon avis

Il arrive parfois que la couverture d’un livre fasse tilt et aide au choix d’un livre, moi pour cette fois c’est le titre qui m’a donné envie de lire ce livre. Et ce ceux même sans connaitre l’histoire ou savoir de quel genre littéraire il s’agissait. Une personne que je connais sachant ça, m’a proposé de me le prêter, j’ai sauté sur l’occasion et j’ai accepté. A un moment du roman (près de 60% je dirais) j’ai vite vu le vent tourné et j’ai tout de suite compris a quel genre de roman j’avais affaire : un livre que je classe dans la case romance / roman à l’eau de rose. Oui je sais c’est peut-être un peu exagéré mais je dois pas en être bien loin, tout de même.

Malgré cela, ce fut une lecture agréable, qui se lit vite et qui m’a permis de sortir de ma zone de confort.

Les limbes


26763100. sy475

Auteur : Olivier Bal
Titre : Les limbes
Version : numérique – EPUB
ISBN: 9781515338550

 

 

Olivier Bal

 

 

Olivier Bal, né le 16/01/1979 à Paris, est un écrivain français, auteur de polar et de thriller.
Il a été journaliste pendant une quinzaine d’années puis rédacteur en chef de Jeux vidéo Magazine, magazine leader dans le domaine du jeu vidéo jusqu’en février 2017. Depuis, il se consacre pleinement à l’écriture.

« Les Limbes » (2015) est son premier roman.

 

 

 

 

4eme de couverture :

Vietnam, 1970. James Hawkins est une jeune recrue. Durant un assaut, il prend une balle dans la tête et croit mourir. Après un mois de coma, et tandis qu’il essaie de se rétablir dans un hôpital de Saigon, il découvre que quelque chose s’est éveillé en lui. Ses nuits deviennent des épreuves, son sommeil et ses rêves ne lui appartiennent plus. Désormais, lorsqu’il dort, il visite les songes des autres… Seuls les médicaments l’empêchent de rêver. Un an plus tard, un ancien frère d’armes, Nate Irving, vient frapper à sa porte. Il est venu le chercher pour participer à un projet secret : les Limbes. Direction une base perdue au fin fond de l’Alaska pour une aventure aux frontières de la peur et de la folie, une aventure qui les entraînera au cœur des rêves pour percer le mystère des Limbes. « Nous sommes des pionniers, des aventuriers d’un genre nouveau. Le rêve, c’est la dernière frontière. L’homme a conquis la mer, la terre, l’espace… et maintenant, enfin, il conquiert son propre esprit. Il lui aura fallu des milliers d’années pour comprendre que les plus grands mystères ne se cachaient pas dans les profondeurs des océans, ou aux confins de l’univers mais bien au cœur de son être. »