Articles Tagués ‘meurtre’


Couverture Rosa dolorosa

Auteur : Caroline Dorka-Fenech
Titre : rosa dolorosa
Date de parution : 27 Août 2020
EAN : 9782732494258 – Edition de la martinière

 

Caroline Dorka-Fenech.

 

Née en 1975, Caroline Dorka-Fenech, diplômée de lettres modernes et de l’Atelier scénario de la FEMIS, a travaillé comme lectrice de scénarios, script doctor et enseignante. Rosa dolorosa, son premier roman, est le fruit d’un travail de dix ans.

 

 

 

 

 

4eme de couverture

« Elles étaient au nombre de douze. Douze méduses qui plongèrent parmi les bulles éclairées au néon dans l’aquarium. Leurs tentacules flottant comme des fourreaux de fantômes. »

Dans les rues serpentines du Vieux-Nice, Rosa déambule au bras de son fils, Lino. Ensemble ils rêvent de posséder un hôtel dans lequel un immense aquarium accueillerait des méduses. À peine dix-neuf ans d’écart, ils forment un duo inséparable. Jusqu’au jour où Lino est arrêté et emprisonné pour le meurtre d’un enfant.
Pour Rosa, l’innocence de son fils est incontestable. Dans un ballet d’images charnelles, poétiques, la mater dolorosa se lance dans une quête sublime et dévorante. Mais jusqu’où l’amour maternel peut-il conduire ?

 

 

 


18922131

Auteur : Jacques Vandroux
Titre :  Au coeur du solstice
Date de parution : 27 février 2013
EAN : 9782221218266 – Edition Robert Laffont

 

Jacques Vendroux (journaliste) — Wikipédia

 

 

Jacques Vendroux est un journaliste sportif français, principalement de radio, né le 1er mars 1948 à Calais (Pas-de-Calais)
En mai 1966, il fait ses débuts au service des sports (dirigé par Raymond Marcillac) de l’Office de radiodiffusion-télévision française (ORTF) en tant que journaliste stagiaire. En septembre 1967, il est pigiste à Radio Guyane dirigé par Jérôme Bellay. En décembre 1968, il revient au service des sports de l’ORTF (Télévision), toujours en tant que stagiaire.

 

 

 

 

 

 

4eme de couverture

Grenoble, mois de juin.
Le corps d’une jeune femme est découvert dans l’ancien baptistère de la ville. Un fait divers supplémentaire ? Définitivement pas quand l’autopsie révèle que l’assassin a enlevé le cœur de la victime ! Meurtre rituel ? Acte d’un dément ? Le capitaine Nadia Barka est aussitôt saisi de l’enquête. La découverte d’un second cadavre va plonger la ville dans la psychose.
Une course contre la montre se met en place entre la policière, en proie à ses doutes, et un psychopathe aux motifs inconnus.
Aucun indice, si ce n’est le témoignage surprenant d’un homme, averti des disparitions et des meurtres par d’étranges apparitions. Mythomane, illuminé ou piste providentielle ? Nadia Barka et son équipe devront s’appuyer sur des alliés parfois déroutants pour tenter de stopper un tueur à l’efficacité redoutable.


 

NetGalley

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Linwood Barclay
Titre :  Du bruit dans la nuit
Date de parution : 1 avril 2021
EAN : 9782714482082 – Belfond noir

 

Linwood Barclay: "I had my nose in paperback adventures of ...

 

Linwood Barclay est un écrivain et ancien éditorialiste canadien né en 1955 aux États-Unis.
Il vit à Oakville avec sa femme Neetha et ses deux enfants.

Distinction : Prix Arthur-Ellis 2009 du meilleur roman pour Too Close to Home

 

 

 

 

 

4eme de couverture

Un thriller psychologique empreint de folie et d’humour noir, riche de twists à la Gillian Flynn et d’un suspense si intense que vous n’oserez plus fermer l’œil de la nuit.

Paul Davis n’est que l’ombre de lui-même : huit mois plus tôt, ce professeur de littérature à l’existence sans relief a vu un assassin transporter des cadavres de femmes dans le coffre de sa voiture.

Depuis, Paul subit les assauts d’un violent syndrome de stress post-traumatique. Comment se libérer de cette nuit d’horreur ? Pour l’aider, son épouse l’encourage à coucher sur le papier les pensées qui le rongent et lui offre, pour ce faire, une vieille machine à écrire.

Mais bientôt, aux images cauchemardesques de ses nuits viennent s’ajouter des bruits étranges, le tac tac tac frénétique des touches d’un clavier. Et plus inquiétants encore sont les messages cryptiques, tapés par la machine, que Paul découvre au petit matin.

Somnambulisme ? Machination ? Démence ? À moins que les victimes du tueur ne s’adressent à lui pour réclamer vengeance ? Avec le soutien d’Anna White, sa charmante psychiatre, Paul s’enfonce dans les méandres d’une enquête aux soubresauts meurtriers…

 

 

Mon résumé :

Il s’agit la de mon 4eme roman de l’auteur. Est-ce suffisant pour dire que c’est toujours du bonheur que d’ouvrir la première page, à chaque nouvelle parution. Mais la, on est tout de même sur du lourd, pour ne pas dire du très lourd.

La vie de Paul Davis ne serait pas différente de tout un chacun s’il n’y avait pas une ombre au tableau. En effet sa vie n’est plus pareil depuis qu’il a vu un assassin transporter 2 corps de femmes dans le coffre de sa voiture. Et puis qu’a-t-il bien pu jeter dans cette benne à ordures.

Depuis il s’est passé 8 mois mais il est toujours très retourné et dans sa vie ça ne va plus très bien. Paul Davis se sens si mal qu’il a du se faire suivre par un psychologue. Sa femme, qui le sais au plus mal et sachant son envie d’écrire, a décidé de lui offrir une machine a écrire qu’elle a déniché lors d’un vide grenier. Paul est loin de se douter, qu’a partir de ce moment la, il va s’enfoncer encore plus.

Il va commencé a entendre des bruits,mais bien sur sa femme ne veux pas le croire. Il va décider de mettre des feuilles dans la machine, pour découvrir le lendemain qu’un texte est écrit sur la feuille, alors qu’il avait mit une feuille blanche la veille au soir. La encore tout le monde semble douter de ses dires.  Serait-il victime de somnambulisme ? Est-ce le début de la démence ? Ne devrait-il pas se faire interner ?

 

 

 

Mon avis

Si vous chercher du sang dans ce roman vous risquez fort d’être déçu, mais après tout pourquoi faudrait-il du sang pour faire un très bon thriller. Personnellement cela ne m’a pas dérangé et je dois dire que j’ai adoré. Le suspense est présent et il n’y a aucun temps mort, on ne s’ennuie pas un seul instant. Encore un très bon opus de l’auteur, je le recommande sans hésiter.

 

 

 

 


57375656. sy475

Auteur : Alexis Laipsker
Titre :  Le mangeur d’âmes
Date de parution : 4 mars 2021
EAN : 9782749946276 – edition Michel Lafon

 

 

Alexis Laipsker (auteur de Et avec votre esprit) - BabelioAlexis Laipsker, né le 14 octobre 1969 à Paris, est un spécialiste en communication devenu animateur et commentateur de télévision, journaliste et auteur.

En 2008, il fonde le supplément bimestriel Poker Evolution qui connait un tel succès que six suppléments paraissent alors qu’un seul était prévu.

En 2009, il reprend en main le magazine gratuit City Poker tout en poursuivant ses activités avec les autres magazines.
Il écrit dans différentes publications grand public : Le Parisien, Direct Matin, Entrevue, Choc et Guts.
Il cesse ses activités de journaliste en 2010 pour prendre ses fonctions de Directeur de la Communication de PokerStars, poste qu’il occupe jusqu’en 2017.

De 2017 à 2019, il écrit dans Le Point.

 

 

4eme de couverture :

 » Il n’a pas crié. Ils ne crient jamais.  »
Certains secrets, pourtant bien gardés, s’avèrent parfois trop lourds à porter…
Quand des disparitions d’enfants et des meurtres sanglants se multiplient dans un petit village de montagne sans histoire, une vieille légende nimbée de soufre ressurgit… Diligentés par leurs services respectifs, le commandant Guardiano et le capitaine de gendarmerie De Rolan sont contraints d’unir leurs forces pour découvrir la vérité.

 

 

Mon résumé

Est-il utile de préciser encore une fois, par quel mystère ce roman est arrivé sur mon blog….et par extension dans mes mains ? Allez je ne peux pas m’empêcher de citer mes sources : Anthony de leslivresdek79. Eh oui ! A force de le voir sur la blogosphère et Anthony qui en rajoute une couche, quel autre choix j’avais que de me le procurer ? J’avais quand même par rester dans ma bulle a me morfondre parce que je n’avais pas le dernier livre en vogue.

Ici, on se retrouve dans un petit village de montagne, en compagnie de 2 enquêteurs : Élisabeth Guardiano et de Rolan, 2 policiers certes mais un étant de la criminelle tandis que l’autre fait parti de la gendarmerie nationale. Rien donc ne semble les prédestiner a se rencontrer ou alors par pur hasard. Ils semblent se retrouver au même endroit pour mener leur propre enquête sur des affaires totalement différentes. Rapidement ils se rendent a l’évidence, ils vont devoir travailler ensemble.

Je sais pas pour vous ami lecteur, mais pour ma part, à un moment j’en suis venu a me demander pourquoi ces oiseaux qui tombe du ciel ? Y-a-til une raison ?  Pour ma part, j’ai commencé a me remémorer une scène d’un vieux film d’Alfred Hitchcock…je ne vous fais pas un dessin vous aurez compris : les oiseaux.

Un thriller plein de mystère, de suspense et d’action ! Et les deux personnages principaux sont très attachants ! Deux belles âmes torturées, tantôt fragile, tantôt fonceur.

Le duo d’enqueteur n’est pas sans me rappeler un peu un autre duo qu’on ne peu ignorer si on est un tans soit peu thriller addict : Le couple Sharko.

 

 

Mon avis : 

Vous aurez tout de suite compris que c’est une grosse découverte pour moi, car bien sur comme souvent je commence la découverte d’un auteur par le dernier roman sorti. Faudrait que je parvienne un jour en commençant par le 1er roman mais bon….ça n’empêche pas que ce fut une très belle découverte.

 


50916649. sx318 sy475

Auteur : Nicolas Beuglet
Titre :  L’ile du diable
Date de parution : 3 septembre 2020
EAN : 9782374481340 – XO Editions

 

 

 

4eme de couverture

La vengeance est affaire de mémoire…

Le corps recouvert d’une étrange poudre blanche, des extrémités gangrenées et un visage figé dans un rictus de douleur… En observant le cadavre de son père, Sarah Geringën est saisie d’épouvante. Et quand le médecin légiste lui tend la clé retrouvée au fond de son estomac, l’effroi la paralyse. Et si son père n’était pas l’homme qu’il prétendait être ?
Des forêts obscures de Norvège aux plaines glaciales de Sibérie, l’ex-inspectrice des forces spéciales s’apprête à affronter un secret de famille terrifiant. Que découvrira-t-elle dans ce vieux manoir perdu dans les bois ? Osera-t-elle se rendre jusqu’à l’île du Diable ?

 

 

Mon résumé

Une fois encore, on retrouve l’inspectrice de la police norvégienne Sarah Geringën, ancienne des services spéciaux. Rappelez-vous, on l’avait laissée derrière les barreaux à la fin de complot. Apres avoir purgé une peine de prison de un an, et une fois sortie c’est pour apprendre une nouveau tirée par les cheveux : son père a été assassiné dans des circonstances étranges.

Bien évidemment, elle ne peux pas elle même enquêter sur la mort de son père.

Son corps est entouré de poudre blanche et ses doigts violacés ont subi une terrible torture…
Sarah n’a jamais été très proche de ce père réservé.

 

Elle baissa la tête et ne mit guère de temps à reconnaître la substance qui tachait le sol : du sang. Du sang frais.
Sarah recula, se rappelant le cri effroyable qu’elle avait entendu depuis sa chambre. Et alors elle distingua, sur quelques arbres qui encerclaient l’herbe souillée, une dizaine de photos clouées aux troncs. Sur chaque arbre, le portrait d’une personne âgée surmontait celui d’une personne plus jeune

 

Avec une plongée dans l’histoire de la Russie du XXème siècle, l’auteur nous fait remonter dans les années 30 où tant de victimes de la révolution communiste ont été déportées et ont péri dans la vague de purification qui a eut lieu au nom d’une idéologie déshumanisante.

Allant alors de découverte en découverte, Sarah est saisi par l’effroi de ne pas connaître la vraie personnalité de son propre père. Certes ils n’entretenaient pas une relation proche, mais les découvertes qu’elle va faire dans un vieux manoir perdu au nord de la Norvège vont la glacer. Geringën et Koll forment alors un duo de choc qui les poussent jusqu’au plaine de Sibérie vers l’île du Diable.

 

 

Mon avis

Un thriller qui va vite…….trop vite et on a pas le temps de se poser. Une succession de rebondissements qui laisse peu de place à une étude plus fouillée des personnages. L’ensemble est rendu réaliste grâce aux faits réels sur lesquels s’est appuyé l’auteur pour développer ce roman ; bien que cela soit glaçant, c’est aussi très instructif, mais il faut le reconnaître j’ai parfois été un peu perdu tant on voyage et il y a de détails.


NetGalley

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Rachel Abbott
Titre :  Murder Game
Date de parution : 25 mars 2021
EAN : 9782956131670 – Belfond noir

 

Image dans Infobox.

Née près de Manchester, Rachel Abbott a longtemps occupé un poste d’infographiste, avant de se lancer à la poursuite d’un vieux rêve, rénover de vieilles demeures en Italie, où elle vit désormais une partie de l’année.

La parution d’Illusions fatales (2014), le premier tome des enquêtes de l’inspecteur Tom Douglas, autopublié et aussitôt classé numéro un des ventes Amazon en Angleterre, a marqué le début d’une formidable success story. Auteure de neuf tomes des enquêtes de Tom Douglas, Rachel Abbott a débuté avec Ce qui ne tue pas (2019) et Murder Game une nouvelle série, incarnée par l’enquêtrice Stephanie King.

Voix incontournable sur la scène du polar britannique, Rachel Abbott vit sur l’île anglo-normande d’Aurigny/Alderney.

 

 

4eme de couverture : 

Apparences trompeuses, manipulation et faux-semblants :  Rachel Abbott déploie tout l’éventail de son talent dans un roman à énigme digne d’Agatha Christie. 

La première fois que Jemma s’est rendue au manoir de Polskirrin, c’était avec Matt, son époux, pour célébrer le mariage du richissime Lucas Jarrett. Jamais elle n’oubliera la vue saisissante de cette demeure dominant la mer, perchée sur un éperon de Cornouailles. Jamais, non plus, elle n’oubliera la vue du corps sans vie d’Alex, la sœur du marié, le jour des noces, sur cette plage de galets…  

Un an plus tard, les invités sont de retour à Polskirrin, à la demande de Lucas. Pourquoi ce dernier tient-il tant à célébrer le premier anniversaire de ses noces funestes ?

C’est en réalité à une fête macabre qu’il les a conviés, un murder game visant à faire rejouer à chacun son rôle de l’an passé et révéler ainsi la vérité sur la mort d’Alex. Mêmes personnes, mêmes tenues, même repas, mêmes discussions, la nuit qui a vu mourir la jeune femme se répète dans une mise en scène terrifiante.

 

 

Mon résumé

Quand j’ai vu ce titre sur Netgalley je me suis dis que ça rentrais exactement dans mon style de lecture mais aussi je me suis arrêté dessus pour l’auteure, qui je pensais avoir deja lu  et ou j’avais été plus que satisfait. Et finalement en fouillant mon blog et goodread je me suis aperçu que nulle part n’apparaît le nom de Rachel Abbott. Apres tout je confonds peut-être avec un autre auteur. Mais qu’importe le résumé me plaisait déjà malgré tout.

Tout commence lorsque Jemma suit son mari, au manoir de Polskirrin, pour assister au mariage du richissime Lucas Jarrett. Une majestueuse demeure qui domine la mer au milieu des cornouilles. Tout semble se passer au mieux. Les invités sont présents, le champagne coule a flot et le repas semble succulent mas voila qui corps est retrouvé plongé dans l’eau. Ça ne peut être que Alex, la sœur du marié. En effet, Alex a pris l’habitude de se retirer dans ses appartements situés juste aux pieds de la plage ou son corps a été retrouvé. 

Bien vite, et sans qu’on tente de trouver une autre raison, la cause de la mort se tourne vers le suicide. Un suicide ? mais quelle pourris en etre la raison ? Bien vite l’affaire est enterrée et on entend plus parler de Alex et des mysteres qui pourrait l’entourer.

….Jusqu’à ce que un an après Lucas décide de réunir tous les invites exactement dans le même contexte. Il compte faire participer ses invités a un petit jeu ou  chaque invité devra tenter de trouver des indices afin de savoir qui aurait pu vouloir la mort de Alex…Et oui visiblement pour Lucas ce n’est pas un suicide mais bien un meurtre.

 

 

 

Mon avis

J’ai lu plusieurs romans de Agatha Christie il y a quelques années et tout comme le pressage la 4eme de couverture, on est vraiment dans ce monde quand on lis ce livre de Rachel Abbott. J’irai même plus loin, on a presque l’impression de plonger dans les dix, c’est du moins l »impression que j’en ai eu.

Les personnages sont bien pensés et on sens bien les tensions qui se créé au fur et a mesure que l’on avance dans l’histoire. Un vrai suspence truffé de rebondissements.


57429830. sy475

Auteur : Chris Ravéri
Titre : Quais maudits sur Garonne
Date de parution : 16 février 2021
EAN : 9782382680421 – Auto-édité

 

Chris Ravéri

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4eme de couverture :

À Bordeaux, sur les quais de la Garonne, un escarpin abandonné est la dernière trace laissée par une jeune femme.
Le commissaire Maxime Grabowski de la brigade criminelle pressent que ce nouveau suicide recouvre d’autres crimes.
À Bayonne, des mouvements suspects sur le port intriguent le capitaine Imanol Etcheberry de la police judiciaire.
Des quais du port de la Lune à ceux basques de l’Adour, en passant par le Médoc et la côte d’Argent landaise, les morts violentes de prostituées et de dealers s’enchaînent.
Pourquoi une avocate pleine d’avenir disparaît-elle subitement ?
Existe-t-il des liens entre les univers feutrés de la finance et du vin et les bas-fonds urbains ?
Les enquêteurs doivent démêler ce noir écheveau au plus vite…

 

 

 

Mon résumé

Nous débutons a bordeaux, plus précisément, aux abords des quais de la garonne. Un escarpin est retrouvé et c’est la dernière trace qu’a laissé une jeune femme avant de disparaître. Les premiers éléments relevés au cours de l’enquête menée par le commissaire Grabowski, et d’après des témoins, laissent à penser qu’elle ai voulu se suicide en se jetant d’un pont.

Un peu plus loin de la, du coté de Bayonne, le capitaine Imanol Etcheberry, fait face à des mouvements louches, du coté du port.

Les deux enquêteurs vont vite unir leur forces et découvrir que des éléments se rejoignent dans leur propre enquête.

Dans le noir, des choses bougent. La jeune femme qu’on croyait disparu, l’ai bien mais au prise d’une geôlière qui semble un peu trop sympathique. Elle va tout d’abord savoir ou elle est, qui est en face d’elle et surtout pourquoi elle est la. Elle va apprendre que sa geôlière se fait appeler Sabrina et que les souffrances que lui fait subir sabrina, elle ne les veut pas particulièrement mais qu’elle est obligée.

Le commissaire va vite tomber sur un maître de chai, qui semble en savoir plus qu’il ne veux bien le faire entendre. Le vignoble recèle des secrets bien cachés…un peu trop caché même. Dans les caves du chai, le commissaire va trouver des tonneaux de vin, et en fouillant un peu plus loin il va découvrir une pièce dans laquelle il y a des traces d’une personne y ayant possiblement été séquestrée.

Au fil des chapitres, l’énigme de la chaussure trouvée sur le bord du quai prend des tournures de chasse à l’homme.

 

 

 

Mon avis

Ce qui m’a particulièrement plus dans ce roman. C’est la finesse et la précision des lieux, l’enchaînement des actions. C’est un livre qui va a 100 à l’heure dans lequel on découvre toute la région bordelaise, et on parcours même les vignobles de la région.

Une fois la lecture de ce roman terminée,  on aurait presque envie de le recommencer une fois sur place et de parcourir les lieux tout en tournant les pages. Une belle lecture a travers les vignobles et la vie bordelaise. Je le recommande.

 

 

 


2732365

Auteur : Patrick Senécal
Titre :  Les sept jours du talion
Date de parution : 1er octobre 2002
EAN : 9782922145663 – Format poche – éditeur A lire

 

 

Description de cette image, également commentée ci-après

Patrick Senécal, né le 20 octobre 1967 à Drummondville, est un scénariste, réalisateur, dramaturge et un écrivain de fantastique, d’horreur et de roman policier québécois.

Bachelier en études françaises de l’Université de Montréal, Patrick Senécal a enseigné un peu plus de 10 ans la littérature, le cinéma et le théâtre au cégep de Drummondville. Il publie en 1994 un premier roman d’horreur mâtiné d’intrigue policière : 5150 rue des Ormes (adapté au cinéma en 2009). Il est suivi, un an plus tard, par Le Passager, autre roman à suspense. Au printemps 1997, le Théâtre La Licorne monte à Montréal sa première pièce, Les Aventures de l’inspecteur Hector. Son troisième roman, Sur le seuil (Alire, 1998), inspire un long métrage réalisé par Éric Tessier, avec Michel Côté et Patrick Huard.

 

 

 

 

4eme de couverture

Mieux vaut avoir l’estomac solide pour traverser Les Sept Jours du talion tant certaines scènes frôlent l’insoutenable. On dévore pourtant avidement ce thriller psychologique de Patrick Senécal.

La vie de Bruno Hamel plonge dans les ténèbres lorsque sa petite Jasmine est violée et assassinée. Il concocte alors un ingénieux plan pour kidnapper “le monstre” à qui il infligera les pires tortures (le justicier est chirurgien), tout en le maintenant en vie. Pour les policiers, c’est le début d’un haletant compte à rebours, et pour Bruno, le cauchemar ne fait que commencer… “À la vue de cet embryon de sourire, Bruno ouvrit enfin les portes de son cœur et de son âme à la haine qu’il contrôlait depuis une semaine. Si d’abord elle s’infiltra en lui par un mince ruisseau, elle se transforma en quelques secondes en rivière, en torrent, en fleuve déchaîné qui déferla dans son être en détruisant tout sur son passage.”

Entre les scènes de sévices flirtant avec l’horreur, un genre que l’auteur de Sur le seuil connaît bien, on accueille avec soulagement la description du déroulement de l’enquête. En décortiquant le comportement de plus en plus erratique de Bruno et les interrogations du détective Mercure, Patrick Senécal explore les ressorts de la vengeance, cette tentation horriblement humaine. Très habilement mené, ce cinquième livre de l’un des rares auteurs québécois de roman noir démontre jusqu’où peut mener la haine. —Marie Labrecque

 

 

 

Mon résumé

Apres avoir refermé ce livre j’en reste encore un peu secoué je dois dire mais cependant je pense que je vais commencer à aimer cet auteur Quebecois.

Bruno est un médecin réputé et qui aime sa fille. Lorsqu’un jour il découvre que sa petite Jasmine n’est pas la, il commence à la chercher et finit par la découvrir inanimé proche de la maison. Il apprend quelques jours plus tard qu’elle est la victime d’un homme qui l’a violé et tuée. Durant plusieurs jours, il se morfond, ainsi que sa compagne. Il perds gout a tout jusqu’a ce qu’il imagine un plan machiavélique et atroce.

Il compte enlever l’assassin de sa fille, comme lui même avait enlevé sa fille. Il va lui fait subit les plus inimaginables tortures tout en le maintenant en vie. En tant que chirurgien, ce n’est pas bien dur.  Afin de préparer sa salle de torture, il fait appel a un homme a qui il va demander de concevoir la pièce dans laquelle il compte torturer l’assassin de sa fille. Bien sur, cet homme ne sait rien sur le but de ce qu’il doit concevoir. Il doit se taire et accepter la somme d’argent qui devra récupérer chaque jour que va durer la torture, a savoir durant 7 jours.

Sa compagne ne sachant rien de tout ça, décide d’aller vivre chez sa sœur. Elle vois bien que Bruno n’est plus comme avant.

A partir de ce moment là, va commencer un jeu du chat et de la souris entre la police et Bruno.

 

 

 

Mon avis

Encore une fois, nous avons la un roman assez atroce et nécessite d’avoir le coeur bien accroché. Une moralité quand même dans ce roman. Comment réagiriez-vous en apprenant que votre enfant à été violé et assassiné et que le responsable à été retrouvé ? Le laisser en prison pendant 25 ans ou alors faire justice vous-même ? Entre chagrin et justice dure de faire la part des choses !

Je ne sais plus comment je suis tombé sur ce roman, mais en tout cas je ne suis pas déçu de l’avoir trouvé.

Petite precision qui à son importance : Le roman est truffé d’expression et d’insultes typiquement canadienne / québécoises…prenez votre dictionnaire 😉

 


25694571

Auteur : Jacques Expert
Titre :  Tu me plais –  édition Le livre de poche
Date de parution : 3 juin 2015
EAN : 9782253191865 – Format numérique (kobo)

 

 

 

4eme de couverture

Quand, par une succession de hasards, Vincent se retrouve assis face à Stéphanie sur la ligne 1 du métro parisien, la scène a tout d’une belle rencontre. La jeune femme tombe immédiatement sous son charme ; lui, semble fasciné par le galbe et la finesse de son cou. Mais ce coup de foudre pourrait bien se révéler fatal… Car, sous ses airs enjôleurs, Vincent dissimule de terrifiantes pulsions. Hasard de l’existence ou force du destin, comment sauver Stéphanie des griffes de ce funeste séducteur ?

Par l’auteur des best-sellers Qui ? et Adieu, finaliste du Prix des lecteurs du Livre de Poche, un thriller inédit porté par un suspense implacable et une construction virtuose, au rythme effréné du métro.

 

 

Mon résumé

Vincent part pour aller rejoindre des amis pour faire la fête, comme tous les jeunes d’aujourd’hui en somme. Vincent vit en région parisienne et comme tout parisien qui se respecte il compte prendre le métro. La ligne n°1 pour être précis, oui mais voila celui qui devait le faire arriver à l’heure vient de lui filer sous le nez. Il se rabats donc sur le prochain. Bien décidé à s’asseoir malgré la cohue habituelle des métros parisiens, il parvient contre toute attente a trouver une place en face d’une charmante jeune femme. Aux premiers abords, elle ne semble pas prêter attention a lui. En même temps, cachée dernière son magazine et avec des écouteurs sur les oreilles, la chance est mince.

Alors qu’elle est sur le point de se faire malmener par un individu qui s’assoit a coté d’elle et a tendance « a prendre ses aises » au détriment de la jeune femme qui on l’apprendra s’appelle Stéphanie, Vincent va intervenir et ce malgré la corpulence de cet olibrius. C’est a partir de ce moment la, que la conversation va commencer et plus les stations de métro défilent et plus la jeune femme va tomber sous le charme. Vincent, n’est pas non plus insensible, mais bon lui, ne semble obnubilé que par une chose : son cou et son galbe.

A ce niveau de l’histoire et ce, sans même en savoir plus, on pourrait être en droit de se demander comment une jeune femme peut tomber sous le charme, voire même tomber amoureuse d’un homme en a peine 15 mn ?

 

 

Mon avis

Mon précédent roman de Jacques expert, Plus fort qu’elle, je l’avais lu en un peu plus d’une journée. Celui la, il n’a même pas fait la journée c’est dire si j’adore les romans de l’auteur. La façon dont est fait le roman est ensorcelante, on commence le roman mais on ne peut s’arrêter qu’a la dernière page.

Mon prochain sera un de ceux que je n’ai pas encore lu bien évidemment : La femme du montre ou La théorie des six

 


 

Le Sang des Belasko - Éditions l'Archipel

 

logo-l-archipel – Sonia boulimique des livres

 

 

Auteur : Chrystel Duchamp
Titre :  Le sang des belasko – Edition l’archipel
Date de parution : 14 janvier 2021
EAN : 9782809840407 – 236 pages

 

 

4eme de couverture

Cinq frères et sœurs sont réunis dans la maison de famille, la Casa Belasko, une vaste bâtisse isolée au cœur d’un domaine viticole de Provence.

Leur père, un vigneron taiseux, vient de mourir. Il n’a laissé qu’une lettre à ses enfants, et ce qu’il leur révèle les sidère : leur mère ne se serait pas suicidée – comme l’avaient affirmé les médecins six mois plus tôt. Elle aurait été assassinée…

Au cours de la nuit, non-dits, jalousies et frustrations accumulés au fil des années vont se déverser. Mais le pire reste à venir. D’autant que la maison, coupée du monde extérieur, semble douée de sa propre volonté…

Chrystel Duchamp, 35 ans, a signé en 2020 L’Art du meurtre (L’Archipel), un premier suspense salué par le public et la critique : « Une écriture enlevée, sombre et claquante… Un polar addictif et original. » (Le Parisien-Aujourd’hui en France).

 

 

Mon résumé

J’avais déjà adoré le premier roman de Chrystel Duchamp, du coup quand j’ai reçu celui-ci, je me suis empressé de finir le roman que j’avais en cours pour vite commencer celui-la.

J’aime bien ce style de roman, ou tout commence gentillet, à la limite de mou et sans intérêt. Oui, je sais j’exagère peut-être un peu, mais pas beaucoup je pense, et puis d’un seul coup, tout s’enchaîne et vous rentrez dans le livre carrément. C’est un peu comme dans Harry Potter avec Voldemort, quand il se fait happer par le livre. Ici, c’est pareil.

Tout commence, lorsque dans cette maison familiale, ou se réunissent cinq frères et sœurs. Ils viennent d’apprendre que leur père vient de mourir, et leur a laissé une lettre ou il exprime ses derniers volontés. C’est à ce moment qu’ils apprennent que leur mère ne se serait pas suicidée, par une dose massive de cacheton, mais, aurait été assassinée. Mais alors qui aurait fait une chose pareille ? A qui aurait profité sa mort ?

Au cours de la nuit, les discussions vont s’enchaîner, qui vont automatiquement déboucher sur des jalousies, des personnes qui n’auraient rien fait de leur vies et ne mériterait pas l’héritage. Le temps se lève et la tempête met son grain de sel !!! Certains vont vouloir partir avant que cela ne soit plus possible, du fait de la tempête. Oui, mais voila, les codes d’accès de la porte d’entrée et du portail ne veulent pas fonctionner. Qui les auraient changés ? pourquoi ?

C’est désormais officiel, ils sont tous les 5 enfermés et vont devoir survivre ensemble malgré leur différents !

 

 

Mon avis

Je le dis sans détour, j’ai passé un super moment dans ce huit-clos. On a pas un moment de répis et on est tout de suite pris dans l’histoire. On est directement plongé dans cette résidence de famille. J’ai adoré et je le conseil vivement

 

 


55106413. sy475

 

Auteur : Hervé Jourdain
Titre :  Terminal 4
Date de parution : 27 août 2020
EAN : 9782265154629 – 317 pages

 

Hervé Jourdain - Printemps du livre de Montaigu

Hervé Jourdain est né à Saint-Maur-des-Fossés le 21 aout 1972

C’est un écrivain français, auteur de roman policier.

Il réussit le concours de gardien de la Paix et s’installe à 20 ans dans le sud de la région parisienne. Parallèlement à son activité professionnelle, il s’inscrit à l’université Paris-I et obtient une licence d’Histoire. Il intègre alors un service de renseignement en 1998 avant de devenir, deux plus tard, officier de police.

Lieutenant à la brigade des mineurs de Paris puis capitaine au sein de la brigade criminelle installée au mythique 36, quai des Orfèvres, il décide par défi de se lancer dans l’écriture de romans policiers.

Il a par ailleurs collaboré à l’écriture d’un long métrage, fait office de conseiller sur le tournage d’un téléfilm policier, effectué une brève apparition dans le film « Contre-enquête » (2007) aux côtés de Jean Dujardin.

En 2017, il reçoit le prix Sang d’encre décerné par le festival de Vienne pour son roman, « Femme sur écoute », paru chez Fleuve Éditions en 2017.

Sous le pseudonyme Clovis Bienvenu (l’identité de son grand-père maternel), il est également l’auteur de « Le 36, quai des Orfèvres à la croisée de l’histoire et du fait divers », paru chez PUF en 2012 dans la collection Questions judiciaires.

 

 

4eme de couverture

Aux abords de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, alors que le soleil n’a pas commencé à pointer, les pompiers se démènent pour étouffer les flammes qui ravagent une dizaine de voitures. Ce qu’ils ne savent pas encore, c’est que dans le coffre de l’une d’elles, un cadavre carbonisé les attend…

Lola Rivière et Zoé Dechaume, conduites dans les environs par les hasards d’une autre enquête, arrivent sur place les premières. Déterminées à résoudre cette affaire, les deux jeunes femmes vont rapidement s’apercevoir que l’aéroport est une zone qui cristallise de multiples tensions. Conflits entre taxis et VTC clandestins, militants installés à proximité des pistes pour s’opposer au projet du nouveau terminal, et luttes politico-économiques autour de la pollution atmosphérique générée par l’aéronautique, les enjeux sont nombreux et les fils à démêler ne manquent pas pour atteindre la vérité…


37912319. sy475

Auteur : Yrsa Sigurðardóttir
Titre : ADN – Edition Actes Sud – Collection Actes noirs
Date de parution : Janvier, 2018
EAN : 978-2-330-09055-5

 

Yrsa Sigurdardottir

 

Vilborg Yrsa Sigurðardóttir, né le 24 août 1963 à Reykjavik, est une écrivaine islandaise, auteure de plusieurs romans policiers et ouvrages de littérature d’enfance et de jeunesse.

Yrsa Sigurðardóttir est titulaire d’une licence en ingénierie civile de l’université d’Islande ainsi que d’une maîtrise dans le même domaine, obtenue en 1997 à l’université Concordia de Montréal. Elle exerce son métier d’ingénieur civile en Islande parallèlement à son métier d’écrivain.

Yrsa Sigurðardóttir vit à Reykjavik avec son mari et ses deux enfants.

 

 

 

4eme de couverture

Elísa Bjarnadóttir méritait d’être punie. Elle devait payer. Mais quelle faute pouvait justifier une telle violence ? On vient de retrouver la jeune femme à son domicile, la tête en­tourée de gros scotch, exécutée de la façon la plus sordide. L’agonie a dû être atroce. Sa fille de sept ans a tout vu, cachée sous le lit de sa mère, mais la petite se mure dans le silence. Es­pérant l’en faire sortir, l’officier chargé de l’enquête se tourne alors vers une psychologue pour enfants. C’est sa seule chance de remonter jusqu’au meurtrier. Ce dernier n’a pas laissé de trace, juste une incompréhensible suite de nombres griffon­née sur les lieux du crime.

Alors que les experts de la police tentent de la déchiffrer, un étudiant asocial passionné de cibi reçoit à son tour d’étranges messages sur son poste à ondes courtes. Que cherche-t-on à lui dire ? Sans le savoir, il va se retrouver mêlé à l’une des séries de meurtres les plus terrifiantes qu’ait connues l’Islande.

Avec ce roman addictif et glaçant, au dénouement inatten­du, Yrsa Sigurðardóttir confirme son statut de reine du polar islandais.

 

 

 

Mon résumé

Lorsque j’ai vu ce roman dans le rayon  polar de la bibliothèque de ma ville, j’ai longtemps hésité, non pas à cause de l’histoire même si elle semblait etrange et mystérieuse mais surtout car, a chaque fois que je m’aventure à lire un polar nordique et scandinave ça finit toujours mal. A savoir, j’ai beaucoup de mal à suivre.

Ici, bizarrement j’ai été emporté dans l’histoire comme un coup de cuillère à pot ! Peut-être aussi est-ce du au fait que les personnages sont moins nombreux que d’habitude et plus facile a comprendre. Bref, une réussite.

Ce qui m’a marqué dans ce roman et je pense que c’est ce qui me l’a fait choisir, est le fait qu’on sens tres bien que la fille dont la mere vient de se faire tuer pratiquement sous ses yeux est plus que retournée. Comme tout enfant dans cette situation dirons nous. Aussi quand elle se fait interroger par une psychologue ou encore par la police, elle a beaucoup de mal à s’exprimer.

Parlons de la police d’ailleurs, et plus particulièrement du flic en charge de l’affaire. Je n’ai pas l’habitude de dire ce que je pense des personnages, mais alors lui, je n’ai pas pu « l’encadrer » du début à la fin du livre. La seule chose qu’il cherche, c’est de faire parler la petite fille et ce par tout les moyens, et quand bien même il serait sur une fausse piste. La seule chose qu’il cherche est de boucler son enquête et on se fiche du coté psychologique. Et après il pense encore pouvoir « boire un verre » avec la psy ? Je crois que tu fais fausse route mon gars  !

Quant à la psychologue, elle se vois confier la garde de la fille et on sens bien qu’elle y va a tatons pour ne par brusquer la fille.

 

 

Mon avis

Un très bon roman islandais et une belle découverte de l’auteure, que j’avais déjà entendu parler mais sans avoir encore lu de roman. Cap franchi et loin d’etre déçu. Comme quoi j’ai bien fait de persévérer dans cette voie.

Je recommande, même si ce thème est dur intérieurement.

 

 


Auteur : Sire Cédric
Titre : La mort en tête
Version : Numerique – Edition Le pré aux clerc
Date de parution : 2013
EAN : B0868VX31N

 

 

4eme de couverture

Le duo d’enquêteurs, à présent incontournable, Svärta/Vauvert est en bien mauvais posture. Ils traquent sans relâche les tueurs psychopathes, mais cette fois ce sont eux les proies d’un criminel sadique. Le suspense est à couper le souffle, le lecteur n’aura pas une seconde de répit. Tout commence en banlieue parisienne, la séance d’exorcisme d’un enfant de huit ans a tourné au drame. Eva Svärta, policière à la Brigade criminelle,enceinte de quatre mois, se rend sur les lieux.
Est-ce un accident? Comment est vraiment mort cet enfant? Sur place, la policière rencontre Dorian Barbarossa, un journaliste à sensation qui vit depuis des années avec une balle de calibre 22 dans son crâne. Eva Svärta ne se doute pas encore de la descente aux enfers qui l’attend…

 

Interview de sire Cédric :

 

 

 

 

Goliat

Publié: 3 Sep 2020 par lecturedesam dans Policier / Polar, Thriller
Tags:

 

 

Goliat

Auteur : Medhi Brunet
Titre : Goliat
Version : Numerique – Editions Taurnada
Date de parution : 3 septembre 2020
EAN : 9782372580748
Lien livraddict

 

 

Mehdy Brunet

Né à Bressuire dans les Deux-Sèvres en 1974, Mehdy Brunet aime le changement : Gironde, Haute-Savoie, Genève, île de la Réunion, Lozère, la Manche, un sentiment de liberté anime sa vie.
Agent de maîtrise dans l’industrie technologique, ce n’est que très tard qu’il découvre sa passion pour l’écriture. Au fil des mots, une facette méconnue de sa personnalité va poindre à l’ombre de sa plume. Avec « Sans raison… » il signe un premier roman réussi, un thriller aussi dramatique que haletant.

 

 

 

 

 

4eme de couverture

La mer de Barents, au large des côtes norvégiennes : Goliat, une plateforme pétrolière en proie aux éléments déchaînés, est le sinistre théâtre d’une série de meurtres odieux. David Corvin, ex-agent du FBI, va devoir utiliser toutes ses compétences pour stopper l’hécatombe. Mais au bout du chemin, il risque de perdre son âme… Et bien plus encore.

 

 

Mon résumé

Un côté huit-clos très oppressant lorsqu’on se retrouve au coeur de Goliat. Là, l’intensité du récit va prendre toute son ampleur et on va ressentir une réelle urgence. J’ai rapidement découvert l’identité du tueur. C’est palpitant à souhait et, jusqu’à la dernière ligne, on est tenu en haleine.

En octobre 2015, des inspecteurs de police aidés d’agents fédéraux enquêtent sur un tueur en série dont la particularité est de littéralement vider ses victimes de leurs organes. Aucune piste ne se profile et les meurtres s’accélèrent.
Goliat, une plateforme pétrolière au large des côtes Norvégiennes, est prise dans une tempête. Impossible pour quiconque d’y accoster comme d’en partir. David Corvin, arrivée depuis peu avec sa femme Abigaël pour y exercer un job de sécurité, va être le témoin de plusieurs meurtres suspects. Il va devoir endosser son costume d’ancien agent du FBI afin de stopper le meurtrier qui multiplie les cadavres.

Jusqu’où ira-t-il pour que les massacres odieux s’arrêtent ?

 

Mon Avis

Un très bon roman de Medhi Brunet que nous avons la. Je n’ai pas lu beaucoup de romans de l’auteur, juste un il me semble pour tout dire mais que du bon jusqu’à présent.

Je vous le recommande, on ne s’ennuie pas.


51259060. sy475

Auteur : Bernard Minier
Titre : La vallée
Version : Numerique – Xo éditions
Date de parution :20 mai 2020
EAN : 9782374481906
Lien livraddict

 

 

4eme de couverture :

Un appel au secours au milieu de la nuit
Une vallée coupée du monde
Une abbaye pleine de secrets
Une forêt mystérieuse
Une série de meurtres épouvantables
Une population terrifiée qui veut se faire justice
Un corbeau qui accuse
Une communauté au bord du chaos
Une nouvelle enquête de Martin Servaz

 

 

 

 

Mon résumé

On retrouve dans La vallée les personnages fétiches de l’écrivain : Martin Servaz, policier au bout du rouleau et sous la menace d’une révocation, la gendarme Irène Ziegler déjà croisée dans Glacé (le premier livre de Minier paru en 2011).

L’histoire se passe dans une vallée des Pyrénées littéralement coupée du monde. Des meurtres rituels particulièrement horribles y sont commis et, comme les enquêteurs, les lecteurs, angoissés, retiennent leur souffle. Minier connaît son affaire. Le livre entamé on peine à le refermer. On ne découvrira le fin mot de l’histoire qu’à la toute fin du livre et même les lecteurs les plus blasés seront bluffés par son dénouement.

Suite à sa dernière enquête, la situation professionnelle du capitaine Martin Servaz s’est encore dégradée. Rétrogradé de commandant à capitaine après Nuits (2017), il est désormais, conséquences des libertés prises avec la procédure dans Sœurs (2018), suspendu, en attente d’un conseil de discipline qui ne paraît pas devoir lui être favorable, bien au contraire. Il risque la révocation pure et simple, ainsi que la privation de sa pension de retraite… Ses finances commencent à s’en ressentir, et son moral également.

Il est contraint de rester dans ses pénates et rester a carreaux jusqu’à la sentence. Oui, mais la ce serait trop lui en demander.

Comment ignorer l’appel au secours de Marianne son ex-compagne, la mère de son fils Gustav, disparue depuis huit ans. Il la croyait morte, assassinée par Hirtman, procureur à Genève et tueur en série pendant ses loisirs. Pourtant, le temps de poser son fils chez des amis, d’expliquer brièvement de quoi il retourne à sa nouvelle amoureuse, Lea, et le voici parti pour cette vallée des Pyrénées d’où provient l’appel.  Là-bas, il va retrouver la gendarme Keller, avec laquelle il a déjà collaboré, et qui va accepter de l’aider même s’il n’a aucun droit d’être là.

Une fois sur place, aucune trace de Marianne…..

 

 

Mon avis

Apres avoir avalé d’une traite M comme l’abime, comment resister a l’envie de reprendre contact avec Servaz. Bernard Minier conduit son intrigue sans nous laisser reprendre notre souffle. Certes suite a la lecture de ce roman certains elements me manquaient pour tout comprendre, aussi je vous recommende tout de meme de lire Soeurs avant celui-la, chose que j’aurais du faire.


52186998. sy475

Auteur : Franck Thilliez
Titre : Il était deux fois
Version : Numérique (kobo) – Edition FleuveNoir
Date de parution :  4 juin 2020
ISBN: 9782823874778
Lien livraddict

 

 

4eme de couverture

En 2008, Julie, dix-sept ans, disparaît en ne laissant comme trace que son vélo posé contre un arbre. Le drame agite Sagas, petite ville au cœur des montagnes, et percute de plein fouet le père de la jeune fille, le lieutenant de gendarmerie Gabriel Moscato. Ce dernier se lance alors dans une enquête aussi désespérée qu’effrénée.
Jusqu’à ce jour où ses pas le mènent à l’hôtel de la Falaise… Là, le propriétaire lui donne accès à son registre et lui propose de le consulter dans la chambre 29, au deuxième étage. Mais exténué par un mois de vaines recherches, il finit par s’endormir avant d’être brusquement réveillé en pleine nuit par des impacts sourds contre sa fenêtre…
Dehors, il pleut des oiseaux morts. Et cette scène a d’autant moins de sens que Gabriel se trouve à présent au rez-de-chaussée, dans la chambre 7. Désorienté, il se rend à la réception où il apprend qu’on est en réalité en 2020 et que ça fait plus de douze ans que sa fille a disparu…

 

 

 

 

 


C'est lundi, que lisez-vous ? [16] - ♧ Hell-eau-dit ♧

« C’est lundi que lisez-vous » est un rendez-vous créé par Mallou et s’inspire du It’s Monday, What are you reading ? par One Person’s Journey Through a World of Books. il a ensuité été repris par Galleane.

Le principe de ce rendez-vous est simple, il faut répondre à trois questions chaque lundi:
Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment?
Que vais-je lire ensuite ?

 

 

Ce que j’ai lu la semaine dernière :

42443391. sy475

 

 

 

Ce que je suis en train de lire :

Je l’avais pré commandé il y a environ 3 semaines et j’ai pu le télécharger sur le site de ma librairie des la sortie officielle. A l’heure de la publication il est fort à parier que je l’aurais déjà fini.

 

 

 

Ce que je vais lire ensuite :

Je vais surement commencer un livre de la bibliotheque en attendant le livre tans attendu, a savoir le dernier de
Franck Thilliez :

Il était deux fois

 

Donc en attendant ce sera surement celui-la :

HARRIET TYCE - Blood orange - Romans policiers - LIVRES - Renaud ...

 

 

 

 

 

♥♥♥♥♥ Et vous, comment se présente ce début de semaine livresque ?  ♥♥♥♥♥


51516789. sy475

Auteur : Sebastian Fitzek
Titre : Siege 7A
Version : Numérique – Edition l’archipel
Date de parution : mars 2020
ISBN: 9782809828337
Lien livraddict
Lien Kobo

 

 

Sebastian Fitzek - Deutscher Radiopreis Hamburg 2016 02.jpg

Sebastian Fitzek, né le 13 octobre 1971 à Berlin, est un écrivain et journaliste allemand. Il est considéré comme le maître du roman à suspens allemand, auteur des meilleurs ventes en librairie allemande.

Après des études de droit, il travaille à la radio et à la télévision. Par la magie du bouche-à-oreille, « Thérapie », son premier thriller, s’est retrouvé numéro un des ventes en Allemagne (plus de 220 000 exemplaires vendus). Il a été traduit dans vingt-deux pays.

Fin 2016, 8 de ses romans ont été traduits en français, le dernier étant « La Mémoire cachée » aux éditions l’Archipel.
Il sort en 2017 un thriller intitulé Le Somnambule.

source : wikipedia / babelio

 

4eme de couverture

Mats Krueger, psychiatre renommé qui vit désormais à Buenos Aires, est contraint de surmonter sa phobie de l’avion quand sa fille Nele, avec qui il a perdu contact depuis des années, lui annonce qu’elle est sur le point d’accoucher.
Quand il prend place à bord du vol qui doit le mener à Berlin, il ne se doute pas encore qu’il aura à affronter le pire – ni les turbulences ni les trous d’air n’en seront la cause… Peu après le décollage, Mats reçoit un appel anonyme en forme d’ultimatum. Sa fille vient d’être enlevée. S’il veut éviter qu’elle et son bébé soient exécutés, il n’a d’autre choix que de provoquer le crash de l’avion… Pour cela, on lui suggère de manipuler mentalement Kaya, l’une des hôtesses, qui n’est autre qu’une de ses anciennes patientes. Mais quel rôle joue-t-elle vraiment ?


52857449. sx318 sy475

Auteur : Robert Bryndza
Titre : Liquide inflammable
Version : Numérique – Edition Belfond noir
Date de parution : 5 septembre 2019
ISBN: 9782714481757
Lien livraddict
Lien kobo

 

 

4eme de couverture

L’auteur de thrillers aux plus de deux millions de livres vendus en Grande-Bretagne vous réserve une plongée en plein cauchemar… Retenez votre souffle !
Alors qu’elle sonde les profondeurs d’une vieille carrière inondée à la recherche d’une cargaison de drogue, l’inspectrice Erika Foster fait une macabre découverte : un sac-poubelle renfermant des ossements d’enfant.
Le légiste est formel : le squelette est celui de la petite Jessica Collins, sept ans, dont la disparition en 1990 avait profondément ému l’Angleterre. Un dossier classé sans suite depuis.

Obsédée par ce drame, Erika se jure de faire toute la lumière.
Mais entre la pression de sa hiérarchie, l’effervescence des médias alléchés par ce sordide rebondissement et le silence de la famille Collins, la flic entêtée sent rapidement qu’elle a mis les pieds dans une affaire complexe, aux ramifications aussi noires qu’étonnantes… et dangereuses.

L’eau est un parfait tombeau. Et l’on ne devrait jamais déranger ceux qui y sont engloutis.

 

 


Pandémic - Le premier tome d'un thriller médical angoissant eBook by Philippe Le Douarec

Auteur : Philippe Le Douarec
Titre : Pandemic
Version : Numérique – Edition Glyphe
ISBN: 9782352850724
Lien livraddict
Lien kobo

 

Philippe Le Douarec

Philippe Le Douarec est écrivain.

Chirurgien, fellow of the American College of Surgeons, il a été patron de l’ancienne clinique Les Fougères à Dieppe pendant 30 ans. Il a été président des Unions professionnelles de médecins de Haute-Normandie et Vice-Président de l’Hospitalisation Privée de Normandie.

A la retraite, il a ouvert Medsup à Rouen, une prépa Médecine où il enseigne l’Anatomie et l’Histoire de la Médecine.

 

 

 

4eme de couverture

Quand les vacances tournent au cauchemar…

AFP, 18 juin : « GRAVE ÉPIDÉMIE VIRALE AU MEXIQUE – DES CENTAINES DE MORTS – TOUS LES AÉROPORTS FERMÉS ».

Le docteur Paul Thuiller et sa femme Hélène, virologue réputée, rentrent des États-Unis. Dans l’avion qui les ramène en Europe, deux passagers s’écroulent, asphyxiés par une fulgurante affection respiratoire. Paul est appelé au chevet des malades. Ils portent tous les deux les signes d’une grave infection virale… Le médecin convainc le commandant d’atterrir en urgence, contraint de se poser en Islande, sur une piste trop petite… Malades, blessés et morts sont mis en quarantaine. Tandis que les décès se multiplient, la radio informe la population que les aéroports internationaux ferment les uns après les autres…

Un thriller apocalyptique à la fois angoissant et captivant !

 

 

Mon résumé

Cela fait maintenant 4 semaines que nous sommes tous confinés a cause d’une pandémie qui fait rage de par le monde depuis début décembre 2019. Pandémie surnommée par les scientifiques Coronavirus ou de façon plus courte Covid19. Je me devais donc en cette période, lire un livre en lien avec ce mal mystérieux.

Je dois dire que les ouvrages en lien ne se bouscule pas mais 2 sortes tout de même du lot : Pandemic de Philippe Le Douarec et Pandemie de Robin Cook. Pour ma part j’ai opté pour le premier.

Le roman commence par une banale histoire de couple. La femme, virologue, trop prise par sa vie professionnelle délaisse complètement son mari. Au point que ce dernier pose un ultimatum et décide qu’ils  prendront 15 jours de vacances pour mettre les choses au point. Si leur séjour s’est plus ou moins bien passé, a aucun moment il n’a été question de leurs problèmes conjugales. Vient l’heure de boucler les bagages et de prendre l’avion et cette dernière étape va voir son lot de péripéties.

Pour commencer, alors que l’embarquement semble se dérouler sans histoires, l’heure de départ commence a s’allonger et au bout de 40 mn Paul commence a s’impatienter jusqu’à se demander ce qui peut bien retarder comme ça le départ. Les hôtesses de l’air finissent pas demander au passagers de boucler leur ceintures, signe que l’avion va décoller.

Alors qu’ils sont maintenant partie depuis à peine 30 mn l’hôtesse de l’air demande la presence d’un médecin, un passager semble mal en point. Paul, laisse courir, pensant que quelqu’un va bien se décider a se présenter auprès de l’équipage pour aller soigner le passager malade, cependant, Paul étant de metier chirurgien, et personne ne se manifestant, se lève et se dirige vers la chef de cabine.

Apres analyse du passager, il vois bien que son état est grave. Il apprend bien assez vite que le retard du vol est lié au commandant qui était initialement prévu, présentait les mêmes symptomes. Plus graves encore les 2 malades ont séjournés dans le même hôtel à Shanghai. Pour Paul Thuiller, cela ne fait aucun doute il s’agit d’un virus. H1N1 ? H5N1 ? il ne sait pas encore mais tout semble indiquer qu’il s’agit de quelque chose de similaire.

Pour Paul Thuillier la situation est grave et il faut atterrir immédiatement….

 

 

Mon avis

Tout d’abord, il faut savoir que ce roman date de 2010 donc aucun lien avec ce qu’on vit tous actuellement et pourtant tout semble indiquer que l’origine de la pandémie qui à lieu dans ce roman est dans le meme pays que ce qu’on vit actuellement : La chine. Est-ce une coïncidence ? je n’en suis pas convaincu. Je me dit qu’il y a quelque chose de particulier en chine pour que la réalité rejoigne la fiction mais bon ce n’est que mon avis.

En tout cas j’ai pris beaucoup de plaisir a lire se livre qui reuni medical, aventure et action.

De ce que j’ai compris ce livre et le 1er volet d’une trilogie. LE 2e et 3eme volet étant Glaciales glissades et dernières lignes droites